Saint-Thibéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Thibéry
Mairie
Mairie
Blason de Saint-Thibéry
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Pézenas
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée
Maire
Mandat
Guy Amiel
2008-2014
Code postal 34630
Code commune 34289
Démographie
Population
municipale
2 335 hab. (2011)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 52″ N 3° 25′ 03″ E / 43.3977777778, 3.4175 ()43° 23′ 52″ Nord 3° 25′ 03″ Est / 43.3977777778, 3.4175 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 80 [1] m
Superficie 18,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thibéry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thibéry

Saint-Thibéry en occitan Sant Tibèri est une commune française, située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Saint-Thibériens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Thibéry est situé à 13 km au nord d'Agde.

Carte

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village est construit près d'un ancien volcan, le Mont Ramus. Une ancienne coulée de lave a conduit à la formation d'orgues basaltiques visibles au cœur du village.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saint-Thibéry est situé au confluent de l'Hérault et de la Thongue. Cette situation impose au village la construction et l'entretien de digues pour se protéger des inondations lorsque les deux cours d'eau sont en crue.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom antique du village était Cessero. Le village s'est ensuite appelé Saint-Thibéry.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village se situe près du pont roman, permettant à la voie Domitienne de traverser l'Hérault.

Il se trouvait dans l'ancien diocèse d'Agde. Il était le siège d'une abbaye bénédictine, fondée à l'époque carolingienne par Attilio, disciple et ami de saint Benoît d’Aniane. L'église abbatiale de Saint-Thibéry, de style gothique, édifiée à la fin du XIIIe siècle, ne fut jamais achevée par manque de fonds.

Elle fut aussi pillée et dévastée par les protestants durant les guerres de religion. Au XVIIIe siècle, les bénédictins de la congrégation de Saint-Maur reconstruisirent le monastère avec magnificence, dont il reste un ensemble formé par le maître-autel, les stalles et les boiseries du XVIIIe siècle.

En 1790, l’abbaye est vendue comme bien national.

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société populaire des sans-culottes montagnards », créée en avril 1791. Elle compte 246 membres en l’an III[2], ce qui représente une très importante proportion de la population (17,7 %). La société politique de Saint-Thibéry est celle qui fédère le plus les habitants de sa commune, dans tout le département[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 1989 Michel Palau    
mars 1989 juin 1995 Jean Laurent    
juin 1995 mars 2001 Michel Palau    
mars 2001   Guy Amiel    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 335 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 401 1 485 1 532 1 389 1 427 1 634 1 621 1 710 1 750
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 822 1 814 1 881 1 963 2 096 1 943 2 001 2 100 2 137
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 527 2 334 2 300 2 370 2 381 2 307 2 005 1 667 1 686
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 745 1 888 1 808 1 874 2 076 2 200 2 271 2 281 2 335
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Football : Le Sporting slub saint-thibérien est un club qui joue avec les couleurs jaune et noire. Il est présidé par Gabriel Tahar. Pour les matches à domicile, le club utilise le stade municipal de Saint-Thibéry.
  • Le Moto Club : Le Moto Club saint-thibérien utilise la piste de cross de la Vière. Il organise chaque année :
    • 2 endurances ;
    • 1 motocross (comptant pour le championnat de France junior en 2007) ;
    • 1 super cross nocturne, estival, le premier samedi d'août ;
    • le trophée méditerranéen en novembre.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité principale est la viticulture. Une carrière exploite également le basalte du Mont Ramus.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Pont Romain
  • Le moulin médiéval sur l'Hérault.
Moulin médiéval sur l'Hérault
  • Le Pont Vieux (XVIe siècle) sur la Tongue.
  • L'église abbatiale avec sa crypte.

On peut voir encore le cloître et une tour d'enceinte du monastère.

Le centre ancien du village conserve un ensemble de maisons des XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

Tour

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Christian Beullac, ancien Directeur Général de Renault, ancien ministre du Travail (1976 - 1978), ancien ministre de l'Éducation Nationale (1978 - 1981), a vécu son enfance à Saint-Thibéry.
  • Laurent Charvet (1973-), footballeur.
  • Jacques Coulondres (1921-2004), officier de la Marine nationale.
  • Alexandra Rosenfeld, (Miss France 2006 et Miss Europe 2006 - 2007).
  • Jean Sagnes (1938-), historien, ancien président de l'université de Perpignan, né à Saint-Thibéry.
  • Joaquim Garcia : guitariste, compositeur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Thibéry sur le site de l'Institut géographique national
  2. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 415.
  3. Dubost, ‘’Le réseau des sociétés…’’, op. cit., p. 395
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011