Enola Gay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

38° 54′ 39″ N 77° 26′ 39″ O / 38.9108, -77.4442 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Enola Gay (chanson)
L'équipage de l'Enola Gay avec le pilote Paul Tibbets au milieu.

Enola Gay est le nom de l'avion Boeing B-29 Superfortress qui largua sur la ville d'Hiroshima, le 6 août 1945, la première bombe A utilisée comme arme de guerre : Little Boy, lors de la mission Dimples 82.

Enola Gay prit son envol pour Hiroshima depuis Tinian, l'une des îles Mariannes. Le pilote de l'avion, le Colonel Paul Tibbets, l'avait baptisé ainsi en hommage à sa mère, Enola Gay Hazard Tibbets, pour que l'avion soit « sous une bonne étoile ». Trois jours après, Bockscar, un autre B-29 largua Fat Man sur Nagasaki.

Enola Gay sera également déployé durant le raid sur Nagasaki avec George William Marquadt aux commandes. Sa mission sera la reconnaissance météorologique au-dessus de Kokura, cible principale dont la couverture nuageuse empêcha le bombardement[1].

Bombardement atomique[modifier | modifier le code]

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Deux heures après la réussite de l'essai Trinity, les bombes Fat Man et Little Boy prirent le départ depuis San Francisco en direction de Tinian à bord du croiseur USS Indianapolis. Les Américains avaient prévu deux attaques si la première ne s'avérait pas suffisante. Le 26 juillet 1945, elles arrivèrent sur la base américaine.

Little Boy fut installée dans le B-29 mais ne fut pas armée comme cela était initialement prévu. On craignait en effet que le B-29 s'écrase et que la bombe se déclenche accidentellement, pulvérisant immédiatement l'île. Les accidents avec ces bombardiers étaient courants et les militaires ne voulaient pas prendre ce risque. Il fut décidé que l'armement se ferait après le décollage, une des phases les plus délicates de la mission. L'équipe s'entraîna sans relâche pour peaufiner la mission et plus particulièrement le capitaine William Parsons qui était chargé d'armer la bombe en vol avec toutes les responsabilités que cela impliquait.

Tibbets décida ensuite de nommer le B-29 avec un nom unique, celui de sa mère. Peu avant le décollage, des journalistes s'étaient amassés autour du bombardier pour immortaliser l'évènement.

La mission[modifier | modifier le code]

Tibbets au départ de Tinian saluant les journalistes.

À 2 h 45, le matin du 6 août 1945, Enola Gay prit difficilement son envol à cause du poids important de la bombe (environ 4 tonnes). La mission comprenait six autres B-29 pour les mesures, les reconnaissances et les photographies :

  • The Great Artiste (nom de mission Dimples 89) piloté par Charles Sweeney (instruments de mesure)
  • Necessary Evil (surnom donné ultérieurement — nom de mission Dimples 91) piloté par George William Marquardt (photographies)
  • Top Secret (Dimples 72), avion de réserve en cas de problèmes mécaniques (il volait en direction d'Iwo Jima)
  • Straight Flush (Dimples 85), reconnaissance météorologique au-dessus d'Hiroshima
  • Jabbit III (Dimples 71), reconnaissance météorologique au-dessus de Kokura (cible alternative)
  • Full House (Dimples 83), reconnaissance météorologique au-dessus de Nagasaki (cible alternative)
Enola Gay atterrissant après sa mission sur Hiroshima.

Le bombardier ne rencontra aucune résistance ennemie et atteignit sans encombre les côtes japonaises. Précédé par Straight Flush qui provoqua une alarme à Hiroshima, Enola Gay eut le feu vert pour l'attaque. Les Japonais levèrent l'alerte car seuls trois avions s'approchaient à haute altitude et semblaient se diriger vers une autre ville.

Armée en vol par Parsons et Jeppson, la bombe fut larguée à 8 h 15 min 17 s (heure locale)[2][3] sur Hiroshima avec seulement 17 s de retard sur l'horaire prévu. À 8 h 16 min, après 43 secondes de chute libre, elle explosa à 580 mètres au-dessus de la ville. Enola Gay s'était déjà éloigné après avoir effectué un virage serré de 158 °. Les membres de l'équipage, protégés par des lunettes, purent assister à l'explosion et rentrèrent à Tinian où ils furent décorés pour leur mission.

L'équipage[modifier | modifier le code]

Les trois derniers membres de l'équipage d'Enola Gay. De gauche à droite : Morris Jeppson, Paul Tibbets et Theodore Van Kirk le 23 octobre 2004.

À son bord, Enola Gay comptait 12 hommes :

  • Colonel Paul Tibbets (pilote), décédé le 1er novembre 2007 ;
  • Capitaine Robert Lewis (copilote), décédé le 18 juin 1983 ;
  • Major Thomas Ferebee (bombardier), décédé le 16 mars 2000 ;
  • Capitaine Theodore Van Kirk (navigateur), décédé le 28 juillet 2014[4],[5] ;
  • Lieutenant Jacob Beser (contre-mesures), il sera le seul homme à naviguer sur les deux B-29 utilisés pour larguer les bombes atomiques, décédé le 16 juin 1992 ;
  • Capitaine de l'US Navy William Sterling Parsons (armement bombe), décédé le 5 décembre 1953 ;
  • Second Lieutenant Morris R. Jeppson (assistant armement bombe), décédé le 30 mars 2010 ;
  • Sergent Joe Stiborik (radar), décédé le 30 juin 1984 ;
  • Sergent George R. Caron (mitrailleuse arrière). C'est grâce à lui qu'il existe des photos du champignon nucléaire ; il fut le seul dans l'appareil à voir celui-ci se former, décédé le 3 juin 1995 ;
  • Sergent Robert Shumard (assistant ingénieur de vol), décédé le 24 avril 1967 ;
  • Première Classe Richard Nelson (radio), décédé le 1er février 2003 ;
  • Sergent Technique Wyatt E. Duzenbury (assistant ingénieur de vol), décédé le 31 août 1992.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L’Enola Gay est exposé dans l'annexe du National Air and Space Museum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fletcher Knebel et Charles W. Bailey II, Hiroshima Bombe A, Éditions J'ai Lu, Paris, 1964, n° A66/67, coll. « Leur Aventure »
  2. Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale de Pierre Montagnon.
  3. La vie des français au jour le jour: de la Libération à la victoire, 1944-1945, p. 263, de Raymond Ruffin
  4. Theodore Van Kirk, le dernier pilote de l'Enola Gay (Hiroshima), est mort, Slate, 30 juillet 2014.
  5. Hiroshima : le dernier aviateur est mort, Le Figaro, 30 juillet 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]