Comités Jeanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Jeanne (micro-parti).

Comités Jeanne
Image illustrative de l’article Comités Jeanne
Logotype officiel.
Présentation
Président et fondateur Jean-Marie Le Pen
Fondation
Scission de Front national
Siège 8, parc de Montretout
92210 Saint-Cloud
Secrétaire général Lorrain de Saint Affrique
Slogan « Jeanne, au secours ! »
Positionnement Extrême droite[1]
Idéologie Nationalisme
Conservatisme social
Euroscepticisme
Souverainisme
Affiliation européenne Alliance pour la paix et la liberté
Couleurs                Bleu, blanc et rouge
Site web jeanneausecours.com
Représentation
Députés européens
1 / 74

Les Comités Jeanne (abrégé en CJ et logotypé Jeanne, au secours !) sont un parti politique français créé par Jean-Marie Le Pen après son exclusion du Front national.

Création et contexte[modifier | modifier le code]

Après avoir envisagé la création d'un « Rassemblement Bleu-blanc-rouge » afin d'« agir dans le même sens que le Front national » sans nécessairement y appartenir, il annonce, en mars 2016, la création des Comités Jeanne[2], dont le slogan est « Jeanne, au secours ! », pour peser sur la ligne politique du FN[3], et envisage de présenter des candidats sous cette étiquette lors des élections législatives de 2017, y compris contre des candidats FN[4].

Il appelle à voter pour le FN lors des élections régionales de 2015 et indique que son association Cotelec a prêté six millions d’euros au FN pour la campagne présidentielle de 2017[5].

Le 17 novembre 2016, la justice valide l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national sans pour autant remettre en question son statut de président d'honneur, celui-ci conservant ainsi son droit à être convoqué à toutes les instances du parti.

Campagnes[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

Pour l'élection présidentielle de 2017, Jean-Marie Le Pen apporte son soutien à sa fille, Marine Le Pen[6].

Élections législatives de 2017[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections législatives de 2017, les Comités Jeanne nouent une alliance avec le Parti de la FranceCivitas, la Ligue du Sud et le SIEL[7]. Jean-Marie Le Pen fait des déplacements et une annonce pour recruter des candidats aux législatives sous la bannière « Jeanne, au secours ! »[8],[9].

Le cartel auquel participent les Comités Jeanne ne parvient pas à accéder au financement public, ayant recueilli plus de 1 % des suffrages exprimés dans 41 circonscriptions, soit moins que les 50 circonscriptions nécessaires[10],[11].

Élections européennes de 2019[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Le Pen laisse entendre en juillet 2018 qu'il n'exclut pas d'être candidat à sa succession aux élections européennes de 2019[12],[13], tout en appelant, à 90 ans, à l'émergence d'une nouvelle génération de candidats[14]. Il émet la possibilité de « refaire un rassemblement commun » avec le RN comme « une démonstration publique et dynamique pour les élections futures »[15], mais Marine Le Pen oppose une fin de non-recevoir à sa proposition[16].

Jean-Marie Le Pen apporte finalement son soutien à la liste du Rassemblement national[17].

Organisation[modifier | modifier le code]

Placés sous la présidence de Jean-Marie Le Pen, les Comités Jeanne ont pour secrétaire général Laurent Ozon (2016-2017)[18], puis Lorrain de Saint Affrique (depuis 2017)[19].

Élu[modifier | modifier le code]

Nom Mandat Date Affiliation
Le Pen, Jean-Marie Jean-Marie Le Pen Député européen 2016- APF (2018-)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent de Boissieu, « Comités Jeanne (CJ) », France Politique,‎ (lire en ligne).
  2. « Jean-Marie Le Pen lance des comités “Jeanne d'Arc, au secours !” », sur europe1.fr, (consulté le 1er mai 2017).
  3. « Jean-Marie Le Pen crée les comités “Jeanne, au secours !” pour peser sur le FN », sur valeursactuelles.com, (consulté le 1er mai 2017).
  4. « Jean-Marie Le Pen, ostracisé par sa propre famille politique », sur lemonde.fr, (consulté le 1er mai 2017).
  5. Béatrice Houchard, « Le Front national fait la manche pour la présidentielle », sur L'Opinion.fr, (consulté le 5 octobre 2016).
  6. « “Moi, je vote Marine”, annonce Jean-Marie Le Pen », sur lefigaro.fr, (consulté le 1er mai 2017).
  7. « Les bannis du FN font listes communes pour les législatives », sur streetpress.com, (consulté le 1er mai 2017).
  8. « Jean-Marie Le Pen recrute pour les comités “Jeanne, au secours !” », sur leprogres.fr, (consulté le 1er mai 2017).
  9. « Élections législatives », sur jeanneausecours.com (consulté le 1er mai 2017).
  10. Marc de Boni, « Jean-Marie Le Pen prêt à forcer la porte pour assister au bureau politique du FN », sur lefigaro.fr, (consulté le 14 juin 2017).
  11. « Quels partis auront accès au financement public 2018-2022 ? », sur ipolitique.fr, .
  12. « Jean-Marie Le Pen “ne se sent pas incapable” d'être candidat aux européennes », HuffPost,‎ (lire en ligne).
  13. « "Peut-être centenaire", Jean-Marie Le Pen n'exclut pas d'être à nouveau candidat », BFM TV,‎ (lire en ligne).
  14. « Jean-Marie Le Pen : changer le nom du FN, “c'est une trahison” », sur Le Figaro, (consulté le 8 avril 2018).
  15. « Européennes : Jean-Marie Le Pen candidat ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  16. « Européennes : pas de Jean-Marie Le Pen sur la liste RN », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018).
  17. « Élections européennes, en direct : Jean-Marie Le Pen soutient la liste de sa fille », sur CNews, (consulté le 13 avril 2019).
  18. Dominique Albertini, « Jeanne, au secours, Jean-Marie Le Pen lance son mouvement », sur Libération, (consulté le 14 décembre 2017) (inscription nécessaire).
  19. « Communiqué de presse des Comités Jeanne », sur comitejeanne54.wordpress.com, (consulté le 13 mai 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]