Marie Dorin-Habert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dorin.
Marie Dorin-Habert
Image illustrative de l'article Marie Dorin-Habert
Marie Dorin Habert en décembre 2011
Contexte général
Sport Biathlon
Période active De 2005 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : France Française
Naissance (31 ans)
Lieu de naissance Lyon (Rhône)
Taille 1,68 m
Poids de forme 55 kg
Club CO 7 Laux
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 1 1
Championnats du monde 5 8 4
Coupe du monde (globes ind.) 0 4 2
Coupe du monde (épreuves ind.) 7 10 11

Marie Dorin-Habert, née le à Lyon, est une biathlète française, vice-championne olympique avec le relais en 2010 et quintuple championne du monde, grâce à ses titres lors du sprint et de la poursuite en 2015, ainsi que lors du relais mixte, de l'épreuve de l'individuelle et de la mass start en 2016. Elle détient également à son palmarès une médaille de bronze olympique obtenue en sprint en 2010, un total de six victoires en Coupe du Monde et seize médailles aux championnats du monde (dont dix en relais).

Marie Dorin-Habert réalise un exploit exceptionnel lors des Championnats du monde d'Oslo en mars 2016 dans le stade d'Holmenkollen : outre ses trois titres, elle s'adjuge les médailles d'argent du sprint puis du relais dames avec l'équipe de France, ainsi que le bronze de la poursuite, assurant ainsi sa présence sur les podiums des six courses au programme.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

En juin 2011, elle épouse Loïs Habert, également membre de l'équipe de France de biathlon[1]. Ils sont les parents d'une petite Adèle née à la fin de l'année 2014.

Elle étudie la biologie de 2010 à 2014 à l'université Grenoble-Alpes. Elle suit le master 2 « Biodiversité, écologie, environnement », et bénéficie d'un aménagement pédagogique réservé aux sportifs de haut niveau[2].

Parcours sportif[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Après avoir découvert la pratique du ski de fond au club du CO 7 laux, Marie a commencé le biathlon en 2000 lors de son entrée au comité du Dauphiné. Elle intègre la section sport-études de Villard-de-Lans puis fait ses débuts en coupe d'Europe en 2003 à l'occasion d'un sprint à Ridnaun-Val Ridanna.

Le , une semaine après avoir figuré pour la première fois dans un top 10 en terminant dixième, la Française monte sur son premier podium en Coupe du monde à l'occasion d'une poursuite organisée à Khanty-Mansiïsk en Russie. Neuvième du sprint disputé la veille, ce qui constitue déjà son meilleur résultat individuel, Marie Dorin améliore son résultat lors de la poursuite en échouant une seule fois sur le pas de tir. Elle n'est finalement devancée que par l'Allemande Magdalena Neuner et l'Italienne Michela Ponza[3].

Médaillée olympique[modifier | modifier le code]

Le , elle remporte la médaille de bronze à l'épreuve de sprint du biathlon (7,5 km) lors des Jeux olympiques d'hiver de 2010 de Vancouver, créant ainsi la surprise et apportant la première médaille de ces Jeux à la délégation française avec un 10/10 au tir[4]. Elle se pare également d'argent lors de ces mêmes Jeux avec le relais français : après avoir pris le troisième relais en première position, succédant à Sylvie Becaert puis Marie-Laure Brunet, elle connait un premier tir couché compliqué, trois pioches et deux tours de pénalités[5], puis doit réaliser une nouvelle pioche sur le tir debout. Toutefois, son parcours en ski de fond, le meilleur temps des biathlètes du troisième relais, lui permet de placer Sandrine Bailly en troisième position, à 1 minute 05 de la tête occupée par les Russes, et environ vingt secondes des Allemandes[6]. Sandrine Bailly, malgré une pioche contre, et aucune à l'Allemande Andrea Henkel, parvient à rejoindre celle-ci et la dépasser pour remporter la deuxième place

Le dur temps de la confirmation[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2010-2011, ses résultats de début de saison ne confirment pas les espoirs entraperçus aux Jeux de 2010. Elle est régulièrement dominée par sa compatriote Marie-Laure Brunet. Mais lors des épreuves américaines de février à Fort Kent et Presque Isle, elle retrouve son adresse au tir et le chemin du podium terminant deuxième de la poursuite de Presque Isle le 6 février 2011[7] puis troisième, toujours en poursuite, à Fort Kent le 12 février 2011[8].

En mars 2011, elle débute les Championnats du monde 2011 à Khanty-Mansiïsk par une troisième place lors du relais mixte le 3 mars. Prenant le relais de Marie-Laure Brunet, en douzième position, elle concède trois pioches sur le tir debout et occupe la septième place lorsque Alexis Bœuf lui succède. La performance de celui-ci et de Martin Fourcade permet au relais bleu d'accrocher le podium[9]. Sur les épreuves individuelles, elle termine huitième du sprint, puis quinzième de la poursuite et sixième de l'individuelle[10]. Lors de la mass-start, elle se présente en tête sur le pas de tir lors du dernier tir debout mais elle commet une faute et laisse ses adversaires partir pour la lutte pour les médailles. Elle termine une nouvelle fois dans les dix premières, en huitième position[11]. Le dernier jour, lors du relais féminin, elle prend le dernier relais en troisième position devant l'Allemande Magdalena Neuner. Celle-ci la reprend rapidement sur la piste mais Marie Dorin parvient à rester à ses côtés pratiquement jusqu'à son deuxième tir. Lors de celui-ci, elle réalise un sans faute qui lui permet de repartir en troisième position, la dernière relayeuse biélorusse connaissant des problèmes au tir. Elle remporte ainsi la quatrième médaille française de ces championnats, derrière l'Allemagne[12]. Cette médaille se transforme en septembre 2011 en argent après le déclassement des Ukrainiennes en raison du contrôle positif, à l'éphédrine, de Oksana Khvostenko[13]. Avec 726 points, elle termine pour la première fois de sa carrière parmi les dix meilleures biathlètes de la saison, avec une septième place. Elle est par ailleurs dixième de l'individuelle et du sprint, septième de la poursuite et neuvième de la course en ligne.

La saison 2011-2012, marque une stagnation dans les résultats de Marie Dorin : elle termine à neuf reprises dans le Top 10 avant les Championnats du monde 2012 à Ruhpolding, son meilleur résultat étant une quatrième place lors du sprint à Oslo Holmenkollen. Lors des mondiaux, elle termine neuvième du sprint puis de la poursuite, puis échoue à la quatrième place lors de l'individuelle, à trois secondes de la médaille de bronze[14]. Le 10 mars elle remporte la médaille d'argent lors du relais féminin, en compagnie de Marie-Laure Brunet, Sophie Boilley et Anaïs Bescond[15]. Elle termine finalement à la neuvième place au classement général de la coupe du monde, avec un total de 749 points. Elle termine également dans les dix premières de trois spécialités, l'individuelle, la poursuite et la course en ligne.

Meilleurs résultats en coupe du monde[modifier | modifier le code]

podium avec trois biathlètes, chacune tenant un bouquet dans la main.
Marie Dorin sur le podium à Pokljuka.

Après une saison 2011-2012 sans aucune place sur le podium, elle met un terme à cette période sans résultats probants au début de la saison 2012-2013. Le 15 décembre 2012 elle remporte la troisième place de la poursuite individuelle de Pokljuka en Slovénie après une cinquième place la veille en sprint, retrouvant ainsi une place sur un podium de Coupe du monde de biathlon[16].

Elle annonce être déçue par ses performances lors des Championnats du monde 2013 à Nové Město, où elle termine dix-huitième en sprint, seizième en poursuite, neuvième sur l'individuelle et la course en ligne. Dans le relais, les Françaises terminent sixième d'une course où elles connaissent beaucoup d'échecs aux tirs, treize pioches, Marie Dorin connaissant trois échecs sur le tir debout alors qu'une médaille était encore envisageable avant celui-ci[17]. Toutefois, elle obtient une nouvelle médaille avec la médaille d'argent obtenue lors de la première épreuve de ces mondiaux, le relais mixte, où elle concoure avec Marie-Laure Brunet, Alexis Bœuf et Martin Fourcade. Partie en septième position et à quarante-trois secondes de la Norvégienne Synnøve Solemdal, elle transmet le relais à Alexis Bœuf avec un retard de 28 secondes sur la tête. Martin Fourcade termine finalement deuxième derrière la Norvège dont le dernier relayeur est Emil Hegle Svendsen[18].

Après ces mondiaux, le 2 mars 2013, elle obtient son second podium de la saison en terminant deuxième de la poursuite d'Oslo derrière l'intouchable Tora Berger[19]. Après une nouvelle quatrième place lors de l'épreuve de sprint de Sotchi, elle termine sa saison de coupe du monde lors de l'étape de Khanty-Mansiysk par une dix-huitième place lors du sprint, puis une quatrième lors de la poursuite, avec le meilleur temps de ski[20], et enfin par une deuxième place lors de la mass-start derrière Gabriela Soukalová[21]. Ces bons résultats en fin de saison lui permettent de terminer quatrième au classement général de la coupe du monde, avec dix-sept points de retard sur l'Allemande Andrea Henkel, troisième. Elle termine par ailleurs sur le podium pour le classement de la poursuite, derrière Tora Berger et Andrea Henkel, quatrième du sprint et de la mass-start, et onzième de l'individuelle. Avec ces performances, elle réalise la meilleure saison de sa carrière[21].

Au cours de la première étape de la Coupe du monde 2013-2014 disputée à Östersund, Dorin-Habert se blesse en dehors de la compétition, se donnant une entorse de la cheville gauche couplée à une rupture ligamentaire tibiofibulaire. Elle ne peut donc pas participer à l'étape française de la coupe du monde et n'est pas certaine d'être apte à participer aux Jeux olympiques de Sotchi[22]. Elle fait son retour sur le circuit de la Coupe du monde lors de l'étape d'Antholz-Anterselva où elle est alignée sur le relais féminin, course finalement interrompue en raison des conditions climatiques[23].

Pour sa première épreuve des Jeux olympiques de Sotchi, le sprint, elle termine à la vingtième place en réalisant un sans faute sur le pas de tir. Elle ponctue sa saison par une troisième place lors de la mass-start de l'étape d'Oslo, à l'issue de laquelle elle annonce sa grossesse[24].

En décembre 2014, plusieurs semaines après la naissance de sa fille, elle annonce son retour à la compétition pour les épreuves d'Oberhof, se déroulant début janvier. Le 7 mars, deux mois après son retour à la compétition, Marie Dorin-Habert remporte l'épreuve du sprint 7,5 kilomètres aux championnats du monde de Kontiolahti en Finlande, avec une seule faute au tir[25]. Elle s'adjuge le lendemain, le titre de la poursuite 10 kilomètres, devant l'Allemande Laura Dahlmeier et la Polonaise Weronika Nowakowska, et ce malgré trois fautes au tir[26]. Elle complète sa moisson de médailles lors de ces championnats du monde par deux médailles d'argent sur les deux épreuves de relais (féminin et mixte).

Un exploit exceptionnel aux Championnats du monde d'Oslo[modifier | modifier le code]

En , après sa victoire au sprint du Championnat de France de biathlon en skis-roues, son entraîneur Julien Robert estime qu'elle peut figurer parmi les trois premières de la Coupe du monde 2015-2016[27]. Durant cette coupe du monde (hors championnats du monde), elle termine six fois sur le podium, et remporte notamment le sprint de Pokljuka. Lors des championnats du monde se déroulant à Oslo, elle débute la compétition par un titre mondial avec le relais mixte, qui est composé d'elle-même, d'Anaïs Bescond, de Quentin Fillon Maillet et de Martin Fourcade. Quelques jours plus tard, elle participe au sprint où elle termine sur la deuxième marche du podium derrière la Norvégienne Tiril Eckhoff, puis le lendemain, lors de la poursuite, elle décroche la médaille de bronze. Le 9 mars, elle devient championne du monde de l'épreuve de l'individuelle, en devançant sa compatriote et amie Anaïs Bescond [28],[29],[30] et remporte ainsi sa quatrième médaille lors de ces championnats du monde. Lors de l'épreuve du relais féminin avec Justine Braisaz, Anaïs Bescond et Anaïs Chevalier, elle est la dernière relayeuse qui s'en va décrocher la médaille d'argent derrière les Norvégiennes.

Pour la dernière épreuve de ces championnats, la mass start, elle remporte un cinquième titre mondial avec un 20 sur 20 au tir, et termine la compétition avec un palmarès de six médailles en autant d'épreuves (trois en or, deux en argent, une en bronze), total que seule la Norvégienne Tora Berger est parvenue à réaliser à Nové Město na Moravě en 2013[31]. À la suite de ses excellentes performances aux mondiaux, elle n'a plus que 69 points de retard sur Gabriela Soukalova pour la course au grand globe de cristal, alors qu'elle en avait 135 avant le début de ces championnats du monde. Ainsi, sachant que les points des deux moins bonnes performances de l'année sont retirées à l'issue de la saison pour chaque biathlètes, tout est relancé avant la dernière tournée à Khanty-Mansiïsk en Russie. Cependant, lors du sprint, ses espoirs de conquérir le gros globe s'envolent, puisqu'elle finit dixième tandis que dans la même temps la Tchèque s'empare de la deuxième place.

Saison 2016-2017[modifier | modifier le code]

Elle débute la coupe du monde de biathlon 2016-2017 en Suède, à Östersund, où pour commencer elle signe une victoire associée à Martin Fourcade sur le relais simple. Pour la première épreuve solo de sa saison, l'individuelle de 15 km, elle termine à une décevante 19e place, elle qui est pourtant très attendue pour ce début de saison. Toutefois, elle s'est superbement reprise trois jours plus tard sur le sprint, en signant sa sixième victoire de sa carrière, devant Kaisa Mäkäräinen et la gagnante du gros globe de l'année précédente, Gabriela Koukalová[32]. Toutefois, malgré son départ en première position, elle rate sa poursuite en finissant 7e, notamment à cause de nombreuses erreurs au tir (six pénalités).

Pour la deuxième étape de cette coupe du monde se déroulant à Pokljuka en Slovénie, elle débute par une contre-performance lors du sprint (17e). Mais grâce à un 19/20 au tir, elle remonte lors de la poursuite pour échouer au pied du podium. Après l'étape de Nove Mesto qui clôture l'année 2016 et où elle n'obtient pas de résultats notables, Marie-Dorin Habert prend début janvier la troisième place du sprint d'Oberhof avant, 24 heures plus tard, de remporter la poursuite dans le froid et le vent, en prenant le meilleur sur Gabriela Koukalová au dernier tir debout (une erreur contre deux) pour s'imposer avec plus de 38 secondes d'avance sur la biathlète tchèque, sa deuxième victoire cette saison et la septième de sa carrière[33].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Vue de profil de Marie Dorin, tenant ses deux bâtons regroupés dans les deux mains.
Marie Dorin en 2010.

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Mass start Relais Relais mixte
Jeux olympiques 2010
Drapeau : Canada Vancouver
51e Médaille de bronze, Jeux olympiques 17e 16e Médaille d'argent, Jeux olympiques Épreuve inexistante à cette date
Jeux olympiques 2014
Drapeau : Russie Sotchi
39e 20e 14e - Abandon 6e

Légende :

  • Médaille d'or, Jeux olympiques : première place, médaille d'or
  • Médaille d'argent, Jeux olympiques : deuxième place, médaille d'argent
  • Médaille de bronze, Jeux olympiques : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • - : Non disputée

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Mass start Relais Relais mixte
Mondiaux 2009
Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang
33e 42e 18e - Médaille de bronze, monde -
Mondiaux 2011
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
6e 8e 15e 8e Médaille d'argent, monde Médaille de bronze, monde
Mondiaux 2012
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
4e 9e 9e 6e Médaille d'argent, monde 11e
Mondiaux 2013
Drapeau : République tchèque Nové Město
9e 18e 16e 9e 6e Médaille d'argent, monde
Mondiaux 2015
Drapeau : Finlande Kontiolahti
- Médaille d'or, monde Médaille d'or, monde 8e Médaille d'argent, monde Médaille d'argent, monde
Mondiaux 2016
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Médaille d'or, monde Médaille d'argent, monde Médaille de bronze, monde Médaille d'or, monde Médaille d'argent, monde Médaille d'or, monde
Mondiaux 2017
Drapeau : Autriche Hochfilzen
40e 7e 6e 7e Médaille de bronze, monde Médaille d'argent, monde

Légende :

  • Médaille d'or, monde : première place, médaille d'or
  • Médaille d'argent, monde : deuxième place, médaille d'argent
  • Médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • - : Non disputée

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général : 2e en 2016.
  • 59 podiums[34] :
    • 28 podiums individuels : 7 victoires, 10 deuxièmes places et 11 troisièmes places.
    • 21 podiums en relais : 2 victoires, 12 deuxièmes places et 8 troisièmes places.
    • 10 podiums en relais mixte : 4 victoires, 3 deuxièmes places et 3 troisièmes places.

Dernière mise à jour le 19 mars 2017

Différents classements en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Saison Individuelle Sprint Poursuite Mass start Général
Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position
2007-2008 2/3 - - 6/10 - - 1/8 - - 0/5 - - 9/26 0 NC
2008-2009 4/4 22 53e 10/10 103 31e 7/7 136 17e 3/5 51 30e 24/26 314 28e
2009-2010 4/4 43 35e 10/10 219 14e 6/6 111 19e 5/5 98 19e 25/25 492 17e
2010-2011 4/4 110 10e 10/10 265 10e 7/7 211 7e 5/5 140 9e 26/26 726 7e
2011-2012 3/3 107 7e 10/10 234 13e 8/8 246 9e 5/5 172 8e 26/26 749 9e
2012-2013 3/3 84 11e 10/10 325 4e 8/8 277 3e 5/5 175 4e 26/26 843 4e
2013-2014 0/2 - - 3/9 75 44e 3/8 93 32e 1/3 48 24e 7/22 216 35e
2014-2015 1/3 26 39e 7/10 233 11e 4/7 155 13e 3/5 112 16e 15/25 526 15e
2015-2016 3/3 152 2e 9/9 336 2e 8/8 331 3e 5/5 236 2e 25/25 1028 2e
2016-2017 3/3 66 13e 9/9 297 4e 8/9 346 4e 5/5 147 6e 25/26 856 4e

Dernière mise à jour le 19 mars 2017

  • Courses : nombre d'épreuves disputées/nombre total d'épreuves ; Points : nombre de points en Coupe du monde ; Position : classement en Coupe du monde[35].
  • Les épreuves des Jeux olympiques et des championnats de monde sont comptabilisées par l'Union internationale de biathlon (International Biathlon Union ou IBU) comme des épreuves de coupe du monde. Les épreuves des Jeux olympiques n'accordent en revanche plus de points pour la Coupe du monde à partir de 2014.

Victoires[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Sprint Poursuite Individuelle Mass start Total
2014-2015 Drapeau : Finlande Kontiolahti (Ch du monde) Drapeau : Finlande Kontiolahti (Ch du monde) 2
2015-2016 Drapeau : Slovénie Pokljuka Drapeau : Norvège Holmenkollen (Ch du monde) Drapeau : Norvège Holmenkollen (Ch du monde) 3
2016-2017 Drapeau : Suède Östersund Drapeau : Allemagne Oberhof 2
Total 3 2 1 1 7
mise à jour au 7 janvier 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marie et Lois se sont dit "oui" », sur ski-nordique.net, (consulté le 20 août 2011)
  2. Marie Dorin-Habert retrouve le succès à Oslo site de l'université Joseph-Fourier
  3. (en) Jerry Kokesh, « Neuner Victorious in Pursuit », (consulté le 8 mars 2013)
  4. Laurent Vergne, « Dorin, la divine surprise », sur http://www.eurosport.fr, (consulté le 14 février 2010)
  5. « JO 2010 : le relais de biathlon féminin donne l'argent à la France », sur lemonde.fr,
  6. (en) « RELAIS 4X6 KM FEMMES - COMPETITION ANALYSIS / ANALYSE DE LA COMPÉTITION », sur ibu.blob.core.windows.net
  7. « Dorin derrière la référence », sur eurosport.fr, (consulté le 8 mars 2013)
  8. « Dorin en forme olympique », sur eurosport.fr, (consulté le 8 mars 2013)
  9. « Du bronze pour commencer », sur eurosport.fr (consulté le 8 mars 2013)
  10. « Ekholm titrée, Dorin 6e », sur eurosport.fr (consulté le 9 mars 2013)
  11. « Neuner au-dessus du lot », sur eurosport.fr, (consulté le 9 mars 2013)
  12. Marc Ventouillac, « Les Bleues dans la tradition », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 13 mars 2011)
  13. « Les Bleues récupèrent l'argent mondial », sur ledauphine.com,
  14. « Brunet l'a fait », sur lequipe.fr, (consulté le 7 mars 2012)
  15. Mirko Hominal, « Les Françaises décrochent une magnifique médaille d'argent », sur ski-nordique.net, (consulté le 8 mars 2013)
  16. « Pokljuka : Premier podium pour Marie Dorin en poursuite 10km », sur eurosport.fr,
  17. « Mondiaux Nove Mesto : Tora Berger et la Norvège toujours au sommet », sur eurosport.fr,
  18. « Mondiaux: La France médaille d'argent en relais mixte », sur eurosport.fr,
  19. « Oslo Holmenkollen - Poursuite : Dorin deuxième derrière Berger », sur eurosport.fr,
  20. « Khanty-Mansiysk : Marie Dorin avec les honneurs », sur eurosport.fr,
  21. a et b « Khanty-Mansiysk : Gabriela Soukalova s'épanouit devant Marie Dorin », sur eurosport.fr,
  22. « Pas de JO pour Dorin-Habert ? », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  23. Alexandre Coiquil, « Le relais dames annulé à cause du brouillard, celui des hommes maintenu », sur eurosport.fr,
  24. « Mäkäräinen remporte le globe », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  25. « Marie Dorin-Habert titrée », sur lequipe.fr, (consulté le 7 mars 2015)
  26. « Mondiaux Kontiolahti : Après l'exploit, la légende pour Dorin-Habert, double reine des Mondiaux »
  27. M. V., « Ça roule pour Fourcade », L'Équipe, no 22350,‎ , p. 29
  28. « Mondiaux Oslo : On l'a fait ! », sur lequipe.fr,
  29. « Marie Dorin-Habert sacrée championne du monde en individuel », sur lexpress.fr,
  30. AFP, « 15km des Mondiaux 2016 : Dorin-Habert et Bescond, l'amitié récompensée », sur eurosport.fr,
  31. « Mondiaux d'Holmenkollen : Marie Dorin-Habert en or sur la mass-start, 6e médaille en 6 courses », sur eurosport.fr,
  32. « Marie Dorin-Habert remporte le sprint à Ostersund », sur lequipe.fr,
  33. Rédaction, « Marie Dorin remporte la poursuite d'Oberhof », sur L'Equipe.fr (consulté le 7 janvier 2017)
  34. l'Union internationale de biathlon, inclut dans les statistiques de coupe du monde, les médailles obtenues aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde.
  35. (en) « International Biathlon Union - Cups Standings », sur biathlonworld.com (consulté le 6 juillet 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]