Marie-Madeleine Dienesch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marie-Madeleine Dienesch
Fonctions
Députée européenne
Élection 7 juin 1979
Législature 1re
Successeur André Turcat
Ambassadrice de France au Luxembourg
Prédécesseur Robert Luc
Successeur Camille d'Ornano
Secrétaire d’État à l’Assistance sociale et à la Réadaptation[1]
Président Charles de Gaulle
Georges Pompidou
Gouvernement Couve de Murville
Chaban-Delmas
Messmer I, II et III
Prédécesseur Yvon Morandat
Successeur René Lenoir
Secrétaire d’État à l’Éducation nationale
Président Charles de Gaulle
Gouvernement Pompidou IV
Prédécesseur Michel Habib-Deloncle
Successeur Jacques Trorial
Président de la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales
Législature IIIe
Députée de la 3e circonscription des Côtes-du-Nord
Élection 21 octobre 1945
Réélection 2 juin 1946
10 novembre 1946
Législature Ire et IIe Assemblées nationales constituantes
Ire législature de la IVe République
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Le Caire
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Française
Parti politique MRP (1945-1958)
RPCD (1958-1962)
CD (1962-1967)
UDVe (1967-1968)
UDR (1968-1976)
RPR (1976-1981)

Marie-Madeleine Dienesch, née le au Caire (Égypte) et morte le à Paris, est une femme politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Elle fait ses études au collège Sainte-Marie, à l’université libre des jeunes filles de Neuilly-sur-Seine, au collège Sévigné et à l’université de Paris. Elle milite alors au Parti démocrate populaire.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est professeur agrégée de lettres classiques au collège de Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord, auj. Côtes d’Armor) et s’engage dans la Résistance.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Députée[modifier | modifier le code]

En 1945-1946, elle est élue députée aux deux Assemblées nationales constituantes puis à l’Assemblée nationale dans laquelle elle siégera jusqu'en 1981 comme députée de la troisième circonscription des Côtes-du-Nord. D’abord MRP, Marie-Madeleine Dienesch est élue sous les couleurs gaullistes de 1967 à 1981. Elle a été vice-présidente de l’Assemblée nationale et présidente de la Commission des affaires culturelles, sociales et familiales au cours de la IIIe législature. Ce fut la première femme présidente d'une commission parlementaire et la première vice-présidente de l’Assemblée nationale sous la Ve République.

Secrétaire d'État[modifier | modifier le code]

Elle est la seconde femme membre d’un gouvernement de la Ve République, la première ayant été Nafissa Sid Cara dans le ministère de Michel Debré.

Elle est secrétaire d’État à l’Éducation nationale dans le quatrième gouvernement de Georges Pompidou du 31 mai au 10 juillet 1968, puis secrétaire d’État aux Affaires sociales dans celui de Maurice Couve de Murville du 10 juillet 1968 au 20 juin 1969. Elle est ensuite secrétaire d’État à l’Action sociale et à la Réadaptation, dans le cabinet Jacques Chaban-Delmas du 20 juin 1969 au 5 juillet 1972, fonction qu’elle conserve dans les trois gouvernements de Pierre Messmer du 5 juillet 1972 au 27 mai 1974.

Autres fonctions ou mandats[modifier | modifier le code]

Elle est ambassadrice de France au Luxembourg de 1975 à 1978.

Elle a aussi été conseillère générale du canton de Plouguenast dans les Côtes-du-Nord (1976-1982), membre du Conseil régional de Bretagne et députée au Parlement européen.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Elle décide de ne pas se représenter lors des élections législatives de 1981 après 36 ans de présence dans l'hémicycle. À la fin de son mandat de conseillère générale, elle se retire de la vie politique. Elle se consacre alors à la poésie et à la critique littéraire et disparaît en janvier 1998.

Hommages[modifier | modifier le code]

Marie-Madeleine Dienesch a été nommée chevalier de la Légion d'honneur.

Le 19 octobre 2016, une plaque en son honneur (avec les autres résistantes et premières députées Rachel Lempereur et Marie-Claude Vaillant-Couturier) est dévoilée au palais Bourbon, siège de l'Assemblée nationale[2].

Le nom de Marie-Madeleine Dienesch avait été envisagé par le président du conseil départemental des Côtes-d'Armor, Alain Cadec, pour baptiser un nouveau collège public devant ouvrir à la rentrée 2018 à Lamballe. Cependant, devant la contestation locale, via une pétition, en raison des positions anti-avortement de Dienesch, et du fait qu'elle a été présidente de l'association pro-vie Laissez-les vivre[3] , il décida de ne pas le nommer ainsi[4].

Mandats[modifier | modifier le code]

Plaque sur les bancs de l'hémicycle de l'Assemblée nationale.
Députée européenne
Députée
Conseillère régionale
Conseillère générale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle est secrétaire d'État aux Affaires sociales dans le gouvernement Couve de Murville du 12 juillet 1968 au 20 juin 1969 ; secrétaire d'État auprès du ministre de la Santé publique et de la Sécurité sociale dans le gouvernement Chaban-Delmas du 22 juin 1969 au 5 juillet 1972 ; secrétaire d'État auprès du ministre de la Santé publique, chargée de l'Action sociale et de la Réadaptation dans le gouvernement Messmer du 6 juillet 1972 au 28 mars 1973 puis secrétaire d'État auprès du ministre de la Santé publique et de la Sécurité sociale dans les deuxième et troisième gouvernements Messmer du 12 avril 1973 au 28 mai 1974.
  2. « Olympe de Gouges entre enfin à l’Assemblée », sur lesnouvellesnews.fr, .
  3. Soizic Quéro, « Lamballe. Une pétition contre le nom du nouveau collège public », sur Ouest-France, (consulté le 9 mai 2018).
  4. « Détail des actualités », sur cotesdarmor.fr, (consulté le 19 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]