Réfugiés de la guerre civile syrienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Des réfugiés de Tabqa en 2017.

Les réfugiés de la guerre civile syrienne, ou réfugiés syriens, sont des ressortissants syriens qui ont fui leur pays à la suite de l'escalade de la guerre civile, constituant ainsi en 2015 la plus importante population de réfugiés au monde[1]. Pour échapper à la répression, aux violences et à la conscription, environ quatre millions de personnes ont fui le pays[2] pour se rendre dans un pays voisin (Jordanie, Liban, Turquie, Irak ou Kurdistan irakien).

À partir de 2014 et surtout 2015, une partie d'entre eux gagne l'Europe, contribuant avec les réfugiés d'autres pays à créer ce qui sera qualifié de crise migratoire. « La crise des réfugiés syriens est devenue la plus importante situation d'urgence humanitaire de notre ère et pourtant le monde ne répond pas aux besoins des réfugiés et des pays qui les accueillent », a déclaré le António Guterres, Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés[3].

Nombre de réfugiés dans les pays voisins de la Syrie (au )[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En entre six et huit millions de personnes sont déplacées à l'intérieur de la Syrie, cependant que quatre millions ont quitté le pays pour se réfugier à l'étranger, principalement pour les pays voisins Liban, Turquie et minoritairement en Europe. Au total, plus de la moitié de la population Syrienne est déplacée[5].

Chiffres[modifier | modifier le code]

Nombre et emplacement des syriens fuyant la violence au
Des réfugiés dans le camp de Zaatari.
Réfugiés syriens à travers le monde
Pays Estimés Enregistrés Date % pop.
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 890 000 184 054 0,08
Drapeau de l'Autriche Autriche 10 555[6] 0,12
Drapeau de la Belgique Belgique 5 235[6] 0,05
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 11 195[6] 0,15
Drapeau du Brésil Brésil 1 740[7] 0
Drapeau du Canada Canada 27 190 29 818 0
Drapeau de Chypre Chypre 2 000[6] 0,18
Drapeau du Danemark Danemark 11 035[6] 0,19
Drapeau de l'Égypte Égypte 132 375[8] 132 375[8] 0,15
Drapeau des États-Unis États-Unis 121[9] 0
Drapeau de l'Espagne Espagne 2 865[6] 0,01
Drapeau de l'Estonie Estonie 25[6] 0
Drapeau de la Finlande Finlande 455[6] 0,01
Drapeau de la France France 5 035[6] 0,01
Drapeau de la Grèce Grèce 1 825[6] 0,02
Drapeau de la Hongrie Hongrie 7 560[6] 0,08
Drapeau de l'Irak Irak 249 463[10] 249 463[10] 0,69
Drapeau de l'Irlande Irlande 60[6] 0
Drapeau de l'Italie Italie 2 090[6] 0
Drapeau de la Jordanie Jordanie 629 266[11] 629 266[11] 7,93
Drapeau de la Lettonie Lettonie 75[6] 0
Drapeau du Liban Liban 1 113 941[12] 1 113 941[12] 18,94
Drapeau de la Lituanie Lituanie 5[6] 0
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 150[6] 0,03
Drapeau de Malte Malte 815[6] 0,18
Drapeau de la Norvège Norvège 3 635[6] 0,07
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 12 865[6] 0,08
Drapeau de la Pologne Pologne 480[6] 0
Drapeau du Portugal Portugal 165[6] 0
Drapeau de la Tchéquie République tchèque 235[6] 0
Drapeau de la Roumanie Roumanie 1 810[6] 0,01
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 6 375[6] 0,01
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 45[6] 0
Drapeau de la Slovénie Slovénie 190[6] 0,01
Drapeau de la Suède Suède 57 390[6] 0,59
Drapeau de la Suisse Suisse 9 717[13] 0,11
Drapeau de la Tunisie Tunisie 4 000[14] 4 000[14] 0.04
Drapeau de la Turquie Turquie 1 938 999[15] 1 938 999[15] 2,53

Argentine[modifier | modifier le code]

L'Argentine a décidé en d'offrir un refuge à des milliers de Syriens déplacés. En , plus de 300 familles de réfugiés syriens sont déjà arrivés en Argentine[16].

