Les Damnés (film, 1969)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Damnés
Titre original La caduta degli dei (Götterdämmerung)
Réalisation Luchino Visconti
Scénario Nicola Badalucco
Enrico Medioli
Luchino Visconti
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Genre Drame, guerre
Durée 156 min
Sortie 1969


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Damnés (titre original La caduta degli dei ; en français : la Chute des dieux) est un film germano-italien réalisé par Luchino Visconti, sorti en 1969.

Le titre italien fait référence à l'opéra de Wagner Le Crépuscule des dieux. Le sous-titre Götterdämerung est d'ailleurs utilisé avec le titre italien.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1933, l'avènement du nazisme inquiète la puissante famille d'industriels von Essenbeck. La nuit de l'incendie du Reichstag, le vieux baron Joachim, conservateur et opposé à Hitler, est assassiné. Le crime est imputé à Herbert Thalmann, un membre de la famille opposé aux nazis, qui doit fuir. Friedrich Bruckmann, un cadre de l'entreprise carriériste, d'origine modeste, devient le patron des aciéries, avec le soutien de Sophie, la veuve d'un des fils de Joachim, mort pendant la Première Guerre mondiale, dont il est l'amant. Konstantin von Essenbeck, un autre fils de Joachim, membre des SA, est vice-président. Une lutte pour le pouvoir commence entre Friedrich et Konstantin.

Un cousin officier SS, Aschenbach, intrigue en sous-main pour contrôler l'entreprise, afin qu'elle s'oriente davantage vers la production d'armes et serve les intérêts du régime nazi.

Lors de la nuit des Longs Couteaux, Konstantin est tué par Friedrich. Les filles et l'épouse de Herbert Thalmann sont envoyées au camp de concentration de Dachau, où cette dernière meurt. Herbert revient en Allemagne et se livre à la Gestapo, en échange de la libération de ses filles.

Martin von Essenbeck, le fils de Sophie et seul héritier de l'entreprise, est manipulé par Aschenbach qui le pousse à rejoindre la SS. Martin est un déviant sexuel avec des tendances pédophiles, ce qui donne à Aschenbach un levier pour le manœuvrer, après le suicide d'une fillette juive que Martin harcelait. Longtemps sous la coupe de sa mère, Martin se révolte contre elle et la viole. Friedrich Bruckmann épouse Sophie, et juste après la cérémonie, Martin leur donne du poison pour qu'ils se suicident. Ce qu'ils font. Par l'intermédiaire de Martin, le régime nazi a désormais un contrôle complet sur l'entreprise.

Les Damnés, Mort à Venise et Ludwig forment la « trilogie allemande » de Visconti, dans laquelle il analyse l'évolution de l'Allemagne de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu'en 1933.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Chronique d'une famille allemande (sans doute inspirée de celle des Krupp von Bohlen und Halbach (en), nom souvent abrégé en « Krupp », industriels de la sidérurgie à Essen, dans la Ruhr), traumatisée par les appétits déchaînés après la prise du pouvoir par les nazis en 1933 et qui tourne la perversion à son paroxysme. Helmut Berger travesti en Marlene Dietrich, l'orgie homo-érotique des officiers SA avant la nuit des Longs Couteaux, préfigurent les grandes heures du cinéma de Fassbinder. Le scénario fait également référence à trois romans majeurs de la modernité : Les Buddenbrook de Thomas Mann, Les Possédés de Fiodor Dostoïevski et L'Homme sans qualités de Robert Musil.

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Chute des dieux de Joan Simons, sur culturebox.francetvinfo.fr, consulté le 19 juillet 2016.
  2. Les Damnés ouvrent le 70e Festival d’Avignon avec la Comédie-Française, sur liberation.fr, consulté le 19 juillet 2016.

Die Krupps, groupe indus de renom, en fait une chanson nommée simplement Essenbeck en 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]