Université Pierre-Mendès-France - Grenoble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Pierre-Mendès-France
(Grenoble-II)
Logo de l'université Grenoble II
Logo de l'université Grenoble II
Informations
Fondation 1970
Dissolution 1er janvier 2016
Type Université publique (EPSCP)
Budget 91,5 millions d'euros
Localisation
Coordonnées 45° 11′ 22″ N 5° 46′ 12″ E / 45.189523, 5.770102145° 11′ 22″ Nord 5° 46′ 12″ Est / 45.189523, 5.7701021
Ville Grenoble, Valence
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Campus Domaine universitaire de Grenoble
Direction
Président Sébastien Bernard
Chiffres clés
Personnel 686 (en 2010[1])
Enseignants 689 (en 2010[1])
Étudiants 17 826 (en 2009-2010)
Divers
Affiliation Communauté Université Grenoble-Alpes
Site web http://www.upmf-grenoble.fr

Géolocalisation sur la carte : Grenoble Métropole

(Voir situation sur carte : Grenoble Métropole)
Université Pierre-Mendès-France(Grenoble-II)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université Pierre-Mendès-France(Grenoble-II)

L’université Pierre-Mendès-France - Grenoble (aussi appelée UPMF ou Grenoble-II), nommée ainsi en l'honneur de Pierre Mendès France, est une université française ayant existé entre 1970 et 2015. Principalement implantée sur le domaine universitaire de Grenoble, certains de ses sites étaient délocalisés, notamment à Valence.

Les domaines d'enseignement abordés sont les Sciences humaines et sociales, l'Économie et le Droit. Quelques disciplines scientifiques, notamment l'Informatique, sont étudiées. L’UPMF a une tradition d’expérimentation dans le domaine de l’interdisciplinarité.

Le 11 septembre 2015, le décret de fusion des trois universités grenobloises est signé pour une fusion effective le 1er janvier 2016[2], créant ainsi la nouvelle entité Université Grenoble-Alpes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Université de Grenoble[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université de Grenoble Alpes .

L'origine de l’université de Grenoble remonte à 1339. L’Université Grenoble II est mise en place en 1970, en application de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur du 12 novembre 1968. En 1985, l'université obtient de nouveaux statuts en application de la loi du 22 janvier 1984. L'université adopte la dénomination "Pierre Mendès France" (UPMF) en 1991, et signe le premier contrat d’établissement avec le Ministère. En 2009, la fondation du PRES Université de Grenoble, future communauté Université Grenoble-Alpes, qui regroupe les établissements universitaires de l'académie annonce le regroupement de toutes les universités grenobloises prévu en 2016.

Liste des Présidents de l'université[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Bernard (2012-2015)
  • Alain Spalanzani (2007-2012)[3]
  • Claude Courlet (2002-2007)
  • François Petit (1997-2002)
  • Guy Romier (1992-1997)
  • Bernard Pouyet (1987-1992)
  • Michel Rousset (1980-1987)
  • Paul Leroi (1975-1980)
  • Jean-Louis Quermonne (1970-1975)

Organisation et structure[modifier | modifier le code]

L'université compte diverses composantes chargées de l'enseignement, réparties entre unités de formation et de recherche (UFR), écoles et instituts[4].

Formation et recherche[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

  • Mustapha Rachdi, professeur de mathématiques, spécialiste en statistiques
  • Philippe Saltel, professeur de philosophie, spécialiste de l'histoire de la philosophie morale
  • Denis Vernant, professeur de philosophie, spécialiste de la philosophie du langage, la pragmatique et la dialogique ainsi que la philosophie de l'action et la praxéologie

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

La vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

1988 1989 1990 1991 1992 1995 1997 1998
13 629[5] 14 854[5] 16 429[5] 17 261[5] 18 974[5],[6] 20 179[6] 18 770[6] 18 725[6]
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
18 805[6] 18 600[7] 18 510[8] 18 576[9] 18 247[10] 18 703[11] 18 596[12] 18 238[13]
2007 2008 2009 2010 2011 - - -
18 073[14] 18 137[15] 17 826[16] 17 636[17] 17 417[18] - - -

Œuvres d'art[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1], Bilan social 2010
  2. « Les décrets de la fusion des trois universités de Grenoble », sur http://www.ac-grenoble.fr
  3. [2]
  4. Les composantes, www.upmf-grenoble.fr, consulté le 8 décembre 2011
  5. a, b, c, d et e Comité national d'évaluation 1993, p. 15
  6. a, b, c, d et e Comité national d'évaluation 2002, p. 17
  7. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  8. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  9. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  17. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  18. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  19. Pierre szekely, Point de vue
  20. Pierre szekely, Parole
  21. Pierre szekely, Front
  22. François Deck, Faire le chemin en marchant

Bibliographie[modifier | modifier le code]