Souveraineté, identité et libertés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SIEL.

Souveraineté, identité et libertés
Image illustrative de l’article Souveraineté, identité et libertés
Logotype officiel.
Présentation
Président Karim Ouchikh
Fondation 2011
Siège 3, rue de l'Arrivée
BP 205
75749 Paris Cedex 15
Adhérents 2 000 revendiqués[1]
Positionnement Droite radicale à extrême droite
Idéologie Souverainisme
Identitarisme
Euroscepticisme
Libéralisme[1]
Couleurs Bleu
Site web siel-souverainete.fr
Représentation
Conseillers municipaux
8 / 536 519
Conseillers régionaux
2 / 1 722
Conseillers départementaux
1 / 4 108

Souveraineté, identité et libertés (SIEL, anciennement Souveraineté, indépendance et libertés) est un parti politique souverainiste[2],[3],[4],[5], fondé fin 2011 par Paul-Marie Coûteaux. Membre du Rassemblement bleu Marine de sa création à 2016, le SIEL est alors le principal allié du Front national[6], dont il fait figure de « parti satellite »[7]. En 2014, après des mois de désaccords avec Marine Le Pen, Paul-Marie Coûteaux est remplacé par Karim Ouchikh à la présidence du parti. Jusque-là souverainiste, le SIEL s'oriente alors vers la mouvance identitaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Au sein du Rassemblement bleu Marine (2012-2016)[modifier | modifier le code]

Le mouvement fait alliance avec le Front national lors des législatives de 2012 ; il présente alors 34 candidats soutenus par le FN. Le Siel a vocation, selon son fondateur, ancien eurodéputé du Mouvement pour la France, à accueillir tous les souverainistes de gauche et de droite, en particulier « les amis de Philippe de Villiers » et « les déçus de Nicolas Dupont-Aignan », pour constituer avec le FN et des personnes de la société civile le Rassemblement bleu Marine (RBM)[8],[9],[10],[11],[12]. Le FN compte alors sur la personnalité de Paul-Marie Coûteaux pour attirer vers le RBM des personnalités de droite modérée, venues notamment des milieux eurosceptiques, le SIEL ayant une fonction de « sas »[13].

Pour l'universitaire Emmanuelle Reungoat, « cette proposition de collaboration n'est pas sans rappeler l'élection européenne de 1999, où une alliance électorale souverainiste est montée entre le parti de Philippe de Villiers et la formation gaulliste lancée par Charles Pasqua. Dans ce contexte, et au lendemain de la scission mégrétiste, on choisit alors au FN de mettre en avant, en second de liste aux côtés de Jean-Marie Le Pen, Charles de Gaulle, le petit-fils du Général, qui reste une figure de la défense de la souveraineté nationale au sein des milieux souverainistes »[14].

Partisan d'une union des droites souverainistes au Front national, le SIEL est le coorganisateur annoncé d'« Assises de la refondation de la droite », du 5 au 7 octobre 2012 à Dourdan (Essonne), en vue de la préparation de listes d'union aux élections municipales de 2014[15].

Au sein du Rassemblement Bleu Marine, le SIEL est le seul mouvement autre que le FN à avoir une vie militante[6].

En 2014, le parti se dédouble, avec le lancement d'une organisation de jeunes souverainistes. Le forum de lancement des « Jeunes du SIEL » a lieu le 21 juin 2014, à Paris.

En avril 2014, à la suite d'une série de déclarations controversées de Paul-Marie Coûteaux, Marine Le Pen annonce ne plus vouloir collaborer avec ce dernier[16]. Deux mois plus tard, après avoir tenté un rapprochement avec Nicolas Dupont-Aignan, Coûteaux est évincé de son poste. Le 22 juin, vingt-quatre adhérents, réunis en congrès extraordinaire, « prennent acte » de « l'incapacité opérationnelle et politique de Paul-Marie Coûteaux » et démettent ce dernier de la présidence. Ils réaffirment dans le même temps l'alliance de leur parti avec le FN et condamnent toute idée « d'un rassemblement patriotique étranger au Rassemblement bleu Marine »[17],[18]. Karim Ouchikh, ancien vice-président du RIF, est élu président par intérim. Le 25 octobre, un nouveau congrès a lieu pour élire un nouveau président. À cette occasion, le parti compte plus d'une centaine de nouveaux adhérents ; le camp de Coûteaux accuse alors Ouchikh d'avoir amené « ses voix du FN ». À la suite du retrait de Coûteaux et de ses partisans, Ouchikh est confirmé dans son poste de président par 198 voix d'adhérents sur les 200 présents. L'Obs qualifie cet épisode d'« OPA » de Marine Le Pen sur le « groupuscule de Paul-Marie Coûteaux »[19],[20].

Une fois président, Karim Ouchikh a, d'après Libération, « imprimé au mouvement une ligne identitaire très prononcée et multiplié les liens avec une extrême droite plus radicale que le FN », estimant qu'« une action centrée sur la souveraineté régalienne ne se différenciait guère du FN ou d’un Dupont-Aignan. Et il ne sert à rien de se battre pour cette souveraineté si le socle anthropologique du pays s’évapore sous l’effet des bouleversements de population »[6]. Il serait proche de l’Action française et du Bloc identitaire[13]. Renaud Camus, inventeur du concept de grand remplacement, adhère au parti en novembre 2015, ce que le journaliste Laurent de Boissieu présente comme « l'aboutissement de [la] radicalisation du SIEL »[21]. En , le SIEL prend le nom de « Souveraineté, identité et libertés »[22].

En 2016, le SIEL compte « un millier de membres et quelques dizaines d’élus revendiqués »[6]. Début 2016, Marine Le Pen proscrit la double appartenance FN-SIEL[1]. En vue de l'élection présidentielle de 2017, le SIEL « soutient la candidature de Marine Le Pen tout en regardant avec bienveillance celle de Renaud Camus »[23], et soutient également Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, à la primaire présidentielle des Républicains[24].

Réunis en congrès le 25 février 2017, les adhérents se prononcent à 60,8 % pour un soutien à la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle, malgré le constat de divergences, tout en soutenant des candidatures indépendantes aux législatives [25] . Les parrainages des élus SIEL pour la présidentielle vont à Marine Le Pen , Nicolas Dupont-Aignan et Renaud Camus.

Parti indépendant (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Le 5 novembre 2016, le SIEL quitte le Rassemblement bleu Marine, tout en continuant à soutenir Marine Le Pen pour l'élection présidentielle[26]. Karim Ouchikh justifie cette décision par des « désaccords idéologiques », une « stratégie d’enfermement électoral » et un « rapport indigent à la politique, qui se réduirait au seul clivage mondialiste/patriote » ; il entend ainsi se tourner vers la « droite hors les murs », expression utilisée pour désigner les mouvements et les personnalités qui ne se reconnaissent ni dans le Front national, ni dans Les Républicains[1]. Pour Libération, ce retrait « [signe] l’avis de décès du Rassemblement bleu Marine, ou du moins de la mission d’abord confiée à cette structure »[1]. En avril 2017, le président du SIEL, Karim Ouchikh, relève les mêmes critiques, craignant que la droitisation du discours de Marine Le Pen dans le cadre de la campagne présidentielle pourrait être « une tromperie sur la marchandise » seulement explicable par les difficultés rencontrées par François Fillon ; il assure cependant soutenir malgré tout Marine Le Pen pour le scrutin, la considérant comme la candidate « la moins éloignée » de ses convictions[27]. À l'occasion des élections législatives de 2017, le Siel noue un accord électoral avec les Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen, le Parti de la France, Civitas et la Ligue du Sud[28].

Direction[modifier | modifier le code]

La direction du SIEL est assurée par un comité directeur[15].

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections départementales de 2015[modifier | modifier le code]

Lors des élections départementales de 2015, le SIEL présente 45 candidats dans toute la France, souvent en binôme avec les candidats du Front national[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Dominique Albertini, « Au FN, le Rassemblement bleu Marine prend l'eau », sur liberation.fr, (consulté le 2 novembre 2016).
  2. France Soir 01/12/2011
  3. Le Lab d'Europe 1, 25/01/2013
  4. L'Express 25/01/2013
  5. Lyon Capitale 04/09/2014
  6. a, b, c et d Dominique Albertini, « FN, l’impasse du Rassemblement bleu Marine », sur liberation.fr, .
  7. Extrême-droite : nouveau président pour le SIEL, parti satellite du FN, RTL, 25 octobre 2014
  8. SIEL, un nouveau parti à l'extrême droite, France-Soir, 1er décembre 2011.
  9. http://blogs.lexpress.fr/nouvelles-du-front/2012/01/08/lultimatum-de-paul-marie-couteaux-a-marine-le-pen/
  10. Parmi les candidats du FN aux législatives, une "ouverture" très relative, Le Monde, 23 mai 2012.
  11. Coûteaux : "propos insultants" d'Aliot, Le Figaro, 7 mai 2012.
  12. AFP, « Un porte-parole de Marine Le Pen crée un nouveau parti », sur liberation.fr, (consulté le 14 juin 2016).
  13. a et b Le SIEL, groupuscule à la droite du Front national Le Monde, 16 décembre 2014
  14. Emmanuelle Reungoat, « Le Front national et l'Union européenne », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national : sociologie d'un parti politique, Presses de Sciences Po, , p. 241-242.
  15. a et b Communiqué du SIEL, sur siel-souverainete.fr, le site officiel de Souveraineté, Indépendance et Libertés. . Consulté le 27 juillet 2012.
  16. FN : Marine Le Pen se sépare du souverainiste Paul-Marie Coûteaux, RTL, 14 avril 2014
  17. Le SIEL évince son président Paul-Marie Coûteaux, Le Figaro, 23 juin 2016
  18. Extrême-droite : nouveau président pour le SIEL, parti satellite du FN RTL, octobre 2014
  19. Extrême-droite : nouveau président pour le SIEL, parti satellite du FN, RTL, 25 octobre 2014.
  20. Extrême droite : l'OPA de Le Pen sur le groupuscule de Paul-Marie Coûteaux, L'Obs, 26 octobre 2014.
  21. Laurent de Boissieu, « FN light pour les timides ou FN de demain : où en est le Rassemblement Bleu Marine ? », sur Atlantico, (consulté le 30 avril 2016).
  22. [1]
  23. Karim Ouchikh, « Communiqué du SIEL sur la candidature de Renaud Camus aux élections présidentielles de 2017 », sur siel-souverainete.fr, (consulté le 5 juin 2016).
  24. Ellen Salvi, « Avec Jean-Frédéric Poisson, l’extrême droite s’incruste dans la primaire LR », sur Mediapart, (consulté le 24 octobre 2016).
  25. Karim Ouchikh, « Avec le SIEL, j'apporte mon soutien à Marine Le Pen aux présidentielles et aux candidats de mon parti aux législatives », SIEL - Souveraineté, Identité Et Libertés, (consulté le 19 mars 2017)
  26. « Le seul parti allié du FN claque la porte du Rassemblement Bleu Marine », bfmtv.com, 5 novembre 2016.
  27. M. de B., « Le SIEL n'est pas avare de critiques sur la stratégie du FN », Le Figaro, samedi 1er / dimanche 2 avril 2017, page 5.
  28. Rodrigue Jamin, « Les bannis du FN font listes communes pour les législatives », sur StreetPress, (consulté le 26 avril 2017).
  29. [2]
  30. Liste des candidats SIEL aux départementales 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]