Adissan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adissan
Blason de Adissan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Montagnac
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée
Maire
Mandat
Philippe Huppé
2014-2020
Code postal 34230
Code commune 34002
Démographie
Population
municipale
1 000 hab. (2011)
Densité 224 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 10″ N 3° 25′ 45″ E / 43.5361111111, 3.42916666667 ()43° 32′ 10″ Nord 3° 25′ 45″ Est / 43.5361111111, 3.42916666667 ()  
Altitude 76 m (min. : 30 m) (max. : 105 m)
Superficie 4,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Adissan

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Adissan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Adissan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Adissan

Adissan est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Adissanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Au cœur du département de l'Hérault, presque à égale distance de Béziers et de Montpellier, Adissan est au centre géographique du vignoble languedocien.

Ce petit village de 700 âmes se situe sur les coteaux dominant le fleuve Hérault. Bénéficiant d'un climat méditerranéen sec et ensoleillé, d'un terroir hors du commun par sa richesse et sa variété, les hommes y cultivent la vigne depuis 2000 ans. De tout temps la principale richesse fut la vigne et notamment la clairette qui fait encore actuellement le renom du village.

La majeure partie du vignoble d'Adissan s'établit sur des terrasses villafranchiennes, composées de galets de quartz, silex et calcaires emballés dans une matrice argilo-sableuse. De ce fait la plupart des vignes sont classées dans des secteurs AOC. La douceur du relief permet de cultiver toutes les surfaces disponibles, ce qui permet d'avoir une grande variété d'expositions. Les principaux cépages cultivés sont : la clairette, le carignan, la syrah, le grenache et le cinsault. Ces cépages méditerranéens sont bien adaptés au terroir sec et chaud d'Adissan.

La principale spécificité de la production est la clairette du Languedoc. En effet, Adissan est considéré comme étant le berceau de la clairette du Languedoc.

Il s'agit d'un vin blanc d'appellation d'origine contrôlée (une des plus anciennes de la région : 1948), produit à partir d'un cépage unique : la clairette blanche. Il peut se décliner en sec, moelleux, rancio (après une période d'élevage tendant à amener une oxydation maîtrisée, et en vin de liqueur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1807 Antoine Enjalvin
1811 Denis Victor Focras de Laneuville
1830 Louis Victor Enjalvin
1832 Jacques Fournier
1833 Jean-Baptiste Pons
1840 Jean Serre
1846 Alidor Ollier
1848 Prosper Fournier
1848 François Bernard
1853 Prosper Fournier
1865 Zelmire Crouzat
1870 Pierre Dorques fils
1874 Paul Mauzac
1883 Elpide Mauzac
1884 Zelmire Crouzat
1890 Eugène Moulières
1907 Félix Fabre
1947 Paul Moulières SA
1953 Paul Moulières SA
1959 Paul Moulières SA
1965 Paul Moulières SA
1971 Paul Moulières SA
mars 1977 Joseph Bertrand SA
mars 1983 Paul Estève SA
mars 1989 Paul Estève SA
mars 1995 Joseph Imbert SA
mars 2001 Joseph Imbert SA
mars 2008 Philippe Huppé SA
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 000 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
401 381 401 456 576 619 567 564 585
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
639 606 606 632 710 535 548 701 716
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
729 806 828 858 864 884 825 752 714
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
755 733 700 720 706 736 874 912 1 000
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Adrien[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Adrien d'Adissan est mentionnée pour la première fois en 1175. L'église était un prieuré rattaché à l'œuvre de l'église cathédrale de Montpellier. Les sources concernant l'église sont pratiquement inexistantes. La visite de l'évêque Clément de Bonsi en 1635 précise que la chapelle nord de la dernière travée de la nef est dédiée à saint Antoine. La nef était éclairée par une fenêtre et le chœur par une fenêtre sans vitre. Le clocher était composé de deux cloches. L'église fut agrandie en 1848 d'une travée de nef en direction de l'ouest et de deux chapelles voûtées d'ogives. La toiture fut refaite en 1862, ainsi qu'en 1987, et le clocher fut réparé en 1863.

La nef unique de trois travées est couverte de voûtes d'ogives quadripartites qui retombent sur des culots sculptés. La première travée de la nef est bordée de deux chapelles latérales voûtées d'ogives et une tribune reposant sur des arcades est installée contre le revers de la façade occidentale. La dernière travée de la nef est bordée de deux chapelles latérales couvertes d'une voûte d'arêtes. Le deuxième culot nord est sculpté d'une tête couronnée coiffée à la mode Saint-Louis. Le premier culot sud est sculpté de deux personnages, vêtus d'une tunique plissée et établis de part et d'autre sur une diagonale. Le clocher s'élève au sud du chevet. L'abside pentagonale, plus étroite et plus basse que la nef, est voûtée d'ogives sexpartites qui retombent sur des culots massifs modernes. Une pierre de grès froide et de forte densité est utilisée dans la maçonnerie des murs alors qu'une pierre calcaire de petit appareil a été utilisée pour la maçonnerie des voûtes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean de Narbonne, seigneur de Montagnac, Adissan, Bélarga, etc., fils de Guilhem de Narbonne. Il épouse Catherine de Roquefeuil.
  • Guilhem de Narbonne, seigneur de Montagnac, Adissan, Bélarga, etc. en 1329.
  • Hugues d'Arpajon, vicomte de Lautrec, baron de Calmont, seigneur d'Adissan, Bélarga et de Plaissan, etc. Il prête hommage au roi pour ces seigneuries en 1389.
  • Hugues de Lasset, seigneur d'Adissan, Bélarga et Plaissan en 1481. Drapier fortuné, il est consul de Montpellier en 1472. Ses descendants occuperont à plusieurs reprises le consulat de Montpellier.
  • François de Mirman, seigneur d'Adissan, président de la CCAF de Montpellier. Il décède le 22 novembre 1716 dans son hôtel de Montpellier.
  • Denis Victor Focras de Laneuville, dernier seigneur d'Adissan, chevalier de Saint-Louis, maire d'Adissan (1811-1830). En 1783, il avait épousé, dans l'église d'Adissan, l'héritière des Mirman, Hélène Anne de Mirman.
  • Pierre Henri Focras de Laneuville (1787-1878), officier de la Légion d'honneur, capitaine de gendarmerie
  • Jean Aimé de Boussonnel (1803-1892), avocat au barreau de Montpellier, est conseiller municipal d'Adissan entre 1836 et 1848. Il occupera sa fonction avec une grande rigueur. Il sera un des artisans de la création de la fontaine du Griffe, en 1864. La famille Boussonnel se montrera d'une grande générosité envers la paroisse d'Adissan.
  • Henri Ferdinand Louis de Gonzague Mauzac (1836-1914), officier de la Légion d'honneur, capitaine de marine. En 1863, il participe à la campagne du Mexique où il se couvre de gloire.
  • Paul Mauzac, maire d'Adissan (1874-1883)
  • Gabriel Ernest Marie Serre, commandeur de la Légion d'honneur. Officier d'un grand courage qui montre toute son intelligence et sa bravoure au cours de la Première et de la Deuxième Guerres mondiales. Prisonnier en Allemagne, il revient dans son village natal en 1944.
  • Paul Moulieres, maire d'Adissan (1945-1977)
  • Marcellin Courret (1921-2008), Président de la Cave Coopérative La Clairette d'Adissan, de la Fédération des Caves Coopératives de l'Hérault, de l'Office des vins (Onivins).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

La Cave Coopérative " La Clairette d'ADISSAN " fondée en 1928.
       Président fondateur :   Clément BERTRAND ( 1928-1933 )
       Présidents successifs : Emmanuel FORNAIRON ( 1933-1943 )
                               Clément BERTRAND ( 1943-1944 )
                               Pierre BENEZECH  ( 1945-1948 )
                               Clément BERTRAND ( 1948-1952 )
                               Roger MAURY  ( 1952-1957 )
                               Pierre LAURENT ( 1957-1969 )
                               Marcellin COURRET ( 1969-1989 )
                               Jean-Louis SOYRIS ( 1989-2003 )
                               Bernard MOULIERES ( 2003-2010 )
                               Patrice BOFI ( 2010-mandat en cours)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adissan, cité de la clairette et du soleil, Jeunesse agricole chrétienne, Montpellier, 1950.
  • Notices sur la vie et le martyre de saint Marcelin et de saint Adrien, patrons de l'église d'Adissan, Pézenas, 1846.
  • Fabre (Al.), Histoire d'Adissan, canton de Montagnac, manuscrit, 1881.
  • Courtes (F), Histoire d’une épidémie de variole observée à Adissan, Thèse de Médecine, Montpellier, 1881.
  • Bertrand (R), L'évolution économique et sociale d'une commune viticole de l'Hérault : Adissan, Thèse Droit, Montpellier, 1950.
  • Huppé (Ph), Le gisant de la féodalité dans l'ombre des Lumières. La féodalité dans la baronnie du Pouget et la vicomté de Plaissan au XVIIIe siècle, Editions Monique Mergoil, 1998.
  • Huppé (Ph), Le moulin à huile d’Adissan, in Bulletin municipal d’Adissan, n° 9, 2003.
  • Huppé (Ph), L’histoire d’Adissan et de la vicomté de Plaissan. Des origines à la fin du XIXe siècle. La Moyenne vallée de l’Hérault, Cholet, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :