Claude Malhuret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français
image illustrant un médecin image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français et un médecin français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Claude Malhuret
Image illustrative de l'article Claude Malhuret
Fonctions
Sénateur de l'Allier
En fonction depuis le
(1 an 9 mois et 23 jours)
Élection 28 septembre 2014
Prédécesseur Mireille Schurch
Maire de Vichy
En fonction depuis le
(27 ans 4 mois et 4 jours)
Élection
Prédécesseur Jacques Lacarin
Député de l'Allier
Élu dans la 4e circonscription

(4 ans et 19 jours)
Élection
Législature 10e
Prédécesseur Jean-Michel Belorgey
Successeur Gérard Charasse
Député européen

(3 ans 8 mois et 22 jours)
Élection 15 juin 1989
Législature 3e
Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé des Droits de l'homme

(2 ans 1 mois et 11 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Jacques Chirac II
Successeur Lucette Michaux-Chevry (indirectement)
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Strasbourg (Bas-Rhin)
Nationalité Française
Parti politique UMP Les Républicains
Diplômé de Université Paris V
Ministres des Droits de l'homme

Claude Malhuret, né le à Strasbourg (Bas-Rhin), est un médecin, avocat et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Après sa scolarité au lycée de Vichy, il entreprend des études de médecine en 1966 à la Faculté de Cochin-Port-Royal (université Paris V). Il est docteur en médecine, ancien interne des hôpitaux. Il est également avocat, après des études de droit à la Faculté du Panthéon (Université Paris I).

Engagement humanitaire[modifier | modifier le code]

Il effectue son service militaire en 1973-1974 au titre de la coopération comme médecin-chef des hôpitaux d’El Aïoun et Taourirt au Maroc, entre le Rif et la frontière algérienne. En 1975, il est médecin épidémiologiste pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Inde, au nord de Calcutta. Il fait partie des équipes qui traitent les derniers cas de variole sur le continent asiatique. Réussite la plus célèbre de l’OMS, l’éradication mondiale de la variole est solennellement proclamée en 1980.

En 1976 et 1977, il est coordinateur des équipes médicales de l'association Médecins sans frontières (MSF) dans les camps de réfugiés cambodgiens, laotiens et vietnamiens à la frontière thaïlandaise. En 1978, il est élu président de l'association malgré l’opposition de Bernard Kouchner, l'un de ses co-fondateurs, qui quittera alors MSF, en désaccord sur le programme de développement proposé. Claude Malhuret dirigera l’association pendant 8 ans. De retour des États-Unis, il implante en France le marketing humanitaire, jusqu'alors apanage des pays anglo-saxons, permettant à l'association de connaitre une croissance sans précédent, passant d’un budget annuel quasi inexistant (75 000 €) et d’une notoriété confidentielle à un budget de 150 millions d’euros pour la seule section française.

Des sections sont développées dans tous les grands pays et MSF devient la première ONG médicale au monde, avec un budget consolidé de 500 millions d’euros en 1986 et une présence sur tous les terrains d’urgence de la planète. En 1999 MSF obtiendra le Prix Nobel de la Paix.

Parlant anglais, espagnol et arabe, Claude Malhuret est à l’origine de nombreuses missions de MSF sur les théâtres de guerre et de catastrophes en Afrique, Amérique latine et Asie, notamment en Afghanistan où il a mis lui-même en place les premières équipes médicales dans les zones libérées par la résistance à l’occupation soviétique. C’est depuis cette mission particulièrement délicate en Afghanistan que les équipes de MSF sont connues dans le monde entier sous le vocable de « French Doctors ».

L'engagement politique[modifier | modifier le code]

En 1984, il fonde et préside Liberté sans frontières, un think tank destiné à remettre en question les thèses tiers-mondistes sur le développement et à lutter contre les régimes totalitaires. Jean-François Revel, Alain Besançon, Emmanuel Le Roy Ladurie, François Fejtő, Ilios Yannakakis font partie de son conseil d’administration.

En 1986, sur la proposition d’Alain Madelin et à l’exemple des États-Unis[Quoi ?], Jacques Chirac, alors Premier ministre du premier gouvernement de cohabitation, nomme Claude Malhuret secrétaire d’État chargé des Droits de l’homme.

Député européen de 1989 à 1993, puis député en 1993, il est battu lors de la défaite de la majorité lors des élections législatives qui suivent la dissolution de 1997.

En 1989, Claude Malhuret est élu maire de Vichy. Il est réélu en 1995, 2001, 2008 et 2014. Cette même année il est élu président de la Communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier. Il a également été élu conseiller régional d’Auvergne de 2004 à 2014.

Le 28 septembre 2014, il est élu sénateur de l'Allier.

Il est président de la fédération départementale de l’Allier du parti Les Républicains depuis 2007.

Un des plus grands succès de l'Internet en France[modifier | modifier le code]

Entamant alors une nouvelle carrière professionnelle, il conçoit et lance en 1999 avec un autre médecin, Laurent Alexandre, le site web Doctissimo. Seul portail-santé ayant survécu à la bulle Internet du début des années 2000, Doctissimo est devenu l’une des plus grandes réussites de l’Internet français avec 10 millions de visiteurs uniques mensuels. En 2008, le site est vendu au groupe Lagardère et devient le navire amiral de la stratégie du groupe sur Internet.

De 2006 à novembre 2014, Claude Malhuret est le Directeur du développement éthique de Korian, premier groupe européen de maisons de retraite médicalisées et de cliniques de soins de suite.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les vices de la vertu ou la fin de la gauche morale, Robert Laffont, 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]