Issenheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Issenheim
La mairie
La mairie
Blason de Issenheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Guebwiller
Canton Soultz-Haut-Rhin
Intercommunalité C.C. de la région de Guebwiller
Maire
Mandat
Marc Jung
2014-2020
Code postal 68500
Code commune 68156
Démographie
Gentilé Issenheimois, Issenheimoises
Population
municipale
3 451 hab. (2011)
Densité 422 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 11″ N 7° 15′ 17″ E / 47.9031, 7.254747° 54′ 11″ Nord 7° 15′ 17″ Est / 47.9031, 7.2547  
Altitude Min. 223 m – Max. 268 m
Superficie 8,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Issenheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Issenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Issenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Issenheim
Liens
Site web http://www.issenheim.fr

Issenheim (en allemand : Isenheim, en alsacien : Isena) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Issenheim se situe à une altitude moyenne de 250 m, au pied des collines sous-vosgiennes. Le ban communal s'étend sur une superficie d'environ 816 hectares et la Lauch le traverse d'Ouest en Est. Le Oberwald est la forêt communale d'Issenheim. Elle s'étend au Sud-Ouest de la commune (de la zone industrielle du Florival, jusqu'à la route départementale 83).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Issenheim
Bergholtz
Guebwiller Issenheim Merxheim
Soultz-Haut-Rhin Raedersheim

Villes et villages proches[modifier | modifier le code]

(Mesure prise à partir de la mairie)

Grandes villes de l'Est proche d'Issenheim[modifier | modifier le code]

(Mesures prises à partir de la mairie)

Lieu-dit[modifier | modifier le code]

  • Pfleck : situé au nord-ouest d'Issenheim.
La Lauch passant devant l'église St-André

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • La Lauch
  • Rimbach
  • Schecklenbach
  • Lachmattenbach


Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1135, les archives mentionnent pour la première fois le nom d'Issenheim, sous la forme Ysenheim. Au fil du temps, son orthographe subit de nombreuses modifications : Isinheim en 1149, Isenheim dès 1196, Isinhen en 1233… jusqu'à Issenheim son écriture actuelle. L'immémoriale prononciation dialectale alémanique Isena ne justifie aucunement l'utilisation du deuxième "s", qu'un barbarisme orthographique a imposé voici quelque temps déjà. Durant plusieurs siècles d'ailleurs, que ce soit sous la domination autrichienne, française ou allemande, ce nom s'écrivait Isenheim. L'origine exacte du nom est inconnue. Dans ses "Légendes du Florival", l'abbé BRAUN y voit la trace du culte jadis dédié par les Romains à la déesse Isis, c'est-à-dire Isisheim. Une analogie phonétique avec le mot Eisen (le fer) paraît peu vraisemblable. Jamais un mineral de ce type n'a été découvert dans les proches environs. Les étymologistes penchent plutôt en faveur du préfixe Iso, un nom d'homme germanique ; suivi du suffixe -heim, signifiant le village. Le village d'Iso en somme.

La seigneurie d'Issenheim[modifier | modifier le code]

Issenheim était autrefois une seigneurie autrichienne possédée en fief par les nobles de Hausen, qui passa au XVe siècle aux Schauenburg. Ces derniers, pendant la guerre qu'ils firent au marquis de Bade, s'emparèrent de trois frères de cette maison et les retinrent prisonniers dans le château d'Issenheim.

En 1639, cette seigneurie fut acquise par Jean de Rosen, colonel suédois, qui eut pour successeur César Pflug, gentilhomme saxon. Le roi la donna en 1659 au cardinal de Mazarin.

Issenheim fut brûlé au cours de la Guerre de Trente Ans ; en 1695 il ne restait que 12 maisons et 50 habitants. Le village avait une commanderie d'Antonites, dont dépendait le prieuré de Froideval, près de Belfort, celui des Trois-Epis et la maison des chanoines qui desservait l'Église Saint-Étienne de Strasbourg. Ce couvent fut par la suite occupé par les Jésuites qui y ont établi un noviciat.

D'après des titres qui remontent au XIIe siècle, la seigneurie d'Issenheim appartenait primitivement à l'abbaye de Murbach qui l'avait reçue de l'archiduc Albert en échange de la ville de Lucerne, qui y possédait aussi le château d'Ostein. Ce château, qui datait du XIe siècle et qui n'existe plus, a donné son nom à la famille noble Hennemann d'Ostein qui était au XIVe siècle, vassale de l'abbaye de Murbach. Pierre était prince-abbé de Murbach en 1430.

Les Ostein donnèrent à l'évêché de Bâle un prélat, Jean-Henri, qui administra son église de 1628 à 1646. Son petit-neveu Jean Sébastien fut l'heureux père d'une nombreuse postérité dont est sorti Jean-Frédéric Charles, promu archevêque de Mayence en 1743.

Le hameau d'Ostein a été détruit à l'époque des Armagnacs, en 1375, mais n'a entièrement disparu qu'en 1800. Beaucoup de tombes mérovingiennes y ont été trouvées et les coffres en pierre ont servi d'abreuvoir pour le bétail. Une pierre tumulaire rappelant Rudolf d'Ostein décédé en 1594 a été transférée dans l'église du village.

La Maison Saint-Michel[modifier | modifier le code]

En 1277 fut fondé à Issenheim un préceptorat de l'ordre de Saint-Antoine, ordre réputé pour traiter le mal des ardents (nommé par la suite "feu de Saint-Antoine") : cette maladie due à l'ergot de seigle, champignon toxique, était caractérisée par d'intenses brûlures intestinales puis généralisées. Cette spécialité fit la fortune des Antonins d'Issenheim qui couvrirent au XVe siècle le bâtiment d'œuvres d'art (Hans Holbein l'ancien, Martin Schongauer…), dispersées ou détruites par la Révolution et l'incendie de 1831[1].

La Maison Saint-Michel reconstruite par la suite à son emplacement par les sœurs de la divine providence de Ribeauvillé, conserve le porche de l'ancien couvent, dont une clef de voûte représente Saint-Antoine et une autre Sainte-Véronique. D'autres œuvres, et notamment le retable d'Issenheim de Mathias Grünewald, sont visibles au musée Unterlinden de Colmar.

Histoire moderne[modifier | modifier le code]

Issenheim a vécu un temps grâce aux usines textiles qui ont créé de nombreux emplois pour les habitants de Issenheim.

C'est le village natal de Georges Spetz : industriel, collectionneur et artiste. On y retrouve sa villa et on y trouvait jusqu'en 2010 la villa Carpentier de son beau-frère qui a été démolie par le collège Champagnat avec l'accord de la mairie et malgré les différentes propositions d'achat pour y agrandir son parking.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Issenheim

Les armes d'Issenheim se blasonnent ainsi :
« D'or au fer à cheval de sable, un sautoir de même posé en abîme. »[2]

Activités[modifier | modifier le code]

La ville dispose de nombreux clubs et associations sportives. Il y a le club de football, le Tennis de Table Issenheim, le club de danse, etc.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2005 Albert Reinbold   Démissionnaire pour raison de santé
14 octobre 2005 en cours Marc Jung DVD Géomètre expert
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 451 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
748 720 906 1 034 1 214 1 395 1 436 1 543 1 558
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 567 1 728 1 776 1 869 1 718 1 809 1 671 1 770 1 887
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 919 1 969 1 947 1 806 1 966 1 942 1 818 1 437 1 945
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 782 1 947 2 241 2 856 2 838 3 296 3 415 3 451 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Issenheim a un collège privé d'enseignement secondaire, l'Institution Champagnat, une école publique les Chataîgniers et deux écoles maternelle La colombe et Fridoline

Transport[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Issenheim est desservie par deux voies rapides à proximité : la voie rapide D83 avec deux sorties (nord-est via le rond-point au nord de la ville et sud-est via l'échangeur D83/D430), et la voie rapide D430 au rond-point du Florival. On rejoint donc assez rapidement les deux autoroutes traversant l'Alsace A35 et A36. Issenheim est traversée par la route départementale D5, elle rejoint Soultzmatt à Cernay. Cet axe routier est très fréquenté en journée. La D5 est l'artère principale de la ville (Rue de Soultz, Rue de Guebwiller à partir du rond-point entre la D5 et la D4bis et Rue de Rouffach).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Couvent d'Antonins Saint-Joseph dite maison Saint-Michel

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Prince Albert II de Monaco (1958-), Seigneur d'Issenheim[5].
  • Georges Spetz (1844-1914), industriel, collectionneur et artiste.
  • Alphonse Roellinger (1849-1918), chanoine honoraire et abbé de Guebwiller.

Salles[modifier | modifier le code]

En 2010 a été inaugurée une salle à vocation sportive destinée à accueillir les clubs de Tennis de Table et de Danse, réalisée après plus d'un an et demi de travaux. Elle se situe derrière l'"École des Châtaigniers" et du multi-accueil ""La Récré"".

Photo de la nouvelle salle à vocation sportive

En 2006, le conseil municipal d'Issenheim a décidé de créer une ZAC (Zone d'Aménagement Concerté), la ZAC des Antoinins, afin de pouvoir maîtriser le développement d'Issenheim. Le logement, le fonctionnement de la ville, le cadre de vie constituent autant d'enjeux au cœur de ce projet. L'écologie viendra se mêler à ce projet, pour préserver les écosystèmes existants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Haering, Histoire d'Issenheim, 1992

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoires extraordinaires et lieux mystérieux d'Alsace, Guy Trendel, éditions du belvédère, p. 158-159
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. Le prince de Monaco, comte de Ferrette, de Thann et de Rosemont, baron d’Altkirch et seigneur d’Issenheim se marie