Maurice Pardé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maurice Pardé
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Fratrie
Autres informations
Distinctions

Maurice Edmond Pardé, né le à Senlis (Oise)[1] et mort le à Nancy (Meurthe-et-Moselle), est un géographe français, spécialiste de potamologie[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Léon Pardé (1865-1943), inspecteur des Eaux et Forêts, futur directeur de l'école forestière des Barres, et de Jeanne Lebœuf (1869-1943), Maurice Pardé passe son enfance dans le département de l'Oise puis part étudier la géographie à Nancy et à la faculté des lettres de Dijon, dont il sort licencié ès lettres en 1915. Il est successivement professeur de lycée au Puy, à Grenoble, Saint-Rambert, Belfort, et enfin à Bourg-en-Bresse. Sa thèse de doctorat, consacrée au régime hydrologique du Rhône (Grenoble, 1925) est publiée dans la Revue de géographie alpine. Après l'échec de la création d'un Institut d'hydrologie, il est recruté en 1930 comme auxiliaire à l’ENSH de Grenoble, puis nommé en 1932 maître de conférences à la Faculté des Lettres de Grenoble, et enfin professeur titulaire de géographie physique (1935). Fondateur de l'Institut de géographie alpine, il prend sa retraite de l'université en 1966, mais n'en continue pas moins ses travaux d'hydrologie.

Il a été membre correspondant de l'Académie des Sciences (1965), docteur honoris causa de l'Université de Bonn et officier de la Légion d'honneur[3] (1965).

Famille[modifier | modifier le code]

Maurice Pardé est le frère de la résistante Marcelle Pardé et d'Isabelle Pardé (1900-1993), artiste-peintre.

Il est le père de Jean Pardé (1919-2008)[4] ingénieur des eaux et forêts, enseignant-chercheur, spécialiste de dendrométrie[5] et d’Émile Pardé[6], né en 1920, sous-lieutenant de la Santé Navale, résistant mort au Maquis de l'Oisans le . Il avait aussi deux filles, Madeleine qui a épousé Jean Guillon ( déporté résistant à Dachau) et Hélène qui a épousé le Canadien Pierre Couillard de Lespinay[7], et un autre fils Jacques.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Loup, « Maurice Pardé (notice nécrologique) », Revue de géographie alpine, vol. 62, nos 62-2,‎ , p. 133-136

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n°345, état civil de la ville de Senlis, archives départementales de l'Oise.
  2. Université Joseph Fourier Grenoble I.G.A : « http://iga.ujf-grenoble.fr/communication/parde/bib_parde.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  3. D'après « Fiche de Maurice Pardé », sur Base Léonore des dossiers de la Légion d'honneur
  4. Pierre de Laubier, « Généalogie de Jean Pardé », sur geneanet.org (consulté le 13 février 2020)
  5. Jean-Luc Peyron, « En mémoire de Jean Pardé (1919-2008), forestier naturaliste et humaniste, homme de sciences et de lettres », sur documents.irevues.inist.fr, Revue forestière française, (consulté le 12 février 2020)
  6. « Notice d'Emile Pardé », sur memorialgenweb.org (consulté le 13 février 2020)
  7. Parents de Philippe Couillard de Lespinay, Premier ministre du Québec de 2014 à 2018.