Ludivine Sagnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sagnier.
Ludivine Sagnier
Description de cette image, également commentée ci-après
Ludivine Sagnier en 2013.
Naissance (40 ans)
Saint-Cloud (Hauts-de-Seine)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Actrice
Films notables Swimming Pool
Les Chansons d'amour
L'Ennemi public nº 1
The Devil's Double
Un secret
Séries notables The Young Pope

Ludivine Sagnier, née le à Saint-Cloud[1], est une actrice française.

Elle est révélée au début des années 2000 par le réalisateur François Ozon, qui la dirige dans les drames Gouttes d'eau sur pierres brûlantes, Huit femmes, puis surtout le thriller Swimming Pool.

Elle confirme ensuite en tête d'affiche d'œuvres remarquées de Claude Miller, Claude Chabrol et Christophe Honoré.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née d'un père haut fonctionnaire et d'une mère impliquée dans la réinsertion des SDF, Ludivine Sagnier a une sœur aînée prénommée Delphine[2]. Elle passe son enfance à Sèvres (Hauts-de-Seine) où elle débute le théâtre à l'âge de six ans[1]. Devenue indépendante financièrement (grâce aux doublages de films américains et de dessins animés), elle quitte la maison familiale à 17 ans pour suivre des études de lettres[1]. De 18 à 20 ans, elle exerce le métier d'organisatrice de concerts et d'attachée de presse, pour un collectif musical de reggae et de ragga[3].

Débuts et révélation (1989-2001)[modifier | modifier le code]

À neuf ans, elle fait sa première apparition au cinéma dans le film Les Maris, les Femmes, les Amants, réalisé par Pascal Thomas et sorti en 1989[1]. Elle enchaîne plusieurs petits rôles jusqu'à 1990, notamment sous la direction d'Alain Resnais et de Jean-Paul Rappeneau dans Cyrano de Bergerac, elle déclare : « Me retrouver sur le plateau de Cyrano de Bergerac avec Gérard Depardieu était vraiment magique »[4].

En 1994, elle étudie au conservatoire de Versailles[2] ; elle y remportera les premiers prix aux concours classique et moderne[5].

Elle revient sur grand écran en 1999. Âgée de 19 ans, elle défend des rôles secondaires dans le biopic Rembrandt, de Charles Matton, et le drame historique Les Enfants du siècle, de Diane Kurys, où elle côtoie Juliette Binoche et Benoît Magimel[6].

L'année 2000 marque un tournant : elle apparait dans trois films : d'abord en faisant partie de la distribution principale de la co-production britannique Toothache, de Ian Simpson, puis en tenant le premier rôle du film générationnel Bon plan, de Jérôme Lévy. Elle est surtout dirigée pour la première fois par François Ozon dans Gouttes d'eau sur pierres brûlantes[2], une adaptation d'une pièce de théâtre de Rainer Werner Fassbinder[7].

En 2001, elle se contente d'un second rôle dans le drame Un jeu d'enfants, de Laurent Tuel, aux côtés de Karin Viard et Charles Berling[8] et fait partie de la distribution principale de la première réalisation d'Yvan Attal, le drame Ma femme est une actrice. Mais c'est en 2002 qu'elle est vraiment révélée au grand public. Elle est en effet choisie par Ozon pour prêter ses traits à la benjamine de l'impressionnante distribution réunie pour la comédie musicale Huit Femmes[2]. Le film est un succès critique et commercial, ce qui lui faudra le trophée Chopard de la révélation féminine au Festival de Cannes 2002 (ex-æquo avec Paz Vega)[9] et prix Romy-Schneider en 2003[10]. Lors de la Berlinale 2002, elle remporte également l'Ours d'argent « pour une contribution artistique exceptionnelle » décerné à l'ensemble de la distribution féminine du film[11].

Confirmation critique (2003-2010)[modifier | modifier le code]

L'actrice pour la présentation de Pieds nus sur les limaces à l'avant-première du film à Paris.

L'année 2003 lui permet de confirmer. Elle évolue aux côtés de Daniel Auteuil et Emmanuelle Devos pour le drame Petites coupures de Pascal Bonitzer[12]. Après l'avoir révélé en jeune ingénue, François Ozon l'impose en tant que femme fatale ; elle évolue en effet face à Charlotte Rampling dans le thriller psychologique Swimming Pool[13],[14],[15],[16]. Elle joue dans la foulée dans La Petite Lili de Claude Miller, sélectionné en compétition officielle Festival de Cannes 2003[17], et prête ses traits à la fée Clochette dans le blockbuster hollywoodien Peter Pan de P. J. Hogan[18].

