Gérard Rinaldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rinaldi.

Gérard Rinaldi

alt=Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Gérard Roger Louis Rinaldi
Naissance 17 février 1943
Paris, (Seine), Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau : France Française
Décès 2 mars 2012 (à 69 ans)
Briis-sous-Forges, (Essonne),
Drapeau de la France France
Profession Acteur
Chanteur
Films notables La Grande Java
Les Bidasses en folie
Les Fous du stade
Les Charlots font l'Espagne
Le Grand Bazar
Les Bidasses s'en vont en guerre
Bons Baisers de Hong Kong
Charlots Connection
Séries notables Marc et Sophie

Gérard Rinaldi, de son vrai nom Gérard Roger Louis Rinaldi, est un acteur et chanteur français né le 17 février 1943 à Paris, (Seine), et mort le 2 mars 2012 à Briis-sous-Forges, (Essonne).

Membre fondateur des Charlots, il a fait partie du groupe de 1966 à 1986.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Gérard Rinaldi poursuit ses études au lycée Charlemagne. Il représenta le lycée Charlemagne au concours général de version latine. Clarinettiste autodidacte, passionné par le jazz, il se perfectionne au saxophone ténor puis alto et commence à « faire des bœufs » avec ses copains après les cours.

C'est à l'hiver 1963, alors qu'il prépare son bac tout en jouant du saxophone dans l'émission Inter-clocher, que Gérard rencontre Jean Sarrus. Ce dernier a formé un groupe « yéyé », Les Rebelles, et cherche un saxophoniste pour des galas. Bien qu'hésitant entre l'École de journalisme et l'École nationale d'aviation civile (pour devenir pilote de ligne), Gérard choisit finalement la carrière musicale.

En 1964, il quitte le groupe, faute de travail, pour accompagner Dick Rivers et diriger ses musiciens, mais la tâche s'avère trop ardue et il retrouve rapidement Les Rebelles. Devant effectuer son service militaire, il parvient à se faire réformer au bout de trois mois. Trois nouveaux venus, Gérard Filippelli, Luis Rego et Donald Rieubon, rejoignent le groupe qui se rebaptise Les Problèmes.

Avec le chanteur Antoine, les cinq garçons deviennent des valeurs montantes de la scène yéyé française. Mais c'est sous le nom des Charlots, après le départ de Rieubon et l'arrivée de Jean-Guy Fechner en 1966, que le groupe connait ses premiers véritables succès musicaux (Paulette, la reine des paupiettes, Merci patron, Sois érotique, L'Apérobic, etc.) servies par la belle voix de baryton de Gérard.

La carrière cinématographique commence au début des années 1970 sous l'impulsion de leur producteur Christian Fechner, avec des films comme La Grande Java, Les Bidasses en folie, Les Charlots font l'Espagne, dont plusieurs sous la direction de Claude Zidi. Gérard Rinaldi quitte le groupe en 1986 après vingt ans et quatorze films, se voyant offrir des opportunités de travail dans le milieu du doublage et de la télévision. En 1987, il connaît un succès important avec la série télévisée, Marc et Sophie dans laquelle il incarne un vétérinaire marié à un médecin de ville (Julie Arnold), et dont il interprète aussi le générique. Il participe par la suite régulièrement à des téléfilms, notamment pour France 3.

Engagé en 1986 pour le doublage français de Fievel et le Nouveau Monde en raison de sa parfaite imitation de Maurice Chevalier, il devient rapidement un comédien très demandé, prêtant sa voix, parlée et chantée, à de nombreux films, téléfilms et séries. Il double notamment Dingo à partir de 1990, mais aussi des acteurs tels que Ted Danson, Michael O'Hare (le commandant Sinclair dans Babylon 5) ou encore Joe Spano (Tobias Fornell dans NCIS : Enquêtes spéciales). Il est également la voix-off de plusieurs documentaires. En octobre 2008, à la mort de Michel Modo, il intègre l'équipe de doublage de la série animée Les Simpson pour doubler Kent Brockman, Seymour Skinner, Clancy Wiggum, Charles Montgomery Burns et Krusty.

En 2009, il remonte sur scène avec son ancien complice Jean Sarrus pour chanter les chansons des Charlots lors de la tournée Âge tendre et Têtes de bois.

Il meurt le 2 mars 2012 au centre médical de Briis-sous-Forges (Essonne) des suites d'un lymphome[1] à l'âge de 69 ans.

Quelques mois avant sa disparition, le journaliste et réalisateur Gilles Botineau lui consacre un portrait documentaire, Gérard Rinaldi, confessions d'un ancien Charlot, lequel s'inscrit dans une collection intitulée Salut l'Artiste ![2]. Dans ce film d'une durée de 52 minutes, le comédien y évoque son incroyable parcours, sans tabou ni langue de bois[3]. L'œuvre fut projetée le 03 février 2013 à Trazegnies, en Belgique, lors d'un festival entièrement consacré aux Charlots[4]. Sa femme, Ginette Rinaldi, mais aussi ses anciens compagnons de route, Jean Sarrus, Jean-Guy Fechner et Richard Bonnot, étaient présents à cet ultime hommage.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Les dates avant 1986 (en italique) indiquent les sorties initiales des films pour lesquels Gérard Rinaldi a participé aux redoublages et non aux doublages originaux.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Animation[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Une chanson douce que me chantait ma maman (33 t)
  • 1987 : Marc et Sophie : Chanson de la série (45 t)
  • 2011 : Un p'tit air de Crooner (Anthology's / FGL Productions)
  • 2012 : Chansons de Ma jeunesse (Sony / FGL Productions)

Note : Pour sa discographie au sein des Charlots, voir l'article Les Charlots

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]