Hubert Germain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Germain.
Hubert Germain
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ministre des Relations avec le Parlement (d)
-
Député
Quatorzième circonscription de Paris de 1967 à 1986
-
Ministre des Postes et Télécommunications (d)
-
Député
Quatorzième circonscription de Paris de 1967 à 1986
-
Député
Quatorzième circonscription de la Seine de 1958 à 1967 (d)
-
Maire de Saint-Chéron (d)
-
Jules Collas (d)
Raymond Lochard (d)
Biographie
Naissance
(99 ans)
Paris (France)
Nom de naissance
Hubert Jean-Louis Joseph Germain
Nationalité
Activités
Homme politique, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Autres informations
Parti politique
Distinctions

Hubert Germain, né le à Paris, est un résistant et homme politique français.

Fait compagnon de la Libération en 1944, il entame par la suite une carrière politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du général Maxime Germain, il s'illustre pendant la Seconde Guerre mondiale, en étant l'un des premiers engagés dans les Forces françaises libres et en participant notamment à la bataille de Bir Hakeim. Il est fait compagnon de la Libération en 1944.

De 1950 à 1952 il est cadre d'entreprise chez Cinzano.

De 1953 à 1965, il est maire de Saint-Chéron (Seine-et-Oise, aujourd'hui Essonne)

De 1960 à 1962, il est chargé de mission au cabinet de Pierre Messmer, ministre des Armées et conseiller technique jusqu'au 10 juin 1968.

Député de la Quatorzième circonscription de Paris de 1962 à 1967, de 1968 à 1972 et en 1973. Secrétaire général (1969-71) et président (1971-73) de l'amicale parlementaire Présence et Action du gaullisme, dont il est l'un des fondateurs avec Pierre Messmer.

Sa carrière politique est marquée par sa participation aux trois gouvernements Messmer du 6 juillet 1972 au 27 mai 1974, d'abord comme ministre des PTT, puis chargé des Relations avec le Parlement du 2 mars au 27 mai 1974. Il a également assuré l’intérim des PTT du 13 avril au 27 mai 1974, à la suite de la démission de Jean Royer, candidat aux élections présidentielles de 1974[1].

Franc-maçon, il a été initié à la Grande Loge de France en 1975, il est membre fondateur de la loge « Pierre Brossolette, Compagnon de la Libération » et Grand-Maître d'honneur de la Grande Loge de France[2].

Membre de la Juridiction du Suprême Conseil de France, il est est 33e degré du Rite Écossais Ancien et Accepté[2].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Parmi les nouveaux candidats - M. Jean Royer fera une campagne "vigoureuse et ardente" », Le Monde, 13 avril 1974.
  2. a et b Hubert Germain Grand Croix de la Légion d'Honneur sur le site jlturbet.net.

Liens externes[modifier | modifier le code]