Hautefage-la-Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Lot-et-Garonne
Cet article est une ébauche concernant une commune de Lot-et-Garonne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Hautefage-la-Tour
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Canton Villeneuve-sur-Lot-2
Intercommunalité Communauté d' Agglomération du Grand Villeneuvois
Maire
Mandat
Guy Victor
2014-2020
Code postal 47340
Code commune 47117
Démographie
Population
municipale
885 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 19′ 23″ nord, 0° 47′ 07″ est
Altitude 217 m (min. : 70 m) (max. : 217 m)
Superficie 20,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Hautefage-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Hautefage-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hautefage-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hautefage-la-Tour
Liens
Site web http://www.hautefage-la-tour.fr/

Hautefage-la-Tour est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la ligne ferroviaire de Niversac à Agen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Hautefage fut la résidence des évêques d'Agen, les Della Rovere entre 1487 et 1538. Elle a été chef-lieu de canton en 1790 et 1798. Elle prend le nom d'Hautefage-la-Tour en 1919.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 en cours Guy Victor PCF  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 885 habitants, en augmentation de 10,07 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 927 1 054 1 298 1 262 1 274 1 132 1 164 1 153 1 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 046 1 028 938 881 868 849 799 773 709
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
715 687 608 559 612 610 620 614 552
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
523 507 465 520 528 655 752 820 885
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Economie[modifier | modifier le code]

Frespech possède sur son territoire le siège social de l'entreprise de fabrication d'artifices de divertissement A.T.P.M[5].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour et l'église Notre-Dame.
  • Tour d'Hautefage, aussi appelée Château épiscopal, du XIVe siècle dont le dernier niveau contenait un château d'eau. La tour a été construite des évêques d'Agen d'origine italienne, Leonardo della Rovere et Antonio della Rovere. La tour a été conçue pour servir de résidence aux évêques d'Agen. La construction n'a probablement pas été terminée. Dès le XVIIe siècle, la tour a servi de clocher à l'église Notre-Dame située en contre-bas. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, elle est considérée comme semi-ruinée. Des travaux de restauration sont entrepris à partir de 1888 en lui donnant la forme actuelle avec une balustrade, les contreforts d'angle surmontés de pinacle et la couverture conique en ardoise. La tour est transformée en château d'eau en 1957 en plaçant un réservoir en béton armé au troisième étage. Le réservoir est abandonné dès 1974. Des chutes de pierres en 2007 entraînent des travaux de restauration. La couverture a été refaite. Le réservoir d'eau a été cassé en 2013 et un plancher a été restitué. Les cloches ont été replacées au troisième étage. Les planchers doivent être réaménagés en même temps que les différents niveaux de la tour. Classée Monument historique en mai 1883[6]
  • Église Notre-Dame, située en contre-bas de la tour. Le presbytère a été classé au titre des monuments historiques en 1921, puis inscrit en 1994[7].
  • Église Saint-Thomas, au lieu-dit Saint-Thomas, inscrite au titre des monuments historiques en 1996[8].
  • Église Saint-Just, au hameau de Saint-Just, inscrite au titre des monuments historiques en 1996[9].
  • Église Saint-Jean de Bonneval[10],[11].
  • Château de Lamassas[12] : édifié au XVIIIe siècle par la famille Lacuée, c'est le lieu de naissance de Jean-Girard Lacuée comte de Cessac. Une arcade cintrée ouvre sur un vaste espace donnant accès au château et à ses dépendances. Les constructions sont en pierre de taille et moellon calcaire. Les dépendances comprennent un pigeonnier à toit en pavillon couvert de tuile plate et une voûte en berceau en partie basse. Un perron forgé garni de volutes, feuilles et monogrammes (deux L entrelacés) donne accès à la maison. La couverture en tuile canal se termine par une génoise à deux rangées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :