José Braga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Braga
Description de cette image, également commentée ci-après

José Braga, en 2014

Naissance (50 ans)
Clermont-Ferrand (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Domaines Anthropobiologiste
Paléoanthropologue
Institutions Université Bordeaux I
Université Paul Sabatier
Diplôme Université Clermont-Ferrand II
Université Bordeaux I
Directeur de thèse Bernard Vandermeersch[1]
Reconstruction virtuelle d'une dent
Reconstruction virtuelle d'une dent

José Braga, né le à Clermont-Ferrand, est un anthropobiologiste et paléoanthropologue français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Pendant ses premières années d’université (Faculté des sciences de Clermont-Ferrand puis de Bordeaux), il participe à de nombreux travaux de fouilles (Tautavel, Lazaret, Brassempouy, Chilhac).

En 1990, sous contrat du ministère de l’Enseignement supérieur, il commence son doctorat sur l’anatomie comparée des grands singes (chimpanzés, gorilles et orang-outan). Après une année de service national (1993), il obtient son doctorat de sciences (spécialité Anthropobiologie) à l'université Bordeaux I en 1995[1].

Il réalise ensuite plusieurs longs séjours de recherches post-doctorales (Ministère des Affaires étrangères et Fondation Fyssen) en Afrique (Afrique du Sud, Éthiopie, Kenya) et à Zurich. En 1997, il découvre avec D. Gommery deux fossiles d’enfants, l’un de Paranthropus robustus, l’autre d’Homo habilis. Cette même année, il devient ATER à l’Université de Bordeaux. Il devient maître de conférences de l’université Bordeaux I en 1998 puis, en 2002, obtient la direction de la mission archéologique à Kromdraai B (Afrique du Sud) du Ministère des Affaires étrangères.

José Braga est nommé professeur à l’Université Paul Sabatier de Toulouse en 2006, où il met alors en place une nouvelle équipe de chercheurs et doctorants en paléoanthropologie assistée par ordinateur.

Il est également chercheur associé honoraire au musée d'histoire naturelle de Pretoria (Transvaal Museum), en Afrique du Sud.

Activités de recherches[modifier | modifier le code]

Il coordonne différents programmes de recherches internationales sur la croissance dentaire et crânienne. Ses principales activités de fouilles et prospections sur le terrain portent sur l’émergence des premières populations humaines (genre Homo). Auteur d’une quarantaine d’articles dans des revues scientifiques internationales, intervenant dans de nombreuses conférences internationales (plus d’une centaine de publications), et expert dans différentes instances de recherche en France et à l’étranger, il organise régulièrement des conférences sur l’utilisation et l’élaboration de nouveaux outils d’analyses des vestiges fossiles par ordinateur.

Publications[modifier | modifier le code]

Vulgarisation scientifique[modifier | modifier le code]

Articles « Australopithèques », p. 223-226, et « Homo habilis », p. 544-545.

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Presse audio-visuelle[modifier | modifier le code]

Distinctions, récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]