Australie[modifier | modifier le code]

L'Australie devrait accueillir 12 000 réfugiés de Syrie et d’Irak[17]. L'Australie place dans des camps sur des îles les demandeurs d'asile.

Brésil[modifier | modifier le code]

Le Brésil a déjà accueilli 2 000 réfugiés syriens ; c'est le pays d'Amérique qui en a accueilli le plus[18].

Canada[modifier | modifier le code]

L'ancien gouvernement conservateur de Stephen Harper voulait accueillir 10 000 réfugiés syriens, dans un pays qui n'en a accueilli que 2 000 entre 2011 et 2015.

Ceci fut un enjeu politique lors des élections fédérales canadiennes de 2015, chaque parti ayant des ambitions différentes : 46 000 réfugiés d’ici 2019 pour le Nouveau Parti démocratique dont 10 000 immédiatement, 25 000 réfugiés syriens pour les libéraux dès leur élection le cas échéant[19].

À la suite de la victoire du Parti libéral du Canada, le nouveau premier ministre canadien Justin Trudeau annonce qu'il respectera sa promesse électorale d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici la fin de 2015. Cette annonce suscite de nombreuses réactions au sein des différents paliers gouvernementaux et, à la suite d'une rencontre avec les premiers ministres des provinces canadiennes, il décida de modifier son échéancier : le Canada accueillera 10 000 réfugiés syriens d'ici la fin de 2015, le reste sera accueilli au début de l'année 2016. Les premiers arrivants sont accueillis le , on compte en date du réfugiés syriens en terre canadienne

Les provinces du Québec et de l'Ontario accueilleront 70 % des réfugiés, 7 500 au Québec et 10 000 en Ontario.

Le samedi, , le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté John McCallum annonce l'arrivée du 25000e réfugié sur le sol canadien, arrivé par avion à l'Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Espace Schengen[modifier | modifier le code]

Campement dans la gare de l'Est de Budapest (Keleti pu.), .

L'espace Schengen n'a pas su gérer l'arrivée de réfugiés de la guerre civile syrienne, de par les politiques non convergentes de ses différents États membres.

Allemagne[modifier | modifier le code]

un camp à Hambourg Hamburg-Jenfeld

L'Allemagne est le pays européen ayant accueilli le plus grand nombre de réfugiés syriens. Le , l'Allemagne annonce qu'elle suspend le renvoi des réfugiés syriens vers leur pays d'entrée dans l’Union européenne[20]. Les autorités ont dénombré l'arrivée de 105 000 demandeurs d'asile en et 270 000 migrants sont arrivés en septembre, dont une grande proportion de Syriens qu'il est sur le moment impossible de préciser. Devant cet afflux difficilement gérable, l'Allemagne réintroduit des contrôles à ses frontières à la mi-septembre[21].

Autriche[modifier | modifier le code]

En 2015, on estime qu'il y a au moins 18 000 réfugiés syriens en Autriche. En 2018, 48,103 Syriens résident en Autriche[22].

Suède[modifier | modifier le code]

La Suède accueille des milliers de réfugiés syriens qui ont fui la guerre civile syrienne. Depuis , la Suède accorde l'asile permanent à tous les réfugiés syriens qui en font la demande. C’est le premier pays européen à fournir des titres de séjour permanents aux réfugiés syriens.

France[modifier | modifier le code]

La France est dénoncée par le Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe pour ses très faibles engagements en matière d'accueil des Syriens, et ses délais de procédure, en contradiction avec ses déclarations générales d'intention[23]. Malgré le « choc émotionnel » causé par la diffusion de la photographie du cadavre d'un enfant sur une plage, une majorité de Français se déclare le surlendemain défavorable à un assouplissement des règles d'octroi du statut de réfugié en faveur des Syriens pour cause de guerre[24].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Entre 2011 et 2015, les États-Unis ont accueilli 1 800 Syriens[25],[26].

Sur l'année -, les États-Unis avaient accueilli 70.000 réfugiés du monde entier[26].

Le , les États-Unis indiquent qu'ils devraient accueillir entre 5 000 et 8 000 réfugiés syriens en 2016[27],[26].

Le , le président Barack Obama annonce que les États-Unis devraient accueillir au moins 10 000 réfugiés syriens en 2016[28], point confirmé par le secrétaire d'État américain John Kerry [26].

La méthode américaine consiste à recruter les réfugiés dans les camps et à demander un engagement écrit de remboursement du billet d'avion et à travailler dans les 90 jours[29].

Les États-Unis comptent accueillir 85 000 réfugiés, dont 10 000 Syriens en 2016 et puis 100 000 en 2017 (-)[26]. Après son investiture en 2017, Donald Trump interdit l'entrée sur le territoire américain des citoyens de 7 pays considérés comme musulmans et interdit notamment l'entrée aux réfugiés syriens[30].

Islande[modifier | modifier le code]

À la suite d'un mouvement social sur internet, plus de 10 000 Islandais ont déclaré leur intention d'héberger un réfugié syrien. Cette initiative n'a toutefois pas entraîné un changement de position de la part du gouvernement d'Islande[31].

Jordanie[modifier | modifier le code]

Camp de réfugiés de Zaatari

La Jordanie accueille 80 000 réfugiés dans le camp de Zaatari.

En Jordanie, le nombre de réfugiés est estimé entre 600 000 et 1 400 000 suivant les sources, mais le nombre de réfugiés syriens entrés sur le territoire a été limité à 90 000 en 2014 et 10 000 en 2015 en raison de la peur du risque terroriste[32].

Liban[modifier | modifier le code]

Le Liban, où traditionnellement les flux migratoires avec la Syrie se faisaient sans aucun contrôle, est le pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés. En cumulé, plus de 3 millions de personnes sont entrées dans le pays à mi-, menaçant de le déstabiliser en termes économiques, sociaux et de sécurité, la population des Syriens présente sur le sol libanais représentant entre le quart et le tiers de la population totale selon les périodes. Pour lutter contre cette pression démographique, le gouvernement instaure en une obligation de visas, et appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités[33]. Ces mesures s'accompagnent de mesures discriminatoires telles que des couvre-feu, mises en place au niveau local par la police ou par des comités d'auto-défense, en réaction notamment à des infiltrations de djihadistes[34]. L’afflux de nouveaux réfugiés syriens sur le a changé les dynamiques du marché du travail libanais dans diverses régions du pays. En effet, l’arrivée de cette potentielle nouvelle main d’œuvre syrienne se fait alors ressentir au sein de quelques territoires où la concentration de réfugiés est plus forte notamment à Tripoli[35]. En conséquence, on constate l’apparition de divers établissements commerciaux dans la ville. Cette nouvelle concurrence économique gênent certains commerçants libanais. Il s'agit là d'un facteur de soutien des tensions généralisées qui règnent entre certains Libanais et certains nouveaux arrivants syriens[35].

Le Liban a pris la décision d'éviter la création massive de camps[36]. Les Syriens doivent donc louer des chambres d'hôtel ou des appartements à des prix excessifs, ou lorsqu'ils n'ont pas les moyens, vivre dans des abris précaires. Leur travail sur place dans les secteurs de l'agriculture ou chez des artisans créent des tensions avec la population locale en raison de la concurrence induite, notamment par celles des enfants qui acceptent des salaires de 2 à 5 dollars par jour afin de survivre. Une aide alimentaire d'urgence est nécessaire pour assister ces personnes en complément des solidarités ; toutefois en , l'Organisation des Nations unies annonce une réduction de son plan d'aide pour des raisons budgétaires. Une scolarisation des enfants est prévue, avec un financement de l'UNICEF, mais elle est limitée par les capacités d'accueil et les moyens financiers mis en place à 104 000 enfants en 2014 et 140 000 enfants en 2015, à comparer aux 400 000 enfants en âge d'être scolarisés[37],[38].

Ces conditions de pauvreté et de précarité - 70 % des réfugiés disposent de moins de 3 euros par jour pour vivre - incitent une partie des Syriens à quitter le pays, et en , les flux vers la Turquie, qui est l'un des rares pays à ne pas réclamer de visa, est estimé à 10 000 personnes par semaine, une autre partie rejoignant les pays de l'UE[39].

