Aller au contenu

Ayrens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ayrens
Ayrens
Ruines du château de Clavieres.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Aurillac
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin d'Aurillac
Maire
Mandat
Hubert Bonhommet
2020-2026
Code postal 15250
Code commune 15016
Démographie
Gentilé Ayrensois
Population
municipale
620 hab. (2021 en diminution de 5,2 % par rapport à 2015)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 08″ nord, 2° 19′ 40″ est
Altitude 620 m
Min. 517 m
Max. 729 m
Superficie 25,5 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Aurillac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Paul-des-Landes
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Ayrens
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Ayrens
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
Ayrens
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Ayrens

Ayrens est une commune française située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette commune est située au nord-ouest du bassin sédimentaire d’Aurillac. Son unité paysagère, constituée de collines, présente un contraste, dans son relief et dans sa mise en valeur, avec le reste du bassin d’Aurillac. Elle forme des paysages vallonnés à dominante agricole où de nombreux boisements peu étendus, de feuillus (chêne Pédonculé), mélangés au pin sylvestre et au bouleau, occupent les pentes, les fonds de vallons ou le sommet des croupes. Le réseau bocager est dense, en particulier sur les zones de pente[1].

C'est sur cette commune que se rencontrent le méridien de Paris et le 45e parallèle nord (45° 00′ 00″ N, 2° 20′ 14,025″ E). C'est ainsi le point fondamental de la projection de Bonne utilisée par les cartes d'état-major françaises.

Sur le territoire de la commune se trouvent, entre autres, les hameaux de Niac, Boutonnet, le Bos, Colin, Jammes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Freix-Anglards, Jussac, Saint-Illide, Saint-Paul-des-Landes, Saint-Victor, Teissières-de-Cornet et Nieudan.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Ouest et nord-ouest du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 900 à 1 500 mm, maximale en automne et en hiver[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 237 mm, avec 12,4 jours de précipitations en janvier et 7,7 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune d'Aurillac à 11 km à vol d'oiseau[4], est de 10,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 134,7 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ayrens est une commune rurale[Note 1],[8]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Aurillac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 85 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 1],[I 2].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (66,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (44,2 %), forêts (32,6 %), zones agricoles hétérogènes (22,2 %), zones urbanisées (1,1 %)[11]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 351, alors qu'il était de 319 en 2013 et de 307 en 2008[I 3].

Parmi ces logements, 74,1 % étaient des résidences principales, 16,5 % des résidences secondaires et 9,4 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 98,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,7 % des appartements[I 4].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Ayrens en 2018 en comparaison avec celle du Cantal et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (16,5 %) inférieure à celle du département (20,4 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 86,3 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (87 % en 2013), contre 70,4 % pour le Cantal et 57,5 pour la France entière[I 5].

Le logement à Ayrens en 2018.
Typologie Ayrens[I 3] Cantal[I 6] France entière[I 7]
Résidences principales (en %) 74,1 67,7 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 16,5 20,4 9,7
Logements vacants (en %) 9,4 11,9 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Eren en 1316[12], Ayren en 1378[13], Ayrenh au XIVe siècle[14].

Airen en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Ayrens est membre de la communauté d'agglomération du Bassin d'Aurillac[I 8], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Aurillac. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[15].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Aurillac, à la circonscription administrative de l'État du Cantal et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 8].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Paul-des-Landes pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 8], et de la première circonscription du Cantal pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1793 Louis Linthilac    
1793 1793 François Maleprade    
1793 1795 Louis Dejour    
1795 1796 Guillaume Lafon    
1796 1798 René Andrieu    
1798 1799 Pierre Lallier    
1799 1802 Jean Vabret    
1802 1802 Louis Bonhomme    
1802 1803 François Maleprade    
1803 1804 Antoine Maisonobre    
1805 1805 François Capelle    
1805 1806 Antoine Maisonobre    
1806 1808 Charles Devèze    
1808 1816 Antoine Bonhomme    
1816 1850 Salvenie de Montal    
1820 1848 Antoine de Montal    
1848 1852 Durand Lafon    
1852 1857 Louis Rengade    
1857 1863 Antoine Deconquand    
1863 1876 Jean Rengade    
1876 1888 Emile Gazard    
1888 1896 Amédée Rebeyrols    
1896 1904 Antoine Mallet    
1904 1910 Jean Léon Réniac Rad. Conseiller général du canton d'Aurillac-Nord (1919-1925)
1910 1920 Pierre Vidal    
1920 1933 Louis Maisonobe    
1933 1935 François Verchambres    
1935 1945 Pierre Poux    
1945 1947 François Verchambres    
1947 1958 Adrien Prunet    
1958 1971 Albert Moissinac    
mars 2001 mars 2008 Jean Chanut    
mars 2008 mai 2009 Robert Wallez    
mai 2009 juin 2020 Philippe Granier DVG Commerçant
juin 2020 En cours Hubert Bonhommet[17]   Responsable qualité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2021, la commune comptait 620 habitants[Note 3], en diminution de 5,2 % par rapport à 2015 (Cantal : −1,36 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3901 2401 1351 1511 1911 1641 1831 1401 148
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1171 0011 0059909629609651 061912
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
960852838740751702642632569
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
513505444544545494525546562
2014 2019 2021 - - - - - -
638629620------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La polyculture et l'élevage par une trentaine d'exploitations façonnent les paysages de la commune. Toutefois, bien que le territoire reste très agricole (avec 62 % de recouvrement), la déprise agricole sectorielle est probable à plus ou moins long terme en raison de secteurs pentus et d'éloignement des sièges d'exploitation[22].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Fagus sylvatica pliocenica - Ayrens– Muséum de Toulouse.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Clavières de style troubadour ;
  • L'église Saint-Christophe-et-Saint-Genès d'Ayrens ;
  • À l'intersection du méridien de Paris et du 45e parallèle nord, qui se trouve dans un champ, quatre arbres ont été plantés à l'occasion des célébrations de la Méridienne verte du . Les arbres sont disposés en carré dont les sommets sont dirigés vers les points cardinaux, ce qui permet de visualiser le point d'intersection et de s'y tenir[23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  2. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  3. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Ayrens » (consulté le ).
  4. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Ayrens - Section LOG T2 » (consulté le ).
  5. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Ayrens - Section LOG T7 » (consulté le ).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans le Cantal » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  8. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Ayrens » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Schéma de cohérence territoriale du Bassin d'Aurillac, du Carladès et de la Châtaigneraie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur scotbacc.fr, .
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Ayrens et Aurillac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Aurillac », sur la commune d'Aurillac - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Aurillac », sur la commune d'Aurillac - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  8. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  12. Dans un document de la famille de Montal.
  13. Dans document concernant la chapellenie des Blats.
  14. Dans le pouillé de Saint-Flour
  15. « communauté d'agglomération du Bassin d'Aurillac - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  16. « Découpage électoral du Cantal (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  17. Annuaire des maires du Cantal, sur le site de l'AMF15 (consulté le 13 juillet 2023).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  22. Christophe Viguier, ABC Biodiversité de la commune d'Ayrens, CPIE Auvergne, , p. 59.
  23. [« http://maps.google.fr/maps?f=q&source=s_q&hl=fr&geocode=&q=45.000083,2.336655&sll=45.00001,2.336569&sspn=0.001263,0.005493&ie=UTF8&t=k&ll=45.00007,2.336655&spn=0.029132,0.054932&z=14&output=embed »]
  24. Félibrée de Sceaux dimanche 3 juin 2007 intervention de Roger Vidal.
  25. *Duc de La Salle de Rochemaure.Gerbert, Silvestre II Émile, Paul, Paris, éditeurs, 1914.
  26. Marcellin Boudet Nécrologie du Duc de La Salle de Rochemaure, 1915, in RHA, 60 p.