Yolet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yolet
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Canton Vic-sur-Cère
Intercommunalité Communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac
Maire
Mandat
Guy Delpuech
2014-2020
Code postal 15130
Code commune 15266
Démographie
Population
municipale
560 hab. (2014)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 55′ 46″ nord, 2° 31′ 59″ est
Altitude Min. 616 m
Max. 969 m
Superficie 9,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Yolet

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Yolet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yolet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yolet

Yolet est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Yolet est située à l'est d'Aurillac et est traversée par la route nationale 122 en direction de Vic-sur-Cère et de Clermont-Ferrand.

La commune fait partie du canton de Vic-sur-Cère depuis 2015[1].

Le territoire de la commune se trouve sur le fond de la vallée glaciaire de la Cère avec ses formes caractéristiques : le profil longitudinal est caractérisé par une plaine subhorizontale dont la platitude trouve son explication dans les dépôts morainiques abandonnés par les glaciers du Quaternaire. Le profil transversal est en auge, avec des replats latéraux et des vallées suspendues parallèles ou perpendiculaires à la vallée principale[2]. Le glacier würmien de la Cère butait sur le butoir cristallin du puy de Caillac (surplombant Vézac). Il atteignait une puissance[Quoi ?] de près de cent mètres et a déposé en se retirant des moraines frontales de retrait. La moraine de Louradoue forme un arc de cercle dominant de 25 m la dépression pré-morainique de Yolet ; à l'aval, elle s'étale sur 1,5 km de longueur depuis le hameau de Carnéjac jusqu'au moulin de la Roquette. Cet amphithéâtre pré-morainique, envahi par des prés marécageux à fond plat, est le théâtre régulier d'inondations accentuées par l'«  effet digue » provoqué par les routes et les trois « chaussées » aménagées dans la rivière (genres de digues qui servaient à retenir l'eau pour irriguer les prés)[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le Bourg,
  • Falguières, hameau sur le ruisseau de Giou,
  • Gare de Yolet,
  • Lalo, hameau,
  • Maison-Blanche, hameau
  • Rocquecelier,
  • Sémilhac, village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 mars 2014 Michel Lours    
mars 2014 en cours
(au 17 août 2014)
Guy Delpuech[4] SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 560 habitants, en diminution de -4,76 % par rapport à 2009 (Cantal : -1,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
710 574 590 660 601 611 653 634 619
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
610 605 595 572 581 562 608 607 587
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
530 513 537 504 416 424 428 408 452
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
440 420 383 381 459 488 577 561 560
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-149 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Cantal
  2. [PDF] Étude des matériaux morainiques sablo-graveleux du sud du cantal, rapport de synthèse BRGM 80SGN711AUV, novembre 1980, p.5
  3. Yvonne Boisse de Black du Chouchet, Les glaciations de l'Auvergne, Impr. moderne, , p. 13.
  4. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 17 août 2014).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Eglise Saint-Pierre », notice no PA00093756, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2016.