École de physique des Houches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École de physique des Houches
Généralités
Création 1951
Pays Drapeau de la France France
Université Université Grenoble-Alpes
Grenoble INP
Coordonnées 45° 53′ 57″ nord, 6° 46′ 15″ est
Adresse Route de la Côté des Chavants
74310 Les Houches
Site internet houches.univ-grenoble-alpes.fr
Cadre éducatif
Type Service Inter-Universitaire Commun
Directrice Leticia Cugliandolo (2006-)
Niveau Doctorat
Postdoctorat
Formation Physique moderne
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

L'École de physique des Houches est une école d'été fondée en 1951 à Les Houches (Haute-Savoie) par la jeune physicienne française Cécile DeWitt-Morette. De grands noms de la physique y forment de jeunes chercheurs de toutes nationalités aux différents domaines de la physique.

L'école est créée initialement pour faire découvrir la physique moderne aux étudiants français qui, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, accusent un très grand retard dans ce domaine. Au fil des années, l'école s'ouvre à des domaines scientifiques périphériques à la physique et met en place de nouvelles formations tout au long de l'année.

Plusieurs de ses élèves ont reçu par la suite de prestigieuses récompenses telles que le Prix Nobel de physique et la Médaille Fields.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1951, la jeune physicienne française Cécile DeWitt-Morette épouse le physicien américain Bryce DeWitt. Elle se pose alors comme condition de participer à la reconstruction de la recherche et de l'éducation scientifique en France, dévastées par la Seconde Guerre mondiale. Son pays natal est notamment en retard dans l'enseignement et la pratique de la physique moderne (physique quantique, théorie de la relativité...)[1],[2],[3].

Ainsi, en 1951, Cécile DeWitt-Morette fonde avec l'aide de subventions du ministère de l'Éducation nationale, l'École de physique des Houches, une école d'été située à quelques kilomètres de la commune de Les Houches, en Haute-Savoie, au pied du Mont Blanc[1],[2],[3]. Le cadre grandiose de la montagne est idéal pour trouver la paix nécessaire à un travail intellectuel intense[4]. Mais si le cadre est idyllique, les conditions de vie dans des chalets d'alpage sont spartiates. L'école propose huit semaines de cours avancés en physique théorique à une trentaine d'étudiants internationaux, majoritairement français et européens, lors des vacances d'été universitaires. Le premier cours est donné par le physicien belge Léon van Hove et porte sur la mécanique quantique[1],[2],[3].

L'école attire rapidement les plus grands noms de la physique moderne, comme l'italien Enrico Fermi, l'autrichien Wolfgang Pauli, et les américains Murray Gell-Mann et John Bardeen, tout comme de jeunes inconnus tels que le français Philippe Nozières et l'autrichien Walter Kohn. Plusieurs de ses étudiants, alors inconnus, obtiennent par la suite le Prix Nobel de physique comme Pierre-Gilles de Gennes, Georges Charpak et Claude Cohen-Tannoudji, ou la médaille Fields tel qu'Alain Connes. Tous témoignent de leur reconnaissance envers l'école[1].

En 1958, le tout nouveau Science Committee de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) prend l'École de physique des Houches comme modèle pour de nombreuses autres écoles d'été à travers le monde dans le cadre de son programme Advanced Study Institutes[1],[5].

Depuis 1968, l'école est un Service Inter-Universitaire Commun à l'université Grenoble-Alpes (anciennement université Joseph-Fourier - Grenoble-I) et à l'Institut polytechnique de Grenoble[6].

Au fil des années, l'école a suivi les évolutions de la science et s'est ouverte aux domaines périphériques de la physique, comme les mathématiques, les sciences de la Terre, la chimie ou la biologie. En 1977, elle crée le « Centre de Physique » qui propose des conférences plus courtes et plus spécialisées tout au long de l'année. En 1988, elle crée l'« École doctorale » qui propose des formations aux jeunes chercheurs en cours de thèse, voire avant[1]. En parallèle, l'école améliore régulièrement ses conditions d'accueil et d'hébergement par des travaux de rénovation et d'extension[4].

En 2013, l'École de physique des Houches organise sa 100e école d'été qui a pour thème « La cosmologie post-Planck »[7].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Discussion dans la salle de conférence principale pendant l'été 1972. De gauche à droite : Yuval Ne'eman, Bryce DeWitt et Kip Thorne.

Direction[modifier | modifier le code]

L'école est dirigé par un Directeur général assisté d'un Directeur adjoint. La responsabilité scientifique des activités est partagée entre le Directeur général et des Directeurs scientifiques. Toutes ces personnes sont nommées pour cinq ans par le conseil d'administration et son président[6].

Directeurs généraux

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration est composé de 17 membres, dont 7 membres de droit. Les autres membres sont nommés pour quatre ans[6].

Membres de droit

Personnalités scientifiques nommées

  • 2 membres nommés par l'université Grenoble-Alpes
  • 1 membre nommé par l'Institut polytechnique de Grenoble
  • 3 membres nommés par le CNRS
  • 4 membres nommés par le Président sur proposition du conseil d'administration

Financement[modifier | modifier le code]

L'école est subventionnée principalement par l'université Grenoble-Alpes, ainsi que par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). De plus, les différentes sessions sont sponsorisées[6].

Formations[modifier | modifier le code]

L'École de physique des Houches propose trois types de formations[13] :

  • les Écoles d'été
Il y a deux écoles d'été d'une durée de quatre à cinq semaines organisées chaque année pendant les vacances d'été. Les sessions sont destinées aux jeunes chercheurs de toutes nationalités au niveau scientifique élevé, souvent en fin de thèse ou en postdoc. Elles leur permettent d'approfondir leurs connaissances ou de s'initier à un nouveau domaine de recherche. L'enseignement est dispensé par des professeurs prestigieux et chaque session donne lieu à une conférence destinée au grand public.
  • le Centre de Physique
Il propose des sessions d'une à deux semaines organisées toute l'année. Les sessions rassemblent des chercheurs (théoriciens et/ou expérimentateurs, débutants et/ou confirmés) autour d'un thème commun pour échanger leurs connaissances et trouver de nouvelles approches.
  • les Formations doctorales
Elles rassemblent des chercheurs débutants, généralement des doctorants voire des étudiants en master. Elles leur permettent d'acquérir une culture pour situer leur travail dans un contexte plus large.

Sessions de l'école d'été[modifier | modifier le code]

L'École de physique des Houches propose chaque été deux écoles d'été d'une durée de quatre à cinq semaines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « École de physique des Houches - Hier et aujourd'hui », sur le site de l'université Grenoble-Alpes (consulté le 21 novembre 2016).
  2. a, b et c (en) Toni Feder, « Path integrals, Les Houches, and other adventures of Cécile DeWitt-Morette », Physics Today,‎ , p. 28-30 (ISSN 0031-9228, lire en ligne [PDF]).
  3. a, b et c (en) Elizabeth H. Oakes, Encyclopedia of World Scientists, Infobase Publishing, , 852 p. (ISBN 9781438118826, lire en ligne), p. 179-180.
  4. a et b (fr+en) Bernard Pagand, « Note sur l'école de physique théorique des Houches, ou « l'université » à la montagne », Revue de géographie alpine, vol. 83, no 4,‎ , p. 64-72 (lire en ligne).
  5. (en) « Cécile DeWitt-Morette », sur le site de l'université du Texas à Austin (consulté le 21 novembre 2016).
  6. a, b, c et d « Statuts de l'École de physique des Houches », sur le site de l'université Grenoble-Alpes (consulté le 21 novembre 2016).
  7. Sophie Prud'homme, « École de Physique des Houches : et de 100 ! », sur echosciences-grenoble.fr, (consulté le 23 novembre 2016).
  8. [PDF]« CV - Roger Balian », sur le site de l'Académie des sciences, (consulté le 21 novembre 2016).
  9. « Prix Dannie Heineman 2008 attribué à Raymond Stora », sur le site du CNRS (consulté le 21 novembre 2016).
  10. « Jean Zinn-Justin », sur le site de l'EDP Sciences (consulté le 21 novembre 2016).
  11. « François David », sur le site du CEA (consulté le 21 novembre 2016).
  12. « Biographie de Jean Dalibard », sur le site du Collège de France (consulté le 21 novembre 2016).
  13. « Fonctionnement de l'École de Physique des Houches », sur le site de l'université Grenoble-Alpes (consulté le 22 novembre 2016).
  14. « Toutes les sessions des Écoles d'été des Houches », sur le site de l'université Grenoble-Alpes (consulté le 22 novembre 2016).
  15. « Sessions de l'École de Physique des Houches », sur le site de l'université Grenoble-Alpes (consulté le 22 novembre 2016).

Lien externe[modifier | modifier le code]