Aurélien Barrau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrau.
Aurélien Barrau
Description de cette image, également commentée ci-après

Aurélien Barrau

Naissance (44 ans)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Formation
Université Joseph Fourier

Aurélien Barrau, né le à Neuilly-sur-Seine, est un astrophysicien spécialisé dans la physique des astroparticules, des trous noirs et en cosmologie. Il travaille au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie de Grenoble sur le polygone scientifique. Il est également professeur à l'université Grenoble-Alpes.

Il a été invité en tant que visiteur à l'Institute for Advanced Study (IAS) de Princeton, à l'Institut des hautes études scientifiques (IHES) de Bures-sur-Yvette[1] et à l'Institut Perimeter (PI) de physique théorique au Canada[2].

Il est (ou a été) membre du comité de direction du Centre de physique théorique de Grenoble-Alpes et du Laboratoire d'excellence ENIGMASS, et responsable du master de Physique subatomique et de cosmologie de Grenoble. Il est membre nommé du Comité National de la Recherche Scientifique, section "physique théorique".

Études[modifier | modifier le code]

  • Classes préparatoires Math-sup et Math-spé P' au lycée Pasteur (Neuilly-sur-Seine) en 1990-1992.
  • Ingénieur de l'École Nationale Supérieure de Physique de Grenoble (ENSPG-INPG) en 1995, major de promotion.
  • DEA Physique de la Matière et du Rayonnement (filière physique subatomique) de l'Université Joseph-Fourier en 1995, major de promotion, mention TB.
  • Doctorat de l'Université Joseph-Fourier, délivré le 19 février 1998 avec la mention très honorable et les félicitations du jury. Titre de la thèse: "Astrophysique gamma de très haute énergie, étude du noyau actif de galaxie mrk501 et implications cosmologiques". Travail mené au LPNHE-Paris.
  • Habilitation à diriger des recherches, délivré le 15 juin 2004 . Titre du mémoire: "À la lumière des trous noirs primordiaux".

Activité scientifique[modifier | modifier le code]

Ses activités expérimentales ont porté sur l’astronomie gamma : il a étudié l’émission à très haute énergie des quasars — ou noyaux actifs de galaxies — et utilisé ces résultats, avec Jean-Loup Puget (responsable de l’expérience Planck), pour une mesure originale du fond diffus infrarouge venant des premières galaxies. Il s’est ensuite tourné vers l’expérience de recherche d’antimatière et de matière noire AMS, actuellement en fonctionnement sur la Station Spatiale Internationale ; puis vers le très grand télescope LSST dédié à la compréhension de l’énergie noire, dont il est responsable de l’étalonnage de la caméra.

Ses activités théoriques se sont portées sur les couplages entre les champs quantiques et les trous noirs. Il a montré que l’évaporation de Hawking des trous noirs gardait l’empreinte de l’existence éventuelle de dimensions supplémentaires[3] ou d’une modification de la théorie gravitationnelle[4] et a proposé de nouvelles manières de rechercher des trous noirs primordiaux[5]. Dans le domaine de la cosmologie quantique, il a étudié les conséquences observationnelles, dans le rayonnement cosmologique fossile, des effets qui pourraient avoir eu lieu proche du Big Bang[6]. Il a proposé — en particulier avec Martin Bojowald — un modèle de « Big Bounce », issu de la gravitation quantique à boucles, où le temps disparaîtrait à très haute densité et où la structure de l’espace-temps deviendrait euclidienne[7]. Il travaille également, avec Carlo Rovelli, sur la possibilité que les trous noirs soient en réalité des objets en rebonds ou « étoiles de Planck »[8]. Il a émis différentes hypothèses originales sur le rôle de la constante cosmologique[9], la nature de la matière noire[10] et l’interprétation de la mécanique quantique.

Il est membre — avec Roger Penrose et Lee Smolin — du conseil scientifique du centre Sami Maroun pour la gravitation quantique.

Il interagit également avec des artistes, écrivains et cinéastes, notamment Michelangelo Pistoletto (dans le cadre d’une rencontre au musée du Louvre)[11], Olafur Eliasson (dans le cadre du Palais d’Hivers de Vienne), Hélène Cixous (dans le cadre de la Maison de la poésie) et Claire Denis (dans le cadre d’un long métrage à venir)[12]. Il est membre du comité de rédaction de la revue de poésie Hors Sol[13], de la revue culturelle Diacritik [14], ainsi que président d’honneur de Formes élémentaires, association qui a pour but l'élaboration d'expositions d'art contemporain en dialogue avec les sciences [15] .

Il est également Docteur en philosophie de l’université Paris-Sorbonne[16] (thèse affiliée aux Archives Husserl de l’ENS-Ulm) et a collaboré avec Jean-Luc Nancy.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions scientifiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institut des Hautes Etudes Scientifiques, « Rapport d'activité de l'IHES », sur http://www.ihes.fr/jsp/site/Portal.jsp
  2. (en) Institut Perimeter, « Page A. Barrau à Institut Perimeter », sur https://www.perimeterinstitute.ca/fr
  3. (en) Phys. Lett. B, « Gauss-Bonnet Black Holes at the LHC », sur http://www.sciencedirect.com
  4. (en) Phys. Rev. Lett., « Probing Loop Quantum Gravity with Evaporating Black Holes », sur http://journals.aps.org
  5. (en) Astronon. Astrophys., « Antiprotons from Primordial Black Holes », sur http://www.aanda.org
  6. (en) Phys. Rev. Lett., « Cosmological Footprints of Loop Quantum Gravity », sur http://journals.aps.org/prl
  7. (en) JCAP, « Anomaly-free cosmological perturbations in effective canonical quantum gravity », sur http://jcap.sissa.it
  8. (en) Phys. Lett. B, « Planck star phenomenology », sur http://www.sciencedirect.com
  9. (en) JCAP, « Our Universe from the cosmological constant », sur http://iopscience.iop.org
  10. (en) Annalen der Physik, « Peculiar relics from primordial black holes », sur http://onlinelibrary.wiley.com
  11. Musée du Louvre, « Un monde meilleur », sur http://www.louvre.fr
  12. Les Inrocks, « Le prochain film de Claire Denis », sur http://www.lesinrocks.com/
  13. Hors Sol, « Ours Hors Sol », sur http://hors-sol.net/revue/
  14. Diacritik, « Ours Diacritik », sur https://diacritik.com
  15. « Association Formes élémentaires », sur http://www.formeselementaires.com
  16. Paris-4, « Thèse de Aurélien Barrau », sur http://www.paris-sorbonne.fr/
  17. Université Joseph-Fourier - Grenoble 1, « Aurélien Barrau lauréat 2012 du prix Thibaud », sur http://www.ujf-grenoble.fr
  18. Institut universitaire de France, « Présentation d'Aurélien Barrau », sur http://iuf.amue.fr
  19. (en) Cern Courrier, « Academy of Lyon presents the 2012 Prix Thibaud », sur http://cerncourier.com

Liens externes[modifier | modifier le code]