Raphaël Enthoven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Enthoven.

Raphaël Enthoven

Description de cette image, également commentée ci-après

Raphaël Enthoven en 2009

Naissance (38 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Animateur de radio
Animateur de télévision
Professeur de philosophie

Raphaël Enthoven, né le à Paris[1], est un professeur de philosophie, animateur de radio et de télévision.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Raphaël Enthoven est le fils aîné de l'éditeur et romancier Jean-Paul Enthoven et de la journaliste et écrivain Catherine David ; il a deux sœurs, Judith Beller et Mathilde Enthoven, et un frère, Julien Enthoven.

Formation[modifier | modifier le code]

Raphaël Enthoven fait ses études à Paris, au lycée Montaigne, de la sixième à la classe de seconde, puis au lycée Henri-IV dans la filière A2. Après son baccalauréat, il poursuit dans le même lycée en hypokhâgne et khâgne. En 1994, à 19 ans, il intègre l'École normale supérieure. Il a obtenu l'agrégation de philosophie à la seconde tentative[2]. Il a suivi notamment les cours de Jacques Darriulat[3] et Paul Clavier[4]. Par ailleurs il a été président de la branche jeune de la Conférence Olivaint en 1996.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Divorcé[5] de Justine Lévy (fille de Bernard-Henri Lévy), ancien compagnon[6] de Carla Bruni avec qui il a eu un fils, Aurélien[7],[8],[9] (né le 21 juillet 2001)[10]. Le 19 décembre 2008, il a eu un deuxième fils, Sacha, avec l'actrice Chloé Lambert[11].

Il apparaît dans divers œuvres ou ouvrages de ses ex-compagnes :

  • Il est présenté (quoiqu'il s'en défende[12]) comme l'Adrien du livre Rien de grave (2004), de son ex-épouse Justine Lévy, où elle relate notamment le désespoir dans lequel l'a plongée leur rupture[5],[13] ;
  • Il est le Raphaël de la chanson figurant sur l'album Quelqu'un m'a dit de Carla Bruni, sa compagne au moment de la parution de l'opus[6].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Président de la Conférence Olivaint (centre indépendant d'éducation à la politique et la vie publique) en 1996-1997, il reçoit chaque semaine un homme politique[réf. nécessaire].

Il enseigne comme allocataire-moniteur normalien (AMN) à l'université Lyon-III de septembre 2000 à juin 2002, puis à l'université de Jussieu-Paris VII (2002 et 2003), tout en animant le séminaire de philosophie générale à l'université populaire de Caen qu'il quittera en 2003 : « L'université populaire est une idée magnifique à laquelle je suis fier d'avoir participé pendant deux ans avant que Michel Onfray ne me vire pour des motifs idéologiques. [...] C'est à la suite de ce mauvais procédé que s'est créée la Société normande de philosophie où j'ai pu continuer d'animer le séminaire de philosophie générale sans risquer l'excommunication[14],[15] ». Il est maître de conférences à l'IEP de Paris de septembre 2000 à juin 2003, puis de septembre 2005 à juin 2007 ; le thème de sa conférence de méthode est alors : « Un autre monde est-il impossible ? ». Vacataire à l'École polytechnique de 2007 à 2010, il y enseigne la philosophie politique aux élèves de deuxième année.[réf. nécessaire]

En 2002, il est chroniqueur à France Culture aux « Vendredis de la philosophie » dont il devient ensuite producteur (d'août 2003 à juillet 2006) en alternance avec François Noudelmann, chargé de l'actualité éditoriale. Certains de ses textes sont repris dans son premier livre.

Il anime également, de 2004 à 2009, une série de rencontres à la BNF en partenariat avec France Culture. Conseiller de la rédaction de Philosophie Magazine depuis son pilote (2006), il y anime pendant trois ans (2006-2010) la rubrique « Sens et vie » dont les articles ont été rassemblés.[réf. nécessaire]

Il produit le Rendez-vous des politiques à France Culture en partenariat avec L'Express, lors de l'année électorale 2006-2007, puis il est chroniqueur mensuel à L'Express en 2009[16]. D'août 2007 à juillet 2011, il produit l'émission Les nouveaux chemins de la connaissance, la 2e émission la plus téléchargée du groupe Radio France et la première émission la plus téléchargée de France Culture, selon les chiffres communiqués par Médiamétrie[réf. nécessaire], reprise à partir de septembre 2011 par Adèle Van Reeth. Il présente depuis 2008 l'émission Philosophie sur Arte[17], désormais diffusée tous les dimanches à 13 h.

Raphaël Enthoven remplace en 2011 la rubrique « Sens et vie » par une série intitulée « Le chant des signes » dont l'objet est d'examiner, dans le sillage marqué par la lecture des Mythologies de Roland Barthes, les fétiches du monde contemporain. De septembre 2011 à juin 2012, il a été l’invité de Marc Voinchet dans les Matinales de France Culture le mardi matin à h 15 (le Monde selon Raphaël Enthoven). En 2012, il anime cinq émissions sur les Philosophes amoureux enregistrées en public au Théâtre de l'Odéon à Paris. En septembre 2012, il inaugure, avec Paola Raiman, une nouvelle émission intitulée Le Gai Savoir diffusée le dimanche à 16 h sur France Culture[18].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Livres  :
  • CD audio :
    • 2007 : Platon, la pensée magique, entretiens avec Nicolas Grimaldi, Naïve
    • 2008 : Sartre, la liberté dans tous ses états, entretiens avec François George, Juliette Simont et Frédéric Worms, Naïve
    • 2008 : Bergson, l'art de vivre, entretiens avec Frédéric Worms, Naïve
    • 2008 : Montaigne, la voie du milieu, entretiens avec André Comte-Sponville, Naïve
    • 2008 : Spinoza, selon le cœur, entretiens avec Robert Misrahi, Naïve
    • 2008 : Kant, la tête dans les nuages, entretiens avec Luc Ferry et Jacques Darriulat, Naïve
    • 2009 : Descartes, le savanturier, entretiens avec Nicolas Grimaldi, Naïve
    • 2009 : Diderot, le neveu de Rameau, entretiens avec Colas Duflo, professeur de littérature à l'université de Picardie Jules Verne
  • DVD
    • 2011 : Philosophie - Coffret 6 DVD, émissions d'Arte, réalisation Philippe Truffaut
    • 2012 : Philosophie- deuxième coffret, Arte/France Inter, à paraître

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurence Durieu, « CV de stars : Raphaël Enthoven », sur le site du magazine VSD (magazine),‎ 21 octobre 2008 (consulté le 13 février 2012).
  2. . Sophie de Tarlé, « Raphaël Enthoven "A 20 ans, j'ai eu l'agrégation de philosophie, à la deuxième tentative" », sur le site du magazine L'Etudiant,‎ mai 2010 (consulté le 4 juillet 2013).
  3. Émission du 3 mars 2012, avec Jacques Darriulat en invité.
  4. Émission du 27 mai 2012, avec Paul Clavier en invité.
  5. a et b « Quand Justine Lévy parle de sa rivale », sur le site du magazine Le Nouvel Observateur,‎ 25 juin 2008 (consulté le 13 février 2012).
  6. a et b « Carla Bruni épouse Nicolas Sarkozy », sur le site des Éditions Larousse,‎ 22 décembre 2008 (consulté le 13 février 2012).
  7. « Carla Bruni songe à adopter », sur le site du magazine Paris Match,‎ 4 mars 2009 (consulté le 13 février 2012).
  8. « Carla Sarkozy attaque Voici et Closer », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 15 septembre 2008 (consulté le 13 février 2012).
  9. AFP, « Carla Bruni et Raphaël Enthoven perdent contre la presse people », sur le site du quotidien Libération (journal),‎ 25 septembre 2008 (consulté le 13 février 2012).
  10. « Aurélien Enthoven », sur le site enfantsdesstar.skyrock.com,‎ 22 juin 2008 (consulté le 17 Juin 2011).
  11. P.L.N., « L'ex de Carla Bruni Raphaël Enthoven est papa », sur le site du magazine Voici,‎ 22 décembre 2008 (consulté le 13 février 2012).
  12. Dossier de Delphine Peras paru dans l'Express (no 3126 juin 2011, p. 111) où Raphaël Enthoven déclare : « Je suis le seul (avec ceux qui me connaissent, bien sûr) à ne pas m'être reconnu dans un livre qui n'a pas un atome de "vérité" dans ces pages. Il est vrai que la promotion du livre a été faite sur la conformité fiction / réalité (et la notoriété d'un des "personnages réels"), mais la vraie fiction, justement, est là ! Pas une phrase, pas une virgule, pas une anecdote ne correspond à la réalité des faits ou des caractères en présence. Mais comment faire valoir un point de vue qui prend le contrepied du sentiment délicieux de mater une "vraie" vie ? Si j'avais dit "ce n'est pas moi", on m'aurait dit "mon œil !". Si j'avais dit "oui, c'est moi", on m'aurait dit "pour qui te prends-tu ?". Le livre était ainsi fait qu'il permettait à son auteur de récupérer les dividendes commerciales de l'indiscrétion tout en déclarant, comme l'indiquait la couverture, qu'elle avait écrit un "roman". De façon générale, on ne lutte pas contre ce que les gens ont envie de croire. C'est une drôle d'expérience. J'étais dépossédé de ma vie sans qu'on l'ait racontée, comme si quelqu'un s'était promené tout nu dans la rue avec un masque à mon effigie. »
  13. « Justine Lévy, écrivain française », sur le site de la société Evene SAS (consulté le 13 février 2012).
  14. Entretien réalisé par Emmanuelle Duverger et Robert Ménard, Raphaël Enthoven : « L'anti-modèle, c'est Thierry Ardisson », in revue Médias, automne 2010, pp. 23-28, [lire en ligne]
  15. « Assemblée générale du 17 septembre 2011 », sur le site de la Société normande de philosophie (consulté le 13 février 2012).
  16. « Liste des chroniques de Raphaël Enthoven », sur le site du magazine L'Express (consulté le 13 février 2012).
  17. « Différence - Philosophie », sur le site de la chaîne de télévision Arte (consulté le 13 février 2012).
  18. « Le Gai Savoir - Idées - France Culture », sur le site de la chaîne de radio France Culture (consulté le 25 septembre 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :