Institut Néel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut Néel
Image illustrative de l'article Institut Néel

Création 2007
Siège Grenoble
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 45° 12′ 21″ nord, 5° 41′ 54″ est
Rattachement CNRS
Directeur Etienne Bustarret
Disciplines physique de la matière condensée
Chercheurs statutaires 175
Doctorants 30 / an
Site web neel.cnrs.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Institut Néel

Géolocalisation sur la carte : Grenoble

(Voir situation sur carte : Grenoble)
Institut Néel

L'Institut Néel est un laboratoire de recherche en physique de la matière condensée situé à Grenoble qui dispose d'un effectif de 450 personnes dont 175 chercheurs et chercheurs enseignants. Ce nom a été donné en l'honneur du scientifique Louis Néel, venu s'installer à Grenoble dès 1940 et devenu le principal instigateur du polygone scientifique de Grenoble à la fin des années 1950.

Il s'agit d'une unité propre de recherche du CNRS (UPR2940) créée en 2007 par regroupement de quatre laboratoires de recherche : le Centre de Recherches sur les très basses températures (CRTBT), le laboratoire d’étude des propriétés électroniques des solides (LEPES) le laboratoire Louis Néel (LLN) et le Laboratoire de cristallographie (LdC)[1].

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Installée sur 15 000 m2, l'activité de recherche de l'Institut Néel est centrée sur la recherche fondamentale en physique de la matière condensée avec des incursions dans les domaines de la chimie, l'ingénierie et les sciences du vivant. Les principaux domaines abordés sont[2] :

Organisation[modifier | modifier le code]

Le laboratoire qui emploie 450 personnes dont 125 chercheurs, 50 enseignants-chercheurs et une trentaine de doctorants par an est organisé en trois départements scientifiques[3],[4] :

  • Le département Nanosciences ou NANO (180 personnes) étudie les propriétés physiques d’objets nanométriques, ainsi que leur utilisation en vue d’applications dans les domaines de l’énergie, des techniques de l’information, et de la biologie
  • Le département Matière Condensée - Basses Températures ou MCBT (90 personnes) étudie la matière condensée aux basses températures et dispose dans ce domaine d'une reconnaissance internationale.
  • Le département Matière Condensée - Matériaux et Fonctions ou MCMF (130 personnes) met au point et réalise des études cristallographiques ou spectroscopiques et modélise des matériaux fonctionnels.

Le 12 avril 2013, l'institut a inauguré un bâtiment considéré comme exceptionnel en Europe pour un coût de 17 millions d'euros, conçu par l'agence Philippe Jammet Architecte[5],[6]. Sur une superficie de 2 600 m2, l'architecture du bâtiment Nanosciences a été spécialement conçue pour limiter au maximum l'influence des vibrations mécaniques, des perturbations électriques, acoustiques, thermiques, hygrométriques et magnétiques sur les expérimentations qui y sont réalisées[7],[8],[9].

Médiatisation de découvertes[modifier | modifier le code]

L'institut Néel fait partie des principaux laboratoires français impliqués dans la mission du satellite Planck qui a dévoilé le côté dynamique de l'Univers entre 2009 et 2013[10]. L'institut est également très impliqué dans le stockage d'énergie magnétique supraconductrice.

L'institut Néel travaille en collaboration avec l'université de Strasbourg et l'Institut de technologie de Karlsruhe à la maitrise de champs électriques visant à développer de nouveaux types de circuits électroniques pour l’informatique quantique[11].

En matière de très basse température, l'institut possède un savoir-faire unique lui permettant de développer un type de réfrigérateur à dilution fonctionnant dans l'espace en apesenteur. L'industriel Air liquide a développé le modèle de vol de ce cryostat qui permet un fonctionnement optimal des détecteurs de l'observatoire spatial Planck à une température de 0,1 kelvin (−273,05 °C)[12]. Un autre projet coordonné par l'Institut Néel dans le domaine spatial s'est concrétisé en 2016 grâce à ces très basses températures comme la caméra NIKA 2 composée de détecteurs supraconducteurs maintenus à une température de 0,15 kelvin et installée dans le télescope de l'IRAM en Espagne[13]. Avec NIKA 2, les chercheurs pourront étudier des objets froids encore inexplorés dans l'Univers.

Accès du site[modifier | modifier le code]

Le site de l'institut Néel est desservi par la ligne B du tramway et par les lignes de bus urbaines C6, 22 et 54. Des lignes de bus interurbaines le desservent également : Express 1 à destination de Voiron ou Crolles, Express 2 à destination de Voreppe ou Froges, 5100 à destination de Villard-de-Lans et 5110 à destination de Lans-en-Vercors.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]