Félix Poulat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poulat.
Félix Poulat
Felix poulat - Grenoble.jpg
Félix Poulat
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Félix Poulat né à Grenoble (Isère) le et décédé en 1896, fut maire de Grenoble pendant 6 mois.

Après ses études de droit, il s'engage dans le parti républicain. En 1870, il est condamné à deux mois de prison pour avoir traité Napoléon III de bandit couronné. Pendant la guerre de 1870, il s'engage dans le Ire zouave. Il est fait prisonnier à Sedan, mais réussit à s'échapper. Il est envoyé à Nice pour combattre une insurrection séparatiste. Attaqué un soir par des insurgés, il est blessé de 17 coups de couteau. Il rejoint ensuite l'armée de la Loire. Il s'oppose plus tard aux militaires qui veulent diriger sur Paris des armes (les fameuses mitrailleuses de Grenoble) contre la Commune, ce qui lui vaut une arrestation et une comparution en Cour d'Assises avec douze autres inculpés. Tous seront acquittés à la suite d'une belle plaidoirie de l'avocat viennois Antoine Ronjat.

Il abandonne son cabinet d'avocat pour devenir rédacteur du Réveil du Dauphiné. Il en deviendra le président du Conseil d'Administration en 1886. Il était aussi franc-maçon[1]. Il est porté à la mairie de Grenoble le 17 mai 1896, mais il meurt accidentellement le 4 novembre de la même année lors d'un accident de calèche près de Saint Égrève. Il est inhumé au cimetière Saint-Roch de Grenoble.

Durant son court mandat, il inaugure en août 1896 l’École préparatoire de médecine et de pharmacie dans la rue Lesdiguières, ainsi que le monument à Doudart de Lagrée au square des Postes (actuel square Docteur-Martin). Une rue de Grenoble porte son nom aujourd'hui.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre Barral, Le département de l'Isère sous la Troisième République 1870-1940, Librairie Armand Colin, 1962
  • Les dictionnaires départementaux: Isère, Librairie Flammarion, 1906, p. 805-814

Notes[modifier | modifier le code]