Marmanhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marmanhac
Marmanhac
Château de Sédaiges à Marmanhac
Blason de Marmanhac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin d'Aurillac
Maire
Mandat
Michel Cosnier
2020-2026
Code postal 15250
Code commune 15118
Démographie
Gentilé Marmanhacois, Marmanhacoises
Population
municipale
729 hab. (2018 en augmentation de 3,7 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 16″ nord, 2° 28′ 59″ est
Altitude Min. 627 m
Max. 971 m
Superficie 24,24 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Aurillac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Naucelles
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Marmanhac
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Marmanhac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marmanhac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marmanhac

Marmanhac est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de marmanhac, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Commune située dans le Massif central et arrosée par l'Authre, et bordée au nord par son affluent, le ruisseau de Broussette.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Marmanhac est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Aurillac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 85 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (53,9 %), zones agricoles hétérogènes (26 %), forêts (14,2 %), zones urbanisées (3,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Marmanhac vient du latin Marcomannusiacum signifiant le domaine de Marcomannus démontrant ainsi la présence d'un apport germanique, et plus particulièrement marcoman lors des grandes invasions aux alentours du Ve siècle[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Marmanhac semble être le point de départ du mouvement migratoire de marchands chaudronniers ambulants vers la Bretagne au XVIIe siècle, mouvement qui s'est poursuivi pendant deux siècles. Parmi les migrants qui ont fait souche en Bretagne, on relève les patronymes suivants : Laparra, Cibeau, Delpuech, Lafond, Caissac, Gimel, Delbos, Devals, Degoul, Daguzon, Conrier, Larroumets, Lasfargues, Lasgouttes, etc. Pour en savoir plus, lire : Nos ancêtres auvergnats, l'immigration auvergnate en Bretagne, Serge Duigou, Éditions Ressac, Quimper, 2004.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Marmanhac 15.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D’azur à la main dextre appaumée d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1981 2002 Félix VERDIER    
1808 1812 Guillaume Delsol    
1813 1815 Jean-Joseph Béral de Sedaiges   Officier
1815 1815 Pierre Pichot-Duclos né de parents inconnus    
1815 1830 Jean-Joseph Béral de Sedaiges   Officier
1830 1848 Laurent-Louis Laparra (1800-1855)    
1856 1870 Louis-Frédéric Laparra (1831-)   Notaire
1874 1876 Georges Fumel de Sedaiges    
1876 1889 Antoine Roques    
mars 2001 février 2012 Laurent Tellier    
février 2012 En cours
(au 27 octobre 2014)
Roger Mauré[9] DVD Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 729 habitants[Note 3], en augmentation de 3,7 % par rapport à 2013 (Cantal : −1,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0501 8931 8901 9392 0502 0012 0001 9411 878
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8041 7121 6701 7521 5571 5061 4011 3481 304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3541 3191 3241 0421 0021 000899848831
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
841863890789749706723725711
2017 2018 - - - - - - -
730729-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 23 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 23 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Edouard Bouyé, Les noms de lieux du Cantal : élément de toponymie, (lire en ligne)
  9. Liste des maires du Cantal sur le site de la préfecture (consulté le 27 octobre 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :