Saint-Pons-de-Mauchiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pons.
Saint-Pons-de-Mauchiens
Vue générale.
Vue générale.
Blason de Saint-Pons-de-Mauchiens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Montagnac
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée
Maire
Mandat
Christine Pradel
2014-2020
Code postal 34230
Code commune 34285
Démographie
Population
municipale
662 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 51″ N 3° 30′ 53″ E / 43.5142, 3.514743° 30′ 51″ Nord 3° 30′ 53″ Est / 43.5142, 3.5147  
Altitude Min. 18 m – Max. 185 m
Superficie 13,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pons-de-Mauchiens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pons-de-Mauchiens

Saint-Pons-de-Mauchiens est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Saint-Ponais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

• Commune de 1 357 hectares, à vocation uniquement viticole. Terroir comprenant des terres alluvionnaires (en bordure de l'Hérault), des tènements de coteaux "les Soubergues" riches en tanin et degré alcoolique, la garrigue occupant une partie non négligeable du terrain.

La cave coopérative "Les Soubergues de St Pons de Mauchiens" construite en 1939 traitait une partie des vendanges, le reste étant l'apanage de gros viticulteurs possédant leur propre cave. Actuellement l'ensemble de la récolte passe par la coopérative. Depuis les mesures prises en faveur de l'amélioration des cépages la cave fournit un vin de qualité reconnue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Pons de Mauchiens (contraction de mauvais chiens, selon une légende) ou de las Mascas (sorcières) ou mas cos (mauvais chiens, paroles qu'aurait prononcées le seigneur du château au moment où ses chiens ne l'ayant pas reconnu, l'égorgeaient) est un village circulade dont la structure date du Moyen Âge. Il est bâti sur un cône rocheux avec à son sommet un castrum féodal autour duquel sont venues se blottir les maisons des habitants du terroir. En l'an 975 une grande disette sévit dans la région s'ajoutant aux difficultés des paysans disséminés dans la campagne. Ils sont souvent victimes des pillards qui incendient leurs maisons et volent leurs maigres biens. Pour se défendre ils demandent protection et asile au seigneur du château. C'est ainsi que vers l'an 989, la chapelle de la demeure seigneuriale fut agrandie afin d'accueillir l'ensemble de la population : l'évêque d'Agde vint consacrer la nouvelle église, dédiée à saint Pons, évêque de Cimiez.

L'édifice actuel date de la fin du XIIe siècle, il est de style roman.

Au XIVe siècle une enceinte de remparts, avec deux portes d'accès encore existantes vint fermer et protéger l'ensemble de l'agglomération.

Au moment de la Révolution de 1789, le village fut baptisé Mont Ventôse. Il a repris son nom actuel en 1793.

Le millénaire du village a été célébré en 1989 par de grandes fêtes les Malicanes, au cours desquelles a été présenté un diaporama montrant l'évolution du village.

L'animal symbolique est le chien (lou chin) dont l'histoire serait connue depuis l'an 400 de notre ère.

« L’animal pourvu d’une grande gueule représente un grand chien monté sur des roulettes animé par 4 ou 5 pousseurs ; il est promené dans les rues sans musicien ni musique tenu par une laisse. »

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Pons-de-Mauchiens Blason D'azur, à la ville d'or, qui est St Pons, sur un mont de même, de sept coupeaux. Le canton dextre, de gueules, à la Vierge du Bosquet d'argent. Soutenu par deux chiens furieux, contournés d'argent, lampassés et colletés de gueules; surmonté de la couronne murale, d'argent. Devise: Supra Firmam Petram (bâtie sur le roc)

Explications: La ville de Saint Pons représentée dans le blason par son église est bâtie sur un monticule rocheux symbolisé ici par les sept coupeaux. La Vierge du Bosquet rappelle la très ancienne dévotion des Saint Ponais pour la sainte Vierge. La couronne murale fait revivre des vieux remparts. les deux chiens furieux sont ceux qui, d'après la légende, auraient dévoré, de nuit, le seigneur, leur maître, qu'ils n'avaient pas reconnu, d'où l'appellation donnée à notre village de St Pons des Mauvais Chiens ou plus simplement de Mauchiens.

Sources: Notre vieux clocher, bulletin paroissial de Saint Pons de Mauchiens, Mai 1940 - article de l'abbé Joseph Souche, curé de St Pons, qui a créé les armoiries
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008 Jean-Pierre Soulier    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 662 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
412 449 527 527 620 610 616 607 709
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664 699 692 700 766 621 573 619 704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
782 814 803 760 761 690 594 605 591
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
523 511 416 411 399 513 551 581 638
2011 - - - - - - - -
662 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
Article détaillé : Église de Saint-Pons-de-Mauchiens.
  • Maisons anciennes, maison des Emigrants, des Consuls.
  • Remparts et chemin de ronde.
  • Monuments aux morts

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Père Jules Pargoire (1872-1907), assomptionniste, historien et orientaliste : Histoire de Byzance de 527 à 847, Le début du monachisme à Constantinople, Vie de saint Auxence, participation au Recueil des inscriptions chrétiennes de l'Athos, nombreux articles dans Les Echos d'Orient, Revue des Etudes Byzantines, Dictionnaire de Liturgie et d'Archéologie et Dictionnaire de théologie catholique. Il est un de ceux qui ont ouvert le dialogue entre catholiques et orthodoxes. Il est inhumé au cimetière de St Pons.
  • Marie Sagnier (1898-1996), femme de conviction et de courage, 'juste parmi les nations qui, directrice du collège de Murat dans le Cantal, a caché et sauvé pendant les années 1941, 1942, 1943, 1944 de nombreuses juives.
Un hommage lui a été rendu le 15 mai 2008 au lycée de Clermont l'Hérault où elle a terminé sa carrière.
Le 16 juillet 2008, une plaque a été apposée sur sa maison dans laquelle elle est née et où elle est morte.
  • Francesca-Yvonne Caroutch (1937-), essayiste, romancière et poète, membre de l'Académie européenne des Sciences, des Arts et des Lettres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Constant Blaquière, Histoire de Saint-Pons-de-Mauchiens, 1899
  • monographie de l'abbé Blaquière vers la fin du XIXe siècle.
  • Andrée Bringuier-Guillaume, Trois-quarts de siècle dans un village de l'Hérault, Saint-Pons-de-Mauchiens, 1996
  • Une série de photos de St Ponais (entre 1992 et 1993) par Andrée et Jean Guillaume.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Sur les autres projets Wikimedia :