Plusieurs centaines de femmes syriennes sont réduites en esclavage sexuel au Liban par des réseaux de prostitution. Début , un réseau est démantelé dans la banlieue de Beyrouth, 71 femmes sont délivrées et une vingtaine de proxénètes sont arrêtés[40].

Toutefois, Pour Bassil, les pays arabes devraient accueillir des réfugiés syriens[41]. Le ministre des affaires étrangères libanais Gebran Bassil plaide pour une solution régionale de l'accueil des réfugiés syriens et estime que "Les pays arabes doivent partager le fardeau de l'accueil des réfugiés qui fuient la guerre en Syrie".

Le , François Hollande annonce que la France va fournir une aide au gouvernement libanais pour gérer l'afflux de réfugiés syriens. Une aide financière de 100 millions d'euros devrait être débloquée sur une période de 3 ans. Cette aide s'accompagnera d'une assistance à l'armée libanaise afin de lui donner «les moyens matériels pour renforcer la capacité du Liban à assurer sa sécurité»[42].

À partir de 2017, les autorités libanaise s'activent cependant pour expulser les réfugiés syriens[43]. Le Liban fait état de 325 000 départs « non forcés » entre 2017 et , mais plusieurs ONG mettent en doute le caractère volontaire des retours[43]. Entre juin et , des habitations en béton et des tentes sont détruites par l'armée[43]. Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), 35 000 réfugiés syriens au Liban sont alors potentiellement concernés par les démolitions, dont 15 000 à Aarsal[44].

Mali[modifier | modifier le code]

En , plusieurs centaines de réfugiés syriens sont signalés dans le nord du Mali. Après être arrivés en Mauritanie par avion, ces derniers cherchent alors à gagner l'Algérie en passant par le Mali qui ne réclame pas de visa. La plupart franchissent la frontière à Bassikounou en passant par le camp de réfugiés de M'bera, puis ils gagnent la ville de Ber, pour ensuite se rendre à In Khalil[45],[46],[47],[48].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni s'est dit prêt a accueillir 20 000 réfugiés syriens [49].

Russie[modifier | modifier le code]

Fin la Cour suprême de la fédération de Russie rejette la demande d'asile formulée par dix réfugiées syrien en alléguant qu’il n’y a « pas de guerre en Syrie » mais simplement une « opération antiterroriste ». Les associations russes d'aide aux réfugiés s'inquiètent de cette décision susceptible de faire jurisprudence et de contraindre au départ les réfugiés syriens sur le territoire russe, évalués à 12 000 selon un recensement de 2015[50].

Tunisie[modifier | modifier le code]

Le secrétaire d’État à l’Émigration et à l’Intégration sociale (Ministère des Affaires sociales), Belgacem Sabri, a indiqué que la Tunisie a accueilli plus de 4 000 réfugiés syriens au [14].

Turquie[modifier | modifier le code]

2,7 millions de réfugiés syriens se trouvent en Turquie. 10 % d'entre eux se trouvent dans des camps de réfugiés.

La Turquie maintenant une exception géographique à la Convention de Genève, ils disposent seulement d'une protection temporaire et non du plein statut de réfugiés. Les enfants sont scolarisés à la marge, les permis de travail difficiles à obtenir, les entreprises turques rechignant à déclarer des travailleurs avantageusement employés au noir, pour des salaires très faibles[51].

Le camp de Nizip accueille 10 000 personnes qui peuvent sortir travailler au cours de la journée jusqu'à 19 heures. Le camp est doté de marchés du camp, de deux écoles et d'un centre de santé. Le prix de la traversée vers l'Europe se situe entre 2 500 et 4 000 dollars, suivant le pays de destination.

« Ce que la Turquie a offert aux Syriens, aucun autre pays, qu’il soit arabe ou ami de la Syrie ne l’a fait », selon le témoignage d'un homme[52].

De janvier à , au moins 60 civils syriens sont tués par des militaires turcs en essayant de franchir la frontière[53].

En 2019, la Turquie intensifie également les expulsions de force[43]. En , Ankara fait état de 337 729 départs, tous volontaires, depuis le début de la guerre[43]. Mais plusieurs ONG contestent le caractère volontaire des retours[43].

Quelque 100 000 Syriens ont obtenu la nationalité turque et 120 000 un permis de résidence. Ces personnes appartiennent généralement à des catégories aisées, titulaires d'un diplôme universitaire et propriétaires de biens immobiliers en Turquie. Trois millions et demie de réfugiés ont été placés sous « protection temporaire », un statut précaire et restrictif, qui leur donne le droit de séjourner et d’accéder aux soins gratuits, mais leur interdit l'ouverture d'un compte bancaire et l'obtention du permis de conduire, restreint l'accès au marché du travail, et implique de s'enregistrer dans sa ville d'arrivée et de ne pas en sortir sans autorisation. Près d'un quart de ceux vivant en ville et plus de la moitié de ceux vivant en campagne n'ont accès ni à un hôpital ni à un dispensaire de santé primaire[54].

L’extrême droite turque a exploité la mort de soldats turcs dans les combats en Syrie afin d'attiser 1 ressentiment envers les réfugiés syriens. En , à la suite de la mort d'une trentaine de soldats turcs en Syrie lors de combats contre l’armée syrienne, des magasins tenus par des réfugiés ont été attaqués. Sinan Oğan, ancien député du Parti d'action nationaliste (MHP) déclare : « La société est choquée de voir les [réfugiés] syriens fumer le narguilé alors que les soldats turcs meurent au combat pour leur pays ; elle est choquée de voir des gens qui pourraient défendre leur pays contre les terroristes alors qu'ils piquent-niquent et importunent nos femmes »[54].

Venezuela[modifier | modifier le code]

Le Venezuela a dit vouloir accueillir 20 000 réfugiés syriens[55].

Retours[modifier | modifier le code]

En 2018, alors que l'armée syrienne a repris l'avantage, certains réfugiés tentent de regagner la Syrie[56]. Le retours sont cependant être risqués. Un formulaire est adressé à chaque personne de retour en Syrie, lui demandant de s'engager à ne pas protester « en dehors des limites de la loi », à ne pas publier de contenu insultant les autorités et à coopérer avec les agents de sécurité[56]. Elles doivent aussi dresser la liste de leur participation aux manifestations et fournir leurs informations personnelles comme le numéro de passeport et leurs adresses courriel[56]. Certaines personnes sont arrêtées ou voient leur passeport confisqué[56]. Ces accords, violés par le régime, sont donc qualifiés de piège, empêchant toute contestation pacifique et permettant de poursuivre les opposants politiques présumé[57],[58].

Human rights watch et Amnesty International dénoncent les arrestations arbitraires, disparitions forcées et diverses formes de harcèlement : "dans tous les cas, les personnes ciblées - anciens dirigeants politiques ou militaires de l’opposition, activistes des médias, travailleurs humanitaires, transfuges et membres des familles d’activistes et d’ex-combattants anti-gouvernementaux - avaient signé des accords de réconciliation avec le gouvernement". Au moins 500 arrestations ont été dénombrées par des ONG locales à Deraa et dans la Ghouta entre août 2018 et mai 2019. Plus de 230 personnes ont disparu dans le gouvernorat de Deraa après avoir été interpelées[59],[60],[58].

Jamil Hassan, le chef du Service de renseignement de l'armée de l'air déclare : « Une Syrie avec 10 millions de personnes fiables, obéissantes envers ses dirigeants est bien meilleure qu'une Syrie composée de 30 millions de vandales »[56].

Œuvre culturelle[modifier | modifier le code]

  • Le choix des autres, documentaire sur le quotidien d'une famille de réfugiés syriens en Jordanie. Par Pierre-Julien Quiers et Séverine Vanel[61].
  • « Paroles d’enfants syriens, la misère entre deux jardins », reportage diffusé sur LCP[62].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Commission européenne Crise en Syrie Fiche-info
  2. (en)Syria Regional Refugee Response, UNHCR, Sept. 2015
  3. « http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/search?page=search&docid=53ff7cbbc&query=refugies_syriens »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Site de l'UNHCR
  4. (en) Syria's refugee crisis in numbers, Amnesty International, 4 septembre 2015
  5. Human Right Watch 15.11.2015 [2]
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z et aa Cartographie et nombre de réfugiés syriens dans l'Union européenne, EUI
  7. Le Brésil voit ses réfugiés syriens devenir le premier groupe de réfugiés du pays. En portugais: Brasil concede nº recorde de refúgios em 2014; sírios já são o maior grupo
  8. a et b Estimation du nombre de réfugiés syriens en Égypte, UNHCR
  9. Les États-Unis ont réinstallé 121 des 2 millions de réfugiés syriens. En anglais: America has resettled 121 of Syria's 2m refugees
  10. a et b Estimation du nombre de réfugiés syriens en Irak, UNHCR
  11. a et b Estimation du nombre de réfugiés syriens en Jordanie, UNHCR
  12. a et b Estimation du nombre de réfugiés syriens au Liban, UNHCR
  13. Effectif des personnes dans le processus asile en Suisse par nation au 31.8.2019
  14. a b et c 4000 réfugiés syriens en Tunisie, Ministère tunisienne des affaires sociales
  15. a et b Estimation du nombre de réfugiés syriens en Turquie, UNHCR
  16. Presstv.ir, « PressTV-S America ready to welcome Syrian refugees », (consulté le )
  17. Le pas de deux de l’Australie face aux réfugiés
  18. Le Brésil accueille les réfugiés syriens à « bras ouverts », déclare Dilma Rousseff http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Le-Bresil-accueille-les-refugies-syriens-a-bras-ouverts-declare-Dilma-Rousseff-2015-09-08-1353376
  19. Réfugiés syriens: Ottawa met sur pied un fonds d’urgence http://journalmetro.com/actualites/national/840058/refugies-syriens-ottawa-met-sur-pied-un-fonds-durgence/
  20. L’Allemagne suspend le renvoi des réfugiés syriens vers leur pays d’entrée dans l’UE
  21. [3] La Libre Belgique 30.09.2015
  22. « Bevölkerung nach Staatsangehörigkeit und Geburtsland », sur www.statistik.at (consulté le )
  23. Réfugiés syriens: pourquoi la France en fait le moins que l'Allemagne et la Suède, L'Express, 19 février 2015
  24. Réfugiés: les Français majoritairement opposés à ce que la France imite l'Allemagne (sondage), Le Point, 5 septembre 2015
  25. Crise des réfugiés : comment Washington compte accueillir 10.000 Syriens http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Crise-des-refugies-comment-Washington-compte-accueillir-10.000-Syriens-2015-09-12-1355500
  26. a b c d et e Migrants : les États-Unis veulent accueillir 85.000 réfugiés en 2016 www.lejdc.fr/france-monde/actualites/a-la-une/international/2015/09/20/migrants-les-etats-unis-veulent-accueillir-85-000-refugies-en-2016_11591813.html La forteresse américaine s'ouvre un peu plus aux réfugiés www.lapresse.ca/international/crise-migratoire/201509/20/01-4902207-la-forteresse-americaine-souvre-un-peu-plus-aux-refugies.php
  27. États-Unis : entre 5 000 et 8 000 réfugiés accueillis en 2016
  28. (en)U.S. will accept 10,000 Syrians, fewer than refugee advocates seek
  29. Réfugiés: Comment les Etats-Unis vont-ils accueillir 10 000 Syriens d’ici l’an prochain ? www.20minutes.fr/monde/1688215-20150916-refugies-comment-etats-unis-vont-accueillir-10000-syriens-an-prochain
  30. « Donald Trump durcit la politique d’immigration pour stopper les « terroristes islamiques » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  31. Plus de 10 000 Islandais proposent d'héberger des réfugiés syriens, le Figaro, 1er septembre 2015
