Didier Bariani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Didier Bariani
Illustration.
Fonctions
15e vice-président du Conseil régional d'Île-de-France
chargé du Grand Paris et de la Coopération interrégionale
En fonction depuis le
(2 ans, 10 mois et 30 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Valérie Pécresse
Député de la 21e circonscription de Paris

(4 ans et 19 jours)
Législature Xe législature
Groupe politique UDF
Prédécesseur Michel Charzat
Successeur Véronique Carrion-Bastok
Secrétaire d'État
auprès du ministre des Affaires étrangères

(2 ans, 1 mois et 20 jours)
Président François Mitterrand
Premier ministre Jacques Chirac
Gouvernement Chirac II
Prédécesseur Christian Nucci
Successeur Edwige Avice
Maire du 20e arrondissement de Paris

(12 ans, 3 mois et 5 jours)
Prédécesseur aucun
Successeur Michel Charzat
Président du Parti radical

(4 ans et 1 mois)
Prédécesseur Jean-Jacques Servan-Schreiber
Successeur André Rossinot
Député de la 30e circonscription de Paris

(3 ans, 1 mois et 19 jours)
Législature 6e (Ve République)
Groupe politique UDF
Prédécesseur Daniel Dalbera
Successeur Michel Charzat
Conseiller régional d'Île-de-France
En fonction depuis le
(2 ans, 11 mois et 4 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Valérie Pécresse

(5 ans, 11 mois et 21 jours)
Élection 28 mars 2004
Président Jean-Paul Huchon
Biographie
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Bellerive-sur-Allier (Allier)
Nationalité Française
Parti politique PR (1969-2002 puis 2011-2017)
UDF (1978-2007)
MoDem (2007-2011)
UDI (2012-2017)
MRSL
Diplômé de IEP de Paris
Profession Gérant de sociétés

Didier Bariani, né le à Bellerive-sur-Allier (Allier) est un homme politique français, ancien député et secrétaire d'État.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un haut fonctionnaire de la France d'outre-mer et d'une avocate parisienne, Didier Bariani est diplômé de Sciences po Paris. En 1969, il adhère au Parti radical valoisien. Il est, le 1er février 1978, l'un des dix signataires de l'acte constitutif de naissance de l'UDF, dont le PRV devient une composante. Il est, de 1979 à 1983, président du Parti radical valoisien.

Il est élu, en 1978, député de la 30e circonscription de Paris, contre le communiste sortant Daniel Dalbera, le devançant de moins de 700 voix au second tour. Il est battu en 1981 par le candidat socialiste Michel Charzat (14 929 contre 12 534 voix).

Didier Bariani devient maire du 20e arrondissement de Paris en 1983 et conserve ses fonctions durant deux mandats consécutifs. Pendant la campagne, un accord verbal sur la fusion des listes RPR et FN est passé avec Jean-Marie Le Pen disant que Chirac « voulait faire le grand chelem à Paris pour montrer aux socialistes sa force, et à l’UDF qu’il était le patron ». L'accord est pourtant renié dès le lendemain des résultats[1]. Président de la société d’économie mixte Saemar Saint-Blaise, il urbanisation très densément ce quartier qui présentera des difficultés urbaines, fonctionnelles et sociales[2] alors que ses projets contestés sur le Bas-Belleville se heurteront à une forte mobilisation associative[3].

Il se présente lors des élections législatives de 1986, dont le mode de scrutin est proportionnel, dans le département de Seine-Saint-Denis, en tant que tête de liste UDF. Élu avec 9,77 % des voix, il est nommé immédiatement au gouvernement de Jacques Chirac et ne siège pas à l'Assemblée, remplacé par le suivant de liste Jean-Jack Salles.

Il reprend à Michel Charzat, douze ans plus tard, son siège de député de la circonscription devenue la 21e. Durant cette Xe législature, de 1993 à 1997, il est président du Groupe d'amitié France-Israël.

Élu, en 1999, président de la fédération UDF de Paris (réélu en 2001), il quitte en 2002 le Parti radical à la suite de son association avec l'UMP mais reste membre de l'UDF, dont il est vice-président national.

Il participe à la campagne électorale de François Bayrou lors de l'élection présidentielle de 2007. À la suite du ralliement de plusieurs députés UDF à la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy, Didier Bariani maintient son soutien actif à François Bayrou lors de la création du Mouvement Démocrate.

En mai 2011, il rejoint à nouveau le Parti radical valoisien, avec Jean-Louis Borloo[4]. Au congrès du Parti radical du 10 mars 2012, il milite pour un soutien à François Bayrou[5].

Dans le livre Les Frères invisibles, les journalistes Renaud Lecadre et Ghislaine Ottenheimer révèlent que Bariani fut l'un des principaux associés maçonniques de Jacques Chirac.

Lors des élections régionales de décembre 2015, il redevient conseiller régional de la région Île-de-France, puis est désigné 15e vice-président de l'exécutif présidé par Valérie Pécresse, chargé de la Métropole du Grand Paris, bien qu'il ne soit précédemment pas investi sur cette thématique[3].

Mandats et fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Les immigrés : pour ou contre la France ?, Éditions France-Empire, 1985, (ISBN 2-7048-0464-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Entre les droites et le FN, une contamination datée », France info,‎ (lire en ligne)
  2. « GPRU Saint Blaise (20e) », semaest.fr, (consulté le 11 janvier 2016)
  3. a et b Sibylle Vincendon, « Didier Bariani, quand le vieux Paris se mêle du Grand Paris », liberation.fr, (consulté le 11 janvier 2016)
  4. « Nous avons vocation à assumer le leadership de la majorité », AFP, 5 mai 2011.
  5. « Borloo et les Radicaux soutiennent sans enthousiasme Sarkozy, défection de Yade », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  6. « Didier Bariani », Assemblée nationale (consulté le 11 janvier 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]