Karine Saporta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saporta.

Karine Saporta

Naissance 1950
Grenoble
Activité principale Chorégraphe et danseuse
Style Danse contemporaine
Nouvelle danse française
Lieux d'activité Saint-Denis
Années d'activité Depuis 1982
Collaborations Hideyuki Yano
Formation Université Paris X

Karine Saporta est une chorégraphe française de danse contemporaine née à Grenoble en 1950[1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née d'un père espagnol et d'une mère russe, danseuse classique de formation, Karine Saporta a fait des études de philosophie et sociologie à l'université Paris X[1],[2]. Après une période passée à Chicago aux États-Unis qui l'amène à s'intéresser à différents domaines (photographie, cinéma, vidéo et chorégraphie)[1], elle décide de fonder sa propre compagnie de danse en 1982 — collabore avec Hideyuki Yano[1] — et devient une chorégraphe importante du mouvement de la Nouvelle danse française[3]. En plus du travail d'Alwin Nikolais dans lequel s'inscrivent les bases de son approche chorégraphique[3], elle s'inspire alors du hip-hop, de la danse indienne, et de manière important du cirque[1] pour des créations baroques. En 1991, elle chorégraphie les parties dansées du film de Peter Greenaway, Prospero's Books, et réalise en 1995 son film Les Larmes de Nora.

Le Dansoir, sur le parvis de la bibliothèque François-Mitterrand.

Elle a été, de 1988 à 2003, la directrice du Centre chorégraphique national de Caen Basse-Normandie[3]. Depuis 2004, sa compagnie est basée à Saint-Denis et Auteur Studio - compagnie Karine Saporta devrait emménager dans de nouveaux locaux au printemps 2009[4]. Elle est également professeur à l'université d'Évry, et fut vice-présidente de la SACD et directrice artistique de la danse du Festival d'Avignon. Elle est aussi artiste associée à la Bibliothèque nationale de France auprès du Dansoir[3].

Principales chorégraphies[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Kokakola
  • 1978 : Judith
  • 1982 : Éclats d'infante
  • 1983 : Hypnotic Circus
  • 1985 : Pleurs de porcelaine
  • 1986 : Le Cœur métamorphosé
  • 1986 : Une passion en collaboration avec Hideyuki Yano
  • 1987 : Bal dans le couloir de fer
  • 1988 : À ma mère, la fiancée aux yeux de bois
  • 1988 : Les Taureaux de Chimène
  • 1990 : La Poudre des anges
  • 1991 : Carmen
  • 1991 : La Princesse de Milan (reprise en 2011)
  • 1993 : L'Impur
  • 1993 : Phaëton d'après Lully pour l'Opéra national de Lyon
  • 1994 : Morte Forêt
  • 1995 : La Pâleur du ciel
  • 1996 : Les Trottoirs de Leïla
  • 1996 : (Le Spectre) ou les Manèges du ciel
  • 1997 : Bolchoï Destroy
  • 1999 : Douche écossaise
  • 1999 : Une rose (A Circle of Kisses)
  • 2000 : Charmes
  • 2000 : Belle, au bois dormant
  • 2001 : Le Garage
  • 2003 : Draps rouges, cheveux noirs
  • 2004 : La Force de l'âme I et II
  • 2005 : Lettre à un ami d'Afrique
  • 2005 : Comm(e)union[3] dans le cadre du Festival d'Avignon en relation avec Jan Fabre
  • 2006 : Dans le regard de la nuit... I et II, pour l'Opéra du Caire
  • 2007 : Wild
  • 2007 : Albane (ou) les Yeux mauves
  • 2007 : Apokalypsa
  • 2008 : A comme Alice d'après le roman de Lewis Caroll
  • 2008 : Notes en collaboration avec l'ensemble Ars Nova
  • 2008 : La Vierge aux orties
  • 2009 : La Maison chéri-chérie
  • 2009 : L'Enfance ou les Plages du temps
  • 2010 : Jukebox

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Entrée Karine Saporta, Philippe Le Moal, Dictionnaire de la danse, éditions Larousse, 1999 (ISBN 2035113180), pp. 247-248.
  2. a et b Panorama de la danse contemporaine. 90 chorégraphes, par Rosita Boisseau, Éditions Textuel, 2006, (ISBN 978-2-84597-188-2), p. 517
  3. a, b, c, d, e et f Saporta, l’émulsion chorégraphique dans L'Œil no 608 de décembre 2008.
  4. Marie-Pierre Bologna, « Un grand nom de la danse choisit Saint-Denis », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ 26 juillet 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]