Horloge de la fin du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Utilisation de l'imagerie de l'horloge de l'Apocalypse sur une affiche électorale pour les élections législatives allemande de 1957 par le parti SPD, se positionnant contre les armes nucléaires.

L’horloge de la fin du monde, ou horloge de l'Apocalypse (Doomsday Clock en anglais), est une horloge conceptuelle créée peu de temps après le début de la guerre froide, et régulièrement mise à jour depuis 1947 par les directeurs du Bulletin des scientifiques atomistes de l'Université de Chicago, sur laquelle minuit représente la fin du monde.

L'horloge utilise l'analogie du décompte vers minuit pour dénoncer le danger qui pèse sur l'humanité du fait des menaces nucléaires, écologiques et technologiques. Depuis le à 19 h 0 (UTC)[1],[2], l'horloge affiche minuit moins cinq (23:55).

À l'origine, cette horloge représentait la possibilité d'une guerre nucléaire mondiale, en soulignant la menace liée à la prolifération des armes nucléaires ; mais depuis 2007 l'horloge prend également en considération les perturbations dues au changement climatique, les problèmes liés aux hydrocarbures (pic pétrolier, géopolitique du pétrole) ou encore les « nouveaux développements dans les les sciences du vivant qui pourrait infliger des dommages irrévocables », c'est-à-dire les risques liés aux nouvelles technologies (nanotechnologie, biotechnologie, etc.)[3].

Le nombre de minutes restant avant minuit est mis à jour périodiquement. Ainsi, en 2007 l’horloge de l'Apocalypse indiquait minuit moins cinq (23:55), après avoir été avancée de deux minutes, le , à la suite des tensions dues aux ambitions nucléaires respectives de l'Iran et de la Corée du Nord, ainsi qu'à l'insistance des États-Unis à évoquer l'utilité stratégique des armes nucléaires, et l'échec des tentatives de sécurisation des stocks d'armes et la présence de 26 000 têtes nucléaires aux États-Unis et en Russie.

Modifications de l'horloge au fil des ans[modifier | modifier le code]

Évolution de l'heure sur l'horloge de la fin du monde au fil des ans.

Sur le graphique ci-dessus, l'échelle verticale représente le temps qu'il reste sur cette horloge jusqu'à l'heure fatidique de minuit (00:00). Les périodes rouges représentent les périodes de tensions internationales pendant lesquelles on considère que l'heure de la fin du monde approche. À l'inverse, les périodes en bleu représentent des périodes de détente pendant lesquelles l'heure de la fin du monde semble s'éloigner. À sa création, en 1947, l'horloge indiquait 23:53, soit minuit moins sept.

Chronologie des modifications de l'horloge[modifier | modifier le code]

Année Minutes restantes Heure Degré de modification Raisons
1947 7 23:53 Création de l'horloge[4].
1949 3 23:57 −4 L'Union soviétique fait ses premiers essais nucléaires[4].
1953 2 23:58 −1 L'URSS et les États-Unis testent des engins thermonucléaires à neuf mois d'intervalle. L'horloge est cette année-là au plus près de minuit depuis sa création[4].
1960 7 23:53 +5 L'horloge est reculée en réponse à une coopération scientifique accrue et à la compréhension du public envers les dangers de l'arme nucléaire[4].
1963 12 23:48 +5 L'URSS et les États-Unis signent le Traité d'interdiction partielle des essais nucléaires, limitant les tests d'engins nucléaires dans l'atmosphère[4].
1968 7 23:53 −5 La France et la Chine sont désormais en possession de l'arme nucléaire (respectivement en 1960 et 1964), des conflits déchirent le Moyen-Orient, l'Asie du Sud et le Viêt Nam[4].
1969 10 23:50 +3 Le sénat américain ratifie le Traité de non-prolifération nucléaire[4].
1972 12 23:48 +2 L'URSS et États-Unis signent les négociations sur la limitation des armements stratégiques (SALT I) et le traité ABM (anti-missiles balistiques)[4].
1974 9 23:51 −3 L'Inde teste sa première arme nucléaire, Smiling Buddha ; les négociations SALT II (seconde phase de limitation) échouent[4].
1980 7 23:53 −2 Nouveaux échecs dans les négociations avec l'URSS, augmentation du nombre de conflits nationalistes et d'actions terroristes[4].
1981 4 23:56 −3 Reprise de la course à l'armement, des conflits en Afghanistan, Afrique du Sud et Pologne ajoutent à la tension internationale[4].
1984 3 23:57 −1 Nouvelle accélération de la course aux armements faisant suite à la politique de Ronald Reagan[4].
1988 6 23:54 +3 L'URSS et les États-Unis signent un traité visant à éliminer les armes nucléaires de moyenne portée, les relations entre les deux grandes puissances s'améliorent[4].
1990 10 23:50 +4 Chute du Mur de Berlin, succès des mouvements anti-communistes en Europe de l'Est ; la fin de la guerre froide approche[4].
1991 17 23:43 +7 L'URSS et les États-Unis signent le Traité de réduction des armes stratégiques. L'horloge est alors au plus loin de minuit depuis sa création[4].
1995 14 23:46 −3 Les dépenses militaires mondiales continuent à un niveau équivalent à l'époque de la guerre froide ; des inquiétudes naissent quant à la possible prolifération des armes nucléaires dans la Russie post-soviétique[4].
1998 9 23:51 −5 L'Inde et le Pakistan testent tous deux des armes nucléaires dans l'hypothèse d'une agression mutuelle. L'ancien bloc soviétique et les États-Unis ne réussissent pas à tenir leurs engagements de réduction des stocks d'armes existants[4].
2002 7 23:53 −2 Peu de progrès sont faits dans le désarmement nucléaire global  : les États-Unis rejettent une série de traités de contrôle des armes et annoncent leur intention de se retirer du traité anti-missiles balistiques. Des groupes terroristes cherchent à acquérir l'arme nucléaire[4].
2007 5 23:55 −2 L'essai nucléaire nord-coréen du 9 octobre 2006, les ambitions avouées de l'Iran, l'insistance des États-Unis à évoquer l'utilité stratégique des armes nucléaires, l'échec des tentatives de sécurisation des stocks d'armes et la présence de 26 000 têtes nucléaires aux États-Unis et en Russie amènent l'horloge à 23:55. Les experts chargés d'évaluer le danger pour la civilisation ajoutent les changements climatiques aux grandes menaces, au côté du risque de conflit nucléaire global[4].
2010 6 23:54 +1 Coopération mondiale pour réduire l'arsenal nucléaire et son incitation à limiter l'émission des gaz à effet de serre[4].
2012 5 23:55 -1 Dangers clairs et imminents de prolifération nucléaire et de réchauffement climatique, ainsi que par la nécessité de trouver des sources d'énergie sûres et durables[4].
2014 5 23:55 0 Négociations au point-mort visant à réduire les arsenaux nucléaires des États-Unis et de la Russie, expansion et modernisation des stocks d'armes nucléaires en Chine, au Pakistan et en Inde, matières nucléaires mal sécurisées dans le monde entier, poursuite de la construction de centrales nucléaires sans des dispositifs de sécurité « à l'épreuve des balles », manque de volonté politique dans le monde pour résoudre les problèmes liés au changement climatique[4].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le comic book Watchmen fait référence de manière répétée au nombre de minutes qu'il reste avant minuit et l'apocalypse nucléaire.
  • Dans le roman Les Tommyknockers de Stephen King, Jim Gardener, militant antinucléaire, fait de nombreuses références à l'horloge de l'Apocalypse.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]