  32. Réfugiés syriens : en Jordanie, l’approche sécuritaire prime désormais sur l’humanitaire http://fr.timesofisrael.com/refugies-syriens-en-jordanie-lapproche-securitaire-prime-desormais-sur-lhumanitaire/
  33. Pour réguler l'afflux des réfugiés syriens, le Liban impose des visas, Le Monde, 5 janvier 2015
  34. La guerre en Syrie gangrène peu à peu le Liban, Le Monde, 3 janvier 2015
  35. a et b Élisabeth Longuenesse, « Travailleurs étrangers, réfugiés syriens et marché du travail », Confluences Méditerranée, no 92,‎ , p. 33–47 (ISSN 1148-2664, DOI 10.3917/come.092.0033, lire en ligne, consulté le )
  36. Jonathan Hassine, Les réfugiés et déplacés de Syrie : une reconstruction nationale en question, Paris, L'Harmattan, , 254 p. (ISBN 978-2-343-08267-7), p. 209
  37. Réfugiés syriens au Liban: "Imaginez 24 millions de réfugiés en France", L'Express, 3 décembre 2014
  38. Au Liban, le triste sort des « petits réfugiés » syriens, Le Monde, 3 septembre 2015
  39. http://www.france24.com/fr/20150904-refugies-syriens-liban-exode-turquie-europe-allemagne, RFI, 4 septembre 2015
  40. Paul Khalifeh, Liban: des centaines de Syriennes transformées en esclaves sexuelles, RFI, 17 juin 2016.
  41. Bassil appelle les pays arabes à accueillir des réfugiés syriens http://www.lorientlejour.com/article/943738/bassil-appelle-les-pays-arabes-a-accueillir-des-refugies-syriens.html
  42. lefigaro.fr, « La France va aider le Liban », sur Le Figaro (consulté le )
  43. a b c d e et f Réfugiés: le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre, L'Obs avec AFP, 16 août 2019.
  44. Des ONG dénoncent de nouvelles destructions d'abris de réfugiés syriens au Liban, AFP, 9 août 2019.
  45. [vidéo] Par Pauline Simonet, Salima Belhadj, Laurent Berstecher, Bangaly Touré, Reportage exclusif auprès de dizaines de familles syriennes refugiées au Mali, France 24, 14 décembre 2015.
  46. La nouvelle route des réfugiés syriens passe par… Bamako, France 24, 11 décembre 2015.
  47. Mali : des centaines de réfugiés syriens, BBC, 11 décembre 2015.
  48. En route pour l’Europe, des réfugiés syriens se retrouvent au Mali, Le Monde, 21 décembre 2015.
  49. « Le Royaume-Uni prêt à accueillir 20 000 réfugiés syriens », sur lepoint.fr,
  50. Isabelle Mandraud, « La Russie refuse l’asile à dix Syriens car « il n’y a pas de guerre en Syrie » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. Dorothée Schmid, La Turquie en 100 questions, Texto, , p. 218
  52. Réfugiés syriens : dans les camps turcs “nous sommes en sécurité” http://fr.euronews.com/2015/09/09/refugies-syriens-dans-les-camps-turcs-nous-sommes-en-securite/
  53. Syrie: les gardes turcs tuent huit Syriens à la frontière, RFI, 19 juin 2016.
  54. a et b Ariane Bonzon, « Ces indésirables réfugiés syriens », sur Le Monde diplomatique,
  55. Le Venezuela veut accueillir des réfugiés syriens http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/08/97001-20150908FILWWW00191-le-venezuela-veut-accueillir-20000-refugies-syriens.php
  56. a b c d et e Delphine Minoui, Syrie : la «réconciliation» au prix de l'effacement de la mémoire, Le Figaro, 22 août 2018.
  57. Nohad Topalian à Beyrouth, « Les Syriens qui reviennent sont arrêtés et torturés par le régime », sur Al-Mashareq (consulté le )
  58. a et b « Syrie, le piège de la « réconciliation » », sur France Culture (consulté le )
  59. « Syrie : Arrestations et harcèlement dans les zones reconquises », sur Human Rights Watch, (consulté le )
  60. Luc Mathieu, « Syrie : «Réconciliation ou pas, ça ne change rien», les arrestations continuent », sur Libération (consulté le )
  61. « "Le choix des autres" : une vie de réfugiés en documentaire », Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. Par Aude Carasco, « L’enfance volée des petits Syriens », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]