Loris Gréaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Loris Gréaud
Image dans Infobox.
Loris Gréaud en 2018
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Représenté par
Galerie Max Hetzler (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Loris Gréaud, né le à Eaubonne, est un artiste conceptuel installationniste, cinéaste et architecte.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2005, Loris Gréaud expose son premier projet, Silence goes more quickly when played backwards, exposé au Plateau[1]. Sa popularité grandissante lui permettra d'exposer progressivement à travers le monde entre 2005 et 2014. En 2014, il est promu Chevalier des Arts et des Lettres[2].

Après avoir fait l'acquisition de l'oeuvre MACHINE en 2018[3], le Musée d'Art Moderne de Paris invite Loris Gréaud à concevoir une exposition spécifique, dans le cadre des collections permanentes, intitulée Glorius Read[4]. Récemment, l’exposition The Original, The Translation a permis de mettre en lumière l’ensemble de son activité éditoriale à la Bibliothèque Kandinsky I du Centre Georges Pompidou à la suite de l'acquisition par cette dernière de l'intégralité des ouvrages produits par l'artiste[5].  

Depuis 2010, il ne participe que très rarement aux expositions de groupe, concentrant ses ressources au développement de ses projets personnels[6].Il déclare en 2012 qu'il « préfère se consacrer au dessin d'une belle trajectoire plutôt que de s'obstiner à donner une destination à chacun de ses projets ». L'artiste envisage en effet la « trajectoire de l'œuvre à travers le temps comme une sculpture à part entière »[7].

En 2020, Loris Gréaud inaugurera, après plusieurs années de développement avec la fondation Casa Wabi un projet pérenne intitulé The Underground Sculpture Park. L'artiste a choisi une vingtaine d'oeuvres emblématiques de sa production, qui seront enterrées pour l'éternité dans les jardins d'Alberto Kalach, qui prolongent l'architecture conçue par Tadao Ando[8].

Expositions[modifier | modifier le code]

Démarche artistique[modifier | modifier le code]

Sa démarche se caractérise par la mise en avant de l'idée de projet plutôt que d'exposition. Loris Gréaud considère en effet que seule l'idée et le projet en lui-même doivent faire autorité, en définissant notamment ses modalités d'apparition, de monstration, de diffusion ou encore de durée ou d'économie[6]. Il place au centre de sa pratique la productivité et l'efficacité dans le réel de ses projets. Il donne également une place toute particulière à l'effacement systématique des limites entre les espaces de la fiction et de la réalité[20].

Une des caractéristiques communes aux différents projets de Loris Gréaud est enfin leur échelle[21] : en produisant une amplitude et une vision globale, il tend à un débordement de l'espace et de la durée « d'exposition ».

Discussions spécifiques[modifier | modifier le code]

Loris Gréaud a engagé à plusieurs reprises des « discussions spécifiques »[22] avec des professionnels issus de divers domaines, afin de tenter d'apporter des réponses productives à ses questions esthétiques.

En 2004, il s'associe à David Lynch, à l'occasion de la conception de son oeuvre Eye of The Duck puis en 2012 pour son projet The Snorks: a concert for creatures[23]. En 2009, avec Lee Ranaldo, pour Think Loud[24], puis pour son film The Unplayed Notes[25] en 2012, en 2011-12, avec le M.I.T. de Boston[26], et la station ANTARES[27], ainsi qu'avec le LAB du Pr Michel André[28] pour son projet The Snorks: a concert for creatures. A cette même occasion, avec le groupe d'abstract hip-hop Anti-Pop Consortium[29]. En 2012, il s'associe avec le CNRS pour la réalisation de son film The Unplayed Notes[30]. Avec la Nasa et plus particulièrement le Stennis Space Center[31], pour son film Sculpt et le spinoff qui s'est ensuivi Grumpy Bear, en 2016. Entre 2014 et 2016, avec Claude Parent, qui apparaît aussi et notamment dans son film Sculpt[32]. En 2016 avec le CENIR de l'ICM, ainsi qu'avec la Prêtresse Voodoo Myriam Chamani[33] et The Residentstoujours pour son film Sculpt[34].

Il sollicite également les icônes du cinéma Charlotte Rampling et Willem Dafoe dans le cadre de ses productions audiovisuelles[35].

Monographies[modifier | modifier le code]

  • (en) Loris Gréaud, Ladi Rogeurs I Sir Loudrage I Glorius Read, Galerie Max Hetzler Paris et Berlin, Musée d'Art Moderne de Paris, Holzwarth Publications, (ISBN 978-3-947127-09-2)
  • (en + he) Ruth Direktor, Loris Gréaud et Charlotte Rampling, Sculpt, Grumpy Bear : The Great Spinoff, Vol. 2, Gréaudstudio Editions,
  • (en) Loris Gréaud, Sculpt : A Potential Continuity Editing, Vol. 1, Gréaudstudio Editions,
  • (fr + en) Loris Gréaud, Interzone : The Unplayed Notes Museum, Paris, Jannink Editions, , 44 p. (ISBN 978-2-37229-004-3)
  • (fr + en) Loris Gréaud : Crossfading, Paris, Dis voir, (ISBN 978-2-914563-75-8)
  • (fr + en) Christophe Ono-Di-Biot, Loris Gréaud : The Snorks : a concert for creatures, Gréaudstudio Éditions,
  • (fr + en) Alain Seban, Marie-Laure Bernadac, Michel Gauthier, Jean-Luc Martinez, Loris Gréaud - [I], Louvre éditions, Centre Pompidou,, , 95 p. (ISBN 979-10-90490-32-1)
  • (fr + en) Loris Gréaud, Loris Gréaud : The Geppetto Pavilion, Gréaudstudio Éditions,
  • (fr + en + es) Pascal Rousseau, Loris Gréaud : Cellar Door, Gréaudstudio Éditions - JRP Ringier, (ISBN 978-3-03764-167-5)
  • (fr + pl) Loris Gréaud, Loris Gréaud : Shelter : Bucminster Fuller : Synergetic Artist, Poznan Arts Stations Foundation, , 63 p. (ISBN 978-83-927804-0-3)
  • (fr + es) Daniel Birnbaum, Loris Gréaud : Trajectories and Destinations, Volume 1, (ISBN 978-1-933128-67-2)
  • (fr + en) Raimundas Malasauskas, Aaron Shuster et Loris Gréaud, Loris Gréaud : Cellar Door (Libretto), Zurich, JRP Ringier, , 78 p. (ISBN 978-3-905829-52-5)
  • (fr + en) Loris Gréaud : Nothing is true, everything is permitted, Onestar Press,
  • (fr + en) Loris Gréaud : EndExtend, Orléans, HYX, , 191 p. (ISBN 2-910385-44-2)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Chevalier des Arts et des Lettres (2014)[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Paola Noé, « Paris / Loris Gréaud: Silence goes more quickly when played backwards », Modern Painters,‎
  2. « Nominations Ministère de la Culture »
  3. « Le MAMVP reçoit une installation de Loris Gréaud », Le Quotidien de l'Art,‎ (lire en ligne)
  4. « Glorius Read au Musée d'Art Moderne de Paris »
  5. « The Original, The Translation à la Bibliothèque Kandinsky »
  6. a et b « Initiartmagazine », sur www.initiartmagazine.com (consulté le )
  7. « initiartmagazine »
  8. Sophie de Santis, « Loris Gréaud, l'art post-apocalyptique », Le Figaroscope,‎
  9. « Cellae door, une exposition de Loris Greaud », sur Palaisdetokyo.com (consulté le )
  10. « «Cellar Door» versant opéra », sur Libération.fr (consulté le )
  11. http://www.kunsthallesanktgallen.ch/en/exhibitions/archive.html?year=2009#en/3/events/loris-greaudcellar-door-never-shies-away-from-adopting-bootleg-versions-of-itselfinto-its-family-173.html
  12. « Sir Loudrage »
  13. « Ladi Rogeurs »
  14. « Conférence, "Parole Aux Artistes", Centre Georges Pompidou »
  15. « Loris Gréaud's trail of destruction at Dallas Contemporary | Art | Wallpaper* Magazine », sur Wallpaper* (consulté le )
  16. (en) « Sculpt at LACMA »
  17. Sabrina Silamo, « La Vanité en verre de Loris Gréaud », IDEAT,‎ (lire en ligne)
  18. Valérie Duponchelle, « Loris Gréaud entrevue son laboratoire de magicien à Murano », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « Grumpy Bear, the Great Spinoff at Tel Aviv Museum of Art »
  20. «Plus qu'un coup, c'est une prise de risques», sur Libération.fr (consulté le )
  21. « Artnet asks: Loris Gréaud »
  22. « Frac Ile-de-France »
  23. « “Sculpt” de Loris Gréaud : objet filmique non identifié », Télérama,‎ (lire en ligne)
  24. « Nam June Park Art Center »
  25. « The Unplayed Notes of Loris Gréaud », untapped cities,‎ (lire en ligne)
  26. « Court-Métrage : The Snorks, a concert for creatures », The Artchemists,‎ (lire en ligne)
  27. « Loris Gréaud Smashes the Mold for Museum Shows », Artnet,‎ (lire en ligne)
  28. « The Snorks »
  29. « La Gaîté Lyrique »
  30. « The Unplayed Notes, les Apnées Hypnotiques de Loris Gréaud », Vogue,‎ (lire en ligne)
  31. « Art Agenda »
  32. « An interview with Loris Gréaud », Purple Diary,‎ (lire en ligne)
  33. « Loris Gréaud, Sculpt », Tique Art,‎ (lire en ligne)
  34. « Making of de Sculpt »
  35. « Why Loris Gréaud and Willem Dafoe made a film few will see », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  36. Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres janvier 2014, Gouv.fr, 18 mars 2014 (Consulté le 4 décembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]