Velzic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Velzic
Velzic
Vieille maison à Velzic
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement d'Aurillac
Canton Vic-sur-Cère
Intercommunalité Communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac
Maire
Mandat
Jean-Pierre Astruc
2014-2020
Code postal 15590
Code commune 15252
Démographie
Population
municipale
422 hab. (2015 en augmentation de 7,11 % par rapport à 2010)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 06″ nord, 2° 33′ 13″ est
Altitude Min. 693 m
Max. 1 173 m
Superficie 11,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Velzic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Velzic

Velzic est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Velzic est située dans la partie large de la vallée de la Jordanne, à mi-chemin entre Aurillac et Mandailles, à l'altitude de 700 m (vallée), jusqu'à 1 180 mètres.

La commune dispose de plusieurs captages d'eau qui alimentent la ville d'Aurillac.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Velzic dans le Cantal a été créé en 1874 par démembrement des hameaux des communes de Lascelle, Saint-Simon et Vic-sur-Cère (pour la section d'Auzolles) par Jean-Raymond Capelle de Puechjean, propriétaire du château de Clavières et de la tour de Falhiès.

Vezic était auparavant le siège d'une seigneurie ayant appartenu à la famille de Fontanges, qui y possédait jusqu'à la Révolution un château dans le bourg actuel. Ce château a été démoli.

Pendant la Révolution française, la population paysanne devint rapidement hostile à la bourgeoisie d'Aurillac qui rachetait tous les biens nationaux et augmentait les redevances des fermiers. En 1791, le District d'Aurillac donnait un blâme à la municipalité de Lascelle parce qu'elle refusait d'arracher l'arbre de mai planté comme arbre de la liberté sur la place du village de Velzic avec l'inscription :
"La nation, la loi, le roi et les bons citoyens de Velzic.
Les aristocrates reviendront quand l'arbre refleurira."[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Paul Vigne    
mars 2008 en cours Jean-Pierre Astruc[2] PRG Retraité Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2015, la commune comptait 422 habitants[Note 1], en augmentation de 7,11 % par rapport à 2010 (Cantal : -1,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
610 547 545 575 524 512 509 507 443
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
390 370 392 380 331 356 326 371 359
1990 1999 2005 2010 2015 - - - -
364 378 400 394 422 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIXe siècle, avec retable doré du XVIIIe siècle et belles statues. Cette église est dédiée à la Nativité de la Vierge. C'est improprement qu'un panneau fixé sur un mur extérieur de l'église la dénomme "Sainte Marie".
  • Château de Clavières date du XVIIe siècle, il appartenait à Pierre de Gagnac, magistrat aurillacois, puis à la famille Capelle de Puechjean et à la famille Tribier. Il ne doit pas être confondu avec deux autres châteaux du même nom, celui de Polminhac, ni avec celui de Clavières-Ayrens.
  • La tour de Falhiès date du XIe siècle, en ruines depuis les années 1900, il n'en reste que les bases. Elle est située à 920 mètres d'altitude, avec une croix de pierre qui domine le plateau.
  • Grottes du "Huguenot" ou de Fracor.
  • Belle maison forte à Mousset (Fracor).
  • Vieille maison à Lavergne-Nègre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Capitaine Monge, huguenot réfugié dans les grottes au-dessus de la Jordanne (XVIe siècle)
  • Jean-Baptiste de Fontanges, évêque de Lavaur (XVIIIe siècle)
  • Guillaume de Lacarrière de La Tour de Falhiès, lieutenant général au Présidial d'Aurillac jusqu'à la Révolution, ami de La Fayette
  • Arsène Lacarrière-Latour, de son vrai nom Arsène Lacarrière de La Tour de Falhiès, fondateur de la ville de Baton Rouge en Louisiane et héros de la guerre de 1814 contre les Anglais à la Nouvelle-Orléans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les paysans français et la Révolution française (1789-1794), Jonathan R Dalby, Institut d'études du Massif Central, Université de Clermont-Ferrand, d'après les recherches de M. Trillat
  2. Liste des maires du Cantal « Copie archivée » (version du 14 juillet 2014 sur l'Internet Archive), site de la préfecture du Cantal (consulté le 17 août 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :