Communauté Université Grenoble-Alpes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Université Grenoble-Alpes.
Communauté Université Grenoble-Alpes
Logo COMUE Université Grenoble-Alpes
Logo COMUE Université Grenoble-Alpes
Informations
Fondation 2009 (PRES)
2014 (statut actuel)
Type Communauté d'universités et établissements (EPSCP)
Budget 550 millions d'euros
Dotation 1,7 millions d'euros (2016)[1]
Localisation
Ville Grenoble, Chambéry, Annecy, Valence
Pays Drapeau de la France France
Campus Domaine universitaire de Grenoble, Grenoble (Presqu’île scientifique, centre-ville, campus Vigny-Musset…), Annecy-le-Vieux, Le Bourget-du-Lac, Jacob-Bellecombette, Valence
Direction
Président Patrick Lévy
Divers
Site web communaute-univ-grenoble-alpes.fr

La communauté Université Grenoble-Alpes[a] est une communauté d'universités et établissements (ComUE) qui fédère les établissements d’enseignement supérieur et les organismes de recherche de l'académie de Grenoble. Son périmètre s’étend sur l’ensemble du sillon alpin, de Valence à Annecy (Grenoble, Chambéry, Annecy et Valence). Elle assure la coopération de ses membres et des missions de mutualisation de services pour l’ensemble du site universitaire.

La communauté université Grenoble-Alpes comprend comme établissements d'enseignement supérieur l'université Grenoble-Alpes, l'Institut polytechnique de Grenoble, l'Institut d'études politiques de Grenoble, l'École nationale supérieure d'architecture de Grenoble et comme organismes de recherche le CNRS et l'Inria. Son siège est situé sur le Domaine Universitaire de Grenoble.

Depuis février 2016, le projet « IDEX Université Grenoble-Alpes : université de l’innovation » est labellisé « Initiative d'excellence ».

Historique[modifier | modifier le code]

En janvier 2005, les quatre universités grenobloises (Grenoble I, Grenoble II, Grenoble III et Grenoble INP) ainsi que l’institut d'études politiques de Grenoble mettent en place un groupement d'intérêt public (GIP) « Grenoble Universités » qui fédère ces établissements d'enseignement supérieur[3].

Dès 2006, l'ensemble universitaire grenoblois s'inscrit dans une démarche de constitution d'un pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES). Une assemblée générale du personnel et des étudiants a lieu le 11 décembre 2006 pour analyser le projet de PRES. Ils reprochent un déni complet des instances démocratiques des quatre universités[4]. De 2007 à 2009, Alain Spalanzani, président de l'université Grenoble-II jusqu'en mai 2012 est le président du GIP. Le 23 juin 2009 est fondé par décret le PRES « université de Grenoble » sous la forme juridique d'un établissement public de coopération scientifique (EPCS)[5]. L'établissement publique ainsi créé remplace le GIP Grenoble universités. Le site grenoblois est lauréat du Plan campus en 2008, mais pas des initiatives d'excellence du PIA 1 en 2011.

Le 8 février 2010, Farid Ouabdesselam, président de l'université Joseph-Fourier est élu président du PRES à la suite d'un vote du conseil d'administration[6]. Le 16 juillet 2010, l'université de Savoie rejoint le PRES en tant que membre fondateur[7].

En 2013, Bertrand Girard, professeur à l'université Toulouse-III devient président du PRES.

Après la loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche de 2013 et la suppression des PRES, la communauté d'universités et établissements (COMUE) «  Université Grenoble Alpes » est créée le , sous la forme juridique d’un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel[8]. Dans le même temps, les trois universités grenobloises souhaitent établir une université unique[9].

Le décret de fusion est signé le 11 septembre 2015, pour une fusion effective le . Le changement de nom de la COMUE, qui devient « Communauté Université Grenoble-Alpes » ainsi que l’association de l'université de Chambéry, l'institut d'études politiques de Grenoble et de l’école nationale supérieure d'architecture de Grenoble à la COMUE sont concomitants[10],[11]. Le siège de la communauté université Grenoble-Alpes se situe sur le domaine universitaire à Saint-Martin-d'Hères.

Après une soumission au vote du personnel de l'université, de ses étudiants, et des habitants de l'agglomération grenobloise, le logo de la nouvelle université Grenoble-Alpes unifiée est choisi, le 9 octobre 2015[12]. Il se décline également pour la COMUE. Le 21 décembre 2015, Patrick Lévy, ancien président de l'université Joseph-Fourier, devient président de la COMUE Université Grenoble-Alpes[13].

Le 14 mars 2016, lors d'une interview , Lise Dumasy, présidente de l'université Grenoble-Alpes, déclare travailler au rattachement de Grenoble École de management à la communauté Université Grenoble-Alpes[14].

En février 2016, le projet « IDEX Université Grenoble Alpes : université de l’innovation » obtient la labellisation Initiative d'excellence du PIA 2[15]. Si la ComUE en est le porteur et Patrick Lévy le coordinateur du projet, les partenaires sont l'université Grenoble-Alpes, Grenoble INP, Sciences Po Grenoble, ENSAG, CNRS, Inria, CEA, Irstéa, Inserm, CHU Grenoble Alpes. La COMUE obtient la troisième plus grosse dotation lui permettant de bénéficier de 25 millions d'euros d'intérêts par an pendant quatre ans[16].

Membres[modifier | modifier le code]

La communauté université Grenoble Alpes comprend les membres suivants[8] :

Associés[modifier | modifier le code]

Les établissements suivants sont associés (au sens de l’article L718-16 du code de l’Éducation) la à communauté université Grenoble Alpes [11] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On constate que la graphie employée pour le nom officiel et celle pour le nom d’usage sont « université Grenoble Alpes[2] ». La graphie utilisée dans l’article est celle qui est conforme à nos conventions typographiques (cf. cette section ainsi que celle-ci), par respect de normes typographiques reconnues et fiables et pour préserver de manière simple et pratique l’homogénéité de la présentation des articles de la présente encyclopédie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Répartition des moyens 2016 aux opérateurs de l'enseignement supérieur du programme 150 – DGESIP B2-2, CNESER du 17 décembre 2015, en euros », sur letudiant.fr [PDF].
  2. Décret no 2015-1132 du portant création de l’université Grenoble Alpes sur Légifrance.
  3. Un PRES pour Grenoble ?, université Joseph-Fourier, 21 novembre 2005.
  4. Compte rendu de l’assemblée du personnel et des étudiants du 11 décembre 2006, FERC-SUP-CGT, consulté sur http://www.ferc-sup.cgt.fr le 18 août 2011.
  5. Décret no 2009-773
  6. Farid Ouabdesselam, président du PRES université de Grenoble, université de Grenoble, consulté sur www.grenoble-univ.fr le 18 août 2011.
  7. L'université de Savoie devient membre fondateur du PRES université de Grenoble, université de Grenoble, 16 juillet 2010, consulté sur http://www.grenoble-univ.fr le 4 mars 2011
  8. a et b Décret no 2014-1675
  9. Camille Stromboni, « Les universités de Grenoble sur la piste de la fusion », sur www.letudiant.fr/educpros,
  10. Décret no 2015-1132 du 11 septembre 2015 portant création de l’université Grenoble Alpes
  11. a et b Décret no 2015-1131 du 11 septembre 2015 portant association d'établissements du site grenoblois
  12. « Découvrez le nouveau logo de l'Université Grenoble Alpes ! », sur logo.univ-grenoble-alpes.fr (consulté le 9 octobre 2015)
  13. placegrenet.fr du 22 décembre 2015, Patrick Lévy prend la tête de la communauté université Grenoble Alpes.
  14. Olivier Rollot, « L’Université Grenoble Alpes sera une grande université européenne à l’image de Munich ou Turin », sur orientation.blog.lemonde.fr,
  15. « L'IDEX est fondamental pour réaliser de nouveaux projets - Ptarick Lévy Université Grenoble-Alpes », sur orientation.blog.lemonde.fr, .
  16. Sylvie Lecherbonnier, « Saison 2 des idex : les dotations sont tombées », sur www.letudiant.fr/educpros, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Textes réglementaires[modifier | modifier le code]