Lucien Paye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paye (homonymie).
Lucien Paye
Image illustrative de l'article Lucien Paye
Fonctions
Premier président de la Cour des comptes
Prédécesseur André d'Estresse de Lanzac
Successeur Désiré Arnaud
Ministre français de l'Éducation nationale
Prédécesseur Pierre Guillaumat (intérim)
Successeur Pierre Sudreau
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Vernoil (Maine-et-Loire, France)
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Française

Lucien Paye, né le à Vernoil et mort le à Paris[1], est un diplomate et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il effectue sa scolarité au lycée David d'Angers puis au lycée Louis le Grand à Paris.

Normalien, agrégé de lettres, docteur ès lettres, Lucien Paye, arabophone après plusieurs postes au Maghreb, est ministre de l’Éducation nationale du au dans le gouvernement Michel Debré. Il est notamment à l'origine, en 1961, de la création du Concours national de la résistance et de la déportation (CNRD), concours scolaire proposé depuis lors aux élèves des classes de 3e et des lycées.

Il est ensuite haut représentant de la France au Sénégal en 1962, avant d'être le premier ambassadeur de France en Chine populaire de 1964 à 1969. Son action est essentielle dans le domaine des relations culturelles franco-chinoises[2],[3]. Il est Premier président de la Cour des comptes de 1970 à 1972.

Il préside également la commission de réforme du statut de l'ORTF de 1968 à 1970.

Il est le père de Jean-Claude Paye.

Décorations[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Résidence Lucien Paye, Cité internationale universitaire de Paris.

Deux établissements au moins portent son nom : une résidence de la Cité internationale universitaire de Paris mais aussi l'école primaire publique de la commune de Saint-Nolff dans le Morbihan.

Archives[modifier | modifier le code]

Les papiers personnels de Lucien Paye sont conservés aux Archives nationales sous la cote 364AP[5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chantal de Tourtier-Bonazzi et François Pourcelet (avant-propos par Jean Favier), Guide des papiers des ministres et secrétaires d'État de 1871 à 1974, Paris, Archives nationales, 1984, 2e  éd., 282 p. (ISBN 2-86000-099-2), p. 190.
  2. Bernard Krouck, « Un ambassadeur lucide : La première année de Lucien Paye à Pékin », Revue d'histoire diplomatique, vol. 115, no 4, 2002, p. 309-328.
  3. Jacques Guillermaz, Une vie pour la Chine (1937-1993), Paris, Robert Laffont, coll. « Vécu », 1989 (ISBN 2-221-05975-1), et Paris, Hachette, coll. « Pluriel » (no 8567), 1994 (ISBN 2-01-017436-4).
  4. Base Léonore
  5. Voir la notice dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales