Rose Byrne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Byrne.
Rose Byrne
Description de cette image, également commentée ci-après
Rose Byrne à la première du film Mariage à l'anglaise à Sydney (Australie) en 2013.
Nom de naissance Mary Rose Byrne[1]
Surnom Rosie[1]
Naissance (40 ans)
Sydney (Nouvelle-Galles du Sud, Australie)
Nationalité Drapeau de l'Australie Australienne
Profession Actrice
Films notables Troie
X-Men : Le Commencement
Insidious
Mes meilleures amies
Nos pires voisins
Spy
Séries notables Damages

Rose Byrne est une actrice australienne, née Mary Rose Byrne le à Sydney (Nouvelle-Galles du Sud)[2]. Elle fait ses débuts au cinéma à l'âge de treize ans en 1994 avec Dallas Doll, mais c'est la comédie policière Two Hands qui l'a fait connaître sur le territoire australien.

En 2000, elle obtient la Coupe Volpi de la meilleure interprétation féminine pour sa prestation dans La Déesse de 1967[3]. Elle tourne son premier film américain en 2002 dans L'Attaque des clones, second volet de la prélogie Star Wars, mais c'est avec le rôle de Briséis dans le péplum Troie en 2004 qui lui permet de se faire remarquer d'Hollywood. De 2007 à 2012, elle tient le rôle principal d'Ellen Parsons dans la série télévisée Damages, qui lui vaut d'être nommée au Golden Globes et au Emmy Awards.

Au cinéma, elle alterne entre films dramatiques tels que Marie-Antoinette, le film de science-fiction Sunshine et le film d'horreur 28 semaines plus tard. En 2010, elle amorce un virage en s'orientant vers la comédie qui débute avec American Trip, suivi de Mes meilleures amies l'année suivante, qui remporte un large succès critique et public, qui lui permet de s'établir comme actrice comique. Ses autres succès notables dans la comédie sont Nos pires voisins, Spy, Mariage à l'anglaise, Annie, Pierre Lapin et Apprentis Parents. Toutefois, elle ne se détourne pas du registre sérieux avec le succès du film d'horreur Insidious et sa suite et du film de super-héros X-Men : Le Commencement et X-Men : Apocalypse, pour lesquels elle prête ses traits au personnage de Moira McTaggert.

Les interprétations de Rose Byrne sont souvent saluées par la critique, qui lui vaut souvent d'être régulièrement distinguée par de nombreuses récompenses ou nominations.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Mary Rose Byrne naît à Balmain, quartier de Sydney dans l'État de Nouvelle-Galles du Sud. Elle est la fille de Jane, directrice d'une école primaire, et de Robin Byrne, statisticien semi-retraité[2]. Plus jeune des quatre enfants du couple, elle a un frère, George, musicien reconverti dans la photographie[4],[5] et deux sœurs, Alice, peintre et Lucy, qui travaille dans l'édition[5]. Elle a des origines écossaises et irlandaises[6],[7]. Dans une interview de 2009, elle déclare que sa mère est athée alors que son père et elle sont agnostiques[8]. The Telegraph a décrit sa famille comme étant «soudée» et l'a fréquemment tenu les pieds sur terre alors que sa carrière prenait son envol. Elle a remarque qu'« à un moment donné, l'une de mes sœurs a eu un mot avec moi en disant: "Faites attention à toi-même" », tout en ajoutant qu'ils l'ont « vraiment soutenu »[9]. Elle est également une amie proche de l'actrice Nadia Townsend[10].

Byrne a fréquenté la Balmain Public School et la Hunters Hill High School avant de fréquenter le Bradfield College à Crows Nest[11]. Elle a ensuite déménagé à Newtown et à Bondi[12]. Encouragée par l’une de ses sœurs, elle a commencé à prendre des cours de théâtre à huit ans et a rejoint le Australian Theatre for Young People[11]. En grandissant, Byrne a connu « beaucoup de rejet » des écoles de cinéma. « J'ai auditionné pour quelques-unes des grandes écoles d'art dramatique - le Nean, le WAAPA, le NIDA - et je ne suis entré dans aucun d'entre eux. J'étais vraiment déçu de moi-même. Je ne savais pas si je serais légitime si je n'avais pas suivi une formation de trois ans dans un sens plus traditionnel ». Au lieu de cela, elle a étudié les arts à l'université de Sydney. « Je garde encore de bons souvenirs de ces jours: étudier, travailler, auditionner. Juste être un acteur cherchant à se faire une idée de sa vie après le lycée ». En 1999, Byrne a étudié le métier d'acteur à la Atlantic Theater Company, fondé par David Mamet et William H. Macy[11].

Carrière[modifier | modifier le code]

Début de carrière : 1994 – 2001[modifier | modifier le code]

À la 8th Annual BAFTA/LA TV Tea Party, à Century City, Californie (en août 2010).

À treize ans, Rose Byrne est repérée à l'Australian Theatre for Young People par un agent qui lui permet d'obtenir son premier rôle au cinéma, Dallas Doll, aux côtés de Sandra Bernhard[9],[13]. Elle considère son premier essai cinématographique comme « un coup de chance »[9]. Le film sera toutefois un échec commercial, mais la jeune fille décide de persévérer au métier d'actrice[14]. Deux ans plus tard, elle décroche un rôle dans le feuilleton Echo Point, qui selon elle, fut un « cours intensif pour devenir célèbre » (âgée de quinze ans, elle se sentit alors « assez importante pendant six mois »)[9]. Mais le feuilleton est annulé au bout de cent épisodes[9]. De cet expérience de tournage, elle en retira une leçon sur le métier d'acteur : « c'est surtout le rejet et le chômage »[9].

Après ses deux déceptions, la jeune fille reprend ses études et décide de repartir de rien concernant le métier d'actrice[9]. Après quelques apparitions dans des séries télévisées, dont un rôle récurrent dans Hartley, cœurs à vif, elle tourne son second long-métrage pour le cinéma, la comédie policière Two Hands, réalisé par Gregor Jordan. Dans ce film, elle incarne Alex, une jeune femme qui tombe amoureux de Jimmy (Heath Ledger), traqué par des gangsters après qu'il ait perdu une somme d'argent. Sorti en juillet 1999, Two Hands est salué par la critique et obtient un bon succès au box-office, qui permet de lancer sa carrière à l'échelle national[15]. Peu après le succès de Two Hands, elle fait ses débuts à la Sydney Theatre Company en jouant dans les pièces Les Trois Sœurs de Tchekov et La Dispute de Marivaux[16]. La même année, elle est à l'affiche du film My Mother Frank, aux côtés de Sam Neill et Sinéad Cusack, qui malgré son échec commercial, obtient de bonnes critiques[14].

En 2000, elle tient son premier rôle principal dans la comédie dramatico-romantique La Déesse de 1967 de Clara Law dans lequel elle incarne une jeune femme aveugle[14]. Sa prestation lui vaut d'obtenir la Coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise. Dans une interview après sa récompense, qu'avant d'obtenir le prix, elle avait été surprise par sa propre performance et s'était retrouvée confrontée au visionnage du film car son jeu d'acteur était « trop déprimant ». Byrne a admis que « [la] regarder [la] confronte parce [qu'elle est] convaincu[e] qu'[elle ne peut] pas jouer et [qu'elle veut] sortir, c'est [son] insécurité »[3].

Premiers pas à Hollywood : 2002 – 2006[modifier | modifier le code]

Photo du cheval de Troie utilisé pour le film Troie, dans lequel Rose Byrne tient son premier rôle notable dans un long-métrage aux États-Unis.

Rose Byrne décide de suivre l'exemple de Heath Ledger, qui commence à avoir un début de notoriété à Hollywood, et part à Los Angeles avec Gregor Jordan, alors son compagnon de l'époque[9]. En 2002, elle fait sa première apparition dans un blockbuster américain avec L'Attaque des Clones, second volet de la prélogie de Star Wars, dans lequel elle incarne une des servantes de la reine Amidala (Natalie Portman)[17]. De cette première expérience hollywoodienne, elle dira que « c'était facile, je n'avais qu'à rester debout à côté de Natalie Portman et prendre un air très sérieux »[17]. Toutefois, beaucoup de ses scènes sont supprimées du montage final[18]. La même année, elle est apparue dans le thriller City of Ghosts réalisé par Matt Dillon. Byrne se rend au Royaume-Uni pour tourner Rose et Cassandra (2003), adaptation du roman I Capture the Castle de Dodie Smith, dans lequel elle incarne Rose Mortmain, sœur ainée de Cassandra (Romola Garai)[9]. Les opportunités de Byrne ont eu raison de sa relation « à distance » de Jordan, qui se séparent[9]. C'est durant ce tournage qu'elle a acheté une maison à Hackney, dans laquelle elle a vécu pendant deux ans avec sa sœur Lucy[9].

Tout en tournant des films dans son Australie natale (trois comédies au succès fluctuant à l'échelle nationale), Rose Byrne obtient son premier rôle important aux États-Unis dans le péplum Troie, réalisé par Wolfgang Petersen. Elle campe le rôle de Briséis, une jeune prêtresse d’Apollon prise sous l’aile d’Achille, interprété par Brad Pitt, lors de la prise de Troie par les Grecs. Malgré un petit rôle, Rose Byrne s’impose comme la révélation du film et lui permet de se faire remarquer par la critique, qui la classe comme l'une des nouvelles actrices à suivre[18]. Tourné pour un budget de 175 millions de dollars, Troie sort en mai 2004 et rencontre un succès au box-office avec plus de 497 millions de dollars de recettes mondiales[19]. Plus tard à la même année, elle est à l'affiche de Rencontre à Wicker Park, remake américain de L'Appartement de Gilles Mimouni, dans lequel elle y partage l’affiche avec Josh Hartnett et Diane Kruger[20]. Malgré les critiques partagées, l’interprétation de Rose Byrne est plébiscitée[14]. La jeune actrice ne laisse pas indifférent les personnes avec qui elle a tourné, tels le réalisateur Paul McGuigan, qui l'a décrit comme « la meilleure actrice avec laquelle il a travaillé » et son partenaire de Troie, Peter O'Toole, qui l'a qualifié comme « une belle, simple, pure actrice et une fille très gentille »[21].

Elle est ensuite sollicitée par la BBC pour tourner dans Casanova de nouveau avec Peter O'Toole, ainsi que dans un film indépendant mettant également en vedette Snoop Dogg et Dylan McDermott intitulé Les Locataires, basé sur le roman de Bernard Malamud. Le film est toutefois un énorme échec public[22]. En 2006, elle tourne sous la direction de Sofia Coppola dans le controversé Marie-Antoinette où elle interprète Gabrielle de Polignac, meilleure amie de Marie-Antoinette, campée par Kirsten Dunst. Pour les besoins du tournage, elle s'installe en France[9]. Le film divise la critique[23],[24] et son succès au box-office s'est fait surtout à l'international, notamment en France et au Japon[19]. La même année, elle prête ses traits à un médecin légiste qui pense que le corps qu'on lui a amené est celui de sa sœur dans le drame acclamé par la critiqueThe Dead Girl réalisé par Karen Moncrieff[25].

Percée : 2007 – 2010[modifier | modifier le code]

Byrne en 2011.

En 2007, Byrne a joué un rôle important dans deux thrillers de science-fiction au cinéma. D'abord, elle incarne Cassie, le pilote de vaisseau spatial dans Sunshine, réalisé par Danny Boyle[26], [27], aux côtés de Cillian Murphy et Chris Evans. Au départ, l'actrice, en découvrant le script, imagine qu'on lui propose de jouer dans une comédie romantique en se basant sur le titre[18]. Boyle l'a choisie pour le rôle après l'avoir vue dans Troie[28]. Byrne considère son personnage comme le membre le plus émotif de l'équipage, [portant] son cœur sur sa manche que le rôle de Cassie au sein de l'équipage était de posséder un tempérament égal qui l'aiderait à durer[29]. Ensuite, elle est à l'affiche de 28 semaines plus tard, la suite de 28 jours plus tard (réalisé par Boyle, qui officie cette fois comme producteur exécutif). Alors que Sunshine est un échec commercial[19], 28 semaines plus tard est un succès critique et public, rapportant plus de 64,2 millions de dollars au niveau mondial[19].

En 2007, elle obtient la consécration en tenant le rôle principal d'Ellen Parsons, une avocate sophistiquée et impitoyable dans la série télévisée Damages, aux côtés de Glenn Close.[30],[31]. Sa performance a été largement saluée, ce qui lui vaut d'être nominée deux fois pour un Primetime Emmy Award de la meilleure actrice dans une série dramatique en 2009 et 2010, et deux fois pour un Golden Globe pour la meilleure actrice dans une série, mini-série ou téléfilm en 2008 et 2010. Elle a joué son rôle dans chacun des cinquante-neuf épisodes de la série et jusqu'à sa conclusion en septembre 2012[32].

Suite à des rôles avec les films indépendants Jeunes Mariés[33] et The Tender Hook, avec Hugo Weaving, Byrne retourne vers un cinéma grand public aux côtés de Nicolas Cage dans le thriller de science-fiction Prédictions (2009), qui a rapporté 186,5 millions de dollars dans le monde entier et a reçu des critiques mitigées[34] .

À l'époque, Byrne n'était pas stratégique dans ses choix de films. « Vous vous dirigez vers l'endroit où vous voulez aller, mais il y a tellement de choses qui échappent à votre contrôle », a-t-elle dit une fois. Après le succès de Damages, elle a demandé à ses agents de l’envoyer dans les comédies. « Je faisais toutes ces choses vraiment lourdes et dramatiques, et j'avais juste besoin d'une pause », a-t-elle déclaré[35].

Passage à la comédie : depuis 2010[modifier | modifier le code]

Sa demande de tourner une comédie a été satisfaite lorsqu'elle a obtenu le rôle d'une pop star scandaleuse et petite amie occasionnelle d'une rock star dans American Trip (2010), mettant également en vedette Russell Brand et Jonah Hill. Le réalisateur Nicholas Stoller a été étonné de la présence de Byrne lors de son audition, qu'il qualifie de « très bonne actrice, mais très sérieuse », mais a cassé son image[35]. Stoller l'a également trouvé si drôle sur le plateau[35]. Le film a été un succès commercial avec un chiffre d’affaires brut de 60,9 millions de dollars américains en Amérique du Nord[19].

En janvier 2013, à la première de Mariage à l'anglaise.

L'année 2011 a marqué un tournant dans la carrière de Byrne, avec la sortie de trois films de grande envergure dans lesquels elle joue dans des rôles de premier plan, ce qui laissera éventuellement une trajectoire comprenant trois à quatre films par an. Dans son premier long-métrage en 2011, Insidious, film d’horreur de James Wan[36],[37], elle incarne une femme marié dont le fils entre inexplicablement dans un état de coma et que des fantômes d'une dimension astrale qui veulent habiter son corps. Avec un budget de 1,5 million de dollars, le film a rapporté 97 millions de dollars et a marqué le début de toute une franchise[38]. La comédie Mes meilleures amies a vu Byrne tenir le rôle d'une femme belle et riche, aux côtés de Maya Rudolph, Melissa McCarthy, Kristen Wiig, Ellie Kemper et Wendi McLendon-Covey. Mes meilleures amies a remporté un succès critique et commercial : au cours de son week-end d'ouverture, il a rapporté 26 millions de dollars américains, puis plus de 288 millions de dollars américains dans le monde[39],[40],[41],[42].

Rose Byrne est apparu dans X-Men : Le Commencement de Matthew Vaughn, dans le rôle de Moira MacTaggert[43] , qu'elle a décrit comme « une femme dans un monde d'hommes, elle est très courageuse et ambitieuse - vous savez, elle a de la dureté à propos d'elle qui me plaisait »[44]. Elle a dit qu'elle ne connaissait pas les comics et la série de films, à l'exception que le film était un « mastodonte ». L'actrice a été lancée tardivement dans la production[45], qui avait déjà commencé au moment où elle avait été choisie pour le rôle. Troisième et dernier film de l'actrice à sortir en 2011, X-Men : Le Commencement est également un succès au box-office, réalisant un chiffre d'affaires de 353,6 millions de dollars dans le monde entier[46].

En 2013, elle partage l'affiche du drame The Place Beyond the Pines avec Ryan Gosling, Eva Mendes et Bradley Cooper, mais interprète surtout l'un des rôles principaux de la comédie Mariage à l'anglaise.

Elle enchaîne avec une comédie américaine : Les Stagiaires, de Shawn Levy, où elle donne la réplique au fameux tandem Vince Vaughn/Owen Wilson, puis reprend son rôle dans la suite d'Insidious, qui rencontre un accueil critique mitigé, mais obtient toutefois un succès commercial supérieur au premier volet[19].

En 2014, elle confirme dans la comédie. Nicholas Stoller lui refait confiance en lui confiant le rôle principal féminin de la comédie potache Nos pires voisins, où elle a cette fois pour partenaire Seth Rogen. Le film connaît un énorme succès commercial[47] et une suite est annoncée[48]. Puis elle retrouve le réalisateur Shawn Levy pour la comédie dramatique chorale C'est ici que l'on se quitte, où elle évolue aux côtés d'autres valeurs sûres de la comédie américaine, telles que Jason Bateman et Tina Fey.

Elle participe également à l'adaptation de la comédie musicale Annie, de Will Gluck, mal accueilli par la critique mais dont sa prestation est saluée comme la « surprise » du film[49], et prête ses traits au principal personnage féminin de la comédie dramatique Adult Beginners, écrite et interprétée par l’humoriste Nick Kroll.

En 2015, elle retrouve la comédienne Melissa McCarthy et le réalisateur Paul Feig pour la comédie d'action Spy[50], qui lui permet de renouer avec les critiques, après les retours mitigés des deux films précités. Cette même année, elle lance sa société de production, Dollhouse Pictures, spécialisée dans les créations pour femmes[51],[52].

En 2016, elle est à l'affiche de deux films : d'abord, elle reprend les rôles de Moira MacTaggert pour X-Men: Apocalypse, cette fois sous la direction de Bryan Singer[53] et de Kelly Radner dans Nos pires voisins 2, toujours réalisée par Nicholas Stoller. La même année, elle est annoncée au casting de l'adaptation télévisée du livre non fictionnel The Immortal Life of Henrietta Lacks dans le rôle de Rebecca Skloot, auteur du livre[54]. Le téléfilm est diffusé sur HBO en avril 2017[55].

En 2018, elle tient le rôle principal féminin du film Pierre Lapin, mêlant animation et prise de vues réelles adapté du roman de Beatrix Potter[56]. Bien reçu par la critique française[57], malgré un accueil critique mitigé dans les pays anglophones[58],[59], le film obtient un large succès commercial. La même année, elle est à l'affiche de la comédie romantique Juliet, Naked (en), adaptée du roman du même nom de Nick Hornby, dans lequel elle incarne une femme sortant avec un musicien de rock (Ethan Hawke). Le film est bien reçu par la critique qui salue la prestation de l'actrice[60]. L'année 2018 se conclut avec la comédie dramatique Apprentis Parents, dans lequel elle incarne avec Mark Wahlberg un couple adoptant trois enfants. Le long-métrage rencontre un bon accueil critique[61] et un succès commercial modeste[62].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Byrne est le visage de la ligne de comestiques Max Factor entre 2004 et 2009 et est nommée dans la liste des plus belles personnes de 2007 du magazine Who (en)[63].

Byrne soutient l'UNICEF en Australie en étant le visage de la campagne 2007 de Designers United et membre du jury de Tropfest en 2006 et Tropfest @ Tribeca en 2007[64]. Elle est diplômée et ambassadrice des jeunes acteurs de NIDA Studio[65]. En 2014, Byrne est devenu le visage d'Oroton, le producteur australien d'accessoires de mode de luxe[66].

Vie privée[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2005, elle vit pendant un an avec le réalisateur de Two Hands, Gregor Jordan[67].

De 2006 à 2010, elle est la compagne du comédien et humoriste australien Brendan Cowell (en). Ils annoncent leur séparation en janvier 2010, la distance étant la cause principale de leur rupture[68].

Depuis 2012, elle est en couple avec l'acteur Bobby Cannavale (Vinyl)[69],[70]. Elle tourne avec lui Annie, Adult Beginners et Spy. En octobre 2015, elle est aperçue avec un ventre arrondi annonçant sa première grossesse. Le , elle donne naissance à un petit garçon[71] prénommé Rocco Robin Cannavale. En août 2017, le couple annonce attendre un second enfant[72]. En novembre 2017, elle donne naissance à son second enfant, Rafa Cannavale[73],[74].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Prochainement[75]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Rose Byrne a également prêté sa voix à quelques reprises dans de nombreux projets au cours de sa carrière.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Rose Byrne sur le tournage de The Turning, en octobre 2012.

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Chantal Macé et Bianca Gervais.

Dans les versions françaises, Chantal Macé est la voix régulière de Rose Byrne notamment dans la série Damages et les films Insidious[77], Insidious 2[77] et The Place Beyond the Pines[77]. Cependant, en quelques occasions, elle est remplacée par Françoise Cadol[78],[79] dans Sunshine[77], X-Men : Le Commencement[77], Spy[77] et X-Men Apocalypse[77] et Pascale Chemin notamment Mes meilleures amies[77], Nos pires voisins[77] et sa suite.

Dans les versions québécoises, le doublage de l'actrice est le plus souvent réalisée par Bianca Gervais (Troie[80], Adam[80], Les Voisins[80], Espionne[80]). Mélanie Laberge reprend exceptionnellement le texte en français pour Demoiselles d'honneur, Insidieux et sa suite[80].

Versions françaises
Versions québécoises

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Biographie de Rose Byrne », sur IMDb.com (consulté le 15 juillet 2011)
  2. a et b (en) « Rose Byrne Biography (1979-) », sur Film Reference (consulté le 17 mars 2019).
  3. a et b (en) Paul Fischer, « Interview: Rose Byrne for "The Goddess of 1967" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Dark Horizons, Dark Futures Pty. Limited, (consulté le 27 février 2013).
  4. (en) « AN INTERVIEW WITH ROSE & GEORGE BYRNE », sur davidjones.com, (consulté le 17 mars 2019).
  5. a et b (en) Clare Press, « Despite being a household name Rose Byrne is happy just living her life », sur News.com.au, (consulté le 17 mars 2019).
  6. (en) Gavin Burke, « Q&A With Star of 'Knowing', Rose Byrne », entertainment.ie, (consulté le 4 juin 2011).
  7. (en) Megan Sweeney, « 'Damages' star talks Ireland, career and hit film 'Knowing' », Irish Central, (consulté le 17 mars 2019).
  8. « Actress Rose Byrne on 'Knowing' Religion & the End of the World », sur Blackbookmag.com, (consulté le 30 mai 2010)
  9. a b c d e f g h i j k et l Noam Friedlander, « Rose Byrne interview for Adam », sur Telegraph.co.uk, (consulté le 3 janvier 2019)
  10. (en) Stephanie Wood, « Rose Byrne to star in Sydney Theatre Company's 2016 'Speed-the-Plow' », (consulté le 17 mars 2019).
  11. a b et c (en) « Rose Byrne Biography », sur tv.com (consulté le 17 mars 2019).
  12. « Rose Byrne, accidental star »,
  13. Sacha, Molitorisz (5 July 2007). Rose Byrne accidental star. The Age
  14. a b c et d « Biographie de Rose Byrne », sur AlloCiné (consulté le 17 mars 2019).
  15. (en) Luke Buckamster, « Two Hands rewatched – Heath Ledger emerges in offbeat crime caper », sur The Guardian, (consulté le 17 mars 2019).
  16. « Rose Byrne- Biography »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Yahoo! Movies, .
  17. a et b Jordane Guignon, « 10 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur Rose Byrne », sur Grazia, (consulté le 17 mars 2019).
  18. a b et c Sarah Duverger, « 5 choses à savoir sur Rose Byrne », sur Glamour, (consulté le 17 mars 2019).
  19. a b c d e et f « Rose Byrne », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 17 mars 2019).
  20. Josh, Hartnett (July 2004).TV.com Rose Byrne Josh Hartnett's interview. Interview.
  21. « Aussie Rose's Troy boy », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 3 janvier 2019)
  22. The Tenants – Box Office Mojo
  23. « Marie Antoinette (2006) », Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 16 juillet 2018)
  24. « Marie Antoinette Reviews », Metacritic, CBS Interactive (consulté le 16 juillet 2018)
  25. Craig, Mathieson (15 June 2007). Rose by another name. The Sydney Morning Herald
  26. Kevin, Maher (17 March 2007). Byrne as hot as the sun. The Time
  27. Stacy, Layne (16 July 2007). Horror.com Rose Byrne Interview. Horror.com
  28. Claire Sutherland, « On the Boyle », Herald Sun, Melbourne,‎ (lire en ligne)
  29. « Sunshine Movie », sur Wild About Movies (consulté le 24 juillet 2007)
  30. Tim, Surette (14 August 2007). TV.com Q&A: Damages' Rose Byrne TV.com
  31. Moore, Frazier (12 October 2007). Byrne is damaged lawyer on 'Damages'. "Associated Press" « Byrne is damaged lawyer on 'Damages' »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  32. « DAMAGES Heads Toward a Final Showdown in the Explosive Fifth and Final Season This Summer », sur DIRECTV Insider, (consulté le 3 janvier 2019)
  33. Sharaff, Amy (10 September 2007). Byrne Confront gory scenes in Just Buried. Metro Canada « Byrne Confront gory scenes in Just Buried. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  34. « Knowing (2009) », Rotten Tomatoes, Fandango (consulté le 7 février 2018)
  35. a b et c (en) Jessica Pressler, « Rose Byrne Is Nobody’s Buzzkill », sur The Cut, (consulté le 14 juin 2019).
  36. « First Casting for James Wan's Now Filming Insidious », Bloody Disgusting, (consulté le 30 mai 2010)
  37. « Haunted House Film Insidious To Be Released on April Fool's Day », Shockya
  38. « Insidious Chapter 2 », sur Comingsoon.net (consulté le 27 février 2013)
  39. « Box Office Shocker: 'Bridesmaids' Passing 'Knocked Up' as Judd Apatow's Highest-Grossing Movie », The Hollywood Reporter (consulté le 16 mai 2012)
  40. « Bridesmaids (2011) », Rotten Tomatoes (consulté le 16 mai 2012)
  41. « 'Bridesmaids' Effect: Why Female Comedies Are Making Comeback », The Hollywood Reporter (consulté le 16 mai 2012)
  42. « 'Bridesmaids' Breathes Life into Women's Comedy »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Third Age, (consulté le 16 mai 2012)
  43. Rob Keyes, « Rose Byrne To Play Moira MacTaggert in X-Men: First Class », sur Screenrant.com, (consulté le 22 novembre 2010)
  44. Yamato, Jen, « Rose Byrne on Bridesmaids, X-Men: First Class Sequels, and the Films That Made Her Career » [archive du ], Movieline (PMC), (consulté le 1er octobre 2011)
  45. « Exclusive Interview with Rose Byrne! » [archive du ], InStyle UK, (consulté le 3 novembre 2011)
  46. « X-Men: First Class (2011) » [archive du ], Box Office Mojo (consulté le 4 juin 2012)
  47. « Box-office américain et mondial de Nos pires voisins », sur Box Office Mojo (consulté le 16 janvier 2018).
  48. Nick Romano, « Neighbors 2 Is Happening, Here's Who Is Involved », sur CinemaBlend (consulté le 16 janvier 2018).
  49. « Annie Review: Yolomorrow. », sur IGN.com (consulté le 27 décembre 2014).
  50. (en) Jeff Sneider, « ‘Bridesmaids’ Reunion: Rose Byrne to Join Melissa McCarthy in Paul Feig’s Spy Comedy », thewrap.com,‎ (lire en ligne).
  51. (en) Sandy George, « Rose Byrne helps launch all female production company », sur ScreenDaily, (consulté le 16 janvier 2018).
  52. McKenna Aiello (traduit par David Kergolet), « Reese Witherspoon a donné envie à Rose Byrne de créer sa propre société de production », sur E! News, (consulté le 16 janvier 2018).
  53. Darren Franich, « 'X-Men: Apocalypse': Rose Byrne Returning As Moira MacTaggert », Entertainment Weekly, .
  54. (en-US) Denise Petski, « Rose Byrne Joins Oprah Winfrey In HBO Films’ ‘The Immortal Life Of Henrietta Lacks’ », sur Deadline, (consulté le 29 septembre 2016).
  55. Chancellor Agard, « Oprah Winfrey's Immortal Life of Henrietta Lacks gets HBO premiere date », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne).
  56. Borys Kit et Tatiana Siegel, « James Corden, Rose Byrne in Talks to Star in Sony's 'Peter Rabbit' », The Hollywood Reporter, Prometheus Global Media,‎ (lire en ligne)
  57. « Pierre Lapin - Critiques Presse », sur AlloCiné (consulté le 4 avril 2018).
  58. « Peter Rabbit (2018) », Rotten Tomatoes, Fandango (consulté le 2 mars 2018)
  59. « Peter Rabbit reviews », Metacritic (consulté le 26 février 2018)
  60. « Juliet, Naked (2018) », Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 24 août 2018)
  61. « Instant Family (2018) », Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 23 mars 2019)
  62. « Instant Family (2018) », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 13 novembre 2018)
  63. Olivia Bishop, « Most Beautiful People: Rose Byrne » [archive du ], Who, (consulté le 12 mai 2013).
  64. McCarthy, Sean L (31 August 2007). Tropfest@Tribeca comes to NYC . "Nydailynews"
  65. « Actress Rose Byrne », Pbs.org,‎ (lire en ligne).
  66. « Rose Byrne is the face of Oroton », Vogue (consulté le 4 novembre 2014).
  67. (en) « Biography », TV Guide.
  68. (en) « Rose Byrne and Brenden Cowell Split », Pedestrian TV.
  69. http://fr.eonline.com/news/442763/prince-george-jennifer-garner-rose-byrne-have-royal-baby-fever
  70. (en) Michael Rothman, « Bobby Cannavale Calls Rose Byrne ‘Love of My Life’ During Emmy Speech » [archive du ], sur ABC News, (consulté le 16 novembre 2013).
  71. Adam Carlson, « Neighbors 2 Is Happening, Here's Who Is Involved », sur People, (consulté le 16 janvier 2018).
  72. (en) « Baby No. 2 on the Way for Rose Byrne and Bobby Cannavale » People August 21, 2017. Retrieved August 21, 2017.
  73. (en) Jen Juneau, Melody Chiu, « Rose Byrne and Bobby Cannavale Welcome Second Child », sur People, (consulté le 17 novembre 2017).
  74. (en) Marc Lupo, « Rose Byrne Gives Birth, Welcomes Second Child With Bobby Cannavale », sur US Magazine, (consulté le 17 novembre 2017).
  75. (en) Rose Byrne sur l’Internet Movie Database (consulté le 29 décembre 2017)
  76. (en) Nick Hadley, « Hopping to it! Rose Byrne looks chic in a floral print dress as she begins filming scenes for Peter Rabbit 2 in Sydney », sur Daily Mail, (consulté le 14 juin 2019).
  77. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t « Comédiennes ayant doublé Rose Byrne en France », sur RS Doublage, (consulté en 7 avril 2015 (m-à-j)).
  78. « Comédiennes ayant doublé Rose Byrne en France », sur AlloDoublage, (consulté en 7 avril 2015 (m-à-j)).
  79. « Comédiennes ayant doublé Rose Byrne en France », sur Doublagissimo, .
  80. a b c d e f g h i j k et l « Comédiennes ayant doublé Rose Byrne au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le 15 juillet 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]