Portiragnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portiragnes
Image illustrative de l'article Portiragnes
Blason de Portiragnes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Béziers-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée
Maire
Mandat
Gwendoline Chaudoir
2014-2020
Code postal 34420 et 34450
Code commune 34209
Démographie
Population
municipale
3 202 hab. (2011)
Densité 159 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 19″ N 3° 20′ 11″ E / 43.3052777778, 3.33638888889 ()43° 18′ 19″ Nord 3° 20′ 11″ Est / 43.3052777778, 3.33638888889 ()  
Altitude 10 m (min. : 0 m) (max. : 41 [1] m)
Superficie 20,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Portiragnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Portiragnes

Portiragnes en occitan Portiranhas est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Portiragnais. On distingue Portiragnes Village et Portiragnes Plage, station balnéaire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte.

Généralités[modifier | modifier le code]

La partie côtière dite Portiragnes-Plage (La Redoute-plage jusqu'en 1985 ou parfois simplement: La Redoute) possède le caractère commun au littoral du Languedoc : un cordon de plages appréciées des touristes. Au nord et à l'ouest de Portiragnes-Plage dans un secteur compris entre la plage, l'étang de la Grand Maïre (commune de Sérignan) et le canal du Midi, on trouve une zone humide appelée "Grand Salan" lieu de reproduction de diverses espèces d'oiseaux (flamants roses, guépiers, hérons cendrés, huppes, colverts, tadornes, ibis… et depuis quelques années un couple de cigognes). À l'est de Portiragnes-plage, en direction de Vias c'est le domaine des campings qui accueillent une vingtaine de milliers de personnes durant l'été. Au-delà du Canal du Midi, en remontant vers le nord, on trouve le "village" puis une zone de garrigue en partie cultivée de vignes. L'"Aéroport de Béziers - Cap d'Agde" s'y est implanté depuis la fin des années quatre-vingt-dix. Dans la garrigue il est possible d'observer des canepetières, espèce d'oiseaux rare (et protégée) dans la région.

Géologie[modifier | modifier le code]

La plaine alluviale l’Orb, dans sa partie basse, est pour une grande part composée de sédiments (quaternaire). De Béziers à la mer s’épandent les matériaux les plus fins argiles et limons. Plus généralement, le double bassin de l’Hérault et de l’Orb porte les marques de l’ancienne transformation de ces fleuves en « ria » (ou Aber) lors d’un relèvement eustatique (voir Eustatisme) durant Pliocène. En dessous de Béziers, le lit majeur de l’Orb, encore discernable malgré les activités humaines, est encadré sur la rive gauche d’un plateau de molasses marines[2],[3].

Mais, pour Portiragnes, le phénomène le plus marquant est l’importance des basaltes issus du volcanisme. Sur le territoire de la commune, le volcan de Roque-Haute est l’un des plus méridionaux d’une série volcans alignés grossièrement nord-sud (partant du nord-de Milllaud jusqu’à une dizaine de kilomètres en mer au Sud du Cap d’Agde) qui deviennent de plus « jeunes » au fur et à mesure qu’on s’avance vers le Sud. De type strombolien – donc au volcanisme explosif, projectif – le volcan de la Roque-Haute serait le plus jeune volcan du Languedoc, actif il y a « seulement » -0,56 million d’années (bien que d’autres proposent -0,8 ou -0,64 mo). Sa faible taille (il n’est qu’une modeste colline) indiquerait que ses éruptions ont peu duré (quelques jours ou semaines) et ont été peu productives. Manifestations secondaires du «Point chaud» sous le Massif Central ou des étirements des rivages méditerranéens ? L’origine de ces volcans du Bas-Languedoc fait encore débat[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries de Portiragnes.

Cet article est en cours d'élaboration.

Les fouilles notamment du Pont de la Roque-Haute et de Peiro Signado mettent en évidence, pour la Roque-Haute, une des plus anciennes installations du néolithique (5750-5600 av. JC) d’agriculteurs éleveurs dont l'origine semble être toscane et, pour Peiro Signado, un peuplement également agricole mais d'origine différente, venant du nord[5].

Sous la Révolution, Portiragnes est un petit village de 60 feux en tout. Les maisons, minuscules, sont en minorité par rapport aux écuries "patus" et pailliers. Les notables - tous parents ou alliés - sont les propriétaires des troupeaux, des champs et des pâturages. Ils ne vivent pas au village (mais à Villeneuve, Cers ou Béziers). Plusieurs façades d'aujourd'hui (rue Muette, du Vieux-Puits, de la Tour, Pl. St-Jacques)portent des dates antérieures à 1789[6]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1896 1919 A de Crozals    
1919 1926 G de St Victor    
1927 1939 G. Poursines    
1940 1945 G. Iche (non élu)    
1945 1975 A. Trouche    
1976 1977 A. Forner    
1977 1979 J. Calas    
1979 2001 Claude Exposito    
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Lugan    
mars 2008 mars 2012 Claude Exposito DVG  
mars 2012 en cours Gwendoline Chaudoir    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 202 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
262 337 292 375 375 424 428 433 472
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
468 464 483 447 505 569 623 619 717
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
780 810 831 887 921 993 922 837 915
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
972 1 109 1 202 1 348 1 770 2 278 2 992 3 094 3 202
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Félix en basalte XIVe siècle style gothique

Animal totémique[modifier | modifier le code]

Lo Buòu défilant dans Portiragnes.

Lou Biou (en occitan : lo Buòu) qui signifie « le bœuf » ou « le taureau », fait partie des nouveaux animaux totémiques de l’Hérault. C'est en 2005 d’après un travail auprès des écoliers de Portiragnes que l'histoire du taureau va naître. Suivant les recommandations des enfants, trois amis vont donner vie au "Biou" en 2009.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Portiragnes est jumelée avec Drapeau de la France Vieille-Brioude (France)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

L'animal totémique de Portiragnes est le"BIOU" (taureau) depuis 2006 d'après un travail effectué par les enfants de l'école.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Portiragnes sur le site de l'Institut géographique national
  2. H2Geau, « Atlas des zones inondables du bassin versant de l’Orb par analyse hydrogéomorphologique », Direction régionale de l’environnement Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2005, p. 13 ainsi que « Carte géologique du bassin versant de l’Orb et tronçons de l’Orb (d'après la carte géologique du BRGM 1/1 000 000 modifiée) », p. 11
  3. Amberta, Paul Aguilarb, Jean-Pierre et Michaux, Jacques, « Évolution géodynamique messino-pliocène en Languedoc central: le paléo-réseau hydrographique de l'Orb et de l'Hérault (sud de la France) », Geodinamica Acta Volume 11, Issues 2-3, March-August 1998, Pages 139-146, Elsevier SAS, doi:10.1016/S0985-3111(98)80010-7
  4. Dautria J.-M., « Présentation du Volcanisme récent du Bas- Languedoc », Document PDF, Université de Montpellier 2, Montpellier, sd (2009 ?), p. 1 et 2 lien : http://www.gm.univ-montp2.fr/spip/IMG/pdf/Volcanisme.pdf
  5. GUILAINE, Jean MANEN, Claire VIGNE, Jean-Denis et al. "Pont de Roque-Haute Nouveau regard sur la néolithisation de la France méditerranéenne", CRPPM EHESS Archives d'Écologie Préhistorique, Toulouse, 2007 Voir aussi le Musée Jean Saluste à Portiragnes où de nombreuses pièces issues des fouilles sont exposées
  6. DELHON,Geneviève DELHON,Jacques "PORTIRAGNES Chroniques d'un village pendant la période révolutionnaire, ed. de la Ville de Portiragnes, Portiragnes, 1989
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :