Joseph Sifakis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Sifakis
Joseph Sifakis img 0966.jpg

Joseph Sifakis en 2008

Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Ιωσήφ ΣηφάκηςVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Site web
Distinctions
Prix Turing ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Commandeur de la Légion d'honneur‎
Grand officier de l'ordre national du Mérite (d)
Médaille d'argent du CNRS
Prix Turing ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Joseph Sifakis (en grec moderne: Ιωσήφ Σηφάκης, Iosif Sifakis) est un chercheur en informatique français d'origine grecque[1], né le à Héraklion (Crète), directeur de recherche au CNRS et membre de l'Académie des technologies.

En 2007, il est le premier et l'unique lauréat français à recevoir le prix Turing. Ce prix, considéré comme l'équivalent du prix Nobel, est la plus haute distinction en informatique.

Ses travaux de recherche portent principalement sur les systèmes embarqués critiques[2] (nucléaire et transport).

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Sifakis est ingénieur électricien de l’École polytechnique d’Athènes, docteur-ingénieur de l'université scientifique et médicale de Grenoble (USMG)[3]. En 1970, il arrive en France pour y poursuivre une thèse en physique théorique mais rapidement s'intéresse à l'informatique. Il devient docteur d’État en informatique de l'USMG et de l'Institut polytechnique de Grenoble[4].

Il est directeur de recherche de classe exceptionnelle au CNRS et fondateur du laboratoire Verimag[5] près de Grenoble (unité mixte de recherche du CNRS, de l'université Joseph-Fourier et de Grenoble INP), où il travaille encore à présent.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2007, il reçoit le prix Turing[6], avec Edmund Clarke (Carnegie Mellon University) et Allen Emerson (université du Texas à Austin) pour la méthode d'énumération et de vérification de modèles (model checking). Cette méthode se fonde sur une description des systèmes informatiques par des systèmes à états et transitions et sur une analyse des états accessibles dans ces systèmes, qui s'inspire des algorithmes de parcours de graphes[7].

Son application permet de vérifier qu'un système représenté par un modèle formel satisfait des propriétés formulées dans une logique temporelle. Cette méthode est particulièrement adapté sur des propriétés essentielles du comportement du système en fournissant la preuve formelle qu'un système est "correct" (contrairement à des méthodes de validation ad hoc fondées sur le test)[8].

De ce fait, le model checking  est particulièrement adapté pour assurer des propriétés de sureté et par conséquent transposable de nombreuses applications industrielles : puces, protocoles de communication, logiciels pilotes de périphériques, systèmes critiques embarqués (par exemple dans les avions, les trains, les fusées, les satellites ou les téléphones portables…) et d’algorithmes de sécurité.[9]

Les récipiendaires se partagent une prime de 250 000 dollars[10].

Il s'est également illustré dans l'étude des systèmes hybrides.

En 2001, il reçoit la médaille d'argent du CNRS[11].

En 2009, il devient docteur honoris causa de l'École polytechnique fédérale de Lausanne, où il devient professeur ordinaire, pendant la période 2011–2016, dirigeant le Laboratoire pour la conception rigoureuse des systèmes[12].

Il est élevé à la dignité de grand officier de l'ordre national du Mérite[13]. Il est nommé au grade de commandeur de la Légion d'honneur le [14].

Transfert industriel[modifier | modifier le code]

Joseph Sifakis a activement travaillé pour le transfert des résultats de la recherche vers des partenaires industriels. De 2004 à 2011, il est le coordinateur scientifique du réseau d’excellence européen « ARTIST2 Embedded Systems Design » qui coordonne la recherche de 35 équipes européennes afin de développer des résultats théoriques et pratiques pour la conception de systèmes embarqués performants et robustes [15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Evangélia Moussouri, « Aperçu historique de l’immigration grecque à Grenoble », in Écarts d'identités no 95-96, ISSN 1252-6665, reprenant des informations d'une entrevue avec Joseph Sifakis publiée dans Des grecs, les grecs de Grenoble, Musée dauphinois, (ISBN 2-905375-08-6).
  2. Académie des Sciences: conférence de Joseph Sifakis à l'Académie des sciences le 10 mars 2009 sur les systèmes embarqués.
  3. Modèles temporels des systèmes logiques, Université scientifique et médicale de Grenoble, 1976, sous la direction de Jean Kuntzmann.
  4. Le contrôle des systèmes asynchrones : concepts, propriétés, analyse statique, USMG et INPG, 1979 sous la direction de Louis Bolliet.
  5. « Joseph Sifakis - Homepage », sur www-verimag.imag.fr (consulté le 10 mars 2017).
  6. (en) « Professor Joseph Sifakis - A.M. Turing Award Winner », sur amturing.acm.org (consulté le 10 mars 2017).
  7. Gilles Dowek, Informatique et sciences du numérique, Eyrolles, , 339 p. (ISBN 978-2-212-13676-0).
  8. Jeanne Morcelet, « Dans l'esprit du système », Doc Sciences,‎
  9. « Joseph Sifakis, chercheur au CNRS, reçoit le Prix Turing 2007 », sur cnrs.fr, (consulté le 10 avril 2017).
  10. « Le « prix Nobel » de l'informatique pour un chercheur français du CNRS », sur www.zdnet.f, .
  11. CNRS, « Médailles d'argent du CNRS - Les lauréats 2001 », sur http://www.cnrs.fr (consulté le 13 février 2014).
  12. (en) « RISD | EPFL », sur risd.epfl.ch (consulté le 10 mars 2017).
  13. Décret du 16 mai 2008 paru au Journal officiel de la République française du 17 mai 2008.
  14. Décret du 13 juillet 2011 portant nomination (lire en ligne).
  15. « membre joseph-sifakis », sur http://www.academie-technologies.fr (consulté le 10 avril 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :