Pierre Sidos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre Sidos
Illustration.
Fonctions
Présideur de L'Œuvre française

(44 ans)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Yvan Benedetti (président)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Pierre-d'Oléron (France)
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Bayeux (France)
Nationalité Français
Parti politique Parti franciste (années 1940)
Jeune Nation (1949-1958)
Parti nationaliste (1958-1959)
Mouvement populaire du 13-Mai
Occident (1964-1965)
L'Œuvre française (1968-2013)
Père François Sidos
Religion Catholique

Pierre Sidos est un homme politique français, né le à Saint-Pierre-d'Oléron et mort le à Bayeux.

Suivant les traces de son père François Sidos, Pierre Sidos commence son engagement à l'extrême droite durant la Seconde Guerre mondiale au sein de la Milice française, des faits pour lesquels il est condamné aux travaux forcés en 1946. Il anime dans les années qui suivent le mouvement Jeune Nation, fondé et dissous dans les années 1950, puis s'engage avec l'OAS dans l'opposition à l'indépendance de l'Algérie.

Il participe en 1964 à la création d'Occident, avant de devenir président à vie de L'Œuvre française, un mouvement qu'il a fondé mêlant néofascisme, pétainisme, antisémitisme et une forme de catholicisme social. Il en tient les rênes jusqu'en 2012, année où Yvan Benedetti lui succède.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Pierre Sidos est le fils de François Sidos, ancien combattant et lieutenant de réserve, cadre des Jeunesses patriotes à La Rochelle (secrétaire général départemental puis délégué à la propagande) et de son avatar le Parti républicain national et social, dont il a été l'un des dirigeants en Charente-Maritime, devenu sous l’Occupation un haut responsable de la Milice, jugé puis fusillé en 1946. Il a quatre frères (Jean, François, Jacques et Henri) et une sœur, Marie-Thérèse[1],[2]. Son frère ainé Jean, caporal-chef, meurt pour la France le [3]. Henri Sidos, alors sous-officier parachutiste, meurt au combat en Algérie le [4],[5].

Il est le père du général[6] et historien Philippe Sidos[7].

Premières années avec Jeune Nation[modifier | modifier le code]

Devenu cadet du francisme de Marcel Bucard en 1943[8],[9], fait pour lequel il est jugé en 1946 à La Rochelle par la Cour de justice de Charente-Maritime, alors qu'il est encore mineur, aux côtés de son père, de sa mère Louise et d'un de ses frères, Jacques. Il est condamné à cinq ans de travaux forcés pour avoir été membre du Francisme[10],[11],[12]. Il est emprisonné au camp de concentration de Natzweiler-Struthof[13]. Il est libéré en , bénéficiant d'une grâce amnistiante[14].

Après avoir fréquenté le Mouvement socialiste d'unité française de René Binet, il fonde en 1949-1950[15] — avec ses frères Jacques et François — le groupuscule Jeune Nation.

Il se présente avec son frère Jacques aux élections législatives de 1951 sur une liste de l'Union des nationaux indépendants et républicains (UNIR)[16],[17].

Sous le symbole de la croix celtique, Jeune Nation regroupe des anciens d'Indochine ou collaborationnistes, qui ont pour but de lutter contre la décolonisation, le communisme et la Quatrième République. Le mouvement organise des caches d'armes, avant d'être dissous le [18], comme d'autres groupuscules d'extrême droite[19].

Pierre Sidos lance en et dirige le périodique Jeune Nation[20],[21],[22], et son mouvement dissous est reformé à l'automne 1958 sous le nom de Parti nationaliste[23],[24], avec l'aide de Dominique Venner. Ce dernier écrit alors, montrant la rupture du mouvement avec les attitudes provocatrices courantes alors à l'extrême-droite[réf. nécessaire] : « Le problème métèque [...] ne doit jamais [...] être abordé avec comme perspectives le four crématoire ou la savonnette, et cela quelles que soient les mesures que nous aurons à prendre lorsque nous serons au pouvoir. Il serait mauvais également d’indiquer que la révolution que nous voulons faire doit se solder par un nombre de milliers de morts ou de dizaines de milliers de morts. » Ce parti tient son congrès constitutif le , le jour anniversaire des émeutes du . Le mouvement est une nouvelle fois dissous quelques jours plus tard, le 12[25]. C'est une sanction de la part prise aux manifestations algéroises hostiles au Président Charles de Gaulle et au Premier ministre Michel Debré[18],[26]. Le journal Jeune Nation disparaît en [27].

Passage à l'OAS[modifier | modifier le code]

Au sein du Mouvement populaire du 13 mai[réf. souhaitée], Pierre Sidos s'engage alors dans l'action clandestine pour l'Algérie française. En , un mandat d'arrêt est lancé contre lui pour atteinte à la sûreté de l'État, au lendemain de la semaine des barricades à Alger. Le de la même année, il est condamné par défaut à une amende et quinze jours de prison pour offense au chef de l'État et reconstitution de ligue dissoute. Il est alors entré dans la clandestinité[28],[29].

Caché à partir de 1960, il participe à la préparation de l'attentat du Petit-Clamart, visant à tuer le général de Gaulle, ce qu'il reconnaît dans son témoignage de 2013[30]. Il est arrêté en [31] et emprisonné jusqu'en [32] pour soutien à l'OAS. Il comparait en devant la Cour de sûreté de l'État avec neuf autres dirigeants ou membres du mouvement Jeune Nation et du Parti nationaliste, dont Dominique Venner, poursuivis pour « avoir arrêté ou concerté avec une ou plusieurs personnes la résolution de commettre des attentats ayant pour but de détruire ou de changer le régime constitutionnel » et pour avoir « participé au maintien ou à la reconstitution directe ou indirecte d'un groupement dissous »[33]. Il est condamné à trois puis cinq ans de prison avec sursis et 2 000 francs d'amende[34],[35]. Son frère Jacques, arrêté également en 1962, est condamné en 1964 à dix ans de prison et libéré en 1966[36].

Après être sorti de prison, Pierre Sidos se sépare de Venner, en partie pour des raisons idéologiques : il reste fidèle à un nationalisme centré sur la France, fidèle aux penseurs et aux activistes nationalistes du passé alors que Venner préconise désormais un nationalisme européen[37],[38]. Pierre Sidos et des jeunes militants fondent en 1964 le mouvement Occident[18], qu'il quitte en 1966[39]; il en est finalement évincé[40].

L'Œuvre française[modifier | modifier le code]

Pierre Sidos lance en 1966 un périodique, Le Soleil[41],[42], et fonde en le mouvement L'Œuvre française, qu'il dirige en tant que président à vie[18]. L'année suivante, sa candidature à l'élection présidentielle[43] est rejetée par le Conseil constitutionnel aux motifs que « le nombre des présentations valablement émises en faveur de ce dernier est inférieur au minimum exigé par les dispositions de l'article 3-1 de l'ordonnance n° 62-1292 du 6 novembre 1962[44] ». Ce refus fut pourtant considéré par Le Soleil, organe de L'Œuvre française, comme dû à la présence au Conseil constitutionnel de Gaston Palewski et René Cassin « tous deux d'ascendances juives étrangères[45] », considérations partagées par Roger Peyrefitte[46]. Toutefois, accepter la candidature de Pierre Sidos aurait pu, dans une certaine mesure, être interprété comme un acte de réhabilitation du passé collaborationniste des Sidos durant l'Occupation[47].

À partir du début des années 1970[réf. souhaitée], Pierre Sidos tient une place assez marginale dans l'extrême droite française. Il se présente sans succès aux élections législatives de 1973 à Paris (13e circonscription) en tant que président de l'Œuvre française[48], afin d'« assurer la présence à l'Assemblée nationale d'un homme politique français strictement nationaliste, épris d'équité sociale ; tout autant hostile à l'application des méthodes d'asservissement marxiste, qu'opposé au joug des Rothschild qui pèse sur notre pays depuis trop longtemps »[49].

Dans l'espoir d'un coup d'État, il organise avec son groupuscule des entraînements armés dans la forêt de Fontainebleau, en région parisienne[18]. Il participe à l’émission Ciel, mon mardi ! de Christophe Dechavanne le [n 1], où il se déclare antisémite « ni plus ni moins que Saint Louis »[50].

En 1996, il se rapproche du Front national de Jean-Marie Le Pen[51]. Il y fait rentrer plusieurs de ses militants à partir de 2007, dont notamment Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac. Ils militent tous deux pour que Bruno Gollnisch succède à Le Pen, avant de se faire exclure en 2011 par sa fille, Marine Le Pen, nouvelle dirigeante[40].

Durant l'été 2010, Pierre Sidos fait part dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Rivarol de ses critiques à l'égard de cette dernière, et appelle à proscrire le « tout-électoral » au profit d'un « nationalisme organique ». La même année, il explique dans la revue Charles avoir « toujours défendu les mêmes idées depuis [sa] jeunesse »[18]. Dans un témoignage de 2013 paru dans cette revue, il revendique « l’héritage intellectuel de Maurice Bardèche, Charles Maurras, Maurice Barrès ou bien Édouard Drumont » et assume son antisémitisme négationniste[52].

Retraite et mort[modifier | modifier le code]

Pierre Sidos quitte la présidence de L'Œuvre française en  ; Yvan Benedetti lui succède. Après la mort de l'antifasciste Clément Méric en 2013, le mouvement est dissous l'année suivante[18].

Hospitalisé à Bayeux, Pierre Sidos y meurt le , à l'âge de 93 ans. Il reçoit les hommages d'Yvan Benedetti, qui écrit que « son Honneur s'est appelé Fidélité » faisant référence à la devise SS[18],[53], et de Jean-Marie Le Pen, pour qui Sidos est de la « grande famille nationale et patriote que nous avons servie et guidée »[54]. Il est inhumé au cimetière parisien de Thiais (Val-de-Marne).

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Témoignage de Pierre Sidos dans la revue Charles en , sur le site jeune-nation.com : Lire en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aux côtés de Malek Boutih, Nicolas Bonnal, Olivier Mathieu, Stéphane Meyer, Jean-Pierre Pierre-Bloch et Patrick Quentin ; Christophe Bourseiller et Régis Martin jouant quant à eux le rôle d'« observateurs ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Témoignage de Pierre Sidos dans la revue Charles en avril 2013, sur le site jeune-nation.com
  2. L’Écho rochelais, 5 juin 1936
  3. L’Écho rochelais, 18 octobre 1940, Ibid., 2 août 1940
  4. Le Monde, 5 juillet 1995, "Une lettre de François -Xavier Sidos"
  5. Alain Ruscio, Nostalgérie: L'interminable histoire de l'OAS, La Découverte, 2015 (présenté comme officier parachutiste)
  6. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000037427266.
  7. Entretien avec David Doucet pour Charles, loc. cit.
  8. Témoignage de Pierre Sidos dans la revue Charles en avril 2013, sur le site jeune-nation.com
  9. Frédéric Charpier, Les plastiqueurs. Une histoire secrète de l'extrême-droite violente, La Découverte, 2018
  10. Frédéric Charpier, Génération Occident, Seuil, Paris, 2005
  11. Le Monde, 8 janvier 1946
  12. Combat, 6 janvier 1946
  13. Frédéric Charpier, Les plastiqueurs. Une histoire secrète de l'extrême-droite violente, op. cit.
  14. Frédéric Charpier, Les plastiqueurs. Une histoire secrète de l'extrême-droite violente, op. cit.. Selon le témoignage de Sidos en 2013, il est libéré en 1949. Mais il cite la date du 4 août 1948 dans son témoignage du 28 février 2014 (Vidéo en ligne)
  15. Frédéric Charpier, Les plastiqueurs. Une histoire secrète de l'extrême-droite violente, op. cit.
  16. Les élections législatives du 17 juin 1951, Documentation française, 1953, p. 181
  17. James Shields, The Extreme Right in France: From Pétain to Le Pen, Routledge, 2007
  18. a b c d e f g et h Franck Johannès, « Mort de Pierre Sidos, figure de l'extrême droite pétainiste et nationaliste », sur Le Monde, (consulté le 5 septembre 2020).
  19. Droit et liberté, mai 1958
  20. Le Monde, 1er juillet 1958, "Jeune Nation " lance un journal"
  21. Notice de la BNF
  22. Droit et liberté, juin-juillet 1958
  23. Le Monde, 5 février 1959, "Le Parti nationaliste se donne pour but la " conquête méthodique du pouvoir "
  24. Olivier Dard, L'anticommunisme des nationalistes au temps de la République gaullienne. L'exemple des héritiers de Jeune Nation, dans Communisme, n° 62/63, 2000, p. 140 (Lire en ligne)
  25. Olivier Dard, op. cit.
  26. Le Monde, 14 février 1959, "Le "parti nationaliste " est dissous"
  27. Olivier Dard, op. cit.
  28. Paris-presse, L'Intransigeant, 10 février 1960
  29. , Le Monde, 8 février 1960, Ibid., 19 octobre 1960, Ibid., 5 juillet 1962
  30. Témoignage de Pierre Sidos dans la revue Charles en avril 2013, sur le site jeune-nation.com
  31. Le Monde, 5 juillet 1962
  32. Le Monde, 16 décembre 1993, "Pierre Sidos : Cinquante ans d'activisme"
  33. Le Monde, 19 juin 1963, "Les dirigeants de Jeune Nation et du parti nationaliste comparaissent devant la Cour de sûreté de l'État", Ibid., 20 juin 1963
  34. Le Monde, 20 septembre 1963, "Pierre Sidos de nouveau jugé"
  35. Droit et liberté, 1er juillet 1963
  36. Le Monde, 17 septembre 1962, "Jacques Sidos appréhendé", Ibid., 14 avril 1964, "Jacques Sidos est condamné à dix ans de détention criminelle", Ibid., 4 avril 1966
  37. Olivier Dard, op. cit., p. 140-141
  38. Témoignage de Pierre Sidos, op. cit.
  39. Le Monde, 16 décembre 1993, "Pierre Sidos : Cinquante ans d'activisme"
  40. a et b Nicolas Lebourg, « Le Front National et la galaxie des extrêmes droites radicales », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé et Nonna Mayer (dir.), Les faux-semblants du Front national, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », , 606 p. (lire en ligne), p. 121 à 140.
  41. Le Monde, 16 décembre 1993, "Pierre Sidos : Cinquante ans d'activisme"
  42. Notice de la BNF
  43. Le Monde, 9 mai 1969
  44. Décision du 17 mai 1969 Le texte de la décision du Conseil est le suivant : « Considérant toutefois que des vérifications effectuées par le Conseil constitutionnel il résulte que quatre de ces présentations ne peuvent être regardées comme ayant un caractère authentique, qu'une autre avait été faite par une personne n'ayant pas qualité pour présenter valablement un candidat et qu'enfin dix autres émanaient, contrairement aux dispositions de l'article 4, premier alinéa, du décret n° 64-231 du 14 mars 1964 susvisé, de personnalités qui avaient également fait acte de présentation en faveur d'autres candidatures au moyen de lettres parvenues au Conseil constitutionnel antérieurement aux présentations concernant M. Sidos ; qu'ainsi le nombre des présentations valablement émises en faveur de ce dernier est inférieur au minimum exigé par les dispositions de l'article 3-1 de l'ordonnance n° 62-1292 du 6 novembre 1962 susvisée ; que, dès lors, sa candidature ne pouvait être retenue. »
  45. Le Soleil, n°99, 2-15 octobre 1970.
  46. « C'était trop demander à un aréopage où siégeaient Palewski et Cassin, que de procurer le bénéfice de la propagande officielle au dénonciateur de l'empire du judaïsme en France » (Ibid.). Sidos cite Peyrefitte dans sa profession de foi de 1973 évoquant la décision du Conseil constitutionnel : Profession de foi officielle de Pierre Sidos et des autres candidats.
  47. Joseph Algazy, L'extrême-droite en France de 1965 à 1984, Éditions L'Harmattan, p. 75
  48. Jean-Paul Gautier, op. cit. Il est le seul candidat de son mouvement.
  49. Profession de foi officielle de Pierre Sidos et des autres candidats.
  50. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 289.
  51. Le Monde, 13 novembre 1996, "Plusieurs groupuscules d'extrême droite se rapprochent du Front national"
  52. Témoignage de Pierre Sidos dans la revue Charles en avril 2013, sur le site jeune-nation.com
  53. Pierre Plottu et Maxime Macé, « Mort de Pierre Sidos, doyen de l’extrême droite pétainiste », sur Libération, (consulté le 6 septembre 2020).
  54. Ph. L., « Décès de Pierre Sidos, figure de l’extrême droite pétainiste », sur Le Parisien, (consulté le 6 septembre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]