Villedieu-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villedieu-le-Château
Villedieu-le-Château
Vue générale du prieuré Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Villedieu-le-Château
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Montoire-sur-le-Loir
Intercommunalité Communauté d'agglomération Territoires Vendômois
Maire
Mandat
Jean-Yves Narquin
2014-2020
Code postal 41800
Code commune 41279
Démographie
Population
municipale
408 hab. (2015 en diminution de 0,24 % par rapport à 2010)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 15″ nord, 0° 38′ 56″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 133 m
Superficie 29,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Villedieu-le-Château

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Villedieu-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villedieu-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villedieu-le-Château

Villedieu-le-Château est une commune de France située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants se nomment les Casthéopolitains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au confluent de la Sarthe et de l'Indre-et-Loire, Villedieu-le-Château s'étend sur une superficie de 29 km2 environ. La commune dispose d'une vingtaine d'exploitations agricoles.

Le Niclos est un modeste affluent du Loir qui prend sa source à Villedieu-le-Château (« La Bouillante »), traverse Tréhet et trouve son confluent en face de Ruillé-sur-Loir dans la Sarthe.

Les communes limitrophes sont :

Tréhet au nord-ouest ;
Épeigné-sur-Dême au sud ;
Montrouveau au sud-est ;
– et Couture-sur-Loir à l'est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Alors nommée Villedieu-en-Beauce, la commune est devenue Commune-Être-Suprême au cours de la Révolution française, redevenue Villedieu-en-Beauce, puis Villedieu-le-Château en 1922[1].

Renaud de Vendôme, évêque de Paris, était en possession du domaine « Villa Dei », Villedieu, qui doit son origine à une église, dédiée à la vierge Marie, élevée dans la forêt de Gastines en 1035, près de la « fontaine Roisson », par son neveu Geoffroy Martel, comte de Vendôme, et donnée en 1037 à l'abbaye de la Trinité, qu'il venait de créer. Cette église du prieuré fut reconstruite au XIIe siècle, ainsi qu'en témoignent les parties qui subsistent.

Pendant la guerre de Cent Ans, vers 1385, le prieuré fut entouré d'un mur de défense et devint un véritable château fort, qui fut en 1589 assiégé par les Ligueurs.

En 1492, l'église tombant en ruines, l'abbé de la Trinité, Louis de Crevant, décida de construire une église neuve en dehors de l'enceinte. Seuls le transept et le chœur de l'ancienne église furent restaurés et conservés comme chapelle du prieuré sous le vocable de Notre-Dame de Pitié. Cette chapelle, qui était le but d'un pèlerinage très fréquenté, fut vendue comme bien national en 1793. Elle devait être rendue au culte par son acquéreur en 1805, lorsqu'elle s'écroula.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1793 Gervais Drouot    
1793 an II Julien Belot    
an II 1808 René-Charles Moreau    
1808 1824 Jacques-Pesson Maisonneuve    
1824 1824 Louis Pesson-Maisonneuve    
1824 1827 Paul-Théophile Pesson    
1827 1831 Jacques Pesson-Mainsonneuve    
1851 1865 René-Charles Touchard    
1865 1837 Théophile Toutant    
1837 1837 Joseph Barrault    
1837 1851 Vincent-René Moreau    
1865 1870 Charles Donnay    
1870 1871 René-Cyr Braillard    
1871 1871 Louis Doron    
1871 1876 Charles Chenesseau    
1876 1881 François Vigneau    
1881 1897 Denis Fandeux    
1897   Eugène Augereau    
1989 1995 Louis Jouzeau RPR  
mars 1995 mars 2008 Georges Cornet -  
mars 2008 octobre 2008 Jean-Pierre Jouanneau -  
novembre 2008 mars 2014 Jean-Yves Narquin RBM  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 408 habitants[Note 1], en diminution de 0,24 % par rapport à 2010 (Loir-et-Cher : +0,9 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1801 2061 3071 3231 3031 2411 2501 2121 203
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1801 1081 013949943905938963999
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
955967949771788758800798761
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
774719605553462420410409409
2015 - - - - - - - -
408--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d'hommes (0 à 14 ans = 14,9 %, 15 à 29 ans = 8,9 %, 30 à 44 ans = 18,3 %, 45 à 59 ans = 23,8 %, plus de 60 ans = 34,1 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 15,9 %, 15 à 29 ans = 13 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 33,4 %).
Pyramide des âges à Villedieu-le-Château en 2007 en pourcentage[6]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
15,3 
75 à 89 ans
17,9 
18,8 
60 à 74 ans
15,5 
23,8 
45 à 59 ans
19,3 
18,3 
30 à 44 ans
18,4 
8,9 
15 à 29 ans
13,0 
14,9 
0 à 14 ans
15,9 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour à tour ravagé par la guerre de Cent Ans, reconstruit et fortifié en 1379, le prieuré fut le témoin d’une importante vie religieuse, rythmée par les pèlerinages à la Vierge. À sa vente comme bien national en 1805, un voisin entreprit des travaux malheureux qui firent s’écrouler la majeure partie de la chapelle. Les vestiges de l’ancienne église du prieuré et son enceinte sont inscrits au titre des Monuments historiques par arrêtés des 6 avril 1929 et 14 novembre 1951.
  • Le menhir de Bouillant ou pierre du Tourne-midi, haut de 2,70 m, est situé à une centaine de mètres de la route de Couture. Les nombreux blocs dispersés dans un très proche rayon laissent supposer qu'un cromlech a pu exister autour du menhir. Le second mégalithe, le menhir des Cormiers ou pierre Druidique, a une hauteur légèrement inférieure : 2 m. Situé à 2,5 km environ du bourg de Villedieu, il passait pour avoir servi de pierre à sacrifices.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr villedieu le chateau (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Villedieu-le-Château se blasonnent ainsi :

D'azur à la croix d'argent, au château d'or, ouvert et ajouré aussi d'argent, brochant sur le tout.

Création J.-P. Fernon (1985).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu-le-Château depuis 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]