Liste des cavités naturelles les plus longues de Tarn-et-Garonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Département de Tarn-et-Garonne.

La liste des cavités naturelles les plus longues du département de Tarn-et-Garonne recense sous la forme d'un tableau, les cavités souterraines naturelles connues, dont le développement est supérieur ou égal à deux cents mètres.

La communauté spéléologique considère qu'une cavité souterraine naturelle n'existe vraiment qu'à partir du moment où elle est « inventée » c'est-à-dire découverte (ou redécouverte), inventoriée, topographiée et publiée. Bien sûr, la réalité physique d'une cavité naturelle est la plupart du temps bien antérieure à sa découverte par l'homme ; cependant tant qu'elle n'est pas explorée, mesurée et révélée, la cavité naturelle n'appartient pas au domaine de la connaissance partagée.

La liste spéléométrique des plus longues cavités naturelles de Tarn-et-Garonne (≥ 200 m) est actualisée fin 2018.

La plus longue cavité répertoriée dans le département de Tarn-et-Garonne est la grotte de la Dame Blanche à Saint-Antonin (cf. ligne 1 du tableau ci-dessous).

Tarn-et-Garonne (France)[modifier | modifier le code]

Cavités de développement supérieur ou égal à 200 m[modifier | modifier le code]

27 cavités sont recensées au 31-12-2018.

Les cavités sont situées en propriétés privées et doivent faire l'objet de l'autorisation des propriétaires avant d'y accéder.

Tableau : Liste des plus longues cavités souterraines de Tarn-et-Garonne (France), de développement supérieur ou égal à 200 m
La valeur « 0 » pour la dénivelée signifie que cette donnée n'est pas disponible.
Les plus récentes mises à jour sont sur fond jaune.
Réf. Cavités
(autres noms)
Communes Massifs ou zones géographiques Coordonnées
(WGS 84)
Développement (en mètres) Dénivelée (en mètres) Sources ou références Mises à jour
1 Igue des Rameaux - grotte de la Dame Blanche Saint-Antonin-Noble-Val Causse de Caylus 44° 08′ 51″ N, 1° 42′ 27″ E +006 000, m +0105, m SpéléOc n°109[1] 2006-00
2 Aven Toura Saint-Antonin-Noble-Val Causse de Caylus 44° 08′ 56″ N, 1° 41′ 06″ E +005 971, m +0159, m plongeesout.com[2] 2000-00
3 Grotte de la Vipère Saint-Antonin-Noble-Val 44° 08′ 51″ N, 1° 43′ 57″ E +002 800, m +0040, m plongeesout.com[3]& Spelunca n°110[4] 2008-00
4 Source de Touryès Cazals Causse de Caylus 44° 07′ 46″ N, 1° 42′ 24″ E +002 465, m +0087, m plongeesout.org[5] 2011-07
5 Igue du Mas de Bénac Puylagarde Terrefort 44° 17′ 39″ N, 1° 51′ 20″ E +002 150, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
6 Perte de l'Igue de Pers - exsurgence de la Barthasse Saint-Projet Causse de Caylus 44° 17′ 38″ N, 1° 47′ 44″ E +002 045, m +0055, m Spéléo magazine n°72[7] 2010-12
7 Gourp de Féneyrols Féneyrols 44° 07′ 43″ N, 1° 49′ 18″ E +001 400, m +0031, m plongeesout.org[8] 2008-00
8 Perte de Lombard Puylagarde Terrefort 44° 19′ 38″ N, 1° 50′ 43″ E +001 200, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
9 Grotte du Capucin Saint-Antonin-Noble-Val Causse de Caylus 44° 09′ 02″ N, 1° 43′ 05″ E +001 100, m +0060, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
10 Perte de Regourd Saint-Projet 44° 17′ 47″ N, 1° 48′ 08″ E +001 010, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
11 Grotte de Livron Caylus Causse de Caylus +000800, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
12 Grotte des Barthasses Bruniquel +000700, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
13 Perte de Bonnéfé Saint-Antonin-Noble-Val 44° 10′ 37″ N, 1° 49′ 55″ E +000700, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
14 Grotte de l'Ifernet Parisot Terrefort 44° 14′ 38″ N, 1° 51′ 23″ E +000700, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
15 Grottes de Saint-Géry Loze Causse de Caylus +000700, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
16 Grotte de Mayrière inférieure Bruniquel +000670, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
17 Grotte du Pech de la Téoule Saint-Antonin-Noble-Val +000600, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
18 Grotte de Bruniquel[N 1] Bruniquel +000500, m +0000, m SSA de Caussade[9] 2000-00
19 Grotte de Poulso Guerro Saint-Antonin-Noble-Val +000415, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
20 Grotte de Bès de Quercy Saint-Antonin-Noble-Val Causse de Caylus 44° 11′ 21″ N, 1° 44′ 05″ E +000400, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
21 Grotte de la Gourgue Saint-Antonin-Noble-Val Causse de Caylus 44° 11′ 17″ N, 1° 44′ 24″ E +000400, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
22 Exsurgence de la Mangrove Saint-Antonin-Noble-Val Causse de Caylus 44° 09′ 20″ N, 1° 43′ 08″ E +000380, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
23 Grotte de Mayrière supérieure Bruniquel 44° 02′ 22″ N, 1° 41′ 03″ E +000360, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
24 Igue du Cordonnier [N 2] Saint-Antonin-Noble-Val Causse de Caylus 44° 08′ 14″ N, 1° 46′ 52″ E +000357, m +0025, m Spelunca n°75[10] 2000-00
25 Perte de Loygue Puylagarde Terrefort 44° 19′ 13″ N, 1° 50′ 45″ E +000310, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
26 Grotte du Bosc Saint-Antonin-Noble-Val 44° 10′ 07″ N, 1° 46′ 54″ E +000210, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00
27 Grotte de Bernadou Cazals Causse de Caylus +000200, m +0000, m Spéléométrie de la France[6] 2000-00

Notes et références[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de Liste des cavités naturelles les plus longues de Tarn-et-Garonne :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cavité préhistorique fréquentée par les Néandertaliens.
  2. Ou igue du Bagnard.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rémy Soulier, « Igue des Rameaux - grotte de la Dame Blanche », Spéléoc, no 109,‎ , p. 7-14 (lire en ligne, consulté le 3 mars 2018).
  2. « Aven Toura », sur plongeesout.com (consulté le 3 mars 2018).
  3. « Grotte de la Vipère », sur plongeesout.com (consulté le 3 mars 2018).
  4. Frank Vasseur, « Échos des profondeurs-France-Tarn-et-Garonne-Grotte de la Vipère . », Spelunca, Paris, Fédération française de spéléologie, no 110,‎ , p. 5 (ISSN 0249-0544, lire en ligne).
  5. « Source de Touryès », sur plongeesout.org (consulté le 3 mars 2018).
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires n° 27,‎ , p. 160 (ISSN 0249-0544)
  7. Angélika Nodari et Florian Chenu, « Perte de l'Igue de Pers - exsurgence de la Barthasse », Spéléo magazine, no 72,‎ , p. 6-7.
  8. « Gourp de Féneyrols », sur plongeesout.org (consulté le 3 mars 2018).
  9. « La grotte de Bruniquel », sur caussade-speleo.com de la Société Spéléo-Archéologique de Caussade (consulté le 3 mars 2018).
  10. BenoÎt Larroque, Bernard Larroque, Marc Puech, Patrick Vitry et Roger Laot, « Echos des profondeurs-France-Tarn et Garonne: le Bagnard », Spelunca, no 75,‎ , p. 2-4 (ISSN 0249-0544, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Yves Bigot, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires, La Ravoire, no 27,‎ , p. 63 (ISBN 2-7417-0291-8, OCLC 123511827, lire en ligne, consulté le 18 août 2018). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Chabert Claude (1981) – Tarn-et-Garonne. in Claude Chabert « Les grandes cavités françaises – Inventaire raisonné », FFS édit., p. 140-141.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]