Ordre de Tahiti Nui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ordre de Tahiti Nui
Illustration.
Avers
Insigne de chevalier de l’ordre de Tahiti Nui
Conditions
Décerné par Drapeau de la Polynésie française Polynésie française
Type Ordre territorial
Décerné pour Mérites éminents acquis au service de la Polynésie française
Détails
Statut Toujours décernée
Grades Grand maître
Grand-croix
Commandeur
Officier
Chevalier
Statistiques
Création
Membres Voir les membres
Ordre de préséance
Illustration.
Ruban de l’ordre de Tahiti Nui (chevalier)

L’ordre de Tahiti Nui a été institué le par délibération[1] de l’Assemblée de la Polynésie française afin de récompenser les mérites distingués acquis au service de la Polynésie française, soit dans une fonction publique, soit dans l'exercice d'une activité privée.

Insigne[modifier | modifier le code]

L'insigne est une croix à quatre branches doubles émaillées de rouge terminées par une boule à chaque extrémité et reliées entre elles par une couronne de tiaré tahiti émaillée de vert et de blanc, avec quatre ajours.

L'avers présente au centre de la croix, en applique, les armes du territoire (en émail orange, rouge et bleu) et le revers, l'inscription en relief : « Ordre de Tahiti Nui ».

La croix est surmontée d'une bélière émaillée de vert et de blanc représentant une couronne de tiaré tahiti.

Le ruban est moiré blanc bordé de rouge de chaque côté.

Ordre[modifier | modifier le code]

L'Ordre de Tahiti Nui a été institué le 5 juin 1996 par délibération de l'Assemblée de la Polynésie française à la suite de la loi organique du 12 avril 1996 qui confère le régime d’autonomie au territoire de Polynésie française, lui permettant de déterminer librement des signes distinctifs marquant sa personnalité.

Ses statuts ont été définis le 24 juin 1996 par l'arrêté nº 660 du conseil des ministres de Polynésie française.

L'organisation et la discipline de l'Ordre sont assurées par un Conseil de l'Ordre composé de 3 membres de droit (les présidents du gouvernement, de l'assemblée de la Polynésie française et du conseil économique, social et culturel) et de 4 membres choisis pour cinq ans parmi les titulaires de l'Ordre.

Le Conseil de l'Ordre délibère sur les questions concernant les statuts de l'Ordre. Il est entendu sur les nominations, les promotions et la discipline des membres de l'Ordre. Il atteste que les nominations et promotions sont faites en conformité des règlements en vigueur.

La chancellerie de l'Ordre est dirigée par un chancelier qui est le secrétaire général du gouvernement de la Polynésie française.

L'Ordre se compose de trois grades (Chevalier, Officier et Commandeur) et d'une dignité (Grand-croix).

L'effectif maximum de l'Ordre est fixé à 450 titulaires répartis entre les grades de la manière suivante :

  • 300 chevaliers,
  • 100 officiers,
  • 40 commandeurs,
  • 10 grand-croix.

et jusqu'à ce qu'il soit atteint, les nominations et promotions annuelles ne peuvent dépasser dix pour cent des effectifs de chaque grade.

Chevalier Officier Commandeur Grand-croix
Ridder in de Orde van Tahiti Nui.jpg Defaut.svg Defaut.svg Defaut.svg
Ordre de Tahiti Nui Chevalier ribbon.svg Ordre de Tahiti Nui Officier ribbon.svg Ordre de Tahiti Nui Commandeur ribbon.svg Ordre de Tahiti Nui GC ribbon.svg

Grand maître de l'Ordre[modifier | modifier le code]

La charge de grand maître de l'Ordre est tenue par le Président de la Polynésie française.

Le grand maître de l'Ordre préside le conseil de l'Ordre qui se réunit au moins deux fois par an sur sa convocation, il désigne pour cinq ans les membres du conseil de l'Ordre choisis parmi les titulaires de l'Ordre et il statue en dernier ressort sur toutes questions concernant l'Ordre.

Le grand maître de l'Ordre se voit remettre le jour de son investiture le grand collier de sa charge par le doyen du conseil de l'Ordre. Le cas échéant, les insignes de Grand-croix lui sont aussi remis, avant la cérémonie d’investiture, par le doyen d’âge du Conseil de l’Ordre.

Le premier grand maître de l'Ordre a été Gaston Flosse, le 27 juin 1996. Son successeur au poste de président de la Polynésie française, Oscar Temaru, ayant refusé la charge de grand maître, aucune nomination ni promotion n'a été effectuée lors de son mandat. L'Ordre fut relancé lorsque Gaston Tong Sang fut investi dans ses fonctions de grand maître de l'Ordre le 20 juin 2007.

Récipiendaires[modifier | modifier le code]

Pour être reçu dans l'Ordre, le récipiendaire doit être de nationalité française.

Pour être nommé ou promu, il faut justifier :

  • Chevalier : 15 années minimum de services ou d’activités assortis de mérites distingués.
  • Officier : 7 années minimum d’ancienneté dans le grade de Chevalier.
  • Commandeur : 5 années minimum d’ancienneté dans le grade d’Officier.
  • Grand-croix : 3 années minimum d’ancienneté dans le grade de Commandeur.

Pendant l’exercice de leurs fonctions ou de leur mandat, les membres du gouvernement et les conseillers territoriaux ne peuvent être nommés ou promus dans l’Ordre de Tahiti Nui.

Les personnes de nationalité étrangère qui se sont signalées par leurs mérites à l’égard de la Polynésie française peuvent se voir décerner une distinction dans l'Ordre de Tahiti Nui. Ces attributions sont faites dans la limite d'un contingent désigné par période de trois ans.

L'attribution d'une distinction dans l'Ordre peut aussi être prononcée hors contingent par le Grand maître de l'Ordre aux dignitaires et parlementaires de la République, aux chefs d’État et de gouvernements étrangers ainsi qu’à leurs collaborateurs.

Membres[modifier | modifier le code]

Grand-croix[modifier | modifier le code]

  • Gaston Flosse, président du gouvernement de la Polynésie française (conférée de plein droit en tant que Grand maître de l'Ordre, 26 juin 1996)
  • Sa Majesté Taufa'ahau Tupou IV, roi de Tonga (élévation à titre exceptionnel, 4 mars 1997)
  • Jiang Zemin, président de la République populaire de Chine (élévation à titre exceptionnel, 3 avril 2001)
  • Gaston Tong Sang, président de la Polynésie française (conférée de plein droit en tant que Grand maître de l'Ordre, 20 juin 2007)

Commandeur[modifier | modifier le code]

  • Bernard Pons, ministre d'État (nomination à titre exceptionnel, 30 décembre 1997)
  • Dominique Perben, ancien ministre des DOM-TOM (nomination à titre exceptionnel, 4 août 1999)
  • Philippe Séguin, ministre d'État (nomination à titre exceptionnel, 10 avril 2002)
  • Raphaëla Le Gouvello, navigatrice (nomination à titre exceptionnel, 3 novembre 2003)
  • Anne Boquet, haut-commissaire de la République en Polynésie française (promotion, 24 juin 2008)
  • Jian Wang, dirigeant de la compagnie aérienne chinoise Hainan Airlines (promotion juillet 2014).
  • Nainoa Thompson, président de la Polynesian Voyaging Society et capitaine de Hokule'a (promotion juillet 2014).
  • Raymond Bagnis, médecin et professeur spécialiste en médecine tropicale, reconnu pour ses recherches sur la ciguatera (promotion 2016).

Officier[modifier | modifier le code]

  • Jacques Maillot, ancien PDG de la compagnie aérienne "Corsair" (nomination à titre exceptionnel, 7 novembre 2001)
  • Yo Eng Horn, ancien chef du service de neurochirurgie au centre hospitalier de la Polynésie Française et membre titulaire de l'ordre des médecins de Polynésie Française (nomination à titre exceptionnel, 25 juin 2007)
  • René Cariou, colonel de gendarmerie (R) (promotion, 24 juin 2008)
  • Karl Maoni, rameur, multiple champion du monde (promotion 2014)

Chevalier[modifier | modifier le code]

  • Philippe Brovelli, directeur régional des hôtels "Beachcomber" en Polynésie (promotion 2004)
  • Angelo Schirinzi, entraîneur de la Sélection de Beach Soccer de Tahiti Nui à la Coupe du Monde de la FIFA 2013 à Tahiti (promotion octobre 2013).
  • Reynald Temarii, coordinateur général du comité organisateur de la coupe du monde de beach soccer (promotion 2013).
  • Tiki Toa, équipe de Tahiti de football de plage. Les 14 joueurs sont décorés (promotion octobre 2013).
  • Christian Prudhomme, directeur du laboratoire des travaux publics de Polynésie française (promotion 2013)
  • François Gabella, PDG de l'entreprise "Bernard Travaux Polynésie" (promotion 2013)
  • Eric Pietri, Chef de la section Exploitation du parc à matériel de la Direction de l'Equipement (promotion 2013)
  • Rémy Chung, entrepreneur de travaux publics et de terrassements (promotion 2013)
  • Maurice Teai, chef de la subdivision des travaux de bâtiment et entretien de la Direction de l'équipement (promotion 2013)
  • Willy Mac Carthy, Chef de secteur côte Est de Tahiti de l'arrondissement infrastructure de la Direction de l'Equipement (promotion 2013)
  • Mareva Tourneux, docteur en médecine, directrice de la Santé (promotion juin 2014)
  • Marie-Thérèse Adenis, représentante légale des enfants mineurs victimes de violences auprès du Tribunal de 1re instance de Papeete (promotion 2014).
  • Ginette Teharuru, conseillère municipale de Punaauia, présidente de la fédération artisanale " Tahiti i te rima rau" (promotion 2014).
  • Pascal Vahirua, footballeur professionnel, sélectionné 22 fois en équipe de France (promotion 2014)
  • Alban Ellacott, ingénieur civil des Ponts et Chaussées, directeur du service des Travaux Publics du Territoire, puis ministre des transports, des postes et télécommunications et des ports de 1984 à 1986 (promotion 2014).
  • Michel Bourez, surfeur professionnel de niveau mondial (promotion 2014)
  • Doris Hart, présidente de la fédération tahitienne de va'a (promotion 2014)
  • Rose Veselsky, rameuse, championne du monde (promotion 2014)
  • Patrick Viriamu, rameur, champion du monde sélection des handicapés (promotion 2014)
  • Revi Thon Sing, rameur, champion du monde (promotion 2014)
  • Ramon Gatien, président de la fédération de Taekwondo (promotion 2014)
  • Tuarai Héry, champion de Taekwondo (promotion 2014)
  • Philippe Klima, président de la fédération tahitienne de surf (promotion 2014)
  • Taumata Puhetini, surfeur (promotion 2014)
  • Poenaiki Raioha, Stand up Paddle (promotion 2014)
  • Nino Bonis, officier de l'armée de l'air, directeur de la prévention routière depuis 2000 (promotion 2014).
  • Hervé Dubost-Martin, président de l'Electricité de Tahiti (promotion mars 2015).
  • Albert Moux, homme d'affaires (promotion mars 2015).
  • Blanche Chanfour, médecin-chef de l'hôpital de Taravao (promotion mars 2015).
  • Robert Tanseau, directeur de sociétés, président de la fédération tahitienne de tennis de table, élu à l'Assemblée de Polynésie, président du parti Taatira no te hau (promotion 2015).
  • Eliane Lauzun épouse Lechêne. Directrice d'agence bancaire, présidente du Si Ni Tong de 2011 à 2012 (promotion mars 2015).
  • Jeannette Leou épouse Boissin, styliste de mode (promotion février 2015)[2].
  • Teddy Teng, champion de taekwondo (promotion 2015)
  • Daniel Vicente, éducateur sportif (promotion 2015)
  • Michel Paille, éducateur sportif spécialiste de la conception de schémas d'équipements sportifs (promotion 2015).
  • Teupoo Temaiana, chef de groupe de danse, chorégraphe et musicien (promotion 2015).
  • Yvon Jonc, entrepreneur dans le bâtiment, président de l'association Kuo Min Tang 2 (promotion 2015)
  • Clotilde Puairau épouse Virmaux, juge-commissaire au Tribunal de commerce (promotion 2015)
  • Irène Degage épouse Robert, fondatrice du Lion's Club Raiatea Hotu Rau (promotion 2015)
  • Tepora Helme, artisane spécialisée dans la vannerie de pandanus. Elue au conseil municipal de Mahina, décorée de l'ordre national du mérite (promotion 2016).
  • Hina Godefray épouse Mercier, directrice de la crèche Tama Here à Pirae, directrice du foyer Te Aho o te Hère destiné à l'accueil d'urgence des enfants de 0 à 3 ans (promotion 2016).
  • Isabelle Bryant veuve Reau, directrice de l'école Ui Tama maternelle de Papeete (promotion 2016)
  • Marie-Noëlle Epetahui, présidente de l'association Vahine Orama Tahiti iti, luttant contre les violences faites aux femmes (promotion 2016).
  • Arthur Iriti Hoto, animateur d'art traditionnel spécialiste des percussions (promotion 2016)
  • Rodolphe Tutairi, président de "Sociale Police 2000" et de l'association "Aide-Formation-Insertion" destinée à l'insertion professionnelle, Officier de l'ordre nationale du mérite (promotion 2016)
  • Jean-Paul Charrier, principal du collège de Tipaerui, Chevalier des Palmes académiques (promotion 2016)
  • Sylvie Doucet, directrice du CJA de Tautira (promotion 2017)
  • André dit "Maïcka" Heuea, animateur de radio, artiste, chargé des actions culturelles de la mairie de Mahina (promotion 2017)
  • Patrick Klosowski, proviseur du lycée professionnel de Faa'a, officier des palmes académiques (promotion 2017)
  • Frédéric Tournay, colonel, directeur de la défense et de la protection civile en Polynésie (promotion 2017)
  • Philippe Payré, colonel, chef de corps du régiment du service militaire adapté de Polynésie française (RSMA-PF) (promotion 2017)
  • Georges Moarii, pionnier de la pêche hauturière polynésienne (promotion 2017).
  • Francis Ching, pionnier de la pêche hauturière polynésienne (promotion 2017).
  • Pia Avvenenti, (promotion 2017)
  • Pauline Moua, présidente de la Fraternité chrétienne, chevalier de l'ordre du Mérite national (promotion 2017)
  • Gérald Lucas, (promotion 2017)
  • Henriette Kamia, (promotion 2017)
  • Stéphane Tuohe, président de la fédération artisanale « Te tuhuka o te henua enana » (promotion 2017)[3]
  • Alain Atger, lieutenant-colonel commandant la section de recherches de Papeete, (promotion 2017)[4]
  • Jean-Jacques Mangin, (promotion 2017)[5]
  • Jean-Bernard Rouch, substitut général près la cour d'appel de Papeete (promotion 2018)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]