En 2005, elle fait confiance à la révélation Xavier Giannoli pour la diriger dans le drame franco-belge Une aventure[16], où, teinte en brune, elle donne la réplique à Nicolas Duvauchelle, pour qui elle a un coup de foudre sur le tournage[19]. Elle participe aussi au film à sketch-es Paris, je t'aime, dans le segment Parc Monceau, où elle est dirigée par le cinéaste mexicain Alfonso Cuarón[20]. En 2006, elle fait face à Nathalie Baye, tête d'affiche du drame La Californie, écrit et réalisé par Jacques Fieschi[16].

L'année 2007 lui permet de défendre quatre projets attendus : elle retrouve d'abord Claude Miller pour le drame Un secret[16], aux côtés de Patrick Bruel et Cécile de France ; puis fait partie du casting quatre étoiles réuni par Laurent Tirard pour le biopic Molière[16] ; revient au musical devant la caméra de Christophe Honoré, dans le premier rôle du drame musical Les Chansons d'amour[16] ; et enfin s'impose une nouvelle fois en tête d'affiche du polar La Fille coupée en deux, de Claude Chabrol[21],[16].

En 2008, elle prête ses traits à Sylvia Jeanjacquot (dernière compagne du criminel Jacques Mesrine) dans l'ambitieux biopic en deux parties L'Instinct de mort et L'Ennemi public nº 1 du réalisateur Jean-François Richet, avec Vincent Cassel dans le rôle-titre[22],[16].

En 2010, elle évolue aux côtés de Diane Kruger dans la comédie Pieds nus sur les limaces, de Fabienne Berthaud[23],[24],[16], et retrouve Christophe Honoré pour un autre film musical Les Bien-aimés, où elle prête ses traits à une version jeune du personnage incarné par Catherine Deneuve[25]. Et avec Kristin Scott Thomas, elle est la tête d'affiche du thriller psychologique Crime d'amour, d'Alain Corneau[26],[16].

Diversification (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

L'actrice à la Berlinale 2011 pour la première deThe Devil's Double.

En 2011, elle tient le premier rôle féminin du thriller belgo-allemand The Devil's Double, réalisé par le néo-zélandais Lee Tamahori[27] ; elle y tient le rôle de Sarrab, l'une des maîtresses d'Oudaï Hussein (le fils aîné de Saddam Hussein)[28]. Et en 2012, elle monte sur les planches pour Nouveau roman, mise en scène par Christophe Honoré, et pour une tournée au Festival d'Avignon et au théâtre national de la Colline ; elle y joue le rôle de Nathalie Sarraute[29],[30],[31].

En 2013, elle s'essaye à la comédie romantique en partageant l'affiche d'Amour et Turbulences, avec Nicolas Bedos, devant la caméra d'Alexandre Castagnetti[32]. Elle fait partie du jury « Un certain regard » au Festival de Cannes 2013[33]. En octobre 2013, elle est actrice dans une création théâtrale originale de Philippe Katerine au Centre Pompidou de Paris, avec un canapé aux formes capitonnées et arrondies, désigné par Robert Stadler. Au travers plusieurs saynètes, il s'agît d'une description de ce mobilier singulier, en suggérant une relecture critique et décalée des valeurs et des codes de la bourgeoisie ; elle partage l'affiche avec les acteurs Éric Cantona et Roland Menou[34],[35].

En 2014, elle fait partie du trio hétéroclite menant la comédie dramatique Tristesse Club de Vincent Mariette[36], puis prête ses traits à une mère de famille décalée pour l'adaptation de bande dessinée jeunesse Lou ! Journal infime, par Julien Neel, son propre auteur, qui s'essaye pour la première fois à la réalisation[37].

En 2015, elle donne la réplique à Reda Kateb pour le drame franco-belge La Résistance de l'air, de Fred Grivois[38],[39].

En 2016, elle s'essaie aux séries télévisées, en tenant le rôle de Esther aux côtés notamment de Jude Law, dans les dix épisodes de la série historique The Young Pope diffusée en France sur Canal+, écrite et réalisée par Paolo Sorrentino[40].

En 2017, elle tourne dans une grosse production, Rémi sans famille, adaptation cinématographique du célèbre roman d'Hector Malot. Sous la direction d'Antoine Blossier, elle joue Madame Barberin, la mère adoptive de Rémi, interprété par le jeune Maleaume Paquin, aux côtés de Daniel Auteuil (Maitre Vitalis), mais aussi de Virginie Ledoyen (Madame Harper) et Jonathan Zaccaï (Jérome Barerberin)[41]. La sortie du film est programmée pour le 12 décembre 2018[42].

Un mois plus tôt, elle partage l'affiche de la comédie dramatique Lola et ses frères avec José Garcia et Jean-Paul Rouve, lui-même co-scénariste et réalisateur[4],[43].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Durant son enfance, elle a souffert d'une tumeur bénigne à l'intestin, puis d'une méningite[44].

Elle a eu pour compagnon le comédien Nicolas Duvauchelle, rencontré sur le tournage d'Une aventure, avec qui elle a eu une fille, Bonnie (référence au film Bonnie et Clyde), née en mars 2005[45],[46]. Cette dernière apparaît dans Les Bien-aimés de Christophe Honoré en 2011[47]. Depuis 2008, Ludivine Sagnier est la compagne du réalisateur Kim Chapiron (Sheitan, Dog Pound, La Crème de la crème), avec qui elle a deux filles, Ly Lan, née en janvier 2009 et Tàm, née fin décembre 2014[48].

Engagement[modifier | modifier le code]

En 2008, elle déclare se rendre régulièrement à la prison de Fleury-Mérogis dans le cadre d'un atelier de radio ou de télévision interne, pour transmettre une énergie positive aux détenus hommes et femmes[49].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

En projet[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Vidéo-clip[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Participations événementielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Samuel Douhaire, « Ludivine Sagnier : Bonne étoile » sur Libération, 25 août 2003
  2. a b c et d Ludivine Sagnier et les délices de la fiction sur Le Monde, 7 août 2007
  3. [vidéo] Interviewée par Mazarine Pingeot, « Le café... avec Ludivine Sagnier » sur Aufeminin, 30 novembre 2017
  4. a et b Philippe Lemoine, « Ludivine Sagnier : l'ingénue déterminée » sur Ouest-France, 24 novembre 2018
  5. a et b Biographie de Ludivine Sagnier sur le site de France Inter, 4 août 2007
  6. Biographie de Ludivine Sagnier sur Femme actuelle, consulté le 2 décembre 2018
  7. Olivier Séguret, « Le prolifique Ozon réussit l'adaptation d'une pièce de R.W. Fassbinder » sur Libération, 15 mars 2000
  8. Éric Moreault, « Ludivine Sagnier : le coeur à l'ouvrage » sur Le Soleil, 25 juillet 2015
  9. Pascal Le Duff, « Festival de Cannes 2015 : les autres prix » sur critique-film.fr, 25 mai 2015
  10. Prix pour Johnny Hallyday et Ludivine Sagnier sur Les Échos, 21 janvier 2003
  11. Surprises au palmarès de la Berlinale sur Libération, 18 février 2002
  12. Petites coupures (2003) de Pascal Bonitzer sur films.blog.lemonde.fr, 4 décembre 2005
  13. (en) Taking the plunge sur The Guardian, 17 août 2003
  14. Yves Jaeglé, « Quand Ludivine Sagnier défie Charlotte Rampling » sur Le Parisien, 8 janvier 2006
  15. [vidéo] Interviewée par Thierry Ardisson pour l'émission Tout le monde en parle, « Ludivine Sagnier à propos de son métier d'actrice » sur le site de l'INA, 17 mai 2003
  16. a b c d e f g h i et j Thomas Lapointe, « Ludivine Sagnier vue par 10 réalisateurs » sur L'Express, 3 décembre 2010
  17. Claude Miller parle de La petite Lili et de ses comédiens sur L'Express, 1er août 2003
  18. Alain Grasset, « Ludivine Sagnier, irrésistible dans "Peter Pan" » sur Le Parisien, 11 décembre 2003
  19. [vidéo] Interviewée par Thierry Ardisson pour l'émission Tout le monde en parle, « Ludivine Sagnier à propos de "Une aventure" » sur le site de l'INA, 3 septembre 2005
  20. Laura Matesco, « Paris, je t'aime : Retrouvailles au parc Monceau » sur L'Internaute, 21 juin 2006
  21. "La Fille coupée en deux" : le roué, le dandy, la fille fatale sur Le Monde, 7 août 2007
  22. François Bourboulon, « Ludivine Sagnier, femme de signes » sur Paris Match, 1er décembre 2008
  23. Ozal Emier, « Diane Kruger veille sur Ludivine Sagnier » sur Les Inrockuptibles, 16 juillet 2009
  24. Ludivine Sagnier invitée de Café culture sur le site d'Europe 1, 22 novembre 2010
  25. Sophie Grassin, « Rencontre avec Ludivine Sagnier » sur Madame Figaro, 2 décembre 2010
  26. Khadija Moussou, « Jeu de séduction entre Kristin Scott Thomas et Ludivine Sagnier » sur Elle, 28 juin 2010
  27. Ludivine Sagnier rayonne aux côtés de la doublure du diable sur purepeople.com, 21 juin 2011
  28. Ludivine Sagnier, un "électron libre" au festival de Sundance sur Le Point, 26 janvier 2011
  29. Ludivine Sagnier : "Je voulais être mise en danger" sur Le Télégramme, 7 octobre 2012
  30. Sophie Jouve, « Avignon : "Nouveau Roman", un si bon début... » sur le site de France Télévisions, 11 juillet 2012
  31. Julien Dokhan, « Théâtre : le "Nouveau roman" conté par Christophe Honoré » sur Allociné, 21 novembre 2012
  32. Christopher Ramoné, « Nicolas Bedos "materné" par Ludivine Sagnier : "Sans elle, j'aurais été pire" » sur purepeople.com, 1er avril 2013
  33. Alexandre Boussageon, « Cannes 2013 : Ludivine Sagnier et Agnès Varda dans les jurys complémentaires » sur L'Obs, 2 mai 2013
  34. Robert Stadler / Philippe Katerine : Tephra formations sur le site du Centre Pompidou, 25 octobre 2013
  35. [audio] Interviewée par Augustin Trapenard dans l'émission Boomerang, « Ludivine Sagnier met dans le mille » sur le site de France Inter, 15 juin 2015
  36. Marc-André Lussier, « Ludivine Sagnier dans Tristesse Club : triangle familial » sur La Presse, 27 juillet 2015
  37. Lou ! journal infime : l'interview chapeau de Kyan Khojandi et Ludivine Sagnier sur Télé Loisirs, 3 juillet 2018
  38. [vidéo] Clique by Ludivine Sagnier : "La résistance de l'air", un film de Fred Grivois sur la chaîne Clique TV, 21 juin 2015
  39. Ludivine Sagnier tourne "La résistance de l'air" sur Challenges, 30 décembre 2013
  40. Laurent Djian, « The Young Pope : Ludivine Sagnier se plaît à "décortiquer l'âme humaine" » sur L'Express, 31 octobre 2016
  41. Eddy Moine, « Daniel Auteuil bientôt en tournage de "Rémi sans famille" » sur Challenges, 7 avril 2017
  42. Laurent Coviaux, « Découvrez la bande annonce de Rémi sans famille, au cinéma le 12 décembre » sur le site de France Bleu, 4 octobre 2018
  43. Nedjma Vanegmond, « Ludivine Sagnier : "J'aime l'idée que les films libèrent la parole" » sur Marianne, 26 août 2018
  44. Hélène Mathieu, « Ludivine Sagnier : "Mon côté enfantin est une arme" » sur Psychologies Magazine, page 2, juillet 2009
  45. A.G.,« Une petite Bonnie pour Ludivine Sagnier » sur Le Parisien, 25 mars 2005
  46. Bonnie, la fille de Nicolas Duvauchelle et Ludivine Sagnier dévoile son joli visage sur Instagram sur Voici, 23 mars 2018
  47. David S. Tran, « Les bien-aimé(e)s » sur Le Progrès, 24 août 2011
  48. Arthur Blanquet, « Ludivine Sagnier : qui est son compagnon Kim Chapiron ? » sur Closer, 20 août 2018
  49. Louise Witt, « Les vies de Ludivine Sagnier » sur L'Express, 8 juillet 2008
  50. Ludivine Sagnier : Son beau projet avec son chéri Kim Chapiron sur purepeople.com, 20 janvier 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :