Laure Adler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adler.
Laure Adler au Salon du livre de Paris, en mars 2010.

Laure Adler, née Clauzet, est une journaliste, écrivaine, éditrice et productrice française, née le 11 mars 1950 à Caen (Calvados).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un ingénieur agronome, Laure Clauzet est élevée en Côte-d'Ivoire à Abidjan jusqu'à ses 17 ans et passe son bac en France. Elle rentre en France en 1967. En 1968, elle rencontre l'ethnologue Fred Adler qui devient son premier mari et dont elle gardera le nom pour sa vie publique. Elle est mariée au producteur de France Culture, Alain Veinstein. Elle a perdu un enfant, sujet auquel elle consacre un livre chez Gallimard, sur le travail de deuil[1].

Après avoir obtenu une maîtrise de philosophie et un doctorat en histoire en soutenant une thèse d'histoire consacrée aux féministes du XIXe siècle, elle entre à la chaîne de radio publique France Culture en 1974.

Elle participe régulièrement à l'émission de Michel Polac, Droit de réponse, entre 1981 et 1987.

En 1989, François Mitterrand l'appelle comme conseillère à la culture.

Elle aborde la télévision en 1993 en reprenant pour France 2 l'émission nocturne de débats culturels créée par Michel Field, Le Cercle de minuit, pendant quatre ans ; puis sur Arte avec l'émission mensuelle d'entretiens Permis de penser.

À partir de 1995, elle est membre du jury du prix de l'écrit intime[2].

En 1997, après avoir collaboré avec les éditions Payot, Denoël et Plon, elle intègre la maison Grasset, en tant que responsable des essais et documents[3].

En 1998, Laure Adler publie une biographie de Marguerite Duras. Alain Vircondelet dénonce alors une « escroquerie intellectuelle » et l'accuse d'avoir « cannibalisé » son travail ainsi que celui d'autres écrivains ou journalistes comme Christine Blot-Labarrère sans références ou citations. Bien que les accusations de Vircondelet fussent totalement ignorées, ces références et citations seront rétablies par Gallimard à partir de l'édition de poche[4].

La même année, elle devient directrice de la collection « Partage du savoir », aux Presses universitaires de France[5].

En janvier 1999, elle est nommée directrice de France Culture, poste dont David Kessler a pris la succession en septembre 2005. Au cours de cette période, elle remanie en profondeur l'image et la programmation de la chaîne, malgré de virulentes contestations de la part de plusieurs associations d'auditeurs comme sosfranceculture[6] ou ddfc[7] et de certains des journalistes et producteurs de la chaîne. Durant ces années 1999-2005, en moyenne et selon Médiamétrie l'audience journalière augmente plus que significativement mais la durée d'écoute diminue. Certains de ses contempteurs à Radio France lui reprochaient une vision utilitariste de la culture[8] et considéraient sa gestion comme étant par trop dirigiste[9] voire caractérisée par la politique du renvoi d'ascenseur[réf. nécessaire] . Les critiques de son action à la tête de France Culture ont également porté sur la réactivité de la chaîne à l'actualité. Le fer de lance de son mandat fut de substituer à la diffusion du patrimoine culturel le décryptage de l'actualité, repris et ressassé tout au long des programmes. Elle reprend un temps l'émission À voix nue, dont le principe — des séries d'entretiens — garantissait une certaine diversité par un système de producteurs tournants[10].

En décembre 2005, elle quitte Radio France aux fins de rejoindre le groupe La Martinière et prendre la direction du secteur Littérature et Documents des éditions du Seuil. En décembre 2006, elle est licenciée de ses fonctions.

En mars 2007, elle a signé avec 150 intellectuels un texte appelant à voter pour Ségolène Royal, « contre une droite d'arrogance », pour « une gauche d'espérance[11] ». En 2008, elle donne des cours d'histoire des femmes et du féminisme à l'Institut d'études politiques de Paris.

Elle présente actuellement Studio Théâtre sur France Inter et anime depuis plusieurs années l'émission littéraire Tropismes sur France Ô et Hors-Champs sur France Culture. Elle est membre du Conseil d'Orientation du think tank En Temps Réel[12], membre du Conseil d'administration du Théâtre de la Ville à Paris ainsi que de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse et membre du conseil de surveillance du quotidien Le Monde.

Elle anime, avec Bruno Racine, l'émission Le Cercle de la BNF, en collaboration avec Le Magazine littéraire[13] et fait partie, à partir de 2009, du jury du prix de la BnF. En 2009, elle participe à la Commission Culture et Université présidée par Emmanuel Ethis.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Laure Adler au Salon du livre de Genève 2011.

Biographies[modifier | modifier le code]

  • 1986 : L'Amour à l'arsenic : histoire de Marie Lafarge, Denoël.
  • 1998 : Marguerite Duras, Gallimard.
  • 2005 : Dans les pas de Hannah Arendt, Gallimard.
  • 2008 : L'insoumise, Simone Weil, Actes sud.
  • 2011 : Françoise, Grasset (sur Françoise Giroud).
  • 2012 : Dans les pas de Hannah Arendt, Gallimard.

Essais[modifier | modifier le code]

  • 1979 : À l'Aube du féminisme : les premières journalistes, Payot.
  • 1981 : Misérable et glorieuse. La femme au XIXe siècle, sous la direction de Jean-Paul Aron, Fayard.
  • 1983 : Secrets d'alcôve : une histoire du couple de 1830 à 1930, Hachette Littératures.
  • 1987 : Avignon : 40 ans de festival, avec Alain Veinstein, Hachette.
  • 1990 : La Vie quotidienne dans les maisons closes de 1830 à 1930, Hachette.
  • 1994 : Les Femmes politiques, Le Seuil.
  • 2006 : Les femmes qui lisent sont dangereuses, avec Stefan Bollmann, Flammarion.
  • 2007 : Les femmes qui écrivent vivent dangereusement, avec Stefan Bollmann, Flammarion.
  • 2008 : Femmes hors du voile, photographies d'Isabelle Eshraghi, éditions du Chêne.
  • 2009 : Les femmes qui aiment sont dangereuses, avec Elisa Lécosse, Flammarion.
  • 2010 : La Beauté des nuits du monde de Marguerite Duras, textes choisis et présentés par Laure Adler, éditions La Quinzaine littéraire, coll. « Voyager avec ».
  • 2011 : Les femmes qui lisent sont de plus en plus dangereuses, avec Stefan Bollmann, Flammarion.
  • 2011 : Manifeste féministe, éd. Autrement.
  • 2012 : Le Bruit du monde, éditions Universitaires d'Avignon.
  • 2013 : La Vie quotidienne dans les maisons closes, éditions Fayard.

Récits[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Immortelles, Grasset.

Entretiens[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Avant que la nuit ne vienne, avec Pierre de Benouville, Grasset.
  • 2006 : Jean-Pierre Chevènement : entretiens, éditions Michel de Maule.
  • 2007 : Starck, Philippe : entretiens, Flammarion.
  • 2007 : J. Attali : entretiens, éditions Michel de Maule.
  • 2009 : Le Théâtre, oui quand même, avec Jacques Lassalle, éditions Universitaires d'Avignon.
  • 2009 : Histoire de notre collection de tableaux - Pierre Bergé Yves Saint Laurent, avec Pierre Bergé, Actes sud.
  • 2009 : La Passion de l'absolu, avec George Steiner, éditions de l'Aube.
  • 2010 : Roland Dumas : entretiens, éditions Michel de Maule.
  • 2011 : Le Chemin de la vie, avec Maurice Nadeau, éditions Verdier.

Préfaces[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

  • 1999 : L'Illettrisme en toutes lettres. Textes, analyses, documents, entretiens, témoignages, éditions Flohic.
  • 2005 : Paris. Au nom des femmes, Descartes & Cie.
  • 2006 : L'Universel au féminin, tome 3, L'Harmattan.
  • 2008 : Festival d'Aix : 1948-2008, Actes Sud.
  • 2010 : Voyager avec Marguerite Duras, édition La Quinzaine littéraire.
  • 2010 : Pensez, lisez. 40 livres pour rester intelligent !!!, Points.
  • 2012 : Le Bruit du monde : le geste et la parole, éditions universitaires d'Avignon.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À ce soir, Paris, Gallimard, 2001.
  2. Anne Coudreuse et Françoise Simonet-Tenant (dir.), Pour une histoire de l'intime et de ses variations, Paris, L'Harmattan, 2009, p. 7.
  3. Portrait de Laure Adler, France Culture, consulté le 7 septembre 2011.
  4. Emmanuel Lemieux, Lire, 1er novembre 2002
  5. (fr) « Notice de la collection « Partage du savoir » », sur Catalogue BnF (consulté le 5 juillet 2011)
  6. sosfranceculture.free.fr
  7. ddfc.free.fr
  8. LETTRE OUVERTE À LAURE ADLER, Henry Faÿ, ddfc.free.fr, 3 août 2004
  9. Lettre ouverte sur la direction de France Culture, présenté comme « un texte de personnels de la station », acrimed.org, 8 septembre 2002
  10. Jeambar et Pécuchette, Didier Jacob, didier-jacob.blogs.nouvelobs, 14 décembre 2006
  11. « Avant qu'il ne soit trop tard », Le Nouvel Observateur, 1er mars 2007.
  12. Site de l'association En Temps Réel
  13. Fiche et archives de l'émission sur le site de la Bibliothèque nationale de France.