Carlat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carlat est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne.

Carlat
Image illustrative de l'article Carlat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement d'Aurillac
Canton Canton de Vic-sur-Cère
Intercommunalité Communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac
Maire
Mandat
Agnès Courchinoux
2014-2020
Code postal 15130
Code commune 15028
Démographie
Population
municipale
346 hab. (2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 25″ N 2° 34′ 03″ E / 44.8902777778, 2.567544° 53′ 25″ Nord 2° 34′ 03″ Est / 44.8902777778, 2.5675  
Altitude Min. 480 m – Max. 906 m
Superficie 20,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carlat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carlat

Géographie[modifier | modifier le code]

Carlat est un petit village situé dans le bassin d'Aurillac. Les maisons sont bâties sur un terrain basaltique, contre un rocher, reste d'une coulée de lave.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le rocher s'élevait depuis le VIIIe siècle un château dont la position sur toute la vallée était imprenable, et que le roi Henri IV fit raser en 1604. Avec la Révolution française, la vicomté est confisquée et ses possessions vendues comme biens nationaux. À la fin du XIXe siècle, le rocher de Carlat a été racheté par la Société de la Haute-Auvergne afin de le rétrocéder à Albert Ier de Monaco.

En décembre 2008 le maire de Carlat a évoqué un prochain jumelage avec la commune italienne de Bruni. Ce rapprochement de Carlat-Bruni est dans l'idée d'associer les deux communes avec le nom de Carla Bruni-Sarkozy, l'épouse de l'ancien président de la République française Nicolas Sarkozy, et de bénéficier d'une publicité touristique pour son village[1]. En juillet 2010, le jumelage est officialisé.

Le premier janvier 2012 Carlat rejoint la Communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac [2]

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Almeyrac
  • Altouzet
  • Buron de Chardonnet
  • Cabrieu
  • Calves
  • Carlades
  • Celles
  • Courbesserre
  • Embarre
  • Empradel
  • Faral
  • Féneyrols
  • Feniers
  • Juzelles
  • La Chau
  • La Peyreficade
  • La Vente
  • Labastide
  • Lamontagne-de-Nadal
  • Le Dat Soubeyrol
  • Le Montat
  • Les Cabanes
  • Loubéjac
  • Lessenat
  • Moulin de Calves
  • Moulin de Celles
  • Moulin de Payrotte
  • Pont des Cabanes
  • Pradel
  • Puy-Basset
  • Rocher de Carlat
  • Rousse

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 mars 2014 Alain Cousin PCF  
mars 2014 en cours
(au 25 octobre 2014)
Agnès Courchinoux[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 346 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
900 850 804 925 932 1 026 991 965 943
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
979 903 953 1 894 913 910 932 828 771
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
704 702 620 581 552 566 568 496 510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
508 432 394 364 306 305 284 343 346
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A travers l'histoire de Carlat, Chanoine Joubert, Imp. U.S.H.A., Aurillac.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :