Jussac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jussac
Jussac
Église de Jussac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Canton Naucelles
Intercommunalité Communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac
Maire
Mandat
Alain Bruneau
2014-2020
Code postal 15250
Code commune 15083
Démographie
Gentilé Jussacois, Jussacoises
Population
municipale
2 015 hab. (2015 en augmentation de 7,7 % par rapport à 2010)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 19″ nord, 2° 25′ 26″ est
Altitude Min. 609 m
Max. 874 m
Superficie 18,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jussac
Liens
Site web http://www.jussac.fr

Jussac est une commune française, chef-lieu de canton, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Jussac, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km). Jussac est une commune située dans le Massif central à 10 km au nord d'Aurillac sur la route de Mauriac.

Elle est arrosée par l'Authre et par son affluent, le ruisseau de Cautrunes qui confluent à l'ouest du bourg de Jussac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Jussac est limitrophe de sept autres communes.

Communes limitrophes de Jussac
Freix-Anglards Saint-Cernin
Ayrens Jussac Marmanhac
Teissières-de-Cornet,
Crandelles
Reilhac Saint-Simon

Histoire[modifier | modifier le code]

Jussac est cité en 1344 sous le nom de Jussacum, ce nom gallo-romain indique que le premier village s'est développé autour d'un domaine qui devait appartenir à un certain Jussius (villa Jussii) depuis longtemps oublié. L'église est connue depuis le IXe siècle, du temps de saint Géraud. Le prieuré, riche en son temps, dépendait de l'abbaye d'Aurillac. Jussac était aussi un fief, on voyait jusqu'au XIVe siècle les ruines de son château vers l'actuelle chapelle d'Hauterive, il relevait de la baronnie de Saint-Christophe. En 1381, pendant la guerre de Cent Ans, les Anglais s'emparèrent du château de Nozières et y restèrent un an. Ce même château appartint plus tard en 1723 au maréchal de Noailles.

Au XVIIIe et au début du XIXe siècle, Jussac et les communes de la vallée de l'Authre ont été le centre d'un fort mouvement migratoire vers la Bretagne. Des marchands chaudronniers ambulants partaient vers l'ouest pour des campagnes de dix-huit mois en moyenne. Parmi ces migrants temporaires, un nombre important s'est installé définitivement en Bretagne, en premier lieu dans les villes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1796 Pierre Rays    
1796 1800 Antoine Fesq    
1800 1813 Joseph Lagaldie    
1813 1830 Pierre Dejou    
1830 1845 Pierre Rays    
1845 1848 François Delsol    
1848 1859 Géraud Calixte Plougeau    
1859 1871 Emile François Delsol    
1871 1885 Jean Rochet    
1885 1892 Jean Cruèghe    
1892 1906 Antoine Dejou    
1906 1908 Artheme Magis    
1908 1914 Antoine Carrier    
1914 1919 Antoine Andrieu    
1919 1924 Théodore Dejou    
1924 1925 Adrien Laparra    
1925 1929 Joseph Gibiart    
1929 1959 Adrien Laparra    
1959 1995 Antoine Dejou    
juin 1995 2011
(décès)
Jean-Claude Maurel    
2011 en cours
(au 25 octobre 2014)
Alain Bruneau[1] DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 2 015 habitants[Note 1], en augmentation de 7,7 % par rapport à 2010 (Cantal : -1,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2521 1151 3111 6421 5351 5531 5071 5021 339
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5721 5291 5051 4891 4401 4581 4781 4551 476
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3651 3371 4181 1831 0471 0531 0731 0031 031
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0581 2041 6851 8251 8651 7791 8181 8532 010
2015 - - - - - - - -
2 015--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Jussac comporte plusieurs monuments à découvrir :

  • La Chapelle de Jussac située sur la colline d'Hauterive.
  • L'église Saint-Martin, située dans le bourg et la fontaine Saint-Martin.
  • Le Château de Nozières
  • Le Fort de Nierestang, fief avec château fort situé sur les bords de l'Authre, qui a, aujourd'hui disparu.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Maréchal de Noailles, neveu du grand cardinal, propriétaire du château de Nozières en 1723.
  • Guy Fabry, coseigneur de Jussac et garde des sceaux du duché d'Auvergne en 1426.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Duigou, Nos ancêtres auvergnats, l'immigration auvergnate en Bretagne, Éditions Ressac, Quimper, 2004.

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal sur le site de la préfecture (consulté le 25 octobre 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.