Françoise de Veyrinas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gardey.
Françoise Hébrard de Veyrinas
Françoise de Veyrinas à Toulouse lors du meeting de Nicolas Sarkozy en 2007
Françoise de Veyrinas à Toulouse lors du meeting de Nicolas Sarkozy en 2007
Fonctions
Secrétaire d'État aux Quartiers en difficulté
Président Jacques Chirac
Gouvernement Alain Juppé I
Député de la 6e circonscription de la Haute-Garonne
Législature Xe législature (Cinquième République)
Groupe politique UDFC
Prédécesseur Hélène Mignon
Successeur Alain Barrès
Maire de Toulouse
Groupe politique UMP
Prédécesseur Philippe Douste-Blazy
Successeur Jean-Luc Moudenc
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 64 ans)
Nationalité Française
Conjoint François Hébrard de Veyrinas
Religion Catholicisme
Résidence Sixième circonscription de la Haute-Garonne

Françoise de Veyrinas, née Françoise Marie Émilie Gardey de Soos le à Alzonne (Aude) et décédée le au domaine de Bonétis à Montréal (Aude), est une femme politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Françoise Gardey de Soos, épouse de Veyrinas, est née dans une ancienne famille du sud-ouest de la France. Élue municipale UDF, puis UMP de Toulouse sans discontinuer depuis 1983, elle est première adjointe de sa ville de 1995 à 2008, et vice-présidente de la Communauté d'agglomération du Grand Toulouse. Elle siège au Conseil régional Midi-Pyrénées puis au Conseil général de Haute-Garonne. Elle est également membre du Parlement européen, à la suite de la démission de François Bayrou. Spécialiste des questions sociales, elle est brièvement, de mai à novembre 1995, Secrétaire d'État aux Quartiers en difficulté dans le premier gouvernement Juppé (elle en est écartée avec 7 autres femmes secrétaires d'État qui avaient été nommées en même temps qu'elle, surnommées « les Juppettes »). Elle rejoint l'UMP en 2002.

Élue député UDF-CDS en 1993, elle échoue ensuite par trois fois aux législatives en 1997, 2002 et en 2007.

Après le départ de Philippe Douste-Blazy au ministère de la Santé, Françoise de Veyrinas est nommée maire de Toulouse du 30 avril 2004 au 5 mai 2004 en attendant l'élection par le conseil municipal de Jean-Luc Moudenc. En 2008, bien que réélue conseillère municipale sur la liste du maire sortant Jean-Luc Moudenc, cette liste ayant été battue, elle siégea dans l'opposition municipale au nouveau maire socialiste Pierre Cohen.

De à sa mort, Françoise de Veyrinas est présidente du Conseil national des missions locales.

Françoise de Veyrinas est décédée le , à 64 ans, des suites d’un cancer. De nombreux hommages ont salué cette femme de « courage et de conviction », selon son rival socialiste local Pierre Cohen[1], présent à ses obsèques le 19 août. Elle est inhumée au cimetière d'Alzonne, localité voisine de Montréal, où elle possédait le domaine de Bonétis, venu de son grand-père maternel, Georges Satgé, qui fut conseiller général du canton d'Alzonne de 1949 à 1961.

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Vie associative et citoyenne[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Officier ribbon.svg Ordre national du Merite Officier ribbon.svg

Hommage[modifier | modifier le code]

Le parvis Françoise Hébrard de Veyrinas, qui occupe la place des Carmes face à la rue du Languedoc, à Toulouse, lui rend hommage depuis 2009[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hommages de Pierre Cohen et de Jacques Pechamat à Françoise de Veyrinas. [1]
  2. « Dénomination des voies », Conseil Municipal no 9 du 18 décembre 2009.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]