Comités Jeanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Jeanne (micro-parti).

Comités Jeanne
Image illustrative de l’article Comités Jeanne
Logotype officiel.
Présentation
Président et fondateur Jean-Marie Le Pen
Fondation
Scission de Front national
Siège 8, parc de Montretout
92210 Saint-Cloud
Secrétaire général Lorrain de Saint Affrique
Slogan « Jeanne, au secours ! »
Positionnement Extrême droite[1]
Idéologie Nationalisme
Conservatisme social
Euroscepticisme
Souverainisme
Affiliation européenne Alliance pour la paix et la liberté
Couleurs Bleu, blanc et rouge
Site web jeanneausecours.com

Les Comités Jeanne (abrégé en CJ et logotypé Jeanne, au secours !) sont un parti politique français créé en 2016 par Jean-Marie Le Pen, après son exclusion du Front national.

Création et contexte[modifier | modifier le code]

Après avoir envisagé la création d'un « Rassemblement Bleu-blanc-rouge » afin d'« agir dans le même sens que le Front national » sans nécessairement y appartenir, il annonce, en mars 2016, la création des Comités Jeanne[2], dont le slogan est « Jeanne, au secours ! », pour peser sur la ligne politique du FN[3], et envisage de présenter des candidats sous cette étiquette lors des élections législatives de 2017, y compris contre des candidats FN[4].

Il appelle à voter pour le FN lors des élections régionales de 2015 et indique que son association Cotelec a prêté six millions d’euros au FN pour la campagne présidentielle de 2017[5].

Le 17 novembre 2016, la justice valide l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national sans pour autant remettre en question son statut de président d'honneur, celui-ci conservant ainsi son droit à être convoqué à toutes les instances du parti.

Campagnes[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

Pour l'élection présidentielle de 2017, Jean-Marie Le Pen apporte son soutien à sa fille, Marine Le Pen[6].

Élections législatives de 2017[modifier | modifier le code]

À l'occasion des élections législatives de 2017, les Comités Jeanne nouent une alliance avec le Parti de la FranceCivitas, la Ligue du Sud et le SIEL[7]. Jean-Marie Le Pen fait des déplacements et une annonce pour recruter des candidats aux législatives sous la bannière « Jeanne, au secours ! »[8],[9].

Le cartel auquel participent les Comités Jeanne ne parvient pas à accéder au financement public, ayant recueilli plus de 1 % des suffrages exprimés dans 41 circonscriptions, soit moins que les 50 circonscriptions nécessaires[10],[11].

Élections européennes de 2019[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Le Pen laisse entendre en juillet 2018 qu'il n'exclut pas d'être candidat à sa succession aux élections européennes de 2019[12],[13], tout en appelant, à 90 ans, à l'émergence d'une nouvelle génération de candidats[14]. Il émet la possibilité de « refaire un rassemblement commun » avec le RN comme « une démonstration publique et dynamique pour les élections futures »[15], mais Marine Le Pen oppose une fin de non-recevoir à sa proposition[16].

Jean-Marie Le Pen apporte finalement son soutien à la liste du Rassemblement national[17].

Organisation[modifier | modifier le code]

Placés sous la présidence de Jean-Marie Le Pen, les Comités Jeanne ont pour secrétaire général Laurent Ozon (2016-2017)[18], puis Lorrain de Saint Affrique (depuis 2017)[19].

Élu[modifier | modifier le code]

Nom Mandat Date Affiliation
Le Pen, Jean-Marie Jean-Marie Le Pen Député européen 2016-2019 APF (2018-2019)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent de Boissieu, « Comités Jeanne (CJ) », France Politique,‎ (lire en ligne).
  2. « Jean-Marie Le Pen lance des comités “Jeanne d'Arc, au secours !” », sur europe1.fr, (consulté le 1er mai 2017).
  3. « Jean-Marie Le Pen crée les comités “Jeanne, au secours !” pour peser sur le FN », sur valeursactuelles.com, (consulté le 1er mai 2017).
  4. « Jean-Marie Le Pen, ostracisé par sa propre famille politique », sur lemonde.fr, (consulté le 1er mai 2017).
  5. Béatrice Houchard, « Le Front national fait la manche pour la présidentielle », sur L'Opinion.fr, (consulté le 5 octobre 2016).
  6. « “Moi, je vote Marine”, annonce Jean-Marie Le Pen », sur lefigaro.fr, (consulté le 1er mai 2017).
  7. « Les bannis du FN font listes communes pour les législatives », sur streetpress.com, (consulté le 1er mai 2017).
  8. « Jean-Marie Le Pen recrute pour les comités “Jeanne, au secours !” », sur leprogres.fr, (consulté le 1er mai 2017).
  9. « Élections législatives », sur jeanneausecours.com (consulté le 1er mai 2017).
  10. Marc de Boni, « Jean-Marie Le Pen prêt à forcer la porte pour assister au bureau politique du FN », sur lefigaro.fr, (consulté le 14 juin 2017).
  11. « Quels partis auront accès au financement public 2018-2022 ? », sur ipolitique.fr, .
  12. « Jean-Marie Le Pen “ne se sent pas incapable” d'être candidat aux européennes », HuffPost,‎ (lire en ligne).
  13. « "Peut-être centenaire", Jean-Marie Le Pen n'exclut pas d'être à nouveau candidat », BFM TV,‎ (lire en ligne).
  14. « Jean-Marie Le Pen : changer le nom du FN, “c'est une trahison” », sur Le Figaro, (consulté le 8 avril 2018).
  15. « Européennes : Jean-Marie Le Pen candidat ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  16. « Européennes : pas de Jean-Marie Le Pen sur la liste RN », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018).
  17. « Élections européennes, en direct : Jean-Marie Le Pen soutient la liste de sa fille », sur CNews, (consulté le 13 avril 2019).
  18. Dominique Albertini, « Jeanne, au secours, Jean-Marie Le Pen lance son mouvement », sur Libération, (consulté le 14 décembre 2017) (inscription nécessaire).
  19. « Communiqué de presse des Comités Jeanne », sur comitejeanne54.wordpress.com, (consulté le 13 mai 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]