Phalange (os)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Phalange (anatomie))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phalange.
Les phalanges distales en rouge, intermédiaires en bleu et proximales en vert. Le pouce ne possède que deux phalanges, alors que les quatre autres doigts en ont trois.

La phalange est un segment osseux articulé dont est constitué le doigt ou l’orteil.

Phalanges de la main[modifier | modifier le code]

Les phalanges de la main sont des os longs, au nombre de quatorze. Le pouce en a deux, les quatre autres doigts en ont trois. Ces os ont une épiphyse proximale constituant la base, et une tête distale. Le corps de l'os est semi-cylindrique, concave en avant.

On a donc une articulation interphalangienne pour le pouce, deux pour les autres doigts, de type trochléen, entre la tête de la première phalange et la base de la phalange la plus distale, avec deux cavités glénoïdes dont on peut mesurer les angles de flexion: 110° pour une flexion interphalangienne proximale, 80° pour une flexion interphalangienne distale. Différents muscles s'insèrent sur ces phalanges.

  • Première (phalange proximale ou P1) :
    • corps demi cylindrique ;
    • la base présente une cavité glénoïde pour la tête du métacarpien et deux tubercules latéraux pour les ligaments ;
    • la tête est une trochlée en rapport avec l'extrémité proximale de la 2e phalange.
  • Deuxième (phalange moyenne ou P2 ou phalangine) :
    • corps demi cylindrique ;
    • base : surface articulaire à deux versants séparés par une crête ;
    • tête : trochlée en rapport avec l'extrémité proximale de la 3e phalange.
  • Troisième (phalange distale ou P3 ou phalangette) :
    • corps très court, demi cylindrique ;
    • base similaire à celle de la seconde phalange ;
    • tête large, aplatie, appelée "houppe de la phalange".

Remarque d'ordre dermatologique[modifier | modifier le code]

Chez le gorille, des dermatoglyphes (équivalent des empreintes digitales) ornent la peau qui couvre la partie externe des phalanges des mains, là où la peau est en contact avec le sol quand cet animal marche ou prend appui sur ses poings fermés ou à demi ouverts[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Montagna ; The skin of non-human primates, American Zoologist 12:109-124 (1972) ; Oxford University Press (Résumé)