Watchmen : Les Gardiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Watchmen (film))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Watchmen (homonymie).

Watchmen : Les Gardiens

Titre québécois Les Gardiens
Titre original Watchmen
Réalisation Zack Snyder
Scénario David Hayter
Alex Tse
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film de super-héros
Sortie 2009
Durée 163 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Watchmen : Les Gardiens, ou Les Gardiens au Canada francophone, est un film américain de super-héros réalisé par Zack Snyder et sorti en 2009. C'est l'adaptation du comic Watchmen d'Alan Moore et Dave Gibbons. Le film se déroule dans une réalité alternative où les États-Unis et l'Union soviétique sont sur le point d'entrer en guerre et où un groupe de super-héros enquête sur une machination qui semble dirigée contre eux mais cache en fait un plan plus global.

Cette adaptation a été mise en chantier et abandonnée plusieurs fois par des sociétés de production différentes, ce qui a causé un conflit juridique entre 20th Century Fox et Warner Bros., studio qui a mené le projet à bien, avant la sortie du film. Le tournage s'est déroulé à Vancouver de septembre 2007 à février 2008. Le film n'a remporté qu'un succès commercial modeste par rapport à son budget et a profondément divisé la critique. Il a remporté le Saturn Award du meilleur film fantastique.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action se déroule en 1985 dans une Amérique alternative, dans laquelle des héros costumés ont modifié l'histoire. Une première équipe de super-héros, les Minutemen, s'est constituée à la fin des années 1930 et une deuxième équipe, les Watchmen, s'est formée quelques décennies plus tard. Les États-Unis ont gagné la guerre du Viêt Nam grâce au docteur Manhattan et Richard Nixon en est à son cinquième mandat présidentiel, mais les héros costumés ont été déclarés illégaux par le Congrès. Ils ont tous pris leur retraite sauf deux : le brutal et cynique Comédien, qui travaille à présent pour le gouvernement, et le paranoïaque et incontrôlable Rorschach qui est recherché par la police. Le monde se dirige quant à lui vers une guerre nucléaire entre les États-Unis et l'Union soviétique.

Lorsque Blake, alias le Comédien, est défenestré après un violent combat dans son appartement, Rorschach mène l'enquête pour découvrir qui l'a tué. Il découvre que Blake était le Comédien et en conclut que quelqu'un veut éliminer les héros masqués un par un. Il essaie de prévenir ses camarades retraités — son ancien partenaire Daniel Dreiberg (le Hibou II), ainsi que Jonathan Osterman (le docteur Manhattan) et Laurie Jupiter (le Spectre Soyeux II), qui vivent ensemble. Dreiberg est incrédule, mais va pourtant informer de cette hypothèse le milliardaire Adrian Veidt (Ozymandias), qui l'écarte. Manhattan accueille quant à lui la nouvelle avec indifférence.

Lors de l'enterrement de Blake, chacun des anciens Watchmen (à l'exception du Spectre Soyeux qui n'est pas venue aux funérailles) se souvient du Comédien et des actes qu'il a commis : le docteur Manhattan se souvient de la cruauté du Comédien après qu'il s'est fait balafrer par une jeune femme au Viêt Nam ; Ozymandias de la première réunion des Watchmen au cours de laquelle le Comédien s'est moqué d'eux ; et Dreiberg du comportement du Comédien tirant sur une foule en colère pendant la grève de la police. On découvre aussi que le Comédien a tenté de violer Sally Jupiter (la mère de Laurie, ainsi que le premier Spectre Soyeux). Après les funérailles de Blake, Rorschach va voir Moloch, l'un des anciens ennemis du Comédien, car il l'a aperçu lors de l'enterrement. Rorschach l'oblige à lui révéler comment il connaissait la véritable identité du Comédien et Moloch lui apprend que ce dernier était venu lui rendre visite, sans masque, ivre et apparemment bouleversé, peu de temps avant sa mort.

Lors d'une interview télévisée, le docteur Manhattan est accusé d'avoir provoqué un cancer chez son ancienne petite amie ainsi que chez d'autres personnes qui ont travaillé avec lui avant l'accident scientifique qui lui a donné ses extraordinaires pouvoirs. Le docteur Manhattan s'exile sur Mars, donnant ainsi à l'Union soviétique la confiance suffisante pour envahir l'Afghanistan en son absence. Plus tard, la théorie de Rorschach semble se confirmer quand Veidt, qui avait depuis longtemps révélé son identité secrète au monde, échappe à une tentative de meurtre par un homme qui se suicide pour éviter d'être capturé. Rorschach se fait peu après arrêter par la police pour le meurtre de Moloch. Sa véritable identité est révélée au grand jour.

Pendant ce temps, Laurie, qui s'est séparée de Manhattan, reste avec Dreiberg et les deux anciens super-héros deviennent plus proches, surtout lorsqu'ils reprennent leurs costumes pour tenter de libérer Rorschach de prison. Rorschach fait vivre un véritable enfer aux détenus, en particulier à l'un de ses anciens adversaires - Big Boss - qu'il finit par tuer pendant l'émeute de la prison après avoir retrouvé son masque et ses anciens amis venus le libérer. Le Spectre Soyeux retrouve ensuite le docteur Manhattan. Il l'emmène sur Mars et, alors qu'elle lui demande de sauver le monde, explique qu'il ne s'intéresse plus à l'humanité. Comme il sonde ses souvenirs, il découvre que le Comédien était son père. Son intérêt pour l'humanité renouvelé par cet ordre improbable d'événements, le docteur Manhattan revient sur Terre avec Laurie.

En poursuivant leur enquête, Rorschach et le Hibou découvrent que Veidt est derrière toute cette conspiration, et Rorschach note ses soupçons dans son journal. Rorschach et le Hibou affrontent Veidt, habillé dans son costume d'Ozymandias, dans sa base en Antarctique. Ozymandias confirme qu'il a tué le Comédien et provoqué l'exil du docteur Manhattan ainsi que l'arrestation de Rorschach ; il a aussi organisé sa propre tentative de meurtre pour se laver de tout soupçon. Il explique que son plan est d'empêcher la guerre nucléaire en détruisant plusieurs grandes villes avec les réacteurs d'énergie que le docteur Manhattan l'a aidé à créer sous le prétexte de fournir l'énergie librement au monde. En tuant des millions de gens, il compte ainsi sauver le reste de l'humanité en l'unissant contre le docteur Manhattan. Rorschach et le Hibou essaient de l'arrêter, mais Ozymandias leur est supérieur au combat. Ozymandias révèle alors que son plan a déjà été mis à exécution : les plus grandes villes du monde sont détruites et le monde entier pense que le docteur Manhattan en est responsable.

Le Spectre Soyeux et le docteur Manhattan arrivent au milieu des ruines de New York, et comprennent que tout ceci est l'œuvre de Veidt. Ils se téléportent en Antarctique pendant que Veidt se retire, juste après sa victoire sur Rorschach et le Hibou. Le docteur Manhattan est décidé à se débarrasser de Veidt, qui tente vainement de l'éliminer, mais celui-ci abat son dernier atout : une nouvelle du journal télévisé dans laquelle le Président Nixon déclare que les États-Unis et les Soviétiques se sont alliés contre leur « ennemi commun » le docteur Manhattan. Les héros réalisent que révéler la vérité conduirait uniquement à détruire cette paix, fondée sur un mensonge mais bien réelle. Seul Rorschach n'est pas disposé à se taire et, à sa propre incitation, est désintégré par un Manhattan réticent. Le docteur Manhattan part ensuite pour une autre galaxie, alors que le Hibou et le Spectre Soyeux rentrent à New York et commencent une nouvelle vie ensemble, laissant Ozymandias, dont le plan a marché parfaitement mais qui a perdu tous ses amis, seul dans sa base.

Le film se termine dans un journal où le rédacteur en chef est furieux, car il n'a rien d'intéressant à imprimer, à cause de la paix mondiale. Il dit à son jeune employé qu'il peut imprimer ce qu'il veut, à condition que ça fasse vendre. Au-dessus de la pile de courrier que le jeune journaliste s'apprête à consulter se trouve le journal de Rorschach.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Watchmen est le 3e film réalisé par Zack Snyder.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources voxographie : VoxoFilm (VF)[3] et doublage.qc.ca (VQ)[4]

Différences entre le film et le comic[modifier | modifier le code]

Le smiley emblématique du Comédien.

Le film est adapté du comic Watchmen, publié par DC Comics entre 1986 et 1987. Outre les inévitables différences entre un livre ou une bande dessinée originale et son adaptation cinématographique, la principale différence est la cause du cataclysme provoqué par Ozymandias. Dans le comic, c’est la téléportation d’un faux extra-terrestre (en fait une création de Veidt) qui cause la mort de millions de personnes à New York, alors que dans le film, Ozymandias fait croire à l'humanité que le Dr Manhattan attaque simultanément différentes villes du globe.

Quelques autres différences sont de moindre importance :

  • Après la confusion qui survient lors de l'interview télévisée du Dr Manhattan, c'est le public qui est téléporté hors du studio. La téléportation du Dr Manhattan sur Mars ne survient que plus tard. La version Director's Cut corrige cette différence.
  • Hollis Mason (le premier Hibou) est massacré par des membres d’une bande de jeunes voyous. Cette scène est présente dans la version Director's Cut du film, mais non dans la version originale.
  • Lorsque Walter Kovacs devient réellement Rorschach (tel qu'il l'explique à son psychiatre), il ne laisse pas le criminel brûler vif mais le tue d'un coup de hachoir à viande.
  • Dans le film, le Dr Manhattan utilise ses pouvoirs afin que Laurie réalise que le Comédien est son père. Dans le comic, Laurie arrive à cette conclusion par ses propres moyens.
  • La bande dessinée fictive Les Contes du vaisseau noir n'est pas présente dans la version première du film. Elle est réintégrée, sous son titre original Tales of the Black Freighter, dans le montage Ultimate Cut du film. C'est Gerard Butler qui prête sa voix au pirate maudit de l'histoire.

Dave Gibbons a travaillé sur le film en tant que conseiller, dessinant notamment les storyboards de la fin du film[5], mais Alan Moore, fidèle à son habitude, a refusé d'attacher son nom à cette adaptation de son travail et a déclaré n'avoir aucune intention de voir le film, expliquant qu'il ne doutait pas que le script soit aussi proche que possible de son histoire mais que son œuvre était « un comic. Pas un film, ni un roman. Un comic. Elle a été écrite d'une certaine manière et dessinée pour être lue d'une certaine manière : dans un fauteuil, confortablement installé près du feu avec une tasse de café »[6]. Moore a signé un contrat pour que son nom ne figure pas au générique et a cédé tous ses droits à Gibbons, comme il l'avait fait avec David Lloyd pour V pour Vendetta[7]. En effet, il s'est totalement désintéressé des adaptations cinématographiques pouvant être faites de ses œuvres depuis La Ligue des gentlemen extraordinaires[6].

Production[modifier | modifier le code]

Développement du projet[modifier | modifier le code]

Graffiti semblable à celui qu'on peut voir dans le film.

En 1986, les producteurs Lawrence Gordon et Joel Silver acquièrent les droits d'adaptation de Watchmen pour le compte de la 20th Century Fox[8]. Mais en 1991, après l'écriture d'une première version du scénario, le studio met en vente ses droits et conclut un arrangement avec Gordon, qui prévoit que Fox aura une option de participation si le projet était relancé[9]. En 1994, Gordon transmet le projet à Warner Bros., qui engage Terry Gilliam pour réaliser le film. Des acteurs célèbres sont contactés pour interpréter les rôles principaux : Arnold Schwarzenegger pour le Dr Manhattan, Sigourney Weaver et Jamie Lee Curtis pour le Spectre soyeux, Robin Williams pour Rorschach, Kevin Costner et Richard Gere pour le Hibou et Gary Busey pour le Comédien[10]. Mais des problèmes de financement ainsi que la conviction de Gilliam que l'adaptation est infaisable sous forme de film (il pense qu'il faudrait plutôt en faire une mini-série[11]) font que Warner abandonne le projet[12].

En octobre 2001, Gordon relance le projet en s'associant avec Lloyd Levin et Universal Pictures, et David Hayter est engagé pour écrire et réaliser le film[13]. Mais Hayter et les deux producteurs quittent Universal en raison de différends créatifs et se mettent à la recherche d'un autre studio de production. En juillet 2004, Paramount Pictures rejoint le projet et engage Darren Aronofsky comme réalisateur, puis Paul Greengrass quand Aronofsky décide de privilégier The Fountain. Mais, suite à un changement dans sa direction, Paramount choisit de vendre à son tour les droits d'adaptation[14].

En octobre 2005, Gordon et Levin rencontrent les dirigeants de Warner Bros. pour les persuader de revenir sur le projet[15]. La compagnie, impressionnée par le travail de Zack Snyder sur 300, le contacte pour réaliser le film, alors qu'Alex Tse écrit une nouvelle version du script en conservant de nombreux éléments de celui de Hayter mais en replaçant l'action dans le contexte de la guerre froide et en ajoutant une intrigue sur la diminution des ressources d'énergie[16],[17]. Suivant la même approche que pour 300, Snyder n'opère que peu de changements par rapport au visuel de la B.D., qu'il utilise comme storyboard[18]. Après des négociations entre Paramount et Warner Bros., il est convenu que Paramount, qui a déjà dépensé 7 000 000 $ dans le projet, conserve les droits de distribution internationaux ainsi que 25 % sur la propriété du film[19].

Casting[modifier | modifier le code]

Le casting a lieu au début de l'été 2007. Des six acteurs principaux, Jackie Earle Haley était le seul à avoir lu Watchmen et, enthousiaste à l'idée d'interpréter ce personnage, fait tout pour obtenir le rôle de Rorschach[20], pour lequel Daniel Craig[21], Simon Pegg[22] et Glen Hansard[23] ont aussi été envisagés. John Cusack est intéressé pour jouer le rôle du Hibou[24] et Joaquin Phoenix est approché avant l'implication de Zack Snyder dans le projet[25]. Snyder choisit Patrick Wilson après avoir vu Little Children, film dans lequel joue également Haley[20].

Keanu Reeves est pressenti pour le rôle du Dr Manhattan, et Jude Law et Tom Cruise pour celui d'Ozymandias mais ces idées sont abandonnées pour des raisons budgétaires[26],[27] et c'est finalement Billy Crudup qui prête sa voix et ses mouvements au Docteur Manhattan et Matthew Goode qui est retenu pour le rôle d'Ozymandias, pour lequel Snyder estime que l'acteur a le physique et la sophistication nécessaires[20]. Hilary Swank[25], puis Jessica Alba et Milla Jovovich sont envisagées pour le rôle du Spectre Soyeux mais Snyder pense qu'elles sont trop connues et leur préfère Malin Åkerman, une relative inconnue[27].

Pour interpréter le Comédien, les producteurs Lawrence Gordon et Lloyd Levin rencontrent tout d'abord Ron Perlman[28]. Snyder pense pour sa part à Thomas Jane[29] mais l'acteur décline l'offre car il est occupé par d'autres projets. C'est finalement Jeffrey Dean Morgan qui est engagé par Snyder, qui le trouve parfait pour le rôle. En lisant les comics, Morgan manque de refuser le rôle quand il voit que son personnage est tué dès le début, mais son agent le persuade de continuer sa lecture afin qu'il se rende compte de son importance dans les flashbacks[20]. Carla Gugino joue le rôle de Sally Jupiter, le premier Spectre soyeux, mais le nom de Sigourney Weaver avait également été avancé pour interpréter ce personnage[21].

Tournage[modifier | modifier le code]

Archie, l'engin volant du Hibou, exposé à la Comic-Con 2008.

Le tournage se déroule à Vancouver du 17 septembre 2007 au 19 février 2008[30]. Les scènes se déroulant sur Mars et en Antarctique sont filmées derrière un écran vert[31]. Les dessinateurs Adam Hughes et John Cassaday sont engagés pour travailler sur le design des costumes[32]. Des changements assez importants sont opérés pour le design des costumes du Hibou, du Spectre Soyeux et d'Ozymandias, Snyder tenant notamment à rendre le costume du premier plus effrayant et à intégrer des vêtements et des objets égyptiens chez le dernier[18]. Le chef décorateur Alex McDowell rend hommage à Docteur Folamour pour le design de la salle de réunion de Nixon et son état-major et à L'Homme qui venait d'ailleurs pour celui de l'appartement du Dr Manhattan[33].

Les effets spéciaux sont utilisés pour 1 100 prises de vues et un quart des effets fait appel à l'infographie[34]. Pour créer les taches d'encre bougeant sous le masque de Rorschach, des marqueurs de captation de mouvements ont été placés dessus afin que les animateurs puissent y ajouter des formes changeantes[35]. Le corps du Dr Manhattan est modelé sur celui du mannequin Greg Plitt, sur lequel est placée la tête de Billy Crudup numérisée en 3D[36]. Dix sociétés différentes participent à la création des effets spéciaux[37].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Tyler Bates commence à travailler sur la bande originale du film en novembre 2007 en prenant comme inspirations celles du Sixième Sens, de Blade Runner et de Police fédérale Los Angeles[38]. Les parties les plus orchestrales de la musique sont interprétées par l'ensemble Hollywood Studio Symphony[39]. Le principal défi que Bates doit relever est d'assurer une transition musicale efficace entre les différentes chansons célèbres qui sont également utilisées dans la bande originale[40]. Une version rallongée de The Times They Are a-Changin' de Bob Dylan est utilisée pour le générique de début, alors que le groupe My Chemical Romance reprend une autre chanson de Dylan, Desolation Row, pour celui de fin. La musique du film reprend aussi, pour les scènes sur les origines du Dr Manhattan, deux morceaux composés par Philip Glass pour le film Koyaanisqatsi (1982)[41]. Deux albums différents, Watchmen: Music from the Motion Picture (pour les chansons) et Watchmen: Original Motion Picture Score (pour la musique originale), sortent le 3 mars 2009 chez Reprise Records et Warner Bros. Records. Certaines chansons que l'on peut entendre dans le film, 99 Luftballons de Nena et une version muzak de Everybody Wants to Rule the World de Tears for Fears, ne figurent pas sur le premier album.

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film, malgré un bon démarrage aux États-Unis où il a rapporté près de la moitié de ses recettes totales le premier week-end, a connu un succès commercial assez limité par rapport à son budget, rapportant 185 258 983 $ au box-office mondial, dont 107 509 799 $ aux États-Unis et au Canada[1]. Il a réalisé 754 785 entrées en France, 126 500 en Belgique, et 45 725 en Suisse[42]. Voici un tableau résumant les principaux résultats enregistrés au box-office par le film[43] :

Box-office mondial par pays du film Watchmen (par ordre décroissant)
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau des États-Unis États-Unis 107 509 799 $ Drapeau du Mexique Mexique 2 295 796 $ Drapeau de Hong Kong Hong Kong 781 728 $
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 13 610 059 $ Drapeau du Brésil Brésil 1 987 525 $ Drapeau de la Malaisie Malaisie 772 763 $
Drapeau de l'Australie Australie 6 152 116 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1 524 786 $ Drapeau de la Finlande Finlande 754 219 $
Drapeau de la France France 5 869 005 $ Drapeau de la Belgique Belgique 1 223 314 $ Drapeau de Thaïlande Thaïlande 750 406 $
Drapeau de la Russie Russie 5 472 197 $ Drapeau de la Suède Suède 1 115 137 $ Drapeau de l'Autriche Autriche 736 009 $
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 5 292 211 $ Drapeau du Danemark Danemark 1 036 664 $ Drapeau de Singapour Singapour 715 880 $
Drapeau de l'Espagne Espagne 4 316 109 $ Drapeau de la Norvège Norvège 936 115 $ Drapeau de la République de Chine Taïwan 648 733 $
Drapeau du Japon Japon 4 035 072 $ Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 907 965 $ Drapeau de la Turquie Turquie 617 618 $
Drapeau de l'Italie Italie 3 610 479 $ Drapeau des Philippines Philippines 850 163 $ Drapeau de la Suisse Suisse 605 706 $
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 3 053 729 $ Drapeau de la Grèce Grèce 839 672 $ Drapeau du Venezuela Venezuela 540 329 $

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a reçu des critiques très diverses, divisant totalement la profession et recueillant 64 % de critiques favorables, avec un score moyen de 6,2/10 et sur la base de 283 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[44]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 56/100, sur la base de 39 critiques collectées[45]. Analysant cette division, Geoff Boucher, du Los Angeles Times, estime que le film continuera à alimenter de nombreux débats pendant longtemps parmi la critique et le public, à l'instar de Fight Club, Eyes Wide Shut ou La Passion du Christ. Il trouve lui-même que le film est fidèle à la B.D. et comporte quelques grands moments (le générique du début, l'histoire du Dr Manhattan et, de façon générale, toutes les scènes avec Jackie Earle Haley) mais qu'il est trop long et trop ambitieux. Il conclut en écrivant que c'est « le popcorn movie le plus audacieux jamais réalisé »[46].

Parmi les critiques positives, Kyle Smith, du New York Post, lui donne la note maximale, estimant que c'est un film « cérébral et scintillant », sombre et vivifiant à la fois et « encore plus sérieux et politique que The Dark Knight »[47]. Roger Ebert, du Chicago Sun-Times, évoque « une expérience puissante » et un « film viscéralement irrésistible » qui est assez riche « pour être vu plus d'une fois »[48]. Mick LaSalle, du San Francisco Chronicle, estime que le film atteint « la sophistication psychologique que The Dark Knight visait » et loue l'inventivité de la mise en scène et la performance des acteurs[49]. Pour Richard Corliss, de Time, le film est « à la fois admirable et entravé par sa fidélité à l'œuvre originale » et comporte « quelques moments de grandeur »[50]. Et Ian Nathan, d'Empire, évoque « une adaptation élégante, stylisée et convenable »[51].

Du côté des critiques négatives, Claudia Puig, de USA Today, estime que le film commence très bien mais devient par la suite « pesant, compliqué » et « prétentieux »[52]. Pour Justin Chang, de Variety, c'est une adaptation fidèle mais surpassée par l'œuvre originale, et où même les scènes reprenant l'original à l'identique « paraissent désinvoltes et tronquées »[53]. Philip Kennicott, du Washington Post, évoque un film « trop long et ennuyeux » et des dialogues faibles[54]. Pour Devin Gordon, de Newsweek, le problème du film est d'être trop fidèle à la B.D., devenant ainsi « confus et sans identité propre » [55]. Et A.O. Scott, du New York Times, estime que le film contient « quelques moments de grâce » mais que sa violence cache « un nihilisme superficiel derrière sa prétention intellectuelle »[56].

En France, il a été accueilli plus favorablement et obtient une moyenne de 3,7 étoiles sur 5 pour les critiques de la presse sur le site Allociné[57]. Stéphanie Belpêche, du Journal du dimanche, loue le « charisme des acteurs principaux » ainsi que « l'incroyable fluidité de la narration », l'« humour très noir » et la « bande originale perpétuellement en décalage » ; pour Christophe Beney, des Cahiers du cinéma, le film, « à contre-courant du temps », extrait « miraculeusement du chaos une forme unique par sa beauté, vouée à rester » ; Yann Lebecque, de L'Écran fantastique, évoque un film « à la fois intelligent, flamboyant, drôle, émouvant et d'une beauté rare » ; Cédric Delelée, de Mad Movies, estime que Snyder « livre un spectacle imparfait mais captivant, qui n'appartient qu'a lui » ; Michel Valentin, du Parisien, évoque « un vrai rouleau compresseur de deux heures quarante, à couper le souffle du début à la fin »[57] ; et pour Éric Libiot, de L'Express, Watchmen montre « la face sombre de l'Amérique » et est « très ambitieux, souvent passionnant, formellement impressionnant » mais « un peu long »[58]. Les rares critiques négatives viennent de Vincent Ostria, de L'Humanité, qui trouve que « malgré ses audaces narratives, Watchmen déploie un type de quincaillerie, […] rendu obsolète » ; et de la rédaction du Nouvel Observateur, pour qui l'œuvre « malgré quelques moments inspirés, se regarde comme la mégabande-annonce d`un film qui reste à faire »[57]. En Belgique, Didier Stiers, du Soir, estime que le film est impressionnant, que Snyder « restitue parfaitement certaines des séquences les plus captivantes de la BD d’origine », et souligne « la géniale prestation de Jackie Earle Haley alias Rorschach ». Il regrette seulement que le réalisateur « ait ici et là privilégié le détail visuel aux dépens d’un poil plus de contenu »[59].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[60].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2010
Saturn Awards Meilleur film fantastique
Meilleurs costumes Michael Wilkinson
Meilleure édition spéciale DVD Ultimate Cut

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Nommé(es)
2010
Saturn Awards Meilleure réalisation Zack Snyder
Meilleur scénario David Hayter et Alex Tse
Meilleure actrice dans un second rôle Malin Åkerman
Meilleurs effets spéciaux John Des Jardin, Peter G. Travers, Joel Whist et Jessica Norman
Meilleurs décors Alex McDowell
VES Award Meilleure animation de personnage Aaron Campbell, Kevin Hudson, Victor Schultz et Keith W. Smith pour l'animation du Dr Manhattan
Golden Reel Award Meilleurs effets sonores
OFCS Award Meilleur acteur dans un second rôle Jackie Earle Haley

Autour du film[modifier | modifier le code]

Références dans le film[modifier | modifier le code]

Les pistolets du Comédien exposés à la Comic-Con 2008.
  • Au début, lorsque l'assassin arrive chez le Comédien, celui-ci lui lance sa tasse au visage et elle se fracasse sur la porte. On voit alors que le Comédien a la chambre 3001, une référence assez claire au film 300 réalisé par Zack Snyder. De plus, la combinaison de la mallette du psychiatre Malcolm Long, qui étudie le cas de Rorschach, est également « 300 ».
  • Le premier plan de l'introduction du film montre le premier Hibou terrassant le criminel qui aurait dû tuer les parents de Bruce Wayne. On peut en effet remarquer monsieur et madame Wayne (portant son collier de perles) au fond de la scène, le tableau indiquant Gotham, les affiches de Batman et le titre de l'opéra Die Fledermaus signifiant la chauve-souris. Le premier Hibou a donc empêché l’existence de Batman.
  • La chevauchée des Walkyries, que l'on entend alors que le Dr Manhattan se bat au Viêt Nam, renvoie à Apocalypse Now.
  • Lors de l'agression de Hollis Mason dans sa maison par le gang, on peut apercevoir un exemplaire du comic original Watchmen dans sa bibliothèque.
  • Clin d'œil au jour de la capitulation du Japon aux États-Unis, surnommé le V-J Day, ou Victory over Japan Day, une photographie d' Alfred Eisenstaedt représentant un marin embrassant fougueusement une infirmière le 14 août 1945.
  • La salle d'opérations souterraine dans laquelle se réunissent le Président Nixon et son État-major est quasiment identique au Centre opérationnel d'urgence de la présidence (Presidential Emergency Operations Center) imaginé par Stanley Kubrick dans Docteur Folamour.
  • On peut entendre la phrase attribuée à Neil Armstrong sur la Lune, « Bonne chance, Monsieur Gorsky », lors du générique d'ouverture du film.
  • On peut voir une séquence de la publicité 1984 d'Apple sur un des écrans de la base d'Ozymandias en Antarctique, alors qu'une scène de Mad Max 2 tourne en boucle sur un autre écran.
  • Lors de la dernière scène où les héros apparaissent, la télévision affiche le générique de la série télévisée Au-delà du réel.

Conflit légal[modifier | modifier le code]

Le 14 février 2008, 20th Century Fox engage des poursuites judiciaires contre Warner Bros. et cherche à bloquer la sortie du film, la compagnie estimant qu'elle détient toujours ses droits de distribution. Warner réplique en argumentant que Fox a échoué de façon répétée à faire exercer ses droits alors que Fox fait valoir que le contrat signé en 1991 avec Lawrence Gordon leur donnait une option sur la distribution du film et ses suites éventuelles et que Gordon n'avait pas tous les droits jusqu'à ce que la somme dépensée par Fox dans le développement du projet, estimée à 1 000 000 $, soit remboursée[19]. Au mois d'août 2008, un juge de Los Angeles confirme que 20th Century Fox détient une partie des droits de l'adaptation cinématographique de Watchmen et déboute Warner Bros. de sa demande de fin de non-recevoir[19]. Au début de l'année 2009, les deux studios finissent par trouver un accord selon lequel Warner obtient les droits pour la sortie cinéma en échange d'indemnités estimées à 10 000 000 $. Fox reçoit également 8,5 % des recettes réalisées par le film et par d'éventuelles suites ou spin-off[61].

Sortie vidéo[modifier | modifier le code]

Watchmen est sorti en DVD et en disque Blu-ray le 21 juillet 2009 en région 1[62] et le 9 septembre 2009 en région 2[63]. Une version Director’s cut, comportant plus de scènes (pour un total de 186 minutes) pour approfondir l'histoire, est sortie uniquement en région 1[64], de même qu'une version Ultimate cut, en cinq DVD, qui ajoute au film tout ce qui concerne la B.D. Les Contes du vaisseau noir, lu par un personnage du film et qu'on voit sous forme de film d'animation, ainsi qu'environ trois heures de bonus[65]. Une édition collector en deux DVD, qui comporte plusieurs bonus et documentaires mais conserve la version cinéma du film, est sortie en région 2[63]. À la fin de l'année 2009, les ventes DVD avaient déjà rapporté 52 779 105 $, et ce uniquement aux États-Unis[66].

Adaptation en jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Watchmen: The End is Nigh, un jeu vidéo disponible tout d'abord en téléchargement sur le PlayStation Network et sur le Xbox Live, sert de prélude au film tout en respectant l'ordre chronologique du comic. C'est un beat them all en deux parties dans lequel le joueur incarne Rorschach ou le deuxième Hibou. Un mode coopération permet de jouer à deux en écran séparé.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  2. En France, le film est interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en salles.
  3. Au Québec, la projection du film est déconseillée aux mineurs de moins de 13 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Watchmen », Box Office Mojo (consulté le 21 juin 2011)
  2. (en) Watchmen : Les Gardiens sur l’Internet Movie Database
  3. « Doublage français de Watchmen », VoxoFilm (consulté le 23 avril 2014)
  4. « Doublage québécois de Les Gardiens », sur doublage.qc.ca (consulté le 23 avril 2014)
  5. (en) Dave Itzkoff, « Watchmen Skulk to the Screen », The New York Times (consulté le 20 juin 2011)
  6. a et b (en) Jeff Jensen, « 'Watchmen': An Oral History », Entertainment Weekly (consulté le 17 juin 2011)
  7. (en) « Talking With Dave Gibbons », sur watchmencomicmovie.com (consulté le 20 juin 2011)
  8. (en) Anne Thompson, « Filmmakers intent on producing new comic-book movies », South Florida Sun-Sentinel,‎ 26 août 1986
  9. (en) Michael Cieply, « Battle Over ‘Watchmen’ Surrounds a Producer », The New York Times (consulté le 17 juin 2011)
  10. « Watchmen au cinéma : le casting », sur krinein.com (consulté le 26 septembre 2012)
  11. (en) Kenneth Plume, « Interview with Terry Gilliam (Part 3 of 4) », sur IGN (consulté le 20 juin 2011)
  12. (en) « Python Won’t Bite For Watchmen », Empire (consulté le 17 juin 2011)
  13. (en) « David Hayter Watches The Watchmen », sur IGN (consulté le 17 juin 2011)
  14. (en) « Someone To Watch Over Watchmen », Empire (consulté le 17 juin 2011)
  15. (en) « Watchmen Resurrected? », sur IGN (consulté le 17 juin 2011)
  16. (en) Gregory Ellwood, « World awaits 'Watchmen' », Variety (consulté le 17 juin 2011)
  17. (en) Jeff Jensen, « 'Watchmen': An Exclusive First Look », Entertainment Weekly (consulté le 17 juin 2011)
  18. a et b (en) Jonah Weiland, « "300" Post-Game: One-On-One With Zack Snyder », sur Comic Book Resources (consulté le 17 juin 2011)
  19. a, b et c (en) John Horn, « A super battle over 'Watchmen' », Los Angeles Times (consulté le 17 juin 2011)
  20. a, b, c et d (en) Chris Hewitt, « Under the Hood », Empire,‎ mars 2009, p. 76-85
  21. a et b (en) Clint Morris, « Sigourney Weaver up for Watchmen », sur moviehole.net (consulté le 26 septembre 2012)
  22. (en) « Rorschach Taken Down a Pegg? », IGN (consulté le 26 septembre 2012)
  23. (en) Tasha Robinson, « Glen Hansard of The Swell Season », A.V. Club (consulté le 26 septembre 2012)
  24. (en) Shawn Adler, « John Cusack Has His Eye On 'Watchmen' », MTV (consulté le 16 juin 2011)
  25. a et b Aurélien Alin, « Coup d’œil au ‘Watchmen’ de Paul Greengrass », sur cinemateaser.com (consulté le 26 septembre 2012)
  26. (en) Borys Kit, « Six conspire in casting of 'Watchmen' », sur The Hollywood Reporter (consulté le 16 juin 2011)
  27. a et b (en) Jonathan Crocker, « Hero Complex », Total Film,‎ février 2009, p. 52-59
  28. (en) Alex Billington, « Ron Perlman Nearly The Comedian in Watchmen? », sur firstshowing.net (consulté le 26 septembre 2012)
  29. (en) « Exclusive: Thomas Jane on Watchmen », sur comingsoon.net (consulté le 26 septembre 2012)
  30. (en) « That's a Wrap », Warner Bros. (consulté le 17 juin 2011)
  31. (en) Jonah Weiland, « Snyder Gives a 'Watchmen' Update », sur Comic Book Resources (consulté le 17 juin 2011)
  32. (en) Brian Warmoth, « Cassaday Costumes for 'Watchmen' », sur WizardUniverse.com (consulté le 20 juin 2011)
  33. (en) Meredith Woerner, « What Is David Bowie Doing In Dr. Manhattan’s Sweet Pad? », sur io9.com (consulté le 20 juin 2011)
  34. (en) Bill Desowitz, « Deconstructing Watchmen -- Part 2 », sur Animation World Network (consulté le 17 juin 2011)
  35. (en) « Zack Snyder Fan Q&A — Part II », sur watchmencomicmovie.com (consulté le 16 juin 2011)
  36. (en) Erin McCarthy, « The Making of Watchmen's Dr. Manhattan », sur Popular Mechanics (consulté le 16 juin 2011)
  37. (en) « Watchmen Upcoming Effects Film », sur Cinefex (consulté le 17 juin 2011)
  38. (en) Drew McWeeny, « Moriarty Sees A Half-Hour Of Watchmen In Hollywood! », sur aintitcool.com (consulté le 20 juin 2011)
  39. (en) Dan Goldwasser, « Tyler Bates scores 'Watchmen' », sur ScoringSessions.com (consulté le 20 juin 2011)
  40. (en) « Watchmen Composer Sounds Off », sur IGN (consulté le 20 juin 2011)
  41. (en) Jordan Hoffman, « Japanese 'Watchmen' Trailer Reminds Us Why The Studios Are Bickering », sur ugo.com (consulté le 20 juin 2011)
  42. « Watchmen », Base de données Lumière (consulté le 21 juin 2011)
  43. (en) « Watchmen Foreign », Box-Office Mojo (consulté le 21 juin 2011)
  44. (en) « Watchmen », sur Rotten Tomatoes (consulté le 21 juin 2011)
  45. (en) « Watchmen », sur Metacritic (consulté le 21 juin 2011)
  46. (en) Geoff Boucher, « Is ‘Watchmen’ the ‘Fight Club’ of superhero films? », Los Angeles Times (consulté le 21 juin 2011)
  47. (en) Kyle Smith, « Watch It! », New York Post (consulté le 21 juin 2011)
  48. (en) Roger Ebert, « Watchmen », Chicago Sun-Times (consulté le 21 juin 2011)
  49. (en) Mick LaSalle, « 'Watchmen' delivers great scenes », San Francisco Chronicle (consulté le 21 juin 2011)
  50. (en) Richard Corliss, « Watchmen Review: (A Few) Moments of Greatness », Time (consulté le 21 juin 2011)
  51. (en) Ian Nathan, « Watchmen », Empire (consulté le 21 juin 2011)
  52. (en) Claudia Puig, « 'Watchmen' forgettable after opening blast », USA Today (consulté le 21 juin 2011)
  53. (en) Justin Chang, « Watchmen », Variety (consulté le 21 juin 2011)
  54. (en) Philip Kennicott, « Adaptation of "Watchmen" Is Graphic But Not Novel », The Washington Post (consulté le 21 juin 2011)
  55. (en) Devin Gordon, « Till Death Do Us Part », Newsweek (consulté le 21 juin 2011)
  56. (en) A.O. Scott, « For a Cold War, a Blue Superhero (and Friends) », The New York Times (consulté le 21 juin 2011)
  57. a, b et c « Watchmen - Critiques Presse », AlloCiné (consulté le 21 juin 2011)
  58. Éric Libiot, « Watchmen, les gardiens, vu par Eric Libiot », L'Express (consulté le 21 juin 2011)
  59. Didier Stiers, « Watchmen (Les gardiens) », Le Soir (consulté le 21 juin 2011)
  60. (en) « Awards for Watchmen », sur Internet Movie Database
  61. Frank Lovece, « CGI: 'Watchmen'--Zack Snyder brings superhero saga to the finish line », sur filmjournal.com (consulté le 20 juin 2011)
  62. (en) « Watchmen: DVD », sur Allmovie (consulté le 20 juin 2011)
  63. a et b « Watchmen - Les Gardiens : DVD », sur AlloCiné (consulté le 20 juin 2011)
  64. (en) « Watchmen Comparison Theatrical Version - Director's Cut », sur movie-censorship.com (consulté le 20 juin 2011)
  65. (en) « Watchmen Comparison Director's Cut- Ultimate Cut », sur movie-censorship.com (consulté le 20 juin 2011)
  66. (en) « Watchmen - DVD Sales », sur The Numbers (consulté le 20 juin 2009)