Jules Macé de Lepinay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jules Macé de Lepinay
Biographie
Naissance
Décès
(à 53 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Faculté des sciences de Marseille (1854-1971) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dir. de thèse
Distinction

Jules Charles Antonin Macé de Lépinay, né le à Grenoble et décédé le à Marseille[1], est un physicien français.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Macé de Lépinay est une famille d'ancienne bourgeoisie originaire de Bretagne[2]. Jacob Macé de Lépinay (1739-1806) était bourgeois de Plouer-sur-Rance, (Ille-et-Vilaine).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Macé de Lépinay entre à l'École normale supérieure en 1872, il est reçu major à l'agrégation de physique en 1875 et soutient sa thèse pour le doctorat ès sciences en 1879 intitulée Recherches expérimentales sur la double réfraction accidentelle, préparée au laboratoire de physique de la Faculté des sciences de Grenoble sous la direction de Jules Violle. Ses résultats sont publiés dans les Annales de chimie et de physique de 1880 (5e série, tome 19). Il dirige ensuite un laboratoire à Marseille, où travailleront Charles Fabry et Alfred Perot, et est professeur à la Faculté des sciences de l'Université d'Aix-Marseille. En 1891, il est un des trois fondateurs de l'École d'ingénieurs de Marseille.

Il est chevalier de la Légion d'honneur[3].

On lui doit notamment un analyseur de polarisation à pénombre construit par Amédée Jobin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, sous la direction de Paul Masson, tome XI, p. 309.
  2. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, éd. Sedopols, 2012, p.533
  3. Base Léonore du ministère de la Culture et de la Communication, consultée le 13 avril 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]