Controverse sur la vaccination

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kit de vaccination américain contre la variole

La controverse sur la vaccination concerne l’efficacité et l’innocuité de la vaccination. Du point de vue majoritaire, les bienfaits de la vaccination dépasseraient largement les risques, en particulier parce que la vaccination a permis, depuis le milieu du XXe siècle, de faire disparaître de grands fléaux infectieux et de réduire le taux de mortalité. Les polémiques se sont cependant multipliées[1]. Quelques personnalités, du monde médical ou politique notamment, et des associations opposées à la vaccination considèrent que l’obligation vaccinale est une violation des libertés individuelles, de l'intégrité corporelle ou que les effets indésirables de la vaccination seraient au mieux non négligeables et parfois catastrophiques. La question de la validité théorique de la vaccination est parfois mise en cause également.

Politique vaccinale[modifier | modifier le code]

Vaccinations obligatoires, en France[modifier | modifier le code]

En France, la politique vaccinale s’appuie principalement sur les avis et propositions du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), section des maladies transmissibles, et du Comité technique des vaccinations (CTV)[2]. Les vaccins contre la diphtérie, la poliomyélite et le tétanos ne suscitent guère de vastes controverses. Mais ceux contre la rougeole, la coqueluche, la grippe, l’hépatite B, les papillomavirus ainsi que le BCG ont parfois été contestés.

Dans les années 1900, l’incidence de ces maladies était encore élevée en France (il y avait chaque année plus de 40 000 cas de tuberculose, environ 1 500 cas de diphtérie et 1 000 à 5 000 cas de poliomyélite)[2] et le niveau sanitaire général de la population aurait nécessité ces mesures strictes. Une réflexion sur les obligations vaccinales est actuellement en cours.

Dans la population générale

Les articles L. 3111-2 et L. 3111‑3 du Code de la santé publique[3] rendent obligatoires les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP). Ces vaccinations ont été rendues obligatoires en 1938 pour la diphtérie, en 1940 pour le tétanos et en 1964 pour la poliomyélite. À cette époque le niveau sanitaire général de la population et l’incidence élevée de ces maladies - avec chaque année plus de 40 000 cas de tuberculose, environ 1 500 cas de diphtérie et de 1 000 à 5 000 cas de poliomyélite - rendaient nécessaire ces mesures strictes[2].

Ces vaccinations doivent être réalisées avant l'âge de 18 mois et « la justification doit être fournie lors de l’admission dans toute école, garderie, colonie de vacances ou autre collectivité d’enfants ». L'obligation est remplie après trois injections à un mois d’intervalle, suivies d’un rappel avant l’âge de 18 mois pour le DT, et de rappels terminés avant l'âge de 13 ans pour le vaccin polio. En ce qui concerne le vaccin polio, les rappels n'étant pas déterminés par décret ou arrêté pris après avis de l'académie nationale de médecine ne peuvent être considérés que comme recommandés, la seule obligation consistant en la primo-vaccination et le rappel un an après, définis par un arrêté du 19 mars 1965 ni abrogé ni modifié.

L'article L. 3112-1 du code de la santé publique rendait le BCG obligatoire depuis 1950 pour les enfants entrant en collectivité et au plus tard à six ans lors de la scolarisation[2]. L’incidence de la tuberculose diminue en France de façon régulière et progressive. Elle a été divisée par six entre 1972 et 2005. Les cas déclarés en 2005 étaient au nombre de 5 374, ce qui donne environ 8 000 cas après correction[4]. Compte tenu de ces données épidémiologiques, l'obligation du BCG a été supprimée en 2007, au profit d’une « recommandation forte de vaccination pour les enfants les plus exposés à la tuberculose ». Cette décision a été prise suite aux expertises scientifiques et aux recommandations du CSHPF[5].

Dans certaines professions

L’article L. 3111-4 du code de la santé publique précise que les « personnels des établissements de prévention ou de soins qui sont exposés à un risque de contamination lors de leur exercice professionnel » doivent être vaccinés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la tuberculose et l’hépatite B. De plus les personnels exerçant dans un laboratoire d’analyses biomédicales doivent être immunisées contre la fièvre typhoïde. Les étudiants se préparant à ces professions sont également soumis à ces obligations vaccinales[2].
Depuis la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, ces obligations peuvent être suspendues par décret en fonction de la situation épidémiologique et des connaissances médicales et scientifiques[2].

Sanctions

En cas de non-respect de l’obligation vaccinale, des sanctions sont prévues (peines privatives de liberté, amendes, refus d’inscription en collectivité) sauf en cas de contre-indications médicales reconnues.
L’État prend en charge l'indemnisation des accidents vaccinaux consécutifs aux vaccinations obligatoires, en application de l’article L. 3111-9 mais ne prend pas en charge les accidents liés aux recommandations vaccinales. Ces accidents vaccinaux sont pourtant difficiles à démontrer car la charge de la preuve revient systématiquement à la victime.

Le 5 mars 2007, la loi n° 2007-293 réformant la protection de l’enfance durcit dans son article 27 des sanctions applicables en cas de non-respect des obligations vaccinales. Ces sanctions sont harmonisées sur la base des mesures sanctionnant le non-respect de l’obligation de vaccination contre la tuberculose, c’est-à-dire 3 750 euros d’amende et six mois d’emprisonnement. Le non-respect des obligations vaccinales est désormais qualifié de délit[6],[7].

Controverses historiques[modifier | modifier le code]

La vaccination antivariolique[modifier | modifier le code]

En 1800, l'introduction du vaccin antivariolique en France provoqua une grande controverse quant aux conséquences individuelles (accidents vaccinaux) ou sur la population (dégénérescence). Un comité central de vaccine créé par Napoléon et Chaptal organisa de manière très stricte la circulation de l'information médicale (allant jusqu'à censurer les journaux) afin de créer l'image d'un vaccin parfaitement bénin préservant à jamais de la petite vérole. Si la vaccination a joué un rôle considérable dans la diminution de la variole, il est vrai que la technique de vaccination promue par le comité de vaccine puis par l'Académie de médecine (de bras à bras à partir d'une lymphe humaine) comportait des risques importants de transmission de maladies. Il faudra attendre 1864 pour que l'Académie de médecine reconnaisse enfin le risque de contamination vaccinale et promeuve la vaccination animale[8].

Le « désastre de Lübeck »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vaccinations mortelles de Lübeck.

À Lübeck, en Allemagne, en 1932, une commission d’enquête a établi que sur 240 enfants vaccinés par voie orale contre le BCG ((bacille Calmette Guérin), « 72 (30 %) étaient morts de tuberculose, 127 (53 %) avaient fait une tuberculose clinique avec guérison et 41 (17 %) n’avaient présenté aucun signe clinique mais une conversion tuberculinique ». L'enquête établit également que la souche de BCG utilisée avait été contaminée par une souche virulente de M. tuberculosis. Malgré les résultats de l'enquête excluant la responsabilité du BCG dans ce drame, l’introduction du BCG fut retardée en Allemagne à cause de cette erreur[9],[10],[11]

Le vaccin contre l’hépatite B[modifier | modifier le code]

Le vaccin contre l’hépatite B a provoqué une controverse et un débat en France[12], à la fin des années 1990[13] à la suite desquels fut créée en 1997 une association de victimes du vaccin contre l’hépatite B[14], puis fut décidée la suspension de la vaccination par Bernard Kouchner, le 1er octobre 1998. Le 7 septembre 2006, la cour a condamné l'État à payer une somme de 165 000 € à Mireille M. pour la responsabilité du ministère de la Santé dans la vaccination obligatoire de cette personne[15]. En 2009, le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK) a été condamné par le tribunal de Nanterre à verser près de 400 000 euros à une femme atteinte de sclérose en plaques après avoir été vaccinée contre l'hépatite B[16].

Pourtant, selon une recherche de 2001, « aucune des études cas-témoins sur les atteintes démyélinisantes ne montrait de sur-risque significatif imputable au vaccin »[17].

L’aluminium[modifier | modifier le code]

Des sels d'aluminium sont utilisés en petites quantités comme adjuvants dans certains vaccins[18]. La question de leur innocuité a été posée[19]. Dans certains cas, il a été rapporté des rougeurs, des irritations et des fièvres[18]. Dans d’autres cas, les vaccins contenant des sels d’aluminium auraient provoqué des myofasciites à macrophages, des lésions microscopiques contenant des sels d’aluminium et perdurant jusqu’à 8 ans[20]. La recherche scientifique n’a pas trouvé de preuve que les vaccins contenant de l’aluminium constituaient une menace de santé et qu'il serait nécessaire de modifier leur usage[21]. D'autres spécialistes demandent cependant des études spécifiques sur l'élimination effective de l'aluminium par les jeunes enfants, les doses globales dues aux vaccinations étant jugées très supérieures au maximum autorisé[22]. Une synthèse des études épidémiologiques est réalisée en 2003 par l’expertise collective des trois agences françaises l'InVS, l'Afssa et l'Afssaps[23].

En mars 2012, le Groupe d'études sur la vaccination de l'Assemblée Nationale française recommande un moratoire sur les adjuvants aluminiques au vu des résultats d’un certain nombre d’études réalisées sur la migration de l’aluminium, en application du principe de précaution. Il recommande que sur chaque boîte, la présence ou l'absence d'hydroxyde d'aluminium soit clairement indiquée et encourage la recherche de nouveaux adjuvants non neuromigrants qui pourraient, à terme, remplacer les sels d'aluminium[24]. Le 28 juin 2012 l'Académie de Médecine s'oppose dans un communiqué à tout moratoire sur les vaccins contenant de l'aluminium et relève "qu'aucune preuve de toxicité neurologique imputable à l'aluminium de l'alimentation ou des vaccins n'a pu encore être fournie à ce jour" et que "la résurgence des maladies prévenues par ces vaccins entraînerait de façon certaine une morbidité très supérieure à celle, hypothétique, des maladies neurologiques ou auto-immunes imputées à la vaccination"[25].

Autisme et vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole[modifier | modifier le code]

On utilise depuis les années 1930 le thiomersal comme agent conservateur dans les vaccins. En Angleterre, en 1998, Andrew Wakefield publia une étude associant le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (abrégé en ROR, RRO ou MMR), qui contient du thiomersal, et l'autisme[26].

En 1999, les Centers for Disease Control et l’American Academy of Pediatrics (en) (AAP), suivant le principe de précaution, ont demandé le retrait du thiomersal des vaccins américains et européens[27].

En 2011, on s'aperçut que les données pour obtenir les résultats dans l'étude de 1998 avaient été manipulées[28]

Wakefield aurait reçu des fonds d’opposants à la vaccination[29]. Wakefield fut fortement critiqué pour son attitude[30] ainsi que pour la baisse du taux de vaccination qui en résulta[31]. Dix des douze coauteurs de l’article de 1998 se sont rétractés[32]. Le CDC[33]. La National Academy of Sciences[34] et le National Health Service du Royaume-Uni[35] ont conclu qu’il n’y avait pas de faits probants démontrant un lien entre le vaccin ROR et l’autisme[36].

Entre temps, 5 600 plaintes avaient été déposées par des familles américaines en relation avec l'autisme de leurs enfants[37],[38]. En certaines occasions, l'Office of Special Masters de la Court of Federal Claims aux États-Unis (aussi appelée « vaccine court») avait déclaré qu’il existait un lien entre l’autisme et le RRO, octroyant jusqu'à 810 000 $ de dommages et intérêts à une famille[39],[40]. En d'autres occasions, le verdict était contraire[41].

Les recherches n’ont pas démontré d’association entre le vaccin et l’autisme[42]. Aucune lien entre thiomersal et autisme n'a par ailleurs été trouvé[43],[44],[45].

Le thiomersal a été réintroduit dans les vaccins multidoses contre la grippe A(H1N1) pandémique de 2009, ce qui a donné un argument supplémentaire de contestation à l'égard de la campagne de vaccinations massives.

Gardasil[modifier | modifier le code]

Le Gardasil est un vaccin contre le papillomavirus humain (HPV). Accueilli en 2006 comme une bonne nouvelle dans plusieurs pays, ce vaccin très utilisé aujourd'hui est une source de controverses. En effet Des jeunes filles ont souffert, postérieurement à leur vaccination de développement d'une Maladie auto-immune comme la Sclérose en plaques (SEP) , mais aussi le Lupus par exemple. Certaines se sont regroupées dans un collectif qui est représenté par l'avocate Camille Kouchner . Son cabinet donne les chiffres suivant Entre 2006 et 2011, 1672 cas d’effets indésirables ont été recensés, dont 352 graves : "Plus de 2 millions de jeunes femmes entre 14 et 23 ans ont été vaccinées en France. Le vaccin a été distribué à 136 millions de doses dans le monde depuis sa mise sur le marché en 2006" [46] Fin 2013, 10 plaintes sont déposées pour « atteinte involontaire à l’intégrité des personnes » et « tromperie aggravée »[47]. Les jeunes filles souffrent de maladie diverses : Sclérose en plaques[48], maladie de Verneuil, polymyosite [49], hypersomnie idiopathique[50]. En avril 2014, 25 nouvelles plaintes sont déposées. Les maladies contractées sont la sclérose en plaques, leLupus, l' encéphalomyélites aiguës disséminées la myofasciites à macrophage[51].

Des associations luttent pour obtenir un moratoire sur le Gardasil, il s'agit notamment de Revahb qui regroupe les victimes du vaccin contre l'hépatite B, E3M qui rassemble les personnes atteintes de myofasciite à macrophages ) et Amalyste, une association de patients souffrant des syndromes de Lyell et du Stevens-Johnson[52] Ainsi que "les filles et la gardasil" une association dédiée [53]

Pour des jeunes filles adolescentes, ces maladies, bien que rares, ne sont pas impossibles. Sur un million de vaccinées en 5 ans soit 200 000 par an, on estime que le nombre normal d’apparition de ces maladies est d'environ 40 par an [54]. Il est donc logique qu'aléatoirement, certains des premiers symptômes interviennent parfois peu après la vaccination. Trois maladies se déclenchent ainsi par an dans le même mois que la vaccination. Devant des annonces aussi catastrophiques qu'injustes, il est naturel que les familles, qui ne peuvent accepter le coté aléatoire de l’événement, cherchent un "responsable". La relation avec la vaccination est alors souvent mise en avant, surtout dans un contexte d’emballement médiatique.

Du côté des scientifiques, la relation entre ces maladies et la vaccination ne peut être envisagé que si l'apparition des maladies est plus fréquentes sur les populations vaccinées que sur les autres.

Pour vérifier cela, L'ANSM a mené [55] une Étude préliminaire de surveillance de l’incidence des maladies auto-immunes sur les données du Système d’Information Inter-Régimes de l’Assurance maladie, portant sur une cohorte de jeunes filles nées entre 1992 et 1996 ne montre pas d’augmentation de l’incidence des maladies auto-immunes ni plus particulièrement de SEP après une vaccination par Gardasil[56].

L'Académie nationale de médecine communique le 4 décembre 2013 [57] sur les éventuels effets indésirables graves de la vaccination anti-papillomavirus humains en France. Elle déclare "A ce jour, les études scientifiques de bonne qualité n’ont jamais démontré de relation entre un vaccin et une maladie neurologique démyélinisante ou toute autre Maladie auto-immune. La première cohorte étudiée en 2006 à partir de bases de données recueillies en Californie du Nord avant la mise en place de la vaccination HPV a estimé le nombre de cas attendus de plusieurs maladies de ce type dans un délai de 6 semaines après une vaccination virtuelle" [58]

L'Académie nationale de médecine cite d'autres cohortes étudiées au Danemark [59],[60] et aux États-Unis [61], qui ne montrent pas de différence entre les maladies auto-immunes spontanées et celles qui surviennent dans les populations de vaccinées

Analyse de la base données française[modifier | modifier le code]

L'académie détaille les principaux chiffres de l’étude de cohorte menée en France, sur les affections de longue durée à partir de la consultation de la base de données du Système d’Information Inter-Régimes de l’Assurance maladie, prévue dans le Plan de Gestion de risques français :

  • Analyse l’incidence de neuf maladies auto-immunes chez
    • 1 083 978 jeunes femmes vaccinées
    • 4 660 575 jeunes femmes non vaccinées
  • Le résultat est
    • 2,14 pour 10000 personnes-années chez les vaccinées
    • 2,06 pour 10000 personnes-années chez les non vaccinées
  • Conclusion : L'écart est dans la marge d'erreur statistique : Il n’y a pas de différence des taux d’incidence des maladies auto-immunes étudiées entre les groupes des vaccinées et des non vaccinées

Polémique sur les vaccins contre la Grippe A(H1N1)[modifier | modifier le code]

En 2009, le vaccin en préparation pour le virus A(H1N1) a provoque une controverse avant même sa distribution[62],[63],[64].

Du fait, le suivi des personnes vaccinées et la détection des effets secondaires ont été des plus exhaustifs[65],[66].

En août 2010, après la fin officielle de la pandémie, 4 428 effets indésirables, principalement bénins, avaient été enregistrés[67]. Dans un bulletin de pharmacovigilance l'Afssaps conclut :« Au 28 mars 2010, les données de sécurité issues de la notification spontanée et des résultats préliminaires des études pharmaco-épidémiologiques en cours, tant sur le plan national qu’européen ne montrent pas de signal d’alerte particulier pouvant remettre en cause le profil de tolérance de ces vaccins. »[68].

Le Figaro fit un article sur 22 cas de narcolepsie cataplexie relevés parmi 5,7 millions de personnes vaccinées[69]. La prévalence de cette maladie est estimée être entre 1/3300 à 1/5000[70], ce qui indique qu'au moins un millier de personnes étaient porteuses de cette maladie parmi les personnes vaccinées.

Parallèle scientifique entre recrudescence des maladies et chute de la vaccination dans l’histoire[modifier | modifier le code]

Selon certaines études, la réduction volontaire ou non, de l’utilisation de vaccins dans certains pays a provoqué une recrudescence des maladies et une augmentation de la mortalité[71] [72].

En 1873, une campagne religieuse contre la vaccination a fait chuter la vaccination de 40 % à Stockholm au XIXe siècle provoquant une réapparition de la variole qui fut à nouveau éradiquée par le vaccin ensuite[73].

En 1974, l’utilisation du vaccin contre la coqueluche chuta de 77% à 30 % en Grande-Bretagne. Dans les années qui suivirent, le nombre de cas rapportés augmenta et plusieurs épidémies importantes se déclarèrent[74].

De 1979 à 1996, la Suède interrompit la diffusion du vaccin contre la coqueluche à la suite de quoi 60 % des enfants furent contaminés, la mortalité ne dépassant cependant pas un individu par année[72]. L’OMS a estimé à 294 000 le nombre de décès en 2002 dus à la coqueluche dans les pays ne pratiquant pas la vaccination[75].

La réapparition significative de la rougeole dans une communauté religieuse aux Pays-Bas a démontré les conséquences de la non vaccination[76]. Il n’y eut cependant que trois décès pour 2 961 cas.

Au début des années 2000, un groupe de religieux conservateurs au Nigeria, rejetant la médecine occidentale, conseilla à ses adeptes de ne pas vacciner leurs enfants avec le vaccin oral contre la poliomyélite. Le boycott fut adopté par le gouverneur de la province de Kano et aucun vaccin ne fut administré pendant plusieurs mois. La polio réapparut dans une douzaine de provinces qui ne présentaient pas de cas de la maladie auparavant[77] En 2006, le Nigeria avait la moitié des cas de polio du monde[78]. Une résurgence de la rougeole en 2005 dans l’État d’Indiana aux États-Unis fut attribuée à des parents qui avaient refusé la vaccination pour leurs enfants[79].

La majorité des cas de tétanos chez des enfants surviennent dans les familles où les parents ont refusé de faire vacciner leurs enfants[80].

Arguments des opposants à la vaccination[modifier | modifier le code]

Les vaccins ont des effets indésirables[modifier | modifier le code]

Les vaccins peuvent avoir des effets indésirables. Le vaccin étant administré à des personnes saines, la population est moins encline à tolérer les effets indésirables. L’attention du public est moins portée sur les maladies, qui tendent à disparaître, que sur les effets indésirables éventuels[81]. C’est devenu un défi pour les autorités de conserver le soutien des populations pour les campagnes de vaccination[82].

Le nombre de vaccins administrés simultanément aurait pour effet d’affaiblir le système immunitaire. L’autisme, bien que de cause pour l'heure inconnue, a été présenté comme une conséquence possible de cet affaiblissement et a conduit un certain nombre de parents à éviter ou reporter la vaccination de leurs enfants[83].

Plusieurs études contredisent pourtant cette supposition[84],[85].

La régression des maladies a d'autres causes que la vaccination[modifier | modifier le code]

Alors que la communauté scientifique attribue aux campagnes de vaccination la régression, et dans certains cas l'éradication, de maladies graves, les anti-vaccinalistes attribuent plutôt ces progrès à l’amélioration des conditions d’hygiène et d'alimentation[86],[87].

L'immunité assurée par les vaccins est moins durable que celle produite par la maladie[modifier | modifier le code]

L’immunité produite par la maladie elle-même, pour ceux qui lui survivent, est plus durable que celle produite par le vaccin[88][réf. insuffisante].

L'obligation vaccinale est imposée pour les profits qu'elle génère[modifier | modifier le code]

Certaines critiques pensent que le seul profit financier explique l’obligation vaccinale, conduisant même les laboratoires pharmaceutiques à omettre ou supprimer des informations importantes sur les dangers éventuels et l’efficacité des vaccins[89]. Les laboratoires affirment pourtant que la marge de profit sur les vaccins est faible[90]. Cependant au début du XXIe siècle le marché du vaccin s’est élargi avec de nouvelles spécialités, vaccins monovalents ou combinés, comme le Prevnar (en France Prévenar), le Gardasil, le Pediarix, etc., qui rapportèrent chacun plus d’un milliard de dollars en 2008[90].

L'obligation vaccinale est une atteinte aux libertés individuelles[modifier | modifier le code]

En Europe, seule l’Italie impose une obligation vaccinale comparable à la France[91]. Les associations qui luttent contre la vaccination obligatoire font de cette particularité française un élément essentiel de leur combat. L’obligation vaccinale est parfois interprétée comme une atteinte à la liberté individuelle[91],[92] même quand celle-ci est jugée légitime[93]. Mais, pour les défenseurs de la vaccination obligatoire : « la coercition légale, dans la limite où elle est démontrée nécessaire à la protection de la santé publique du plus grand nombre, non seulement est nécessaire mais s’impose aux sociétés »[94].

Aux États-Unis, la Cour suprême a entériné l'obligation vaccinale depuis (au moins) Jacobson v. Massachusetts (en) (1905), au nom du pouvoir de police attribué aux États fédérés lorsqu'il en va de la santé et du bien-être général de la population.

La vaccination est rejetée par certains courants religieux[modifier | modifier le code]

L’opposition pour des raisons religieuses au principe d'une immunisation artificielle précède la vaccination à proprement parler. Cette opposition a cependant bien d’autres fondements puisque sous l'action de médecins et d'élus opposés à la vaccination imposée, l'obligation vaccinale, en France, fut abolie avant la deuxième guerre mondiale avant d'être rétablie durablement dès 1940 sous le régime de Vichy.

Un sermon de 1772 intitulé « la pratique dangereuse et pécheresse de l’inoculation » par le théologien Edward Massey laissait entendre que la variolisation était une « opération diabolique » quand les maladies de Dieu étaient là pour punir leurs victimes du péché[95], [96].

Cependant, selon Pierre Burney[97] «Il n’est pas douteux qu’il y ait eu des croyants pour considérer la vaccination comme une innovation suspecte et impie mais cette opposition semble avoir été grossie (…) pour les besoins de lutte anticléricale ».

Il existe de nos jours un groupe religieux fondamentaliste influent aux États-Unis, le Family Research Council, qui déconseille le vaccin contre le papillomavirus humain aux jeunes filles parce qu’il risquerait de favoriser la « promiscuité sexuelle » en laissant penser qu’avec ce traitement « le sexe serait sans risque ». Le risque étant perçu comme une manière de maintenir les jeunes femmes dans la voie de la chasteté jusqu'au mariage[98].

Les Talibans, quand ils avaient le pouvoir en Afghanistan, ont émis des fatwas contre la vaccination qu'ils percevaient comme une tentative de s'opposer à la volonté d'Allah et un moyen pour les Américains de stériliser les femmes musulmanes. Ils ont même assassiné le directeur de la campagne de vaccination de la Bajaur Agency au Pakistan[99].

Le Vatican a exprimé en 2005 des inquiétudes au sujet de la composition du vaccin contre la rubéole préparé en partie à partir de cellules provenant de fœtus humains, concluant cependant que tant qu’il n’existait pas de choix alternatif, il était acceptable que les catholiques utilisent le vaccin existant[100] mais en précisant que c'était « un choix injuste qui devait être éliminé rapidement » lorsqu'une alternative serait possible.

Diffusion des théories anti-vaccinales[modifier | modifier le code]

Les acteurs[modifier | modifier le code]

Plusieurs courants de médecines non conventionnelles s’opposent à la vaccination, comme la naturopathie, certains homéopathes, certains chiropracteurs ainsi que la médecine anthroposophique pour les maladies infantiles[101],[102],[103].

Daniel David Palmer, le fondateur de la chiropraxie, écrivait « c’est le sommet de l’absurdité que de tenter de protéger une personne de la variole en lui administrant un poison animal dégoûtant »[104].

Les méthodes[modifier | modifier le code]

Les milieux antivaccinalistes utilisent le réseau internet pour diffuser leurs théories[105]. Ce réseau permet un accès direct à de nombreuses informations de santé, jusqu'alors peu disponibles pour le grand public (livres et revues médicales).

Les sites de vulgarisation médicale sont souvent visés via leurs forums (doctissimo...). Les activistes anti-vaccinalistes profitent de discussions pour aiguiller certaines personnes vers leurs sites web (nombreux liens hypertextes utilisés dans les signatures et se répétant sur tous leurs messages). Un petit nombre d'activistes auto proclamés experts inondent alors les sections vaccinations de différents site web d'informations anti-vaccinalistes, faisant alors penser aux utilisateurs que leurs références sont nombreuses et légitimes.

Les réseaux sociaux (facebook) sont aussi largement utilisés (créations de groupes prônant la « liberté vaccinale »). Ils permettent un accès large et un recrutement facile de profils. Les sites de partages en lignes sont également largement inondés de vidéo antivaccinalistes (30 % des vidéos en lien avec la vaccination sur youtube la décrit négativement). Cette technique permet de submerger les décideurs en termes de vaccination (parents) d'informations négatives sur la vaccination, faisant passer les informations médicales validées au second rang.

Les techniques des militants anti-vaccinalistes sont de plusieurs types :

  • dénigrer la science, la médecine (suspicions de conflit d'intérêt, de dissimulation et de fraude) ;
  • dresser la liste des ingrédients potentiellement toxiques (en dénigrant/niant les études de sécurité réalisées) ;
  • prôner la liberté vaccinale (refus des obligations vaccinales) ;
  • mettre l'accent sur l'impossibilité d'assurer la fiabilité à 100 % des vaccins en termes d'efficacité ou d'effets secondaires (les vaccins étant des médicaments, ils ont des effets secondaires ou leurs efficacité ne peut pas être 100 % dans la population) ;
  • mettre en avant l'aspect contre nature de la vaccination, qui n'hésite pas à mettre en danger les enfants en leur injectant des germes: notion de « soupe purulente » ;
  • nier la contribution des vaccins aux progrès en matière de santé des dernières décennies et les attribuer à d'autres facteurs (en général progrès en matière d'hygiène et meilleure nutrition) ;
  • pratiquer l'amalgame en citant des cas antérieurs d'erreur scientifique (scandale du sang contaminé, des hormones de croissance) sans rapport avec la vaccination ;
  • invoquer Bigpharma (industrie pharmaceutique décrite comme toute puissante en matière de santé grâce à l'argent, en référence à Bigbrother) ;
  • détourner les résultats d'études scientifiques sur la vaccination ;
  • rejeter la possibilité que les effets secondaires se produisent après la vaccination par coïncidence fortuite ;
  • se présenter comme les meilleurs des experts du fait de l'expérience acquise sur ses propres enfants; expérience acquise qui permet de conseiller les autres en matière de vaccination ;
  • présenter les maladies infantiles comme bénignes et affirmer qu'il est plus sûr et plus naturel de les contracter que de se faire vacciner (nier les complications des maladies infantiles) ;
  • nier l'utilité des vaccins en matière de politique de santé publique (passer sous silence le phénomène d'immunité grégaire ou présenter le fait d'imposer un risque de complication à des individus pour améliorer la santé globale d'un groupe comme une injustice) ;
  • faire témoigner les patients ou parents d'enfants touchés par une maladie grave après une vaccination (en invoquant le sophisme post hoc propter hoc) ;
  • abuser d'images humoristiques/caricatures en lien avec la vaccination.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications scientifiques pro-vaccination[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Vaccine: The Controversial Story of Medicine's Greatest Lifesaver par Arthur Allen WW Norton, 2007
  • (en) Bedford H, Elliman D, « Concerns about immunisation », BMJ, vol. 320, no 7229,‎ 2000, p. 240–3 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  • (en) Davies P, Chapman S, Leask J, « Antivaccination activists on the world wide web », Arch Dis Child, vol. 87, no 1,‎ 2002, p. 22–5 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  • (en) Elliman D, Bedford H, « MMR: Science and Fiction. Exploring the Vaccine Crisis; MMR and Autism: What Parents Need to Know », BMJ, vol. 329, no 7473,‎ 2004, p. 1049 (lien DOI?, lire en ligne)
  • Friedlander E, « The anti-immunization activists: a pattern of deception »,‎ 2007 (consulté le 2007-11-13)
  • (en) Hanratty B, Holt T, Duffell E, Patterson W, Ramsay M, White J, Jin L, Litton P, « UK measles outbreak in non-immune anthroposophic communities: the implications for the elimination of measles from Europe », Epidemiol Infect, vol. 125, no 2,‎ 2000, p. 377–83 (liens PubMed? et DOI?)
  • Miller, C.L. Deaths from Measles in England and Wales. 1970-83.], Epidemiological Research Laboratory, Public Health Laboratory Service, London; measles mortality statistics published in the British Medical Journal, Vol 290, 9 février 1985
  • (en) Myers, M, Katz, S, Do Vaccines Cause That? A Guide for Evaluating Vaccine Safety Concerns, Galveston, TX, Immunizations for Public Health (i4ph),‎ 2008 (ISBN 978-0-9769027-1-3, lien OCLC?)
  • (en) Offit PA, Autism's False Prophets: Bad Science, Risky Medicine, and the Search for a Cure, Columbia University Press,‎ 2008 (ISBN 978-0-231-14636-4, lien LCCN?)
  • (en) Orenstein W, Hinman A, « The immunization system in the United States - the role of school immunization laws », Vaccine, vol. 17 Suppl 3,‎ 1999, S19–24 (liens PubMed? et DOI?)
  • (en) Poland G, Jacobson R, « Understanding those who do not understand: a brief review of the anti-vaccine movement », Vaccine, vol. 19, no 17-19,‎ 2001, p. 2440–5 (liens PubMed? et DOI?)
  • (en) Spier R, « Ethical aspects of vaccines and vaccination », Vaccine, vol. 16, no 19,‎ 1998, p. 1788–94 (liens PubMed? et DOI?)
  • (en) Vermeersch E, « Individual rights versus societal duties », Vaccine, vol. 17 Suppl 3,‎ 1999, S14–7 (lien PubMed?)
  • (en) Wolfe RM, Sharp LK, Lipsky MS, « Content and design attributes of antivaccination web sites », JAMA, vol. 287, no 24,‎ 2002, p. 3245–8 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  • « Six common misconceptions about immunization », World Health Organization,‎ 2006 (consulté le 2006-11-02)

Publications anti-vaccination[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Les 10 plus gros mensonges sur les vaccins, Sylvie Simon, Dangles, 2005
  • Vaccination, je ne serai plus complice ! Dr Jean Méric, Marco Pietteur, 2004
  • Vaccination, les vérités indésirables, Michel Georget, Dangles, 2007
  • Vaccinations : le droit de choisir, Dr François Choffat, Éditions Jouvence, 2009
  • Vaccins, l'avis d'un avocat On nous aurait menti ? Jean-Pierre Joseph, testez, 2008
  • Vaccination: Erreur médicale du siècle, Louis De Brouwer, Louise Courteau,

En anglais[modifier | modifier le code]

  • 1898 Vaccination A Delusion de Alfred Russel Wallace
  • 1936 The Case Against Vaccination de M. Beddow Bayly M.R.C.S., L.R.C.P.
  • 1951 The Truth About Vaccination and Immunization de Lily Loat
  • 1957 The Poisoned Needle de Eleanor McBean
  • 1990 Universal Immunization: Miracle or Masterful Mirage by Dr Raymond Obomsawin
  • 1993 Vaccination: 100 years of orthodox research shows that vaccines represent an assault on the immune system de Viera Scheibner.

Documentaire[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites officiels[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Controverse sur la vaccination.

Sites sur la controverse[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « On pourrait imaginer que les succès de la vaccination laissent peu de place à la controverse et pourtant je ne connais aucun autre champ en médecine qui ait fait l’objet de polémiques aussi violentes » Vaccins, intolérances et allergies, par « JF. Nicolas » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08,D. Kaiserlian, F. Béraud, John Libbey 2003 p. 59
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Guide_des_vaccinations_2006.
  3. Vaccination sur http://www.legifrance.gouv.fr
  4. Intervention de Roselyne Bachelot-Narquin. Pour le lancement du programme national de lutte contre la tuberculose. Mercredi 11 juillet 2007.
  5. La tuberculose sur http://www.sante-sports.gouv.fr
  6. Rapport no 3687 Rapport sur le projet de loi adopté par le sénat, réformant la protection de l’enfance. Par Mme Valérie Pécresse. Le 13 février 2007.
  7. Loi n° 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance
  8. Jean-Baptiste Fressoz, L'Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, 2012
  9. BCG, histoire d’une découverte et de ses controverses
  10. The Lübeck disaster. The Lancet 1932 ; I : 365.
  11. Bonah C, Lepicard E, Roelcke V. La médecine expérimentale au tribunal : implications éthiques de quelques procès médicaux du XXe siècle européen. Paris : Éditions des Archives contemporaines, 2003 : 472 p.
  12. La contestation dans d'autres pays européens suivit avec plusieurs années de retard Vaccin anti-hépatite B en Italie, obligatoire en 1992, association de victimes créée en 2007
  13. Article du Dr Paul Calès
  14. Réseau vaccin hépatite B
  15. le ministère de la Santé condamné
  16. GlaxoSmithKline condamné
  17. Calès P. Vaccination anti-hépatite B et risque de sclérose en plaques : études cas-témoins. Gastroenterol Clin Biol 2001
  18. a et b (en) Baylor NW, Egan W, Richman P, « Aluminum salts in vaccines—US perspective », Vaccine, vol. 20, no Suppl 3,‎ 2002, S18–23 (lien DOI?) Corrigendum (2002). Vaccine 20 (27–8): 3428. DOI:10.1016/S0264-410X(02)00307-9 PMID 12184360.
  19. (en) Sears R, The Vaccine Book: Making the Right Decision for Your Child, Little, Brown,‎ 2007, 1e éd. (ISBN 978-0-316-01750-3, liens OCLC? et LCCN?), « Vaccine ingredients », p. 191–211
  20. myofasciite à macrophages
  21. (en) François G, Duclos P, Margolis H et al., « Vaccine safety controversies and the future of vaccination programs », Pediatr Infect Dis J, vol. 24, no 11,‎ 2005, p. 953–61 (liens PubMed? et DOI?)
  22. Dr Sears ; Tomljenovic L, Shaw CA. publient en mai 2011 :Aluminum Vaccine Adjuvants: Are they Safe?
  23. Aluminium : quels risques pour la santé ?[PDF]
  24. [1]
  25. http://www.academie-medecine.fr/Upload/adjuvants%20vaccinaux%20rapport%20ANM1.pdf
  26. (en) Wakefield A, Murch S, Anthony A et al., « Ileal-lymphoid-nodular hyperplasia, non-specific colitis, and pervasive developmental disorder in children », Lancet, vol. 351, no 9103,‎ 1998, p. 637–41 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  27. (en) Offit PA, « Thimerosal and vaccines—a cautionary tale », N Engl J Med, vol. 357, no 13,‎ 2007, p. 1278–9 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  28. (en) Deer B, « MMR doctor Andrew Wakefield fixed data on autism », Sunday Times,‎ 2012-09-14 (lire en ligne)
  29. (en) Deer B, « Revealed: MMR research scandal », The Sunday Times,‎ 2004-02-22 (lire en ligne)
  30. (en) « MMR scare doctor 'paid children' », BBC News,‎ 16 juil. 2007 (consulté le 23 nov. 2007)
  31. (en) « Doctors issue plea over MMR jab », BBC News,‎ 26 juin 2006 (consulté le 23 nov. 2007)
  32. (en) S. H. Murch, A. Anthony, D. H. Casson et al., « Retraction of an interpretation », Lancet, vol. 363, no 9411,‎ 2004, p. 750 (liens PubMed? et DOI?)
  33. Autism and Vaccines Theory, from the U.S. Centers for Disease Control
  34. Immunization Safety Review: Vaccines and Autism. From the Institute of Medicine of the National Academy of Sciences 17 mai 2004
  35. « MMR Fact Sheet » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08, from the United Kingdom National Health Service
  36. OMS relevé épidémiologique
  37. « Statistiques de la HRSA » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08
  38. (en) Sugarman SD, « Cases in vaccine court—legal battles over vaccines and autism », N Engl J Med, vol. 357, no 13,‎ 2007, p. 1275–7 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  39. sur Wddty
  40. sur Huffingtonpost
  41. Sur MSNBC
  42. National Health Service, « MMR: myths and truths »,‎ 2004 (consulté le 3 septembre 2007)
  43. (en) Doja A, Roberts W, « Immunizations and autism: a review of the literature », Can J Neurol Sci, vol. 33, no 4,‎ 2006, p. 341–6 (lien PubMed?)
  44. (en) Jeffrey S. Gerber et Paul A. Offit, « Vaccines and Autism: A Tale of Shifting Hypotheses », Clinical Infectious Diseases, vol. 48,‎ 2009, p. 456-461 (résumé)
  45. (en) Alberto Eugenio Tozzi, Patrizia Bisiacchi, Vincenza Tarantino, Barbara De Mei, Lidia D'Elia, Flavia Chiarotti et Stefania Salmaso, « Neuropsychological Performance 10 Years After Immunization in Infancy With Thiomersal-Containing Vaccines », Pediatrics, vol. 123, no 2,‎ 2 février 2009, p. 475-482 (résumé)
  46. L'affaire Gardasil: premières plaintes déposées - Atticus Avocats
  47. Plaintes groupées contre le vaccin Gardasil - 18/12/2013 - leParisien.fr
  48. Des experts font le lien entre Gardasil et sclérose en plaques
  49. Vaccin Gardasil : plus d'une vingtaine de plaintes devraient être déposées contre Sanofi - Société - MYTF1News
  50. «C’est dur, je veux dormir tout le temps, j’ai du mal à me concentrer» - Libération
  51. Cancer du col de l'utérus : nouvelles plaintes contre le vaccin Gardasil
  52. Gardasil : des associations demandent un moratoire | Viva Presse
  53. Site Officiel Les filles et le GArdasil
  54. Ces maladies rares ont un taux d'apparition de 2 pour 10 000 adolescentes par année
  55. ANSM
  56. /Vaccins-HPV_Etude+de+cohorte
  57. [2]
  58. Siegrist CA, Lewis EM, Eskola J, Evans SJ, Black SB. Human papillomavirus immunization in adolescent and young adults. A cohort study to illustrate what events might be mistaken for averse reactions. Pediatr Infect Dis J. 2007; 26: 979-84.
  59. Arnheim-Dahlström L, Pasternak B, Svanström H, Sparén P, Hviid A. Autoimmune, neurological, and venous thromboembolic adverse events after immunisation of adolescent girls with quadrivalent human papillomavirus vaccine in Denmark and Sweden: cohort study. BMJ. 2013 ; 347:5906. doi: 10.1136/bmj.f5906.
  60. Rassmussen T A, Jorgensen M, Bjerrum S et al. User of population based background rates of disease to assess vaccine safety in childhood and mass immunisation in Denmark: nationwide population based cohort study. BMJ. 2012; 345: e 5823.
  61. Chao C, Klein NP, Velicer CM, et al. Surveillance of autoimmune conditions following routine use of quadrivalent human papillomavirus vaccine. J Intern Med. 2012 ; 271:193-203.
  62. Site du Dr Girard, conseil en pharmacovigilance et pharmaco-épidémiologie Expert européen (AEXEA)
  63. 1/3 des médecins ne sont pas sûrs de se faire vacciner
  64. Site du syndicat infirmier
  65. http://www.afssaps.fr/var/afssaps_site/storage/original/application/9aa466b2010d9b6aa784258ce90535b1.pdf
  66. S M Barros, J F Carvalho, « Shoenfeld's syndrome after pandemic influenza A/H1N1 vaccination », Acta reumatológica portuguesa, vol. 36, no 1,‎ mars 2011, p. 65-68 (ISSN 0303-464X, lien PubMed?, [arp.spreumatologia.pt/download.php?filename=14_-_CC_H1N1_ARP2010-129.pdf lire en ligne])
  67. http://www.afssaps.fr/var/afssaps_site/storage/original/application/e41f68fbee043b89e1fc740dac52d2e1.pdf page3
  68. Bulletin de pharmacovigilance, Afssaps
  69. Sandrine Cabut, « Soupçons d'effets secondaires liés aux vaccins anti-H1N1 », sur lefigaro.fr (consulté le 8 janvier 2011)
  70. Orphanet
  71. (en) Gangarosa EJ, Galazka AM, Wolfe CR et al., « Impact of anti-vaccine movements on pertussis control: the untold story », Lancet, vol. 351, no 9099,‎ 1998, p. 356–61 (liens PubMed? et DOI?)
  72. a et b (en) Allen A, « Bucking the herd », The Atlantic, vol. 290, no 2,‎ 2002, p. 40–2 (lire en ligne)
  73. (en) Nelson MC, Rogers J, « The right to die? Anti-vaccination activity and the 1874 smallpox epidemic in Stockholm », Soc Hist Med, vol. 5, no 3,‎ 1992, p. 369–88 (liens PubMed? et DOI?)
  74. (en) « International Notes Pertussis -- England and Wales », Morbidity and Mortality Weekly Report, vol. 31, no 47,‎ 1982, p. 629-31 (lire en ligne)
  75. (en) Centers for Disease Control and Prevention, Epidemiology and Prevention of Vaccine-Preventable Diseases, Washington, DC, Public Health Foundation,‎ 2007, « Pertussis »
  76. (en) Centers for Disease Control and Prevention, « Measles outbreak—Netherlands, Avril 1999-janvier 2000 », MMWR Morb Mortal Wkly Rep, vol. 49, no 14,‎ 2000, p. 299–303 (lien PubMed?, lire en ligne)
  77. (en) Clements CJ, Greenough P, Shull D, « How vaccine safety can become political – the example of polio in Nigeria », Curr Drug Saf, vol. 1, no 1,‎ 2006, p. 117–9 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne [PDF])
  78. Global Polio Eradication Initiative, « Wild poliovirus 2000–2008 »,‎ 2004 (consulté le 2008-02-11)
  79. (en) Parker A, Staggs W, Dayan G et al., « Implications of a 2005 measles outbreak in Indiana for sustained elimination of measles in the United States », N Engl J Med, vol. 355, no 5,‎ 2006, p. 447–55 (liens PubMed? et DOI?)
  80. (en) Fair E, Murphy TV, Golaz A, Wharton M, « Philosophic objection to vaccination as a risk for tetanus among children younger than 15 years », Pediatrics, vol. 109, no 1,‎ 2002, e2 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  81. (en) Bonhoeffer J, Heininger U, « Adverse events following immunization: perception and evidence », Curr Opin Infect Dis, vol. 20, no 3,‎ 2007, p. 237–46 (liens PubMed? et DOI?)
  82. (en) Mooney C, « Why does the vaccine/autism controversy live on? », Discover,‎ juin 2009 (lire en ligne)
  83. (en) Hilton S, Petticrew M, Hunt K, « 'Combined vaccines are like a sudden onslaught to the body's immune system': parental concerns about vaccine 'overload' and 'immune-vulnerability' », Vaccine, vol. 24, no 20,‎ 2006, p. 4321–7 (liens PubMed? et DOI?)
    • (en) Miller E, Andrews N, Waight P, Taylor B, « Bacterial infections, immune overload, and MMR vaccine. Measles, mumps, and rubella », Arch Dis Child, vol. 88, no 3,‎ 2003, p. 222–3 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
    • (en) Hviid A, Wohlfahrt J, Stellfeld M, Melbye M, « Childhood vaccination and nontargeted infectious disease hospitalization », JAMA, vol. 294, no 6,‎ 2005, p. 699–705 (liens PubMed? et DOI?)
  84. Vaccine schedules and "overload":
    • (en) Gregson AL, Edelman R, « Does antigenic overload exist? The role of multiple immunizations in infants », Immunol Allergy Clin North Am, vol. 23, no 4,‎ 2003, p. 649–64 (liens PubMed? et DOI?)
    • (en) Offit PA, Quarles J, Gerber MA et al., « Addressing parents' concerns: do multiple vaccines overwhelm or weaken the infant's immune system? », Pediatrics, vol. 109, no 1,‎ 2002, p. 124–9 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  85. Manifeste contre la vaccination de masse (1997) « la diminution des maladies infectieuses résulte principalement des améliorations obtenues dans le domaine de la nutrition et des infrastructures au service de l’hygiène » [3]
  86. Le vaccin contre la rougeole, une nécessité à relativiser (Rue89)
  87. Dr Jean Pilette (European forum for vaccine vigilance) « Il est bien connu que l’immunité conférée par une maladie infectieuse évoluant naturellement est plus durable et plus spécifique que celle conférée par la vaccination » [4]
  88. (en) Wolfe R, Sharp L, « Anti-vaccinationists past and present », BMJ, vol. 325, no 7361,‎ 2002, p. 430–2 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  89. a et b (en) Sheridan C, « Vaccine market boosters », Nat Biotechnol, vol. 27, no 6,‎ 2009, p. 499–501 (liens PubMed? et DOI?)
  90. a et b Rapport sur l'obligation vaccinale, citation du professeur André Lemaire p. 26
  91. Ligue nationale pour la liberté des vaccinations « article 1 : Considérant le caractère obligatoire des vaccinations comme une atteinte à l'intégrité physique et morale de l'individu et à la liberté de conscience »
  92. Guy Durand, Histoire de l'éthique médicale et infirmière, INF,‎ 2000 (résumé), p. 238
  93. H Ch. Mond, La Santé publique, Hachette, cité dans La Vaccination des enfants en France, Marenco et Govedarica, p. 87 (1982)
    • (en) White AD, A History of the Warfare of Science with Theology in Christendom, New York, Appleton,‎ 1896 (lire en ligne), « Theological opposition to inoculation, vaccination, and the use of anæsthetics »
    • (en) Bazin H, « The ethics of vaccine usage in society: lessons from the past », Endeavour, vol. 25, no 3,‎ 2001, p. 104–8 (liens PubMed? et DOI?)
    • (en) Noble M, « Ethics in the trenches: a multifaceted analysis of the stem cell debate », Stem Cell Rev, vol. 1, no 4,‎ 2005, p. 345–76 (liens PubMed? et DOI?)
  94. Voir discussion
  95. Pierre Burney archives des sciences sociales des religions évolution sociale et conscience chrétienne
  96. [5]
  97. Opposition religieuse à la vaccination
  98. Pontifical Academy for Life (2005). « Moral reflections on vaccines prepared from cells derived from aborted human foetuses ». Center for Bioethics, Catholic University of the Sacred Heart. [6].
  99. (en) Ernst E, « Rise in popularity of complementary and alternative medicine: reasons and consequences for vaccination », Vaccine, vol. 20, no Suppl 1,‎ 2001, S89–93 (liens PubMed? et DOI?)
  100. Attitudes towards vaccination: users of complementary and alternative medicine versus non-users
  101. La rougeole relance le débat sur la vaccination
  102. (en) Busse JW, Morgan L, Campbell JB, « Chiropractic antivaccination arguments », J Manipulative Physiol Ther, vol. 28, no 5,‎ 2005, p. 367–73 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  103. (en) Anna Kata, « Anti-vaccine activists, Web 2.0, and the postmodern paradigm - An overview of tactics and tropes used online by the anti-vaccination movement », Vaccine, vol. 30, no 25,‎ 28 mai 2012, p. 3778-3789 (ISSN 1873-2518, liens PubMed? et DOI?)