Puy Griou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puy Griou
Puy Griou vu depuis le Rocher du Bec de l'Aigle
Puy Griou vu depuis le Rocher du Bec de l'Aigle
Géographie
Altitude 1 690 m
Massif Monts du Cantal (Massif central)
Coordonnées 45° 04′ 49″ nord, 2° 42′ 22″ est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Ascension
Voie la plus facile GR 400

Géolocalisation sur la carte : Cantal

(Voir situation sur carte : Cantal)
Puy Griou

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Puy Griou

Le puy Griou est un sommet de 1 690 mètres d'altitude des monts du Cantal situé sur la ligne de crête entre les vallées de la Cère et de la Jordanne, à moitié sur les communes de Saint-Jacques-des-Blats et de Mandailles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le sommet est appelé Puei Griu en occitan aurillacois. Dans ce dialecte, griu vient de griea, qui signifie « pénible à monter »[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Du fait de sa position au centre des monts du Cantal et de sa forme conique très élancée, le puy Griou a longtemps été présenté comme la cheminée érodée du volcan du Cantal. Mais il a depuis perdu ce rang et les géologues considèrent aujourd'hui qu'il s'agit d'un dôme de phonolite occupant certes une position centrale mais d'origine analogue à d'autres sommets du massif tels que le roc d'Hozières. Il se serait mis en place il y a environ 6 millions d'années, postérieurement aux phases éruptives paroxystiques qu'a connues le Cantal entre 8,5 Ma et 6,5 Ma[2]. Durant les périodes froides du Quaternaire récent, l'action répétée du gel et dégel a débité la roche en lauzes pour former un manchon d'éboulis[3].

Accès[modifier | modifier le code]

Le GR 400 suit la ligne de crête entre le col du Pertus et le col de Rombière, près de la station de ski du Lioran. Au pied du dôme, un sentier s'écarte en direction du sud, permettant l'ascension des derniers 200 mètres de dénivelée.

Le puy Griou, un dôme de phonolite au centre des vestiges du stratovolcan

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Lhermet, Contribution à la lexicologie du dialecte aurillacois, E. Droz, , p. 19
  2. F.Graveline et J. Brunel, Cantal, la saga d'un volcan, Debaisieux, (ISBN 2-9509180-4-2)
  3. Le puy Griou, fiche géologique de Pierre Lavina, Géologue-volcanologue documentaliste, auteur de Volcans d'Auvergne et du Massif Central, Paris, Artis Éd., , 